Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
corrigé bac blanc 2014

corrigé bac blanc 2014

Ratings: (0)|Views: 595 |Likes:
Published by jaysesblogs

More info:

Published by: jaysesblogs on Mar 26, 2014
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/01/2014

pdf

text

original

 
Epreuve composée
Première partie : Mobilisation des connaissances (6 points)
1.Expliquez le phénomène de déclassement à partir du paradoxe d’Anderson.
(3 points)
C.Peugny déinit le déclassement comme le ait de ne pas pou!oir maintenir la position sociale de ses parents. "es enants ont onc une position sociale moins !alorisée que celle de ses parents. #n peut expliquer ce phénomène par le  paradoxe d’Anderson. "es ils ont un ni!eau d’éducation supérieur à leur père mais une position sociale inérieure. Ce  paradoxe s’explique par le ait que la structure éducati!e s’est modiiée plus rapidement que la structure sociale.
 
En eet$ de plus en plus d’indi!idus ont des études de plus en plus longues. Arr%ter ses études n’est pas rationnel  puisque$ comme le dit "."e!y&'ar(oua ) a!ec le dipl*me on n’a presque rien$ mais sans dipl*me rien du tout +. ,ls !ont donc continuer leurs études pour arri!er à des ni!eaux de dipl*me encore non touchés par la dé!aluation. -ais comme tous les étudiants agissent de la m%me manière$ il y a une augmentation du nom(re d’indi!idus à ce ni!eau de dipl*me et donc dé!alorisation de ce ni!eau de dipl*me  le dipl*me ne permet plus d’a!oir le m%me type d’emploi.
/.,llustrez$ à partir d’un exemple$ les eets de la politique de monnaie orte
(3 points)
0ne politique de monnaie orte a un eet immédiat sur les prix des produits exportés et importés  elle diminue le prix des importations exprimé en monnaie nationale2 et augmente le prix des exportations en monnaie étrangère2.
"es a!antages d’une politique de monnaie orte 
o
Pour les importations incompressi(les de (iens comme le pétrole$ une politique de monnaie orte réduit la acture pétrolière$ donc le déicit commercial
o
Pour les exportations  quand le pays (énéicie d’une compétiti!ité&qualité $ ses !entes ne dépendent  pas du prix. "es consommateurs sont pr%ts à acheter m%me si le prix augmente. C’est par exemple le cas des chaussures 3epetto  une politique de monnaie orte n’entra4ne pas une diminution des !entes$ mais une augmentation de la !aleur des exportations
"es incon!énients 
o
C’est le contraire pour les entreprises qui 5ouent sur la compétiti!ité&prix. "es constructeurs automo(iles ran6ais qui sont spécialisés dans le moyen de gamme sont pénalisés par une monnaie orte  la hausse du prix à l’exportation se traduit par une (aisse des !entes car les consommateurs ne sont pas pr%ts à acheter des !oitures ran6aises à un prix trop éle!é. "es entreprises ran6aises perdent alors des parts de marché$ ce qui pénalise la croissance. C’est ce qu’airme A .-onte(ourg $ ministre du redressement producti  l’euro est trop ort. 7’après la direction du 8résor$ une dépréciation de 19: permettrait d’accro4tre notre taux de croissance de 1$/:.
 
o
"e prix des importations en monnaie nationale diminue alors$ ce qui rend les importations compétiti!es au ni!eau des prix. "es importations de textile chinois sont donc très (on marché$ ce qui accro4t le déicit de la ;alance Commerciale.
 
Deuxième partie : Étude d’un document
(4 points)
 Après a!oir présenté le document$ !ous mettrez en é!idence l’é!olution des inégalités de ni!eaux de !ie
Ce ta(leau produit par l’,<=EE montre l’é!olution du ni!eau de !ie moyen après imp*ts et prestations sociales pour une personne seule entre /99> et /991. ,l permet ainsi de !oir comment ont é!olué en a(solu les ni!eaux de !ie selon le décile$ mais aussi en relati$ puisque on dispose du taux de !ariation des ni!eaux de !ie moyens par décile$ c’est&à&dire par tranche croissante de population.En /99>$ le ni!eau de !ie moyen des 19: les plus riches était près ? ois plus éle!é que celui des 19 : les plus  pau!res. Entre /99> et /911$ les inégalités ont augmenté$ tant en a(solu qu’en relati.=i on raisonne d’a(ord en a(solu$ les gains ou les pertes en euros !arient selon le décile. Plus on est pau!re$ plus la  perte en euros est importante  les 19 : les plus pau!res ont !u leur ni!eau de !ie moyen diminuer de @?9 euros$ ceux qui sont compris entre le B et le B décile ont !u leur ni!eau de !ie moyen diminuer de 1/9 euros. En re!anche$ les 9 : les plus riches ont !u leur re!enu augmenter  les ménages compris entre le B et le ?B décile ont leur re!enu qui augmente de @9 euros$ les 19: les plus riches de 1D euros. "es écarts a(solus augmentent donc de plus de /999 euros entre les 19: les plus riches et les 19: les moins riches FCela se traduit alors par une augmentation des écarts relatis$ puisque plus on est pau!re plus le ni!eau de !ie moyen diminue entre /99> et /911$ le ni!eau de !ie moyen des 19 : les plus pau!res a (aissé de .@:. En re!anche$ plus on est riche$ plus le ni!eau de !ie moyen augmente rapidement  le ni!eau de !ie moyen des 19 : les plus riches a augmenté de @./: entre /99> et /911. Ainsi$ en /911$le ni!eau de !ie moyen des 19: les plus riches est D ois plus grand que celui des 19: les plus pau!res."es écarts a(solus et relatis ont donc augmenté.
Troisième partie : aisonnement s’appu!ant sur un dossier documentaire :
"u#et : En $uoi la %lexibilité du travail est&elle une solution au c'mae *
7epuis /99D$ la Grance et l’Allemagne ont des é!olutions de taux de ch*mage di!ergentes  il a augmenté de  points en Grance et a été di!isé par / en Allemagne. Cette comparaison est d’autant plus pertinente que l’Allemagne et la Grance ont des économies relati!ement proches. Elle explique aussi pourquoi la question du ch*mage de!ient alors la  principale préoccupation des ran6ais et du gou!ernement Ayrault . Huelle solution mettre alors en place pour le réduire I 0ne réponse réquente est qu’il aut accro4tre la lexi(ilité du tra!ail$ c’est&à&dire améliorer l’adapta(ilité et la réacti!ité du tra!ail. "e pro(lème est que la lexi(ilité est&un concept  polysémique qui regroupe des déinitions contradictoires. Gaut&il alors mener des politiques de lexi(ilité quantitati!e ou qualitati!e I
"elon libéraux+ pour résoudre le c'mae+ il %aut développer deux %ormes de %lexibilité : la %lexibilité $uantitative externe et la %lexibilité salariale
,a %lexibilité salariale permet de réduire le c'mae
"a lexi(ilité salariale peut se déinir comme la sensi(ilité des salaires nominaux ou réels à la situation économique. Ainsi$ en période de ch*mage$ le salaire réel doit diminuer selon l’analyse néo&classique. A!ant d’em(aucher l’entreprise opère un calcul coJt &(énéice pour sa!oir si l’em(auche d’un tra!ailleur supplémentