Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Histoire Moderne 3 Une Europe en Guerre

Histoire Moderne 3 Une Europe en Guerre

Ratings: (0)|Views: 160|Likes:
Published by Jean Gianello

More info:

Published by: Jean Gianello on Sep 14, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/22/2010

pdf

text

original

 
M. SouriacUne Europe en guerredd/09/yyyy- 1 -
 
[2008]
Hans95[Univ-lyon3 Histoire Géographie][22/10/2008]
[Histoire Moderne : UneEurope en guerre dans lapremière moitié du XVIesiècle]
 
M. SouriacUne Europe en guerredd/09/yyyy
Chapitre 3 : Une Europe en guerre dans la première moitié duXVIe siècleIntro
: La puissance dominante militairement est l’empire de Charles Quint. La guerre estau XVIe siècle le fondement du pouvoir. C’est une activité qui permet au souverain d’asseoir son autorité, et de retirer de la gloire du champ de bataille ; il veut prouver qu’il est choisi par Dieu par ses victoires. Exemple : Louis XIV se fait présenter en Empereur Romain sur la place Bellecour.L’Europe connaît une mutation des pratiques et motifs de guerre. Quand les guerres d’Italiedébutent en 1494, le roi de France prétend conquérir des territoires éloignés qui lui reviennentde droit. On mobilise quelques milliers d’hommes, et il n’y a pas de considération de l’ordrede la géopolitique ni de la cohésion territoriale.Après, on se pose des questions quant à l’hégémonie sur l’Europe. Charles Quint atteste sonhégémonie, mais elle sera contestée par le roi de France. A partir de 1520, cela va setransformer en guerre de bloc. Il existe donc des rapports de domination, de contrôle.Les techniques changent aussi, avec l’usage et la diffusion de la poudre. On se bat doncdésormais à distance, notamment avec l’usage des canons. Cela modifie égalementl’organisation des villes.Les armées sont plus lourdes, plus nombreuses. On revient à des effectifs correspondant autemps de l’Empire romain. Il faut les payer, nourrir, loger, habiller, ce qui implique toute unelogistique. Les Etats doivent améliorer leur structure administrative et fiscale. Cela a desconséquences considérables dans la création des Etats modernes.Cependant, il ne faut pas écarter la dimension morale de la guerre. Il existe une contradictionculturelle : la noblesse a pour vocation de faire la guerre, mais l’idéal social condamne laviolence. On doit donc justifier la guerre. Un droit est issu de ce paradoxe : la guerrelégitimée.
I.Le tropisme italien
L’Italie connaît des guerres dès 1494, date à partir elle deviendra un champ de bataille permanent.
 A.Les prétentions italiennes de la France
Ce sont des prétentions très archaïques, de nature dynastique. Il faut récupérer des héritages familiaux usurpés par d’autres puissances.1)
Le royaume de Naples
 Il appartient à la famille des ducs d’Anjou, une grande famille princière qui tente de créer un territoire fait de conglomérats de plusieurs terres : il est en même temps roi de Naples,roi de Provence, duc d’Anjou, et veut créer une principauté. Mais le roi de France veutsimultanément réduire les pouvoirs féodaux. Le duc d’Anjou va disparaître comme lesautres : le dernier se nomme Charles du Maine (mort en 1481, célibataire), battu par LouisXI, qui lui a imposé un testament. A sa mort il lègue ses biens au roi de France. Personnen’a pu contester cet héritage, et de fait en 1481, la France annexe la Provence, l’Anjou, et Naples.- 2 -
 
M. SouriacUne Europe en guerredd/09/yyyyCependant cela pose un problème : il y a un conflit ancien entre l’Aragon et les Angevins.En 1450, les Aragonais envahissent Naples, le roi d’Aragon met en place un vice-roi, etles Angevins sont chassés. Les ducs d’Anjou prétendent pouvoir revenir à Naples. LouisXI hérite donc d’une prétention au royaume de Naples, ce qui constitue une cause valable pour faire la guerre : il ne le fera pas à son époque. Par contre, en 1494, Charles VIII lefera.2)
Duché de Milan
 Charles VIII n’a pas pu prétendre à ce duché. Mais Louis XII a épousé Valentine Visconti,la fille de la famille ducale de Milan. Ils n’ont pas de descendance, sauf elle : cesdescendants sont les seuls héritiers.Le duché connaît un coup d’Etat, par la famille rivale des Sforza. Les Visconti sont enexil, et revendiquent le trône de Milan. Quand la branche s’éteint, celle de Valentine est laseule restante ; Louis XII et Charles d’Orléans peuvent réclamer l’héritage. MêmeFrançois Ier le peut, étant donné son cousinage.C’est une affaire de succession qui permet à la France de guerroyer, pendant 50 ans, de1494 à 1540.
 B.La situation italienne
1)Le mirage italien
On observe une intense fascination pour l’Italie. Ce sont des terres ou les Coursrayonnent, la culture est intense, et les richesses à profusion. La péninsule italienne estdonc très attractive. Il existe aussi d’autres raisons
Il y a aussi la faiblesse politique de l’Italie : la péninsule observe un refus d’un processus d’unité, mais applique plutôt une théorie d’équilibre des puissances, par la Paix de Lodi (1454) entre les 5 puissances majeures : Venise, Milan, Florence,les Etats de l’Eglise, royaume de Naples. C’est un accord permis par Laurent leMagnifique (Médicis), accord qui achève de fixer la diplomatie italienne : il stipuleque les Etats signataires s’interdisent d’exercer une domination les uns sur lesautres, et interdit également de faire appel à des puissances non italiennes pour intervenir dans les affaires internes. Si un Etat ne respecte pas cet accord, les autresEtats sont autorisés à former une ligue pour le soumettre.
Les appels à la France sont fait par des territoires faibles, riches, peu armés,fascinants. En France, ses territoires se pacifient de l’intérieur, et la noblessenombreuse rêve de guerre, impressionnée par ce qui se passe en Italie. On observedonc une différence de pression : les territoire français sont prêts à exploser, etl’Italie est plus comprimée : les Etats italiens vont se tourner vers la France pour régler les problèmes, en voyant que celle-ci est prête à détourner ses envies bellicistes vers l’extérieur. Ils jouent cependant avec le feu, et malgré la Paix deLodi, ils demandent l’aide du roi de France.
o
Premièrement, les barons napolitains, proches des ducs d’Anjou,chassés par les Aragonais, ont trouvé refuge chez les Français. A la Cour deCharles VIII, on pousse le roi à reprendre Naples. L’héritage napolitain vaémerger grâce à cela.
o
A Milan, en 1490, il y a un duc, un Sforza : Jean-Galéas Sforza, qui a troisans. On lui assigne un régent, son oncle Ludovic. Quand Jean-Galéasgrandit, Ludovic n’a pas envie de laisser le pouvoir. Un coup d’Etat de sa- 3 -

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->