Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Easwaramma ou le couronnement de la maternité

Easwaramma ou le couronnement de la maternité

Ratings: (0)|Views: 25|Likes:
Published by Pierre-Albert Hayen
Un portrait de la mère de Sathya Sai Baba qui joua un rôle clé dans le déploiement de la mission de cet Avatar.
Un portrait de la mère de Sathya Sai Baba qui joua un rôle clé dans le déploiement de la mission de cet Avatar.

More info:

Published by: Pierre-Albert Hayen on Oct 03, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/26/2012

pdf

text

original

 
EASWARAMMAOU LE COURONNEMENT DE LA MATERNITE
‘’Easwaramma fut l’élue. Je l’ai choisie comme mère. C’est le lien intime entre MèreEaswaramma et Moi-même.’’
Telle fut la déclaration emphatique de Bhagavan en cette journée particulièrement auspicieusedédiée à Easwaramma (Easwaramma Day), le 6 mai 2001. Swami communiqua en des termesnon équivoques à quel point, haute, grande et glorieuse est la stature de Mère Easwaramma.La foule qui avait afflué dans le Hall Sai Ramesh applaudit à tout rompre, ce soir-là, enentendant les paroles divines de Bhagavan.
Easwaramma, une mère divine
Mère Easwaramma fut vraiment une effulgencedivine qui honora la Terre Mère via sa missionsacrée et un but sacré par la Volonté insondable duDivin, tout comme Kausalya (la mère de Sri Rama),Devaki (la mère de Sri Krishna) ou Marie (la mèredu Christ). Elle passa par des angoisses et desextases, des peurs et des dilemmes, des épreuves etdes triomphes similaires et finalement par la félicitéet par la béatitude que les mères divines d’autrefoisconnurent.Tout comme Krishna, Swami fut le huitième enfantde Mère Easwaramma, et la période de troubles par laquelle elle passa avant Sa naissance ressembla à ceque vécut Devaki avant que Krishna n’honore sesgenoux. Aucun des sept enfants précédents de MèreDevaki ne put échapper aux desseins haineux dudémon Kamsa. Easwaramma souffrit aussi d’undestin cruel. Elle fit quatre fausses couches d’affiléeavant que la Lumière du monde ne descende sous laforme de son Fils.
La Mère accomplit
 padapuja
 
‘’Easwaramma’’ – Le nom dit tout
Ce n’était pas totalement sans crier gare, car Kondama Raju, le beau-père d’Easwaramma,rêva du précepteur de la famille, Venka Avadhootha, qui lui signala de se préparer, bien qu’àquoi, il ne lui dit pas. Comme Swami l’expliqua :
‘’Kondama Raju, le grand-père de ce corps physique, étant un jnani (un sage), fut béni par une vision du futur. Un jour, il appela son fils, Pedda Venkama Raju et il lui dit de changer lenom de sa femme en Easwaramma. Il lui dit ceci, parce qu’il ressentait les vibration divinesqui émanaient de l’intérieur. Il avait pour but de communiquer qu’elle était la mère
 
d’Easwara, Dieu Lui-même. Mais Pedda Venkama Raju n’avait pas conscience de la signification profonde du nom. Il obéit sans réserve à l’ordre de son père et il changea lenom de sa femme en Easwaramma. Easwaramma avait d’abord reçu comme nom debaptême, Namagiriamma, au moment de sa naissance.’’ 
Donc, longtemps avant la naissance de Swami, Namagiriamma devint Easwaramma, qui veutdire la Mère d’Easwara, ou Dieu, et dans Son propre style inimitable, le Seigneur divinannonça Son avènement.Longtemps plus tard, un pandit versé dans les
 Puranas
demanda à Swami :
‘’Votreincarnation fut-elle un Pravesa (une entrée) ou un Prasava (une grossesse) ?’’ 
Se tournant vers Easwaramma qui était assise devant, Il dit :
‘’Raconte ce qui s’est passé ce jour-là près du puits, après que ta belle-mère t’ait prévenue.’’ 
La Mère dit :
‘’Elle avait rêvé de Sathyanarayana Deva et elle m’avertit de ne pas m’effrayer, siquelque chose m’arrivait par la Volonté de Dieu. Ce matin-là, pendant que je puisais del’eau au puit, une grosse boule de lumièrebleue s’est approchée de moi et j’ai perduconnaissance. Je l’ai sentie se glisser enmoi.’’ ‘’Vous avez la réponse !’’ 
, dit Swami.
‘’Jen’ai pas été conçu. Ce fut un Pravesa et non
Le signe précurseur de la Descente divine
 
un Prasava.’’ 
Le premier miracle
Ainsi, le Divin avait-Il décidé de descendre et Il avait choisi la matrice de Mère Easwaramma,comme demeure provisoire. Quand vint le moment sacré, aux petites heures de ce lundi saint, jour consacré au Seigneur Shiva, le 23 novembre 1926, la mère élue venait tout juste deconsommer le
 prasad 
(nourriture consacrée) que lui avait donné sa belle-mère après la
Sathyanarayana Puja
qui dura une heure.Elle accepta et savoura la nourriture sanctifiée et avant que le soleil n’ait répandu sa lumièrematinale sur le foyer des Rathnakaram, la maison rayonnait de jubilation, de joie et de gaieté – car le Fils tant attendu était né. Ceux qui étaient présents reçurent la bénédiction d’assister au premier miracle de la Divinité, qui est décrit par le Prof. N. Kasturi, le biographe de Baba :
Un tapis recouvert d’un épais couvre-lit avait été disposé dans un coin de la pièce, quandles contractions avaient commencé et le bébé avait été placé dessus par la grand-mère.Brusquement, ils virent le couvre-lit s’élever, puis redescendre de chaque côté du bébé.Elle prit l’enfant et le serra contre elle. Un serpent était lové en dessous ! Bien sûr, desserpents, il y en avait des tas à Puttaparthi, qui se faufilaient à travers les fissures, quirampaient le long des murs et qui se cachaient dans les trous. Mais un serpent dans la
 
pièce où avait lieu l’accouchement et qui se prenaitpour un lit – c’était le rôle d’Adisesha pourVishnou, reposant sur ses anneaux. Ce fut lepremier miracle de l’Incarnation. Quand oninterrogea Easwaramma à propos de cet épisodeépique, elle confessa qu’elle avait été tellementremplie de joie par la naissance de son fils qu’ellen’avait même pas remarqué l’agitation tout autour.
L’attitude de Sathya déconcerteEaswaramma
La famille Rathnakaram (‘’coffre au trésor rempli de joyaux’’, littéralement) avait maintenant son joyau le plus précieux et le foyer était une ruche bourdonnanted’activité. Avec Ses airs charmeurs, Ses souriresenjôleurs, le petit Sathya (nom d’enfance de Swami)attirait instantanément tous les regards dans le village.
Seshashailavasa Narayana…
Plus tard, Ses talents phénoménaux dans les domainesde la musique, de la danse et de la poésie et Ses
leelas
divines jouées depuis Sa plus tendreenfance conférèrent de la joie à beaucoup. Quant à Easwaramma, elle est celle qui setracassait pour Swami à chaque instant et qui souffrait le plus de Son attitude indifférenteenvers le monde :
‘’Il (Sathya) ne demandait jamais aucun aliment particulier ni de vêtements. Quelqu’unramenait des vêtements de Hindupur ou d’Anantapur et un des adultes, père ou grand-père,appelait les garçons et leur demandait de faire leur choix. Mais Sathya restait toujours àl’écart jusqu’à ce que les autres aient choisi et puis, Il prenait ce qui restait et qui était délaissé par les autres. Il ne semblait jamais avoir de désir ou de souhait pour Lui-même,mais Son visage s’éclairait d’un grand sourire, quand Il voyait que les autres enfants étaient heureux. Quand nous Lui demandions ce qu’Il voulait, Son sourire était Son unique réponse. Je Le serrais tout contre moi et j’essayais qu’Il me confie Ses souhaits.‘’Sathya, dis-moi ce que Tu veux et je Te ledonnerai’’, disais-je. ‘’Je n’ai besoin derien’’, était tout ce qu’Il répondait. ‘’Quoique tu Me donnes, Je l’accepterai. C’est  suffisant pour Moi. Je ne choisirai pas.’’ 
Sathya jouait avec les autres enfants etchantait des
bhajans
 pendant des heuresd’affilée. Ses filles rapportèrent qu’Ilexécutait avec une aptitude supérieure unedanse très complexe dont un enfant artisteavait fait la démonstration au cours d’une pièce de théâtre jouée à Bukkapatnam. Mais
‘’Je n’ai besoin de rien’’ – Sathya
la solennité de Sathya à l’intérieur du foyer troublait Sa mère au-delà de toute mesure.Des années plus tard, Easwaramma rapporta :

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->