Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Enfants de Tahiti et Polynesie, Obesité & surpoids, Arrétons de les Gaver. Les solutions qui marchent

Enfants de Tahiti et Polynesie, Obesité & surpoids, Arrétons de les Gaver. Les solutions qui marchent

Ratings: (0)|Views: 10|Likes:
Published by Philippe Cottet
Enfants de Polynésie Française, "Arrétons de Gaver les Enfants!" titrait la Dépèche de Tahiti le 17 Aout 2009...
Qu'en est il aujourd'hui?
Petit dossier recueil d'articles de presse sur le sujet, soit de la presse locale ou fr, 37 pages quand même, ce pour tenter de vous faire comprendre qu'il y a danger et urgence.
Aucune avancée réelle a ce jour, ni les gouvernements successifs n'ont fait quoi que ce soit, pas plus que les services de santé officiels, ou la CPS, ils tirent de temps en temps, plusieurs fois par an la sonnette d'alarme et c'est tout, mais ca s'aggrave de jour en jour.
Feront ils quelque chose???
Non bien sur, si les services officiels avaient la recette, partout dans le monde ça se saurait, et justement leurs recettes ne fonctionnent pas.
Nous nous avons des solutions qui fonctionnent a vous proposer, mais c'est a vous de décider (en famille) de vous bouger pour y parvenir, vous pouvez le faire, pour vos enfants et pour vous aussi.
A vous de décider maintenant de leur avenir réel demain, la CPS est en faillite il ne feront rien...
C'est aussi votre avenir a vous, pour vos vieux jours qui est la aussi en question, car le régime des retraites de la CPS est lui aussi en faillite, il n'y a que vos enfants qui pourront prendre soin de vous, s'ils sont malades, sans emploi ou pire dans quelques années ça se complique.
Plus d'infos vinis +6898733 22 12 ou tahiti.bien.etre@gmail.com.
Venez nous voir au Club Tahiti Bien Être, 1er étage du supermarché Hamuta à Pirae, à 2 pas de la Mairie pour une Évaluation bien être en famille (wellness evaluation), c'est gratuit et nous vous proposerons des solutions adaptées et au meilleur prix pour vous
https://www.facebook.com/Phil.Distrib.Indep.Hebalife.Tahiti
https://www.facebook.com/Gigi.Distributeur.Independant.Herbalife.Tahiti
https://www.facebook.com/H24FitClub.Pirae


Enfants de Polynésie Française, "Arrétons de Gaver les Enfants!" titrait la Dépèche de Tahiti le 17 Aout 2009...
Qu'en est il aujourd'hui?
Petit dossier recueil d'articles de presse sur le sujet, soit de la presse locale ou fr, 37 pages quand même, ce pour tenter de vous faire comprendre qu'il y a danger et urgence.
Aucune avancée réelle a ce jour, ni les gouvernements successifs n'ont fait quoi que ce soit, pas plus que les services de santé officiels, ou la CPS, ils tirent de temps en temps, plusieurs fois par an la sonnette d'alarme et c'est tout, mais ca s'aggrave de jour en jour.
Feront ils quelque chose???
Non bien sur, si les services officiels avaient la recette, partout dans le monde ça se saurait, et justement leurs recettes ne fonctionnent pas.
Nous nous avons des solutions qui fonctionnent a vous proposer, mais c'est a vous de décider (en famille) de vous bouger pour y parvenir, vous pouvez le faire, pour vos enfants et pour vous aussi.
A vous de décider maintenant de leur avenir réel demain, la CPS est en faillite il ne feront rien...
C'est aussi votre avenir a vous, pour vos vieux jours qui est la aussi en question, car le régime des retraites de la CPS est lui aussi en faillite, il n'y a que vos enfants qui pourront prendre soin de vous, s'ils sont malades, sans emploi ou pire dans quelques années ça se complique.
Plus d'infos vinis +6898733 22 12 ou tahiti.bien.etre@gmail.com.
Venez nous voir au Club Tahiti Bien Être, 1er étage du supermarché Hamuta à Pirae, à 2 pas de la Mairie pour une Évaluation bien être en famille (wellness evaluation), c'est gratuit et nous vous proposerons des solutions adaptées et au meilleur prix pour vous
https://www.facebook.com/Phil.Distrib.Indep.Hebalife.Tahiti
https://www.facebook.com/Gigi.Distributeur.Independant.Herbalife.Tahiti
https://www.facebook.com/H24FitClub.Pirae


More info:

