Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
15Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Pedagogies Et Pedagogues

Pedagogies Et Pedagogues

Ratings:

4.0

(1)
|Views: 525|Likes:

More info:

Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/11/2010

pdf

text

original

 
« PEDAGOGIES ET PEDAGOGUES »
D’après les cours de Mr Luis Chacon à l’université de Paris 8On distingue deux conceptions de méthode d’enseignement qui correspondent à deuxconceptions de l’enfance :-une conception traditionnelle pour laquelle l’enfance est une étape transitoire vers la vieadulte-une conception dite nouvelle selon laquelle l’enfance est un état en lui-même, une valeur à part entière.La pédagogie traditionnelle s’accompagne d’une attitude de méfiance à l’égard de l’enfance et justifie par là un enseignement magistral.La pédagogie nouvelle a dérivé vers la non-directivité et par là à la négation de toute pédagogie (cf . I.Illyich « Une société sans école »)1.LA PEDAGOGIE TRADITIONNELLEAu début du 20è siècle on s’intéresse au développement de l’intelligence, et on voitapparaître un courant behavioriste qui considère toute action humaine comme une réaction biologique à un stimuli. Leur objet d’étude est le comportement humain mais les chercheurss’intéressent particulièrement à l’instruction. Pour eux, l’action pédagogique doit privilégier des exercices répétés pour produire des automatismes. C’est une conception qui retient del’enfance son caractère d’état transitoire et son fondement est le modèle et l’effort. Elle confieau maître l’organisation du travail, qu’il s’agisse de connaissances ou de rythme d’acquisition,de progression didactique en fonction de la logique des notions. En outre la volonté psychologique de l’enfant est censée faire défaut. Les principaux auteurs de ce courant sontDurkheim, Alain, Piaget, Wallon, Skinner.
 Emile Durkheim
Philosophe fondateur de la sociologie française, premier professeur de Science de l’éducation,c’est une référence en la matière.Selon lui l’éducation est un fait social à observer objectivement, son but étant la modificationdu comportement humain. Les enfants naissent en état d’anomie (c'est-à-dire qu’ils sont « a-sociaux », qu’ils ne connaissent pas les codes de leur groupe). La socialisation est lamodification de ce comportement, l’action exercée par les adultes su les jeunes qui n’ont pasencore acquis les aptitudes nécessaires à leur intégration sociale. L’éducation doit imposer àl’enfant un système d’attitude morale afin de constituer en lui l’être social .Par conséquent latransmission des normes et des valeurs d’une génération à l’autre est la tâche de l’éducation,c’est l’éducation morale. Cette conception a quatre conditions :-l’adulte doit avoir un ascendant sur l’enfant, c'est-à-dire de l’autorité-l’adulte doit être convaincu que la pression qu’il exerce sur l’enfant permet à celui-cid’édifier un être nouveau-l’enfant doit être naturellement dans un état de passivité, d’accessibilité , decontagion ; il est enclin à l’imitation
 
-l’autorité morale a un caractère sacré qui doit être vécu par les parentsCette construction implique un esprit de discipline, d’abnégation, fondé sur la régularité,l’effort et le respect de la règle. L’autonomie est ici la reconnaissance de la règle établie par legroupe auquel on est destiné ; et l’enfant doit s’identifier à celui qui incarne cette règle, sa personnalité se construisant à l’image de celle de l’adulte.
 Alain
Eduquer, c’est connaître et faire connaître,c’est un instrument pour saisir les choses, pour atteindre la vérité et refuser l’erreur de l’immédiat, c’est disposer d’un jugement, rejeter toutce qui est de l’ordre des croyances, c’est d’abord l’éducation de l’Homme, de sa volonté et desa liberté. Selon lui l’enfance est un état mental et non un âge réel, c’est une manièred’appréhender le monde. Le petit enfant se passe de règles et de modèles dans sa premièreconnaissance, et il confond le réel et l’imaginaire .Ses connaissances commencent par lessens : le premier étant la vue, qui est, par essence, trompeuse car elle donne à voir sans laisser comprendre pourquoi. Vivant dans un monde déjà humanisé, il doit faire des signes pour sefaire comprendre, il a donc un rapport actif aux mots. Son désir spécifique est de devenir adulte. Ce qui le pousse hors de l’enfance, c’est l’orgueil et l’ambition. Sans ces sentiments, iln’est pas éducable. L’enfant aime imiter l’adulte.Le modèle d’Alain est la discipline et l’effort, c’est une pédagogie sévère où le bonheur est lerésultat final du travail. Il prêche une approche méthodologique semblable au solfège et àl’apprentissage d’un instrument de musique : patience, répétitions, imitation. L’école est unlieu où l’erreur est normale, c’est même une pratique répétée.
 Jean Piaget 
Comprendre la nature de l’enfance est pour lui une nécessité. En effet, l’enfant passe par uncertain nombre d’étapes de son développement qui sont des structures successives et stables :il les appelle les stades. A chaque stade correspond un enseignement.L’épistémologie génétique qu’il étudie est une analyse critique des processus fondamentauxd’acquisition des connaissances. Il veut décrire les modes d’apparition de structurationcognitive. Les connaissances ne s’acquièrent pas par une addition d’informations extérieures,elles s’organisent, se structurent par une relation du sujet connaissant et de l’objet à connaître.Il affirme la possibilité universelle de résoudre des problèmes et d’évoluer, il croit en la perfectibilité de l’homme au-delà de l’innée. Sa psychologie de l’intelligence est conçuecomme une faculté globale de co-ordinner des actions et des opérations. La connaissance seconstruit par l’expérience sensorielle en interaction avec la raison. Il propose des méthodesactives où le rôle de l’adulte est fondamental : il doit favoriser la construction desconnaissances. Toute conduite consiste en une assimilation d’une donnée nouvelle quimodifie le schéma intérieur de comportement. L’intelligence est donc successive et progressive. Le rôle de l’école est d’aider les assimilations et les accumulations quiimpliquent cette évolution. En outre l’école doit adapter les valeurs transmises à celles de lasociété par les programmes.
 Henri Wallon
Psychologue et philosophe français. Il propose l’idée de l’interaction entre l’enfant et sesmilieux de vie, interaction qui permet la connaissance de soi. C’est à travers les relations
 
