Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Le temps du jihâd fîsabîliLlâh (partie 5)

Le temps du jihâd fîsabîliLlâh (partie 5)

Ratings: (0)|Views: 699 |Likes:
Published by lansesolide

More info:

Published by: lansesolide on Nov 13, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/16/2013

pdf

text

original

 
 
Le temps du jihâd fîsabîliLlâh (partie 5)
L’invasion d’Abû Sufyan se déroula au mois de Chawwal, juste après le mois de Ramadhân.
Le 17 du mois de Ramadhân avait eu lieu la bataille de Badr. Après Chawwal, il y a Dhû-l-
Qi’dah puis Dhû
-l-Hijjah et Muharram, trois mois sacrés [durant lesquels] il est interdit de combattre. Au mois de Safar, le Prophète (
م
 
و
 

 
 
ص
) fut averti que la tribu de ‘
Atafan se préparait à faire un raid contre Médine, les tribus commençaient à se préparer, se sentant menacée. Lorsque le Prophète (
م
 
و
 

 
 
ص
) pénétrait dans une région, il installait son camps durant trois jours, voir une semaine, voir un mois, afin de montrer que ça allait être lui à présent qui allait détenir le pouvoir dans la péninsule arabique. Parmi les tribus se préparant
: ‘Atafan. Cette tribu pensa s’attaquer aux musulmans. Elle se trouvait à l’Est de Médine. Lorsque le Prophète (
م
 
و
 

 
 
ص
) fut informé de la
préparation de la tribu de ‘Atafan, il s’attaqua directement à c
ette tribu. Il entra dans le territoire de cette tribu. Les gens habitant cet endroit se dispersèrent, grimpèrent les montagnes alentours du Najd: ils eurent peur de rencontrer le Prophète (
م
 
و
 

 
 
ص
), ils ne le combattirent pas.
 
l’Islam, montrer que l’Islam avait atteint le Najd.
 
Il se passa un évènement au cours de son séjour.
Un jour, l’Envoyé d’Allâh (
م
 
و
 

 
 
ص
)
se retira près d’un arbre. On sait que par moment le Prophète (
م
 
و
 

 
 
ص
) se retirait
d’auprès des Compagnons pour adorer Allâh…Il faisait des retraites. Les gens de ‘Atafan le regardèrent de loin et le virent tout seul
 
: ils virent qu’il n’y avait personne avec lui [alors que] d’habitude il y avait toujours Abû Bakr circulant autour de
 lui,
ou d’autres Compagnons tels Zubayr
 
ou Sa’ad i
bn Abî Waqâs. Là il était tout seul, ils se dirent que ça allait être une bonne occasion pour le tuer car s
’ils rataient cette occasion
, ils
n’allaient jamais le trouver dans une telle situation, endormi tout seul près d’un arbre.
 Le Prophète (
م
 
و
 

 
 
ص
) dormit près de cet arbre, et lorsqu’il se réveilla, un homme se
tint à côté de lui, brandissant son épée. Il dit au Prophète (
م
 
و
 

 
 
ص
) :
« Ô Muhammad ! Ô Muhammad ! Qui te protège contre moi ?! »
 Le Prophète (
م
 
و
 

 
 
ص
) le regarda et dit : « Allâh ! Allâh va me protéger ! » Puis la personne commença à reculer et tomba, puis
l’épée tomba de ses mains
 ! Le Prophète (
م
 
و
 

 
 
ص
) se saisit de l’épée et dit
 : « Qui va te protéger ?! » Et la personne dit :
« Ashhadu an lâ ilâha illâ Allâh wa anna Muhammadan  Rasûlu-Lllâh »
. Cette personne s’appelait
 
Dhu’t
hûr
de la tribu de ‘Atafan.
 
Lorsqu’il regagna les siens, ils lui dirent
 :
« Comment cela se fait-il ? Il était devant toi ! Tu aurais  pu le tuer ! »
 Il dit :
«
Il y avait un ange qui m’a poussé 
 ! »
 Un ange protégea le Prophète (
 
ا
 
ىصمس
 
و
 
هع
). C’est l’un des miracles du Prophète (
مس
 
و
 
هع
 
ا
 
ىص
).
Cet évènement se passa durant l’expédition
 de Dhî Amr. [La tribu de] Banî
Sulaym s’était aussi préparée à s’attaquer à Médine. Le Prophète (
 