Categories:Types, Brochures
Published by: Philippe Cottet on Feb 17, 2014
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/21/2015

pdf

text

original

 
SURPOIDS & OBESITE DES ENFANTS
POLYNESIE FRANCAISE
Le surpoids & l’obésité en Polynésie, un véritable problème de santé publique, et un avenir très noir pour vos enfants, si vous parents vous ne faites rien…. Petit recueil d’articles sur le sujet surpoids et obésité des enfants, tant de la presse locale que métropole pour prendre conscience du problème, du votre mais surtout celui de vos enfants…  À ce jour personne n’a réussi a faire quoi que ce soit, les gouvernements locaux, les services de santé officiels, la CPS, d’ailleurs quasiment en faillite, qui d’après certaines sources est proche de la cessation de paiement. Si vous « Parents » ne faites rien, qui va faire quelque chose pour vos enfants ??? C’est d’ailleurs aussi pour vous, pour vos vieux jours, car la encore gouvernement et CPS ne vous ont pas préparé des jours dorés, une allocation viellesse a faire peur et aucune structure pour vous accueillir sur vos vieux jours.  Vos lendemains c’est à vous de les construire maintenant.  Venez nous trouver au Club Tahiti Bien Être pour faire en famille une Wellness Evaluation, ou Évaluation Bien Être, c’est gratuit avec un bilan nutritionnel personnalisé, vos besoins caloriques/jour, calcul de l’IMC, nos solutions pour une meilleure nutrition de toute la famille, une meilleure forme, plus de vitalité, meilleure santé, sportifs, prise de masse contrôle de poids, etc…  Voir infos en dernière page
 
Surpoids & Obésité des Enfants en Polynésie
Tahiti Bien Être Supermarché Hamuta , 1
er 
 Étage (coté Station Total) Vini 332212 tahiti.bien.etre@gmail.com
 2
Arrêtons de gaver les enfants !
 
Publié le lundi 17 août 2009 à 08H12 ENQUÊTE - Ça y est, on y est. La Polynésie a rejoint les USA et l’Asie sur le podium de l’obésité infantile 5kg à la naissance, 20 deux ans plus tard. Combien à 10 ans ? A 16 ans, il sera insulino-dépendant ? Ce cas est loin d’être isolé. Des enfants de 6 ans qui pèsent 60 kg, on en voit dans les cabinets médicaux. La Polynésie française est, avec l’Asie et les USA, le pays où les enfants sont les plus gros au monde.
> En 3 points
 
 
34% des enfants âgés de 5 à 14 ans sont obèses, c’est 14% de plus qu’aux Etats-Unis. La Polynésie peut se targuer d’afficher l’un des taux d'obésité infantile parmi les plus élevés dans le monde (4 adultes sur 10 sont obèses et l'obésité infantile a augmenté de 50% au cours des trois dernières années).
 
Le docteur Boissin tire la sonnette d’alarme, il faut agir maintenant. Taxer les gâteaux apéritifs, les viennoiseries, créer des activités sportives en direction des jeunes, mettre en place des menus diététiques dans les cantines…
 
Les perspectives ne sont pas bonnes : en 2020, c'est près de 50% de la population de Polynésie qui sera "malade" (diabète, cholestérol, cancers ...). C’est un enjeu de santé publique majeur auquel peuvent répondre des politiques alimentaires et nutritionnelles impliquant de nombreux acteurs économiques et sociaux. Sans volonté politique, c’est perdu d’avance. “C’est une castatrophe” clame le docteur Boissin, endocrinologue,membre de l’association des diabétiques et obèses de Polynésie française (Adopf). Les chiffres sont terrifiants. Chez les 5-14 ans, on compte 34% d’obèses, en métropole ils ne sont que 8%, 25% en Guadeloupe, 26% enMartinique, 18% en Guyane. Cette évolution n'est pas spécifique de l'Outremer français, et se développe surtout dans les pays à faibles revenus. L'OMS (Organisation mondiale de la santé) parle d’épidémie en évoquant l’obésité. Dans le monde, 300 millions d'adultes sont en surcharge pondérale et, pour la majeure partie d'entre eux, souffrent de pathologies liées à leur poids. L’obésité morbide (voir l’infographie page 7) chez l’enfant est un fléau qui, s’il n’est pas endigué aura des répercussions sur l’ensemble de la société polynésienne. “Si l’on ne fait rien, en 2020, c’est la moitié de la population de la Polynésie qui sera “malade”, prévient le docteur Boissin. La prise en charge des frais de santé, les arrêts maladie, la mortalité prématurée… La CPS ne pourra jamais faire face à ces dépenses. Aujourd’hui, 62% des adultes sont en surpoids ou obèses (ils n’étaient que 39% en 2006). Le coût estimé indirect de l'obésité avec ses conséquences métaboliques (diabète), cardiovasculaires (hypertension artérielle), rénales (dialyse), pulmonaires (apnée du sommeil) et surtout cancérologiques sont de près d'une dizaine de milliards de Fcfp. Si l’on ne fait rien, en 2020, c’est la moitié de la population qui sera malade. Les causes de cette épidémie ? La sédentarité et l'abandon progressif des régimes alimentaires traditionnels au profit de produits alimentaires transformés et bourrés de graisses et de sucres (plats cuisinés, surgelés, gâteaux...). La question du pouvoir d’achat est, au fenua, au coeur du problème. Tant que les gâteaux apéritif et les biscuits serontmoins chers que
 
Surpoids & Obésité des Enfants en Polynésie
Tahiti Bien Être Supermarché Hamuta , 1
er 
 Étage (coté Station Total) Vini 332212 tahiti.bien.etre@gmail.com
 3 les fruits et légumes, on n’aidera pas les familles modestes à composer des menus équilibrés à leurs enfants. Le manque d’exercice physique et donc d’activités proposées aux jeunes est un facteur agravant. La télé fait grossir, on reste passif devant des images qui défilent et on grignote. Pour le docteur Boissin, il y a aussi un problème de comportement des Polynésiens : “Au fenua, on se dit que l’enfant est en bonne santé s’il a un bon coup de fourchette, alors on lui donne des portions d’adultes !”. Il n’est pas rare aussi de voir du lait concentré sucré ou du soda dans les biberons... A Rurutu, c’est affolant, on a des cas d’obésité morbide dans des familles où les enfants sont gâtés, sont “gavés par les grand-mères” qui distribuent à tout heure des bonbons et des gâteaux, alors qu’il suffirait parfois de tendre la main pour préparer desmangues ou des fruits de la passion pour le goûter, une salade pour le dîner. A ce niveau-là, c’est de la maltraitance. Un enfant en pleine croissance à besoin de se dépenser, de jouer, de rêver. “Oui, valoriser l’enfant au sein de sa famille, l’inciter à quitter sa télé, sa console de jeux, lui donner des activités extérieures : pour bien grandir, un enfant a autant besoin d’amour et de rêve que de nourriture”, insiste le docteur Boissin. Pour bien grandir un enfant a autant besoin d’amour que de nourriture ! Les Etats-Unis prennent conscience de l’ampleur du phénomène : chez eux, 20% des enfants sont obèses. Les autorités sanitaires préconisent de taxer à la source “les fabricants d’obésité”, les vendeurs de sodas sucrés et de hamburgers gras. (lire encadré). A Tahiti, une taxe existe déjà. “Elle porte sur les sodas sucrés,  je pense qu’il faudrait l’augmenter et l’élargir aux gâteaux apéritifs consommés en masse”, note le docteur Boissin. “Quant à l’argent collecté par cette taxe (environ 2 milliards de Fcfp par an) sur les boissons sucrées, il devrait être exclusivement consacré à la lutte contre l’obésité. Aujourd’hui, géré par l’EPAP, il sert à la prévention au sens large du terme, c’est bien aussi,mais aujourd’hui l’urgence, c’est cette obésité infantile. L’association des diabétiques reçoit des financements pour ses actions de dépistages. Mais il faut aller plus loin, on peut encore agir, mais, c’est maintenant qu’il faut le faire.” Les fabricants de sodas et les fast-foods y trouveraient leur compte et amélioreraient leur image en développant des recettes légères, pauvres en sucre et en graisse. “Le but n’est pas de priver le consommateur d’aliments “plaisir”,mais de l’aider à mieux consommer”. L’eau doit être moins cher que l’alcool, les sodas, les yaourts à boire. Il est indispensable de taxer les gâteaux apéritifs, les chips, les viennoiseries et d’utiliser cet argent pour recruter des éducateurs sportifs dans les quartiers. Dans quelques jours, le docteur Boissin présentera au président du pays, Oscar Temaru, les résultats de l ’ e n q u ê t e Podium réalisée l’an dernier sur 900 adultes et 300 enfants. Il y a des solutions, des actions concrètes à engager pour inciter les jeunes à pratiquer du sport pendant les vacances, aménager des terrains ou, au moins, poser des paniers de basket dans les écoles, mettre des filets de volley sur les plages ! “Dès maintenant, il est indispensable de taxer les gâteaux apéritifs, les chips, les viennoiseries et d’utiliser cet argent pour créer des emplois, d’éducateurs sportifs, par exemple”, lance le docteur Boissin avant de conclure : “Notre pays peut devenir une vitrine dans le Pacifique de la lutte contre l’obésité infantile, la clé c’est la volonté politique”.
Claire Chunlaud

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->