Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Une histoire passionnante d'abandon de soi

Une histoire passionnante d'abandon de soi

Ratings: (0)|Views: 262|Likes:
Published by Pierre-Albert Hayen
Que veut dire s'abandonner à Dieu ? Comment cet abandon peut-il s'opérer dans la vie moderne de tous les jours dans nos sociétés ? Voici l'exemple brillant d'un jeune Croate qui fut le chef du personnel du bureau de Son Altesse Royale, l'Archiduchesse d'Autriche et qui maintenant dirige sa propre affaire de conseil en gestion basée sur le management dharmique et les valeurs humaines. M. Ivan Bavcevic est aussi le Coordinateur de la Jeunesse Sai pour l'Europe du Sud.
Que veut dire s'abandonner à Dieu ? Comment cet abandon peut-il s'opérer dans la vie moderne de tous les jours dans nos sociétés ? Voici l'exemple brillant d'un jeune Croate qui fut le chef du personnel du bureau de Son Altesse Royale, l'Archiduchesse d'Autriche et qui maintenant dirige sa propre affaire de conseil en gestion basée sur le management dharmique et les valeurs humaines. M. Ivan Bavcevic est aussi le Coordinateur de la Jeunesse Sai pour l'Europe du Sud.

More info:

Published by: Pierre-Albert Hayen on Oct 13, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/24/2010

pdf

text

original

 
UNE HISTOIRE PASSIONNANTED’ABANDON DE SOI
Par M. Ivan Bavcevic, Croatie
M. Ivan Bavcevic est le Coordinateur de la Jeunesse Sai d’Europe du Sud. Après avoir terminé ses études avec distinction au Collège Américain de Gestion et de Technologie de Dubrovnik, en Croatie, il exerça la fonction de chef du personnel du bureau de Son Altesse Royale, l’Archiduchesse d’Autriche. Il a aussi travaillé comme maître assistant au Collège Américain de Gestion et de Technologie et il dirige actuellement une affaire qui s’occupe dedéveloppement professionnel et de conseil. Voici la transcription de son discours prononcé en Présence du Divin, le 27 juillet 2007, le deuxième jour de la Conférence Mondiale de la Jeunesse.
Chères sœurs et chers frères, cher Ami, Maître et Seigneur,mon très cher Soi unique, je suis reconnaissant et béni pour avoir reçu cette opportunité de m’adresser à cette sainteassemblée dans la Présence de notre bien-aimé BhagavanBaba et je prie pour qu’Il pense et pour qu’Il parle par l’intermédiaire de ce corps, maintenant et toujours.Je pensais être nerveux à l’idée de parler devant des milliersde personnes, mais je me suis alors souvenu que je ne pouvais pas être nerveux devant mon propre Soi, mêmeétalé en des milliers de formes.Il est difficile de saisir avec notre esprit ce que cela signifiede se trouver ici, dans cet endroit le plus sacré. Mais c’est précisément ce qu’il ne faut pas. Notre âme connaît lagrandeur de cette occasion et c’est suffisant. Il ne faut pascomprendre avec notre esprit, puisque l’esprit ne nousconduira qu’à des conclusions limitées et restreintes et qu’ilnous éloignera de la Vérité.
Toute vie conduit à s’abandonner
Quand j’ai songé à ce que je devais partager avec vous aujourd’hui, j’ai réalisé que je ne pouvais parler qu’à partir de ma propre expérience personnelle. Je pourrais partager avec vousle savoir que j’ai accumulé dans les livres et chez les autres, mais vous pouvez tous lire etécouter par vous-mêmes. Le plus important, c’est comment j’ai mis en application lesenseignements dans ce corps et dans cette vie, ce que j’ai saisi des expériences et desévénements de la vie et à quelles compréhensions je suis parvenu. Car la vie fonctionnecomme un instrument pour faire l’expérience de divers aspects de notre divinité et la divinitéest présente en chaque chose, en chaque être, en chaque situation, en chaque expérience et en
 
chaque instant que nous rencontrons.
J’ai réalisé que tous les événements me conduisent àla pratique de l’abandon à Dieu.
Si je repense au début de mon enfance, aux moments dont je peux me rappeler, je vois unemain invisible dirigeant ma vie. Je n’ai pas grandi dans une famille religieuse ou spirituelle,tout spécialement puisque c’était un pays communiste, mais mes parents bien-aimés onttoujours su qu’il y avait quelque chose de plus grand que nous. Ils ne l’appelaient pas Dieu,mais ils savaient qu’il y avait une Energie, un Etre, une Conscience qui imprégnait tout et ilsnous dirent à ma sœur et à moi que nous pourrions choisir en quelle forme croire quand nousgrandirions. Même si ils n’allaient jamais à l’église ou aux prières, ils nous ont appris àtoujours dire la vérité, à aimer et à respecter les autres, à être tolérants vis-à-vis desdifférences et à pardonner et je suis reconnaissant à Swami pour eux, parce que seul Dieu peutvous donner d’aussi merveilleux parents et une aussi merveilleuse enfance.
Mon père, unhomme qui n’était pas religieux, me disait au moins deux fois par semaine : ‘’Fils,rappelle-toi que tu es Dieu et vis toujours ta vie comme tel.’’ Il me disait la plus hautedes vérités dès la plus tendre enfance et à cette époque, je ne le comprenais pas.
Je ne mesentais pas à mon aise à penser que j’étais Dieu. Je pensais qu’il ne devait pas me starifier comme cela.
La main invisible de Sai
Ainsi, lorsque je regarde mon enfance, des parentset des grands-parents que j’ai eus, de la naissance àla maternelle, de l’école primaire à l’écolesecondaire et toutes les bonnes choses qui se sont produites, la main invisible qui arrangeait tout estcertainement la main de notre très affectueuxSeigneur, Sathya Sai Baba. En écrivant ce discours, je me suis rappelé avoir passé une grande partie desdix premières années de ma vie avec mes grands- parents. En langue croate, le mot pour grand-mère,c’est Baba. J’appelais ce nom au moins 20 fois par  jour : Baba, j’ai faim ; Baba, où es-tu ?; Baba, puis- je avoir une crème glacée ?; Baba, sortons ; Baba,regardons la télévision ; etc. D’une certaine façon,Swami fit en sorte que j’appelle Son Nom dès les premiers jours de ma vie sans même le savoir !La première fois que j’ai vu Son image, c’était à latélévision, en 1985, en Yougoslavie, quand ils montrèrent un documentaire sur un sainthomme de l’Inde qui pouvait matérialiser une poudre pendant longtemps à partir d’un potmétallique (le
Vibhuti Abhishekam
que Swami faisait dans les années 70) ! A la maison, onétait tous ébahis de tout ce qu’Il pouvait faire et à ce moment-là, je souhaitai pouvoir Le voir faire cela en personne. Je n’ai jamais pensé que Lui-même ferait en sorte que ce vœu devienneréalité et que j’irais en Inde plus de 15 ans plus tard. Notre cher Swami ne laisse jamais passer et insatisfaite toute aspiration sincère, tout vœu innocent et authentique. Car Il est Celui quiréalise nos rêves et Celui qui accorde toutes les faveurs.
 
La garantie divine de Jésus
Ce n’est pas avant la troisième année du secondaire que je memis à lire la Bible chrétienne catholique et une nuit, je demandaià Dieu s’Il existait réellement. Cette nuit-là, j’eus un rêve oùJésus nous sauvait, un ami et moi, de certains criminels. Je necrus pas en la vérité du rêve, aussi, la nuit suivante, je reposai lamême question et Jésus revint dans mon rêve et me dit qu’Il me protégerait et que j’étais en sécurité avec Lui. A partir de cemoment-là, je crus que Dieu était réel.Et puis un jour, je lus une histoire dans la Bible à propos deJoseph, un fils de Jacob, qui était fort aimé de son père et queses frères laissèrent mourir dans le désert, puis vendirent à unecaravane, parce qu’ils étaient très jaloux de lui. La caravanel’emporta en Egypte, où il fut esclave et où il vécut dans desconditions terribles. Mais Joseph était très cher à Dieu et très proche de Dieu et il avait le pouvoir de prédire les événements et d’expliquer les rêves d’autrui. Il prédit beaucoup dechoses et le pharaon réalisa qu’il pouvait aider le pays très diversement. Un jour, Joseph prédit qu’il y aurait sept années de bonnes récoltes suivies par sept années de sècheresse. Le pharaon lui attribua la responsabilité des ressources alimentaires de tout le royaume d’Egypte.Quand vint la sècheresse, ils avaient suffisamment de nourriture et tous les autres pays desenvirons mouraient de faim. Jacob, qui vivait avec ses fils en Israël, envoya ses fils demander de la nourriture en Egypte, sinon, ils mourraient tous.Quand les frères arrivèrent en Egypte, ce fut Joseph qui les reçut. Quand ils réalisèrent quec’était leur plus jeune frère, ils furent honteux et ils eurent peur. Il leur dit alors de ne pass’inquiéter, puisque c’était Dieu Lui-même qui lui avait fait subir tout cela pour pouvoir sauver Israël et sa famille de la famine. Parce que, s’ils ne l’avaient pas vendu à une caravane,il n’aurait jamais été responsable des ressources alimentaires de l’Egypte et il n’aurait jamais pu aider sa famille.
‘’Tout est parfait’’
Cette histoire m’a enseigné de croire fermement en la Volonté de Dieu et à Son Plan et quetout arrive toujours pour mon plus grand bien. Depuis lors, j’essaye de prendre tout ce quim’arrive comme la meilleure chose qui puisse m’arriver, comme la chose parfaite. Même sicela n’a aucun sens au début, je sais que tout cela aura un sens dans une heure, dans un jour,dans un mois ou dans quelques années.Je ne m’inquiète plus et je ne demande plus pourquoi quelque chose m’arrive. En réalité, c’estmoi qui ai attiré cet événement sur moi en premier lieu. Tout ce pour quoi je prie Dieu, c’est pour la force d’accepter les choses et les événements qu’Il m’envoie et de réaliser que c’estainsi que cela devrait être. Tout est parfait, juste comme cela devrait l’être. C’est le premier  pas sur la voie de l’abandon. Donc, remerciez simplement toujours Dieu et soyezreconnaissants pour toute chose qui arrive, puisque c’est certainement la chose parfaite pour vous.

Activity (4)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
Evence JeanLouis liked this
Evence JeanLouis liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->