ا
 
ىصمس
 
و
 
هع
) fut averti et organisa une armée de 300 hommes qui se dirigèrent vers Bahrâ
n (c’est
une mine se trouvant dans le Hijâz
, à l’Ouest de Médine
, proche de
la Mer Rouge, d’une région s’appelant Al Fu
). Et lorsque les gens de cette tribu furent informés, ils se dispersèrent. A chaque fois que le Prophète (
مس
 
و
 
هع
 
ا
 
ىص
) s’apprêtait à attaquer [
ses ennemis], Allâh
ىل ت
 
و
 
هن ح س
 
envoyait la frayeur dans leurs cœurs.
 Le Prophète (
مس
 
و
 
هع
 
ا
 
ىص
) a dit :
 
«
Allâh m’a accordé la victoire par la frayeur que j’inspire à mes ennemis à une distance d’un
mois de marche. » Dès que le Prophète (
مس
 
و
 
هع
 
ا
 
ىص
)
venait de se préparer, avant qu’il n’ait atteint l’endroit où il allait combattre, d’une distance d’un mois de marche, ses
adversaires étaient touchés par la frayeur. Allâh
ىل ت
 
و
 
هن ح س
 
 jetait l’effroi dans les cœurs des
mécréants.
C’était un privilège
du Prophète (
مس
 
و
 
هع
 
ا
 
ىص
), parmi les six privilèges : «
 J’ai été favorisé
par six privilèges sur les autres Prophètes : j
’ai le don d’exprimer en peu de mots de grandes
vérités, la victoire sur mes ennemis vient de la terreur que je suscite en eux,
il m’est permis de jouir du butin, toute la terre m’est un lieu de prière et de pureté, je suis envoyé à l’humanité entière et je suis le sceau des Prophètes.
 »
1
 Il y avait donc la frayeur, une arme solide
! Lorsqu’Allâh
 
 jette la frayeur dans le cœur de quelqu’un, même si cette personne a les armes les plus sophistiquées du monde,
il perd le contrôle et peut-
être même qu’il retournera l’arme contre lui
 ! Il laissa durant cette bataille ibn Um Mekhtûm (
هع
 
ا
 
يضر
) qui s’
occupa des affaires de Médine. Il fut par la suite le mu`adhin du Prophète (
مس
 
و
 
هع
 
ا
 
ىص
), lui et Bilal. Il était aveugle (
هع
 
ا
 
يضر
). Lorsque le Prophète (
مس
 
و
 
هع
 
ا
 
ىص
) fut sorti victorieux de la bataille de Badr, les juifs de Banî
Qaynuqâ’
, de Banî Nadhîr et de Banî Quraydha furent incapables de dissimuler leur désarroi. Auparavant les
 juifs cachaient leur haine, mais là ils divulguèrent leur haine. Ils n’hésitaient pas à s’allier avec les arabes, comme ce qu’ils avaient
 fait avec Abû Sufyan
lorsqu’il s’
était attaqué au champ de Médine
, c’étaient eux qui lui avaient livré les secrets, là où ne se trouvait pas l’armée du Prophète (
مس
 
و
 
هع
 
ا
 
ىص
)...
Ils s’alliaient donc avec les arabes contre
le Prophète (
مس
 
و
 
هع
 
ا
 
ىص
). Ils travaillaient souvent dans la discrétion. Et Allâh
ىل ت
 
و
 
هن ح س
 dévoila cette haine étant
cachée dans les cœurs des juifs.
 
مِِُَ
 
ِدِ
 
ْن
 
دََ
 
رّُ
 
ْمُِَِ
 
ِدْَ
 
ن
 
مُَوُرَ
 
ْَ
 
ِبَِْا
 
ِلْَ
 
ْن
 
رِَ
 
ّََِْَ
 
ّَ
 
ْوُَْصاَ
 
ْوُْَ
 
قَْا
 
ُمُَ
 
َنّََ
 
َ
 
ِدْَ
 
ن
 
ِِرْَِ
 
ُه
 « Nombre de gens du Livre aimeraient par jalousie de leur part, pouvoir vous rendre mécréants après que vous aye
z cru. Et après que la vérité s
est manifestée à eux? Pardonnez
et oubliez jusqu’à ce qu’Allâ
h fasse venir Son commandement. »
2
 
Ils savaient que c’était la vérité mais par haine, par jalousie qu’Allâh envo
ya un Prophète issu de Banî Ismâ
’îl, ils ne voulurent pas y croire, ils renièrent, se
désavouèrent de lui. Bien
qu’il fut écrit dans leur Torah qu’Allâh
ت
 
و
 

 allait envoyer Muhammad (
 
و
 

 
 
صم
) et qu’ils devaient croire en lui.
1
 Rapporté par Muslim
2
 {S.2 ; V.109}

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->