Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
2014 ECD2 Monnier Vercellone Rus

2014 ECD2 Monnier Vercellone Rus

Ratings: (0)|Views: 21|Likes:
Published by Alain Musset

More info:

Published by: Alain Musset on Feb 14, 2014
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/12/2014

pdf

text

original

 
 
LE FINANCEMENT DU REVENU SOCIAL GARANTI COMME REVENUPRIMAIRE
Approche méthodologique
Jean-Marie Monnier et Carlo Vercellone
 
La Découverte |
Mouvements
2013/1 - n°73pages 44 53 ISSN 1291-6412
Article disponible en ligne l'adresse:
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
http://www.cairn.info/revue-mouvements-2013-1-page-44.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour citer cet article :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Monnier Jean-Marie et Vercellone Carlo, Le financement du revenu social garanti comme revenu primaireApproche méthodologique,
Mouvements 
, 2013/1 n°73, p. 44-53. DOI : 10.3917/mouv.073.0044
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Distribution ectronique Cairn.info pour La Découverte. La Découverte. Tous droits rerv pour tous pays.La reproduction ou reprentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autoris que dans les limites des conditionsgales d'utilisation du site ou, le cas hnt, des conditions gales de la licence souscrite par votre ablissement. Touteautre reproduction ou reprentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manie que ce soit, est interdite saufaccord prlable et rit de l'iteur, en dehors des cas prus par la lislation en vigueur en France. Il est prisque son stockagedans une base de donns est alement interdit.
   D  o  c  u  m  e  n   t   t   &  e  a  c  u   t  e  ;   l   &  e  a  c  u   t  e  ;  c   h  a  r  g   &  e  a  c  u   t  e  ;   d  e  p  u   i  s  w  w  w .  c  a   i  r  n .   i  n   f  o  -   U  n   i  v  e  r  s   i   t   é   d  e   L   i   l   l  e   3  -  -   8   3 .   1   5   6 .   1   6   3 .   1   5   0  -   1   4   /   0   2   /   2   0   1   4   1   0   h   0   2 .   &  c  o  p  y  ;   L  a   D   é  c  o  u  v  e  r   t  e
me e ecg edswcrnnoUvsédLe381111021 LDe
 
44
 
 
MOUVEMENTS
 
N
°73
 
printemps 2013
Le financement du revenu social garanti comme revenu primaire
 Approche thodologique
Les modalités de financement d’un revenu inconditionnel font l’objet de débats parmi les promoteurs de cette idée, mais surtout d’interrogations de la part de ses opposants ou des curieux. Il est donc nécessaire de définir les contours possibles du financement d’une telle mesure. Jean-Marie Monnier et Carlo Vercellone en proposent une version, décrivant la réforme fiscale qui permettrait de financer un revenu social garanti de 800 euros conçu comme un véritable revenu primaire.
L
a crise de la dette publique est très rapidement devenue l’instru-ment par lequel est imposée aux populations la remise en cause des conquêtes de l’État social et en particulier celles de la pro-tection sociale. Dans le même temps de nouvelles propositions d’allo-cation universelle ou de « revenu citoyen » ont été formulées comme instrument d’un filet de sécurité redistributif 
 1
. Ainsi conçue, l’allocation universelle apparaît comme un prolongement des formules de minima sociaux, avec un montant minimal et éventuellement placée sous condi-tion de ressource. Son financement serait assuré par l’impôt également dans une perspective redistributive. En particulier, son produit serait cal-culé à partir d’une assiette dérivée de celle qui est actuellement mobili-sée dans un système fiscal élaboré depuis la Seconde Guerre mondiale, essentiellement selon les critères de l’économie fordienne. Cela condi-tionnerait le volume des ressources affectées à cette nouvelle alloca-tion, et conduirait nécessairement à des arbitrages au sein du système de transferts.Notre proposition de revenu social garanti (RSG) inconditionnel et indé-pendant de l’emploi ne s’inscrit pas dans un projet de démantèlement du système de protection sociale ni de remise en cause des conquêtes du
Welfare 
. Elle est le produit d’un réexamen de la notion de travail productif dans le capitalisme cognitif. De ce point de vue notre proposition de RSG
1. Par exemple, le rapport de
C. B
OUTIN
,
 Pour sortir de l’isolement, un nouveau  projet de société 
, La Documentation française, Paris, 2004 ; ou la proposition de
D.
DE
 V 
ILLEPIN
,
 « Pour la dignité, je propose la création d’un revenu citoyen »,
 Libération
, 2011, http:// www.liberation.fr/politiques/01092322806-pour-la-dignite-je-propose-la-creation- d-un-revenu-citoyen
P
AR
 J
EAN
-M
ARIE
 M
ONNIER
 
