Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Echos de la Taiga n5

Echos de la Taiga n5

Ratings: (0)|Views: 28|Likes:
Published by rbibi
Bulletin d'information du comité de soutien aux inculpés de Tarnac.
Bulletin d'information du comité de soutien aux inculpés de Tarnac.

More info:

Published by: rbibi on Sep 05, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/14/2012

pdf

text

original

 
ECHOS DE LA TAÏGA
O      
R  
R  
 A 
E    
T      
Limoges, Noël 1974
Bulletin d’information du comité de soutien aux inculpés de Tarnac
Numéro 5 - 30 juin 2009
J
ULIENLIBÉRÉ
...Évidemment que la nouvelle futbonne. Mais curieusement, les journalistes venus assister auxgrandes manifestations de joiedans le village de Tarnac n'y ontpas trouvé l'exubérance atten-due.Pas de camarades hurlant à lalune leur joie de le voir enfinlibre, pas d'explosion festive aucomptoir du bar, tout justequelques coups de klaxon desautomobilistes traversant lebourg.Y voir de la simple modestie se-rait une erreur : comment nepas comprendre qu'au-delàd'un évident soulagement, la joie reste plombée par l'amer-tume ? Car la pilule ne passerapas. On aura pas de bouquet defleurs à envoyer aux magistrats,aux flics ou à Alliot-Marie – tout juste un chapelet d'insulteset une flaque de mépris. Pas dela déception, on n'en a jamaisrien attendu ; plutôt quelquechose comme un curieux désirde vengeance, une folle enviede leur faire payer ce qu'ilsont fait : le flicage et la sur-veillance, l'orchestration mé-diatique d'une nouvelle chasseaux sorcières, les six mois autrou, les humiliations, le har-cèlement d'assouplissementtemporaire des contrôles ennouvelles arrestations... Et deleur faire payer ce qu'ils fontencore : le flicage et la surveil-lance – toujours –, lescontrôles judiciaires qui semaintiennent, les arrestationsqui se poursuivent, les en-quêtes qui restent ouvertes etcelles qui débutent...On n'oublie rien. Ni de ce quis'est passé, ni de ce qui reste.On lâchera pas.
R
IENN
ACHANGÉMAISTOUTCOMMENCE
...
 
Les racines coloniales de la contre-insurrection
Indochine, 1946-1954. Les mili-taires français qui tentent de sauvegar-der l'empire colonial de la France sontdépassés par les évènements. Les tech-niques de contrôle des foules qu'ilsavaient pu utiliser jusqu'à la deuxièmeguerre mondiale, face à un ennemiclairement identifié, sont mises enéchec par une forme de révolte anti-coloniale insaisissable, dont les acteurssont disséminés au sein de l'ensemblede la population colonisée. Introuva- bles, les présumés « terroristes » peu-vent partout frapper pour se dissoudreaussitôt dans la masse, soutenus par une grande partie de la population.Il s'agit alors de réactiver, d'in-venter, et d'expérimenter d'autres tech-niques que celle du combat frontal,avec un sentiment d'urgence d'autant plus fort que la guerre froide bat son plein, et que les théoriciens militairessont convaincus que la main de Mos-cou se cache derrière toute forme d'in-soumission. S'appuyant sur desantécédents historiques, mais aussi sur une inventivité non dénuée de zèle, ilsentérinent l'utilisation de certainestechniques : il s'agit d'une part de repé-rer, chez l'ennemi, quelle est l'« Orga-nisation Politico-Administrative »(OPA), supposée être la colonne ver-tébrale de la subversion, et de détruirecette structure ; d'autre part, de systé-matiser la propagande et « l'action psy-chologique » sur les populations, ainsique l'usage industrialisé de la torturesur les prisonniers, afin de faire passer l'envie à tout un chacun de s'insoumet-tre. Fort du soutien sans concessiond'un Etat colonial attaché à « défendrele monde libre » contre la « subversioncommuniste », les généraux qui pilo-tent ces opérations ont toute latitude pour tester des techniques les plus àmême de défendre l'empire français – quel qu'en soit le prix.Ainsi, bien qu'elle se soit soldée par une défaite, la guerre d'Indochineaura permis d'affiner une « doctrine dela guerre révolutionnaire » qui trouveraensuite ses lettres de noblesse au seindes instituts d'études militaires(comme l'Institut des Hautes Etudes dela Défense Nationale, IHEDN). Ensei-gnée aux militaires, mais également àtous les patrons de grands médias, pa-trons de complexes militaro-indus-triels, et hauts magistrats qui sontinvités à participer aux séminaires,ainsi qu'aux ministres qui reçoivent ré-gulièrement des « synthèses » – bref, àtous les « cadres de la nation » –, lanouvelle doctrine permettra de bienfaire circuler ce qu'ils nomment la« pensée de défense ». La nation y estconsidérée comme un organisme qu'ilfaut immuniser contre les menaces dedissolution qui le rongent . L'armée estici la source d'une « pensée immuni-sée », en ce qu'elle a justement pour fonction de défendre le Corps Natio-nal. La diffusion de la pensée de dé-fense au sein de la population, relayée par tous les « cadres » formés à cettefin, est alors une manière d'amener la population à s'auto-immuniser tout enlui faisant intégrer comme naturel l'in-terventionnisme d'une armée protec-trice. Armée qui de son côté,développe afin de lutter contre la sub-version (« le cancer ») un ensemblecohérent de techniques visant à conju-rer la menace révolutionnaire.Le résumé qu'en fait M.Rigousteest éloquent :1. Les populations colonisées sont desmilieux de prolifération de la subver-sion révolutionnaire.2. Le renseignement doit permettre defaire apparaître les hiérarchies paral-lèles adverses, à tenir, détruire ou rem- placer.3. La terreur permet à l'adversaire detenir la population, il faut se réappro- prier ces principes.4. Désigner la subversion intérieure permet d'amener la population à soute-nir la répression et à y participer.5. L’action psychologique permet decontrôler les représentations de la po- pulation et la guerre psychologique detromper l'adversaire. L'armée doit êtrele chirurgien de la société gangrénée.6. Le quadrillage militaro-policier del’espace urbain constitue un acte chi-
L'
ENNEMI
 Il est parfois d'apparents hasards qui vous font croire qu'il existe vraiment un « esprit de l'époque ». Ainsi, la parution d'un livre sur l'Ennemi Intérieur 
(Mathieu Rigouste, L'Ennemi Intérieur, ed. La Découverte,2009)
au moment même où « l'affaire de Tarnac » faisait la une, laisse penser que la question d'un réel soulè-vement populaire, pour ceux qui veulent le contenir comme pour ceux qui y placent leurs espoirs, est bel et bien« dans l'air ». Invité à Tarnac pour nous présenter ses recherches, l'auteur a pu nous apporter quelques pré-cisions sur la pensée de guerre révolutionnaire qui oriente une bonne partie des « cadres de la Nation ».Si nous avons souhaité contribuer à diffuser ce travail, c'est autant afin de montrer que la guerre pré-ventive de contre-insurrection est bel et bien une réalité pratique et théorique, que pour donner quelques pistesà tous ceux qui envisageraient de faire dérailler cette machine de guerre.
ou la guerre préventive
Echos de la Taïga n°52Ennemi Intérieur 
 
