Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
0Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Arrêt Muhoza.17.06.1999.fr

Arrêt Muhoza.17.06.1999.fr

Ratings: (0)|Views: 2|Likes:
Published by Kagatama

More info:

Published by: Kagatama on Feb 05, 2014
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/05/2014

pdf

text

original

 
Arrêt de la Cour d’Appel de KIGALI du 17 juin 1999 MUHOZA C/ MINISTERE PUBLIC. ET MINISTERE PUBLIC C/ MUHOZA.
GENOCIDE – ASSASSINAT – ASSOCIATION DE MALFAITEURS – NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER (article 256 C.P. du Rwanda, livre II) – APPEL – RECEVABILITE (article 24 de la loi organique du 30/8/96) - TEMOINS – PREUVE - INCOMPETENCE (matérielle) – DOUBLE INCRIMINATION - ACQUITTEMENT – LIBERATION (immédiate).
1 . Appel du Minisre public (peine minime, non prise en compte suffisante des témoignages) 2 . Appel du prévenu pour incompétence du tribunal (infraction de droit commun) et infraction non établie– Recevable et fon. 3 .Appel recevable et fonAcquittement et liration immédiate.
1 . La Cour déclare recevable mais non fondé l’appel du ministère public qui argue du caractère inférieur de la peine prononcée à celle qui avait été requise et de la non prise en compte suffisante des témoignages à charge. Elle considère que :
-
Le Ministère public n’a pas rapporté les preuves tangibles de ce que les infractions étaient établies ;
-
Les contradictions apparues dans les témoignages à charge ont conduit le tribunal, à  juste titre, à constater que les infractions de crime de génocide, assassinat et association de malfaiteurs en vue de commettre le génocide n’étaient pas établies.
-
Le tribunal a prononcé la peine qu’il estimait juste et proportionnée après avoir apprécié souverainement les faits. 2 . La Cour déclare recevable et fondé l’appel du prévenu qui argue du moyen de l’incompétence de la chambre spécialisée. Dans son analyse au fond, elle estime que le Tribunal ne pouvait connaître de l’infraction de non assistance à personne en danger (article 256 C.P. Rwandais), infraction de droit commun, dès lors qu’elle avait considéré qu’il n’y avait pas génocide
 
3 . Ayant reconnu l’incompétence de la chambre spécialisée et déclaré recevable et fondé l’appel du prévenu, la Cour décide son acquittement et ordonne sa libération immédiate.
 
(traduction libre du kinyarwanda)
LA COUR D’APPEL DE KIGALI, SIEGEANT A KIGALI, EN MATIERE D’INFRACTIONS CONSTITUTIVES DU CRIME DE GENOCIDE OU CRIMES CONTRE L’HUMANITE, A RENDU L’ARRET DE LA MANIERE SUIVANTE :
PRONONCE EN AUDIENCE PUBLIQUE DU 17/06/1999 En cause :
Ministère Public C/
MUHOZA Ernest
, fils de KAVUTSE Léonard et MUKANGANGO Marie Jeanne, né en 1968 en commune Kagano, préfecture Cyangugu, y résidant, enseignant, célibataire, sans biens ni antécédents judiciaires connus.
PREVENTIONS
1° Avoir, à Nyamirambo, commune Nyarugenge, Préfecture de la Ville de Kigali, République Rwandaise, entre avril et juin 1994, comme auteur, coauteur ou complice, intentionnellement et en connaissance de cause, commis le crime de génocide prévu et puni par la convention internationale du 9 décembre 1948 portant prévention et répression du crime de génocide et la convention internationale de Genève du 26 novembre 1968 sur l’imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité ; ce crime est réprimé par la Loi Organique n° 08/96 du 30/08/1996. 2° Avoir, dans les mêmes circonstances de temps et de lieux, comme auteur, coauteur ou complice, commis un meurtre, article 311 du Code Pénal Rwandais, Livre II. 3° Avoir, dans les mêmes circonstances de temps et de lieux que ci-dessus, comme auteur, coauteur ou complice, intentionnellement et en connaissance de cause, omis de porter assistance aux personnes en danger alors qu’il ne pouvait en résulter un péril pour lui, et chassé ceux qui avaient trouvé refuge auprès de lui ; infraction prévue et réprimée par l’article 256 du Code Pénal Rwandais, Livre II. 4° Avoir, dans les mêmes circonstances de temps et de lieux, intentionnellement et en connaissance de cause, créé des associations de malfaiteurs dans le but d’attenter aux personnes ou aux biens, infraction prévue et réprimée par l’article 281 du Code Pénal Rwandais, Livre II. Parties Civiles : Néant. LA COUR Vu que les enquêtes préliminaires ont commencé à la Police Judiciaire du Parquet de Kigali, que sitôt terminées, l’Officier de Police Judiciaire en a transmis les pièces de la procédure à l’Officier du Ministère Public qui, à la clôture de l’instruction préparatoire, a déféré MUHOZA Ernest devant la Chambre Spécialisée du Tribunal de Première Instance de Kigali et que sa
 