ET
 C
ARLO
 V
ERCELLONE
*
* Centre d'économie de la Sorbonne, CNRS et université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
   D  o  c  u  m  e  n   t   t   &  e  a  c  u   t  e  ;   l   &  e  a  c  u   t  e  ;  c   h  a  r  g   &  e  a  c  u   t  e  ;   d  e  p  u   i  s  w  w  w .  c  a   i  r  n .   i  n   f  o  -   U  n   i  v  e  r  s   i   t   é   d  e   L   i   l   l  e   3  -  -   8   3 .   1   5   6 .   1   6   3 .   1   5   0  -   1   4   /   0   2   /   2   0   1   4   1   0   h   0   2 .   &  c  o  p  y  ;   L  a   D   é  c  o  u  v  e  r   t  e
me e ecg edswcrnnoUvsédLe381111021 LDe
 
Le financement du revenu social garanti comme revenu primaire
MOUVEMENTS
 
N
°73
 
printemps 2013
 
 
45
procède d’un projet de renforcement de la logique de démarchandisation du système de protection sociale, qu’il se propose de compléter en assu-rant, en même temps, le maintien des piliers de l’actuelle organisation de la Sécurité Sociale et de l’assurance chômage.Cependant, cette proposition fait l’objet de deux catégories principales de critiques. D’une part, il est généralement avancé qu’il serait morale-ment inacceptable de déconnecter revenu et travail. D’autre part, le mode de financement du RSG que nous avons avancé dans de précédentes publications
 2
, serait jugé inacceptable, soit parce qu’il recourt à l’impôt et non à la monétisation de la dépense, soit parce qu’il conduirait à minorer la logique redistributive du RSG ou encore parce qu’il induirait un boule- versement trop profond du système fiscal.Pour la plupart, ces critiques ne tiennent pas compte de la nature du RSG conçu comme une nouvelle forme de revenu primaire, et qui ne s’inscrit pas dans une perspective « redistributive » ou « éthique », fon-dée sur la simple reconnaissance du droit à l’existence. Afin d’éclairer ce débat, nous revenons dans une première partie sur les trois princi-paux fondements de notre proposition de revenu social garanti. Ils condi-tionnent notre approche du financement de celui-ci qui forme la seconde partie du présent article.
 
Les fondements de la proposition de revenu social garanti
La proposition de RSG que nous défendons repose sur trois piliers prin-cipaux qui la différencient radicalement d’autres projets d’« allocations universelles ».
 Le RSG et le statut de la force de travai
Le premier pilier consiste à inscrire le RSG dans une perspective de ren-forcement du processus de reso-cialisation de l’économie démarré dans l’après-guerre avec le déve-loppement du système moderne de protection sociale et du droit du travail. Le RSG ne se substi-tue donc en aucune manière à ces institutions mais il se propose de les compléter, tout en sauvegar-dant les conquêtes fondamentales liées, par exemple, au système de retraite, de santé ou d’indemnisa-tion du chômage… Dans ce cadre, le rôle du RSG est d’atténuer la contrainte monétaire à la base de la norme sociale du rapport salarial et d’assurer un revenu suffisant pour permettre aux travailleurs de refuser des conditions de travail considérées comme inacceptables. De cette manière, il permettrait de favoriser le passage de l’actuel modèle de précarité subie à un modèle de mobilité choisie, tout
2.
 J.-M. M
ONNIER 
 et
C. V 
ERCELLONE
, « Travail et protection sociale à l’âge du capitalisme cognitif : la proposition de revenu social garanti »,
in
 
 A.-T. D
 ANG
,
 J.-L. O
UTIN
 et
H. Z
 AJDELA
 (dir.),
Travailler pour être intégré ? Mutations des relations entre emploi et protection sociale 
, Éditions du CNRS, Paris, 2006, p. 199-217 ;
 J.-M. M
ONNIER 
 et
C. V 
ERCELLONE
, « Fondements et faisabilité du revenu social garanti »,
 Multitudes 
, n° 27, 2007, p. 73-84.
 Notre proposition de revenu  social garanti inconditionnel et indépendant de l’emploi ne  s’inscrit pas dans un projet de démantèlement du système de  protection sociale ni de remise en cause des conquêtes du
 Welfare
.
   D  o  c  u  m  e  n   t   t   &  e  a  c  u   t  e  ;   l   &  e  a  c  u   t  e  ;  c   h  a  r  g   &  e  a  c  u   t  e  ;   d  e  p  u   i  s  w  w  w .  c  a   i  r  n .   i  n   f  o  -   U  n   i  v  e  r  s   i   t   é   d  e   L   i   l   l  e   3  -  -   8   3 .   1   5   6 .   1   6   3 .   1   5   0  -   1   4   /   0   2   /   2   0   1   4   1   0   h   0   2 .   &  c  o  p  y  ;   L  a   D   é  c  o  u  v  e  r   t  e
me e ecg edswcrnnoUvsédLe381111021 LDe

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->