établies avec autrui que la personnalité se construit. Il développe en 1925 la théorie desmentalités hétérogènes. A force d’affirmer l’originalité irréductible de l’enfance, les nouveaux pédagogues ont selon lui établi une coupure entre deux mentalités hétérogènes : celle desadultes et celle des enfants. Or l’enfant est bien une projection de l’adulte.L’enfant fait partie du social, et son milieu est la condition de son développement, car il n’y a pas de vie psychique sans forme de relation réciproque.Eduquer, c’est provoquer, par la mise en situation, une réaction totale et synthétique del’organisme, c’est stimuler la spontanéité d’action et d’assimilation, c’est laisser à son êtreglobal les moyens et les occasions de croître sans contrainte. Les caractéristiques de sonapproche sont :-la méfiance envers l’éducation autoritaire, didactique et normative-l’éducation n’est plus bornée aux activités intellectuelles mais s’élargit aux activitésmanuelles-il faut encourager les initiatives des enfants-l’opposition de l’enfant, ses attitudes critiques, sont positives pour l’éducation car leconflit est formateur.Pour Wallon, la vie est une expérimentation continuelle qui oblige l’individu à se remettre enquestion de façon permanente. L’éducation est une continuelle réorganisation etreconstruction des expériences passées, à la lumière de celles auxquelles nous sommesconfrontées. L’école doit apprendre à apprendre.
Skinner 
Sa conception de la psychopédagogie se veut révolutionnaire et en rupture avec le behaviorisme. Il rejette toute approche philosophique, la psychologie devant se cantonner auxfaits observés et mesurables. La création de la machine à apprendre donnera suite àl’enseignement programmé. Si la théorie behavioriste affirme que l’effet d’un stimulus sur lecomportement permet l’acquisition des connaissances, cette acquisition implique la production d’un nouveau stimulus qui doit être lié au premier, entraînant le renforcement de laréponse. Le renforcement est essentiel pour comprendre l’installation d’un comportementdéterminé. Il existe des mécanismes de renforcement qui dessinent l’interaction descirconstances stimulantes des réponses de l’organisme et principalement des conséquencesrenforçantes. La tâche première de l’enseignant est de se laisser guider par la psychologieexpérimentale afin d’organiser au mieux les contingences de renforcement2.LA PEDAGOGIE NOUVELLEA la fin du 19è siècle, naît une nouvelle pédagogie fondée sur deux postulats :- l’enfant a sa propre vie et a le droit de vivre heureux- la nature de l’enfant est bonne, c’est l’éducation mal conçue par l’adulte et l’adulte lui-même qui pervertissent cette nature (cf. J.J.Rousseau)Leurs auteurs sont : Claparède, Ferrière, De Croly, Montessori, Freinet
 Edouard Claparède
L’intelligence est l’adaptation mentale aux circonstances nouvelles. L’individu va dépasser les insuffisances par son intelligence.

Activity (15)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
Hizbut liked this
frikisa liked this
moussa liked this
Fahd Bozid liked this
Fahd Bozid liked this
Dey Bey liked this
kakayeassi liked this
Enniroc liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->