Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Numéro 3 Brève judiciaire 1-15 Novembre 2013

Numéro 3 Brève judiciaire 1-15 Novembre 2013

Ratings: (0)|Views: 5|Likes:
Published by STLebanon

More info:

Published by: STLebanon on Dec 09, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

03/28/2014

pdf

text

original

 
1 - 15 novembre 2013
Le Bulletin d’actualité judiciaire est une publication périodique dont l’objectif est de mettre en relief les activités  judiciaires du Tribunal spécial pour le Liban. Il sera publié deux fois par mois jusqu’au début du procès. Il ne s’agit pas d’un document officiel du Tribunal pourvu de valeur juridique ; sa finalité est simplement de donner un aperçu régulier des audiences publiques et des actes de procédure déposés devant le Tribunal.
Numéro
3
 État d’avancement de l’affaire
 Ayyash et autres 
 A. Observations du représentant légal des victimes relatives aux modalités de la participation des victimes au procèsB. Décision dans l’appel formé par les conseils de M. Sabra contre la décision du Juge de la mise en état relative aux dixième et onzième requêtes aux fins de communicationC. Réponse de l’Accusation à la requête conjointe de la Défense aux fins de consultation de documents confidentiels en l’affaire
 Merhi 
D. Réplique de la Défense de Sabra à la réponse de l’Accusation relative à la requête en suspension de procédureE. Requête de l’Accusation aux fins d’autorisation d’interjeter appel de la décision du Juge de la mise en état relative à la requête de la Défense de Oneissi en communication du contenu des SMS correspondant à un numéro de téléphoneF. Requête de la Défense de Sabra aux fins d’autorisation d’interjeter appel de l’ordonnance de la Chambre de première instance en date du 31 octobre 2013G. Instructions de la Chambre de première instance au GreffierH. Recomposition de la Chambre de première instanceI. Décision relative à l’expurgation de trois déclarations de témoins à charge
 En l’affaire
El Sayed
TABLE DES MATIÈRES
Bulletin d’actualité  judiciaire
Dokter van der Stamstraat 1, 2265 BC Leidschendam, Netherlands PO Box 115, 2260 AC Leidschendam, Netherlands.For more informaon please contact the Public Aairs Secon: stl-pressoce@un.org Tel : +31 (0) 70 800 3560 / 3828
 
Document provided by the Public Aairs Secon of the Special Tribunal for Lebanon.
2
 Le Procureur c. Ayyash et autres
(STL-11-01)
État d’avancement de l’affaire
 Ayyash et autres 
 A. Observations du représentant légal des victimes relatives aux modalités de la participation des  victimes au procès
Conformément au cadre juridique du TSL et à l’autorisation donnée par la Chambre de première instance lors de la conférence préalable au procès du 29 octobre 2013, le Représentant légal des victimes a, le 1er novembre 2013, déposé ses observations écrites relatives aux modalités de la participation des victimes. Il soumet notamment une série de propositions qui permettraient d’assurer une représentation effective des victimes participant au procès :1. Participer aux réunions, conférences de mise en état et audiences autres que celles du procès.2. Présenter des requêtes écrites et orales à la Chambre de première instance sur des questions concernant les intérêts personnels des victimes.3. Pouvoir consulter les documents et écritures déposées, publics et confidentiels, ainsi que le dossier de l’affaire et les pièces communiquées. 4. Faire des déclarations à l’ouverture et à la clôture du procès.5. Citer des témoins à comparaître et produire d’autres moyens de preuve selon la manière de procéder qu’adoptera la Chambre de première instance. 6. Interroger et préparer les témoins, selon ce que décidera la Chambre de première instance. Le représentant légal des victimes demande en outre que les victimes participantes, comme il est d’usage dans certaines juridictions nationales et internationales, puissent être présentes dans la salle d’audience lors du procès. Il convient de noter que le TSL permet aux victimes d’être représentées dans ses procédures, sous réserve de remplir certaines conditions. À ce jour, 68 victimes ont obtenu le droit de participer au procès
 Ayyash et autres 
, dont 66 y participent actuellement.
B. Décision dans l’appel formé par les conseils de M. Sabra contre la décision du Juge de la mise en état relative aux dixième et onzième requêtes aux fins de communication
La Chambre d’appel a rendu sa décision dans l’appel formé par les conseils de M. Sabra qui demandaient à l’Accusation de communiquer, en vertu des articles 113 et 110 A) ii) du Règlement de procédure et de preuve du
L’affaire a trait à
l’attentat du 14 février 2005
 perpétré à
Beyrouth
, qui a fait
22 morts
, y compris l’ancien Premier ministre du Liban
Rafic Hariri
, et de
nombreux blessés
.
 ACCUSÉS ET CHEFS D’ACCUSATIONMustafa Amine Badreddine et Salim Jamil Ayyash :
 Complot en vue de commettre un acte de terrorisme ;
 Perpétration d’un acte de terrorisme au moyen d’un engin explosif ;
 Homicide intentionnel de Rafic Hariri avec préméditation au moyen de matières explosives ;
 Homicide intentionnel de 21 personnes, en sus de l’homicide intentionnel de Rafic Hariri, avec préméditation au moyen de matières explosives ;
 Tentative d’homicide intentionnel de 226 personnes, en sus de l’homicide intentionnel de Rafic Hariri, avec préméditation au moyen de matières explosives.
Hussein Hassan Oneissi et Assad Hassan Sabra :
 Complot en vue de commettre un acte de terrorisme ;
 Complicité de perpétration d’un acte de terrorisme au moyen d’un engin explosif ;
 Complicité d’homicide intentionnel de Rafic Hariri et de 21 autres personnes, et de tentative d’homicide intentionnel de 226 personnes avec préméditation au moyen de matières explosives.
 