Valéry Giscard-d'Estaing, mettra ainsien place le plan Vigipirate en s'ap- puyant sur le modèle contre-insurrec-tionnel : classé en partie secret défense,ce plan vise tant à quadriller l'espaceurbain qu'à immuniser la population eny diffusant l'esprit de sécurité. La pré-sence de militaires en armes dans lesrues se « naturalise ». Plus tard, unautre ancien élève de l'IHEDN, Fran-çois Miterrand, choisira de réhabiliter les généraux ayant tenté les coupsd'Etat sous De Gaulle, et par là de don-ner une nouvelle légitimité à cette doc-trine. L'affaire des « Irlandais deVincennes » inaugure en France dès1982 la pratique des « montages mé-diatico-policiers » : une action concer-tée entre les média et la police permettant de préparer la population en lui dé-signant l'ennemi, que de diffuser lesdétails descriptifs de celui-ci, que,après quelques mois de décantation, de procéder à des arrestations collectives.La doctrine de la guerre révolu-tionnaire apparaît dorénavant commeune pure « technologie d'Etat », a-po-litique, visant simplement à maintenir l'ordre au sein d'une population tout àla fois menaçante et menacée.Elle sera cependant ébranlée untemps par la chute du mur de Berlin etla fin de la guerre froide. Privés de leur  principale justification dans la désigna-tion d'un ennemi intérieur, les théori-ciens de la contre-insurrection seintentions.Parallèlement, dans les années50, la doctrine s'exporte à l'occasion dedivers colloques internationaux, par exemple au sein de l'OTAN. AuxEtats-Unis, elle sera immédiatementappliquée, notamment aux Black Pan-thers, à travers une série de plans et demodèles policiers.
Importer la guerre révolutionnairedans l'espace métropolitain
Après le terrain colonial, relayée par les théoriciens militaires qui l'ontappliquée, la doctrine tente de s'impor-ter dans les métropoles. En France, elleest interdite à la suite de plusieurs ten-tatives de coups d'Etat (en 1961 et1962) réalisés par ses principaux théo-riciens (les futurs cadres de l'OAS),mais elle reste étudiée dans les institutsmilitaires, et son héritage reste visibledans les techniques de maintien de l'or-dre. C'est ainsi que les « gauchistes »des années 68 sont désignés commechienlit, et qu'une action est menée sur la population de manière à lui appren-dre à « s'auto-immuniser ». En mêmetemps, les dispositifs sécuritaires semultiplient, les réseaux médiatiquessont tenus, et les subversifs expulsés.Mais c'est surtout quelques an-nées plus tard que les pratiques decontre-insurrection réapparaîtront avecforce. Un ancien élève de l'IHEDN,rurgical radical pour purger les sub-versifs et immuniser la populationcolonisée.7. La raison d'Etat justifie l'état d'ex-ception et la militarisation ducontrôle.Théorisée et enseignée, la doc-trine de la contre-insurrection conti-nue dans le même temps à se nourrir des guerres coloniales françaises, en particulier en Algérie. Une nouvelleétape est ainsi franchie en 1957 aucours de la « bataille d'Alger ».Confrontés à une ville-labyrinthedans laquelle les éléments subversifs peuvent évoluer et se cacher avecune aisance incontrôlable, les mili-taires créent ce qu'ils nomment le« Dispositif de Protection Urbain » :- un numéro est attribué à chaquemaison ;- la population est fichée dans sa to-talité, chacun faisant l'objet d'unesomme de renseignements sur sonemploi, ses fréquentations, ses acti-vités ;- la ville est quadrillée de barbelés et barricades, constituant autant de« checkpoints » qui permettent decontrôler les moindres déplace-ments ;- enfin, diverses opération de « dis- paritions » et de tortures sont effec-tuées envers quiconque estsoupçonné de nourrir de mauvaises
INTÉRIEUR
,
comme science du maintien de l'ordre.
U
NEHISTOIREDELA
C
INQUIÈME
R
ÉPUBLIQUE
Tout un chacun a pu apprendre à l'école primaire une petite histoire de la naissance de la cinquièmerépublique : le Conseil des ministres, dépassé par les évènements en Algérie, aurait appelé à son secoursle grand général De Gaulle, personnage fort et charismatique qui aurait tout à la fois pris les choses en main,et rédigé une nouvelle constitution donnant « enfin » plus de pouvoir au président en cas de crise majeure.Ce qu'on sait moins, c'est le rôle essentiel qu'ont joué les théories politiques de la contre-insurrectiondans cette histoire. Car il faut bien voir qu'après avoir appliqué en toute liberté les théories de guerre révo-lutionnaire dans les espaces coloniaux, les petits généraux se sont sentis pousser des ailes, nourrissant desambitions de contrôle pour la société toute entière. Ainsi, les mêmes qui avaient officié en Indochine, pilotaientles opérations en Algérie. Jugeant que le Corps National était en danger, et le conseil des ministres incapabled'agir, ils ont décidé de prendre les choses en main.C'est ainsi que le 13 mai 1958, près de 5000 algériens sont forcés, à coup de menaces, à se ras-
Echos de la Taïga n°53Ennemi Intérieur 

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->