Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
15Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
badiou_wittgenstein

badiou_wittgenstein

Ratings: (0)|Views: 698|Likes:
Published by B Rhie

More info:

Published by: B Rhie on Oct 01, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/05/2011

pdf

text

original

 
Il n’est pas déraisonnable de soutenir que Wittgenstein a été unhéros de notre temps.Mais à la condition d’examiner rigoureuse-ment
de quelle cause 
il a été le héros, comment il la soutint, etcomment à ses propres yeux il se perdit dans l’impossibilité, malmasquée par une sorte d’insolence spéculative,de l’acte inouï dontil entretenait la promesse.
1
En novembre
1914
, Wittgenstein fait la guerre. Il a déjà connu lefeu.Son activité de soldat est étrangement conforme à sa maximeselon laquelle il est vain de produire des propositions philo-sophiques, attendu que ce qui importe est « la clarification despropositions » [
t. 4.112
]. Traduisons en langage militaire : ce quiimporte n’est pas de tirer,mais de clarifier le tir.AussiWittgenstein,qui plus tard sera « informateur » pour corriger la trajectoire desobus,s’occupe d’un projecteur sur une canonnière fluviale.Sa basearrière est Cracovie. Il y trouve les œuvres terminales et crucialesde Nietzsche, celles de
1888
, et singulièrement l’
 Antéchrist 
. Il notealors dans son journal : « Je suis gravement affecté par son
15
 
hostilité envers le christianisme. Parce que ses livres renfermentaussi une part de vérité. »Notre première question sera : quelle est cette « part de vérité »dont Wittgenstein reconnaît l’existence dans les imprécations deDionysoscontreleCrucifié?Etnotredeuxme:quepeutbienêtrele christianisme de Wittgenstein pour que, en dépit de cette« part », il soit gravement blessé par la législation anti-prêtredu furieux de Turin? Questions décisives, si l’on considère queNietzsche et Wittgenstein ont en ce siècle, et tour à tour, donné le
la
d’une certaine forme de mépris philosophique de la philosophie.
2
Ce que Nietzsche et Wittgenstein ont en partage, nous ledésignerons d’un mot introduit par le troisième grand détracteurfasciné, en ce siècle, de la philosophie : Jacques Lacan. L’anti-philosophie. Le mot est lâché. Mais non pas solitaire, car sison éclaircissement est l’enjeu de tout ce texte, et ce en quoi Wittgenstein nous éduque, nous ne sommes pas pour autantdispensés d’en fixer provisoirement les pouvoirs.L’antiphilosophie, depuis ses origines (je dirais depuis Héraclite,qui est autant l’antiphilosophe de Parménide que Pascal l’est deDescartes), se reconnaît à trois opérations conjointes :
16
 
1.
Une critique langagière, logique, généalogique, des énoncés dela philosophie. Une destitution de la catégorie de vérité. Undémontage des prétentions de la philosophie à se constitueren théorie. Pour ce faire, l’antiphilosophie puise souvent dansles ressources que, par ailleurs, exploite la sophistique. Chez Nietzsche, l’opération a pour nom « retournement de toutes les valeurs », lutte contre la maladie-Platon, grammaire combattantedes signes et des types.
2.
Reconnaissance de ce que la philosophie n’est pas, en dernièreinstance, réductible à son apparence discursive, à ses propositions,à son fallacieux dehors théorique.La philosophie est un acte,dontles fabulations autour de la « vérité » sont la vêture,la propagande,le mensonge. Chez Nietzsche, il s’agit de discerner derrière cesornementslapuissantefigureduprêtre,organisateuractifdesforcesréactives,profiteurdunihilisme,capitainejouisseurduressentiment.
3.
L’appel fait, contre l’acte philosophique, à un autre acte, d’uneradicale nouveauté, qui sera dit, soit, dans l’équivoque, philo-sophique aussi bien (ce dont le « petit philosophe » nourritson consentement ravi aux crachats qui le couvrent), soit, plushonnêtement, supra-philosophique, voire a-philosophique. Cetacte inouï détruit l’acte philosophique tout en clarifiant sesnuisances.Il le surmonteaffirmativement.ChezNietzsche,cetacteest de nature archi-politique,et son mot d’ordre se dit :« Casser endeux l’histoire du monde ».
17

Activity (15)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
Celso Rocca liked this
lepton100 liked this
abbe555 liked this
vdoan liked this
nicolasrp76 liked this
jeanmariepaul liked this
stradagenzano liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->