Document provided by the Public Aairs Secon of the Special Tribunal for Lebanon.
3
Tribunal,
1
 sept éléments distincts établis par le Bureau du Procureur ou la Commission d’enquête internationale indépendante des Nations Unies (UNIIIC).  Afin d’apprécier si le Juge de la mise en état avait commis une erreur en refusant la communication, la Chambre d’appel a analysé deux questions. Premièrement, les juges ont conclu que les documents internes établis par une partie visés à l’article 111 sont une exception générale à la règle de l’article 113 tout en reconnaissant qu’il existe une exception et une seule à l’article 111.
2
 Deuxièmement, la Chambre d’appel a conclu que le Juge de la mise en état n’avait pas commis d’erreur en refusant la communication d’un élément demandé en vertu de l’article 110 A) ii) en faisant valoir la même exception accordée aux documents internes par l’article 111.
C. Réponse de l’Accusation à la requête conjointe de la Défense aux fins de consultation de documents confidentiels en l’affaire
 Merhi 
En réponse à la requête conjointe de la Défense aux fins de consultation de documents confidentiels en l’affaire
 Merhi,
3
 l’Accusation a déposé ses arguments le 5 novembre 2013. Pour l’essentiel, l’Accusation demande au Juge de la mise en état de rejeter la requête de la Défense, les conseils ayant déjà accès à tous les documents déposés à l’appui de l’acte d’accusation à l’encontre de Hassan Habib Merhi qui ont été précédemment communiqués dans l’affaire
 Ayyash
. En outre, l’Accusation déclare qu’aucune pièce n’a été communiquée à M. Merhi étant donné qu’il n’a pas encore comparu devant le TSL. L’Accusation a indiqué qu’il n’y avait donc pas d’éléments de preuve communiqués dans l’affaire
 Merhi 
 qui n’aient pas été communiqués en l’affaire
 Ayyash et autres 
. Enfin, elle a argué que la demande d’une ordonnance générale couvrant toute communication future dans l’affaire
 Merhi 
 est spéculative et ferait fi de l’obligation incombant à la Défense d’établir la pertinence du document demandé. Se fondant sur le Règlement de procédure et de preuve du TSL, l’Accusation prétend que les conseils de MM. Ayyash, Badreddine, Oneissi et Sabra ne sont pas autorisés à consulter les écritures confidentielles ou
ex parte 
 d’une autre affaire, hormis les pièces qui pourraient être essentielles à la préparation de la Défense conformément à l’article 110 B) ou potentiellement à décharge conformément à l’article 113.
D. Réplique de la Défense de Sabra à la réponse de l’Accusation relative à la requête en suspension de procédure
Le 6 novembre, la Chambre de première instance a autorisé les conseils de M. Sabra à répliquer à la réponse de l’Accusation relative à sa requête aux fins de suspension de la procédure.
4
 Dans sa réplique déposée le 13 novembre, la Défense de Sabra avance que, contrairement à ce qu’affirme l’Accusation, les informations qu’elle cherche à obtenir des autorités libanaises n’ont pas été fournies dans leur très grande
1 Voir le Numéro 1 du Bulletin d’actualité judiciaire http://www.stl-tsl.org/fr/media/judicial-brief  concernant l’appel des conseils de M. Sabra et la réponse de l’Accusation.2 En langage juridique, les « documents internes établis par une partie » sont le fruit du processus de réflexion des avocats, enquêteurs, experts et analystes travaillant sur une affaire donnée. Ils se présentent notamment sous forme de notes, mémorandums internes et autres documents. Les éléments de preuve à décharge sont quant à eux des éléments tendant à prouver l’innocence d’un accusé. Si le Procureur est en possession d’un tel élément, il a le devoir de le communiquer à la Défense. Voir le Glossaire de termes du TSL pour d’autres définitions de termes juridiques. 3 Pour les observations de la Défense, voir le numéro 2 du Bulletin d’actualité judiciaire. Le numéro 1 détaille l’acte d’accusation à l’encontre de Hassan Habib Merhi que le Juge de la mise en état a confirmé en juillet de cette année. 4 Pour des informations complémentaires sur cette procédure, on consultera les numéros 1 et 2 du Bulletin d’actualité judiciaire.
Les rapports, mémoires ou autres documents internes établis par une partie, ses assistants ou ses représentants, dans le cadre de l’enquête ou de la préparation afférentes à un dossier n’ont pas à être communiqués ni signifiés en vertu du présent Règlement.
 Article 111
Sous réserve des dispositions des articles 116, 117 et 118, le Procureur communique dès que possible à la Défense toute information dont il dispose ou a connaissance qui peut raisonnablement tendre à disculper l’accusé, atténuer sa responsabilité pénale ou affecter la crédibilité des éléments de preuve à charge.
 Article 113

You're Reading a Free Preview

Download
scribd