Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
27Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Mini-projet_Qualité_EDDOUMI_Issam

Mini-projet_Qualité_EDDOUMI_Issam

Ratings:

5.0

(1)
|Views: 1,997|Likes:
Published by ddm

More info:

Published by: ddm on Sep 14, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/11/2014

pdf

text

original

 
 
Mini-projet derecherche en Gestionde Qualité
Ecole Nationale de l’Industrie Minérale
Mini Projet
2009
 
EDDOUMI Issam
ENIM14/09/2009
 
 
Page
1
 
Introduction
La qualité est l’objet d’une démarche socio-économique que l’on appelle souvent
qualitisme
, laquellerelève d’une science – au moins d’une technique– dite
qualitique
.Aujourd’hui, le développement de la notion de qualité a pris une ampleur universelle, au point des’afficher partout, dans les journaux, sur les murs et les écrans, dans les usines et dans les propos des uns – les économistes – comme dans ceux des autres – les politiques.Les raisons de ce succès, quelquefois envahissant, sont nombreuses. Pour l’essentiel, elles se ramènent àcelles-ci :
 
la qualité, dans son essor, a été portée par l’envol de l’industrie japonaise qui en a fait sonmaître mot, au moins dans les décennies 1970 et 1980 ;
 
dans le monde socio-économique d’aujourd’hui, la qualité implique la prééminence presqueexclusive des destinataires de tous produits ou prestations. On parlera plus simplement du «client-roi », idée toujours bien reçue ;
 
la notion de qualité est une notion valorisante et dynamique ; ceux qui l’ont mise en applicationsur le terrain le savent bien : il est difficile de ne pas adhérer au souhait de « faire mieux » etde contenter sa clientèle ;
 
enfin, c’est peut-être l’élément clé, la qualité fait l’objet d’un consensus mondial traduit parl’existence des célèbres normes ISO série 9000 : une définition universelle des vocabulairesemployés en matière de qualité, d’où une facilité non moins universelle de dialogue dans ledomaine ; ainsi que de règles universelles de gestion des organismes et des entreprises et, parconséquent, d’appréciation de l’observance de ces règles par ces mêmes organismes etentreprises.Ces traits, qui sont essentiels et dessinent le visage actuel de la qualité, ne doivent pas êtredémesurément grossis. La qualité a ses limites. Personne ne souhaite forcément que l’avenir les luirappelle, mais on n’oubliera pas :
 
que la situation socio-économique actuelle révèle un excès de l’offre sur la demande, d’où laforce de cette dernière. (Il n’en fut pas toujours ainsi. Il n’y a pas de certitude que les pénuries nereviennent jamais, dans lesquelles la notion de qualité a du mal à se mouvoir) ;
 
que son succès rend la qualité envahissante ; après avoir absorbé les coûts et les lais, laqualité intègre les nouvelles exigences de société (santé, environnement…) pour ne parler quedes dernières évolutions. C’est beaucoup ; la barque se charge et la qualité ne mérite pas definir comme la grenouille de la fable ;
 
qu’enfin, le principe du client-roi relève du bon sens en même temps qu’il est le plus souventvalidé par l’expérience.Mais c’est quoi la qualité ?Il est désormais traditionnel de dire que
la qualité Q fait intervenir3 acteurs :
 
l’objet
qui est en cause et que l’on nomme produit. Ce peut être un matériel, un logiciel, unematière première, un service ou n’importe quelle combinaison des quatre ;
 
le
destinataire
, celui qui reçoit le produit ; on l’appelle client.Bien sûr, il peut y avoir une chaîne de clients, avant le client utilisateur final ;
 
le
fournisseur
qui délivre le produit.Cette approche est plus complexe qu’il n’y paraît. Dans un processus composé d’une succession de tâches,chacun ou chaque équipe est, tour à tour, client de celui qui précède et fournisseur de celui qui suit. Laqualité Q établit des relations entre ces acteurs.
 
 
Page
2
 
DEFINITION INTERNATIONALE DE LA QUALITE :
« La qualité est l’ensemble des caractéristiques d’une entité qui lui confèrent l’aptitude à satisfaire des besoins exprimés ou implicites »
, d’après la norme
ISO 8402.
 Comme dans toutes les finitions internationales qui sont des compromis, chaque mot compte : — ensemble des caractéristiques : dans la mesure où le client attend beaucoup, cet ensemble peut êtretrès large. On parlera des «
dimensions de la qualité
» ; — aptitude à satisfaire : la qualité est une potentialité attachée certes à une entité (produit,organisme…) mais elle concerne une personne physique ou morale, le client. Elle est d’essence subjective.Cependant, La mise en pratique de la qualité, à l’intérieur de l’entreprise (qualité interne) comme dansses relations avec la clientèle (qualité externe), nécessite l’emploi de méthodes et de moyens, souvent trèssimples et presque banals, quelquefois sophistiqués et en tous cas scifiques de la qualité.Dans ce sujet, on traitera les principaux outils de qualité en conception ainsi qu’on production.

Activity (27)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
Yassin Gasmi liked this
Kacem Mohamed liked this
Hicham Boudrare liked this
didu liked this
dalia7med liked this
dalia7med liked this
foufoua liked this
manudi84 liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->