 
 plainte fut inscrite au rôle sous le n° RP 023/CS/KIG que l’affaire fut appelée à l’audience du 24/09/97, MUHOZA étant assisté par Me AKIMPAYE Adèle et que le prononcé eut lieu le 10/03/1998 de la manière ci-après : « Décide de recevoir et d’examiner l’action introduite par le Ministère Public ; « La déclare fondée en partie, tel qu’expliqué dans les « constate » ; « Déboute MUHOZA ; « Le condamne à une peine d’emprisonnement de deux ans ; « Lui ordonne de payer 8.950Frws des frais de justice de la présente instance dans le délai de 30 jours, sinon 20 jours de contrainte par corps suivi d’exécution forcée sur ses biens ; « Décide la disjonction de l’action civile » ; Attendu qu’après le prononcé en audience publique, le Ministère Public et MUHOZA n’ont pas été satisfaits du jugement, que le Ministère Public a interjeté appel en date du 12/03/1998 et que MUHOZA en fit de même le 23/03/1998, que ce double appel a été inscrit au rôle pénal des affaires relatives aux infractions constitutives du crime de génocide ou de crimes contre l’humanité sous le n° RPA 40/98/R1/Kig ; Attendu que le dossier de l’affaire RP 023/CSK – RMP 55/9/S12 à charge de MUHOZA Ernest a été transmis à la cour en date du 23/12/1998 ; qu’il fut confié au Conseiller rapporteur en vue d’en préparer l’instruction d’audience et qu’après l’établissement de son rapport, le Président de la cour a pris l’ordonnance de fixation d’audience au 25/02/1999 à 9 heures du matin ; qu’à ce  jour l’audience n’a pas eu lieu faute de moyens d’appel du prévenu et du Ministère Public et qu’elle fut remise au 8/04/1999, mais qu’à cette date elle n’a pas eu lieu non plus, étant donné que les moyens d’appel du prévenu avaient été communiqués tardivement si bien que le Ministère Public n’avait pas eu suffisamment de temps pour y répliquer ; qu’elle a été reportée au 13/05/1999, jour où l’examen de la recevabilité de ce double appel a commencé ; Ouï le Conseiller rapporteur ; I. Des délais d’appel et des conditions de recevabilité Constate que le jugement dont appel a été rendu en date du 10/03/1998, que le Ministère Public a interjeté appel le 12/03/1998 et que MUHOZA a fait de même le 23/03/1998, tous les deux dans les délais car ils n’ont pas dépassé les 15 jours prévus par l’article 24, alinéa premier de la Loi Organique n° 08/96 du 30/08/ 1996 sur l’organisation des poursuites des infractions constitutives du crime de génocide ou de crimes contre l’humanité ; que par ailleurs le dossier de l’affaire à charge de MUHOZA Ernest a été transmis à la Cour d’Appel en date du 23/12/1998 et que l’audience de l’examen de la recevabilité de l’appel fut fixée au 25/02/1999 dans un délai ne dépassant pas les 3 mois prévus à l’alinéa 3 de l’article 24 de la Loi Organique cité ci - avant ; II. De l’examen de la recevabilité de l’appel Constate que l’article 24, alinéa premier de la Loi Organique n° 08/96 du 30/08/1996 sur l’organisation des poursuites des infractions constitutives du crime de génocide ou de crimes contre l’humanité admet l’appel d’un jugement rendu par une chambre spécialisée interjeté dans un délai de 15 jours et portant sur les questions de droit
 
telles que le non respect de la loi, la mauvaise interprétation d’une disposition légale ou la condamnation pour une infraction non commise ; que cet article admet également l’appel basé sur des erreurs flagrantes de fait et notamment lorsque le tribunal a commis une erreur sur la personne poursuivie ou sur les motifs de sa décision qui, s’il n’en avait pas été ainsi, l’auraient amené à prendre une décision contraire ;

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->