Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
2014 04 29 ECD2 Gelezeau Hong Li

2014 04 29 ECD2 Gelezeau Hong Li

Ratings: (0)|Views: 27|Likes:
Published by Alain Musset

More info:

Published by: Alain Musset on Jan 21, 2014
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/03/2014

pdf

text

original

 
Hong LI
 est professeur du département d’études françaises de l’université Inha. Il est docteur en histoire et s’intéresse actuellement à la problématique de l’interculturalité, comparant les civilisations européennes et extrême-orientales d’un point de vue historique. Il vient de publier
La Renaissance des campagnes en Corée du Sud 
 (L’Harmattan, 2012).lihong@inha.ac.kr
 
ASIE / AFRIQUE 113
Abstract
The Republic of Korea launched, in the early 70s, a movement called the New Villages Movement (
Saemaeul Undong
 in Korean), an agricultural development program. The results were quickly positive, allowing the modernization of the Korean rural industry and at the same time the improvement of the peasants’ level of life. A large number of third world countries were interested in the movement. In particular, the Democratic Republic of Congo adopted it in 2004. This study is about the introduction of the
Saemaeul Undong
 to the local populations with an emphasis on the di
 culties found in the adaptation of this Korean born movement with its philosophy to the African mentalities and customs.
Keywords:
Saemaeul Undong
, development, agriculture, community, tradition, Third-World
Le développement agricole de la République démocratique du Congo
Lexemple coréen
Hong LI
Université Inha, Corée du Sud
Résumé
La République de Corée lança, au début des années 70, le Mouvement des nouveaux villages (
Saemaeul Undong
 en coréen), programme de développement agricole qui permit, en moins d’une décennie, de moderniser l’industrie rurale coréenne tout en améliorant le niveau de vie des agriculteurs. De nombreux pays du Tiers Monde furent intéressés par ce mouvement, notamment la République démocratique du Congo qui l’adopta en 2004. Cette étude est consacrée à l’introduction du
Saemaeul Undong
 auprès des populations locales, en particulier les difficultés rencontrées pour adapter ce mouvement d’origine coréenne et sa philosophie aux mentalités et aux coutumes africaines.
Mots-clés :
 
Saemaeul Undong
, développement, agriculture, communauté, tradition, Tiers-Monde
 © 2013 Atelier des Cahiers 2110-6142/13Croisements, 3, 112-129.
 
114 CROISEMENTS
Introduc
t
on1.
I
l y a près de cinquante ans, la république de Corée et la république du Congo ont
t
ssé des liens d’ami
t
é et d’échanges dont l’authen
t
cité ne sou
ff 
re aucune contestation.
1
 Peu de temps après l’accession au pouvoir du président Park Chung Hee, la Corée du Sud avait ainsi établi des rela
t
ons diploma
t
ques avec la république du Congo, en avril 1963, année charnière pour les deux pays qui étaient en train de se construire politiquement.
2
 Si l’on compare le PIB par habitant de l’année 1963, celui de la république de Corée était de 1 255 dollars et celui de la république du Congo de 342 dollars.
3
 Aujourd’hui, les chiffres fournis par le Fonds monétaire international pour l’année 2011 sont de 22 424 dollars pour la république de Corée et de 217 dollars pour la République démocra
t
que du Congo, les deux pays se classant respectivement aux 34
e
 et 185
e
 rangs de la liste des pays répertoriés, résultat qui équivaut à faire de la République démocra
t
que du Congo le pays le plus pauvre au monde.
4
 Les deux pays n’ont donc pas progressé au même rythme, le PIB par habitant de la Corée du Sud ayant été multiplié par vingt-trois en l’espace de quarante-sept ans alors que celui de la République démocra
t
que du Congo stagnait au même niveau pendant la même période. Le but de ce
e étude n’est cependant pas de comparer les processus de développement économique et industriel des deux pays : nous nous a
arderons plutôt sur leur coopéra
t
on dans le domaine de l’agriculture, expérience qui mit en valeur un transfert inédit de savoir-faire entre deux pays situés sur des con
t
nents aux cultures très di
ff 
érentes et dont les niveaux de développement économique montrent des disparités considérables. Quelles connaissances, quelles technologies agricoles pouvait donc transmettre la Corée du Sud à la République démocra
t
que du Congo ? Si l’on se remet dans le contexte du début des années soixante-dix qui vit la Corée du Sud engagée dans une phase de forte croissance, il faut se souvenir que les pouvoirs publics, sous l’impulsion de Park Chung Hee, exprimèrent leur volonté de se préoccuper également, désormais,
1. La République démocra
t
que du Congo fut aussi o
 ciellement appelée Zaïre entre 1971 et 1997, période qui correspondait à la zaïrianisa
t
on, mouvement poli
t
que prônant la suppression des termes d’origine occidentale, l’appella
t
on o
 cielle ayant été république du Congo de 1960 à 1965.2. L’année 1963 fut marquée, en Corée du Sud, par l’élec
t
on à la présidence de la République de Park Chung Hee en Corée, le 15 octobre 1963, et, en république du Congo, par l’ascension de Sese Seko Mobutu qui abou
t
ra à l’instaura
t
on de la première République démocra
t
que du Congo, en 1965, après plusieurs années de guerre civile. 3.
Perspec
ve Monde
 2012, h
p://perspec
t
ve.usherbrooke.ca.4. h
p://www.imf.org/external/data.htm. Les mêmes sources montrent que le PIB par habitant de la république du Congo était de 3 631 dollars en 2011, chi
ff 
re qui classait ce pays au 108
e
 rang des pays répertoriés par le FMI (625 dollars en 1963).

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->