Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
decision_cass_carnets.pdf

decision_cass_carnets.pdf

Ratings: (0)|Views: 20|Likes:

More info:

Published by: Journaliste Libération on Mar 11, 2014
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/06/2014

pdf

text

original

 
N°W 13-86.965 FS-P+B+IN°1081
C/1/GT
11 MARS 2014CASSATION SANS RENVOIM. LOUVEL président,
R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E
 ________________________________________ 
AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS
 _________________________ LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en sonaudience publique tenue au Palais de Justice à PARIS, a rendu l'arrêtsuivant :Statuant sur les pourvois formés par :- M. Nicolas Sarkozy,- M. François-Marie Banier, - M. Martin Le Barrois d’Orgeval,- M. François Courbit,- M. Patrick de Maistre,- M. Carlos Cassina Vejarano,- M. Pascal Wilhelm,- M. Eric Woerth,contre l’arrêt de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de BORDEAUX,en date du 24 septembre 2013, qui, dans l’information suivie contre le premierdu chef d’abus de faiblesse, les deuxième et troisième des chefs d’abus defaiblesse, d’abus de confiance aggravé, d’escroquerie aggravée et deblanchiment, le quatrième des chefs d’escroquerie aggravée et de recel, lecinquième des chefs d’abus de faiblesse, d’abus de biens sociaux, decomplicité d’abus de confiance aggravé, de complicité d’escroquerie aggravéeet de blanchiment, le sixième des chefs d’abus de faiblesse, d’escroquerie
 
10812aggravée et d’abus de confiance aggravée, le septième des chefs d’abus defaiblesse et d’escroquerie aggravée, le huitième du chef de recel, a prononcésur leurs demandes d’annulation de pièces de la procédure ;La COUR, statuant après débats en l'audience publique du11 février 2014 où étaient présents : M. Louvel, président, M. Guérin,conseiller rapporteur, Mme Guirimand, MM. Beauvais, Straehli, Finidori,Monfort, Buisson, conseillers de la chambre, Mme Moreau, MM. Maziau,Barbier, Talabardon, conseillers référendaires ;Avocat général : M. Mathon ;Greffier de chambre : Mme Téplier ;Sur le rapport de M. le conseiller GUÉRIN, les observations dela société civile professionnelle ORTSCHEIDT, de Me SPINOSI, de la sociétécivile professionnelle CÉLICE, BLANCPAIN et SOLTNER, de la société civileprofessionnelle POTIER DE LA VARDE et BUK-LAMENT, dela société civile professionnelle PIWNICA et MOLINIÉ et de Me FOUSSARD,avocats en la Cour, et les conclusions de M. l'avocat général MATHON, lesavocats des parties ayant eu la parole en dernier ;Joignant les pourvois en raison de la connexité ;Vu l’ordonnance du président de la chambre criminelle, en datedu 23 octobre 2013, prescrivant l’examen immédiat des pourvois ;Vu les mémoires, en demande, en défense et les observationscomplémentaires produits ;Sur le pourvoi formé par M. Woerth :Attendu qu’aucun moyen n’est produit ;Sur le pourvoi formé par M. Sarkozy :Attendu que M. Sarkozy, mis en examen du chef d’abus defaiblesse, a fait l’objet, le 7 octobre 2013, d’une ordonnance de non-lieu àrenvoi devant le tribunal correctionnel, devenue définitive à son égard ;Qu’en application de l’article 606 du code de procédure pénale,il n’y pas lieu de statuer sur son pourvoi devenu sans objet ;Sur les autres pourvois :
 
10813Attendu qu'il résulte de l'arrêt attaqué et des pièces de laprocédure qu'à l'occasion d’une information ouverte au tribunal de grandeinstance de Bordeaux pour qu'il soit instruit sur des faits dont aurait étévictime Mme Bettencourt, ont été mis en examen des chefs susvisésMM. Banier, Le Barrois d'Orgeval, Courbit, de Maistre, Cassina Vejarano etWilhelm ; qu’au cours de cette information, ont été notamment diligentées desexpertises psychologiques sur les personnes de MM. Banier, Le Barroisd’Orgeval et de Maistre, une expertise médicale sur la personne de MmeBettencourt en exécution d‘une ordonnance du 1
er
 juin 2011 ; que l’un des juges d’instruction s’est transporté, le 10 juin 2011, au domicile de MmeBettencourt, notamment pour lui faire connaître qu’elle allait être examinéepar des experts ; que ces différents actes ont fait l’objet de requêtes ennullité ; qu’a aussi été critiquée la régularité de la constitution de partie civilede Mme Bettencourt représentée par M. Pelat, désigné en qualité de tuteurad hoc ; que M. Cassina Vejarano a excipé de la violation de ses droits de ladéfense au cours de sa garde à vue ; qu’enfin, M. Willhem a sollicitél’annulation de sa mise en examen du chef d’escroquerie aggravée ;En cet état ;
Sur le premier moyen de cassation proposé par la société civile professionnelle Potier de la Varde et Buk Lament pour M. de Maistre, pris de la violation des articles 6 de la Convention européenne des droits de l’homme, 591 et 593 du code de procédure pénale, défaut de motifs, manque de base légale ; “en ce que l’arrêt attaqué dit n’y avoir lieu à annulation des ordonnances d’expertise du 1er juin 2011 et du 29 mai 2012 et des expertises diligentées en exécution de ces ordonnances ; “aux motifs que les mis en examen demandent l'annulation de l'ordonnance de commission d'expert sur le double fondement, d'une part, du défaut d'impartialité du magistrat instructeur M. Gentil et du défaut d'indépendance de l'expert Mme Gromb ; qu'ils font valoir essentiellement que cet expert aurait été témoin du mariage de M. Gentil et qu'elle serait une amie de l'épouse de celui-ci ; qu'il est également soutenu que la rémunération de cet expert pour l'expertise qu'elle a diligentée avec quatre autres experts en exécution d'une mission confiée par ordonnance du 1er juin 2011 aurait été excessive eu égard au rôle exact qu'il a tenu dans le déroulement de ces opérations, rôle qui, par ailleurs, par son attitude ou ses dissimulations, trahirait, également, de la part de cet expert une reprochable partialité ; qu'il est constant que,par ordonnance du le 1er juin 2011, les trois magistrats instructeurs co-saisis du dossier ( M. Gentil, Mmes Ramonatxo et Noël) ont désigné en qualité d'experts aux fins d'examen de Mme Bettencourt le professeur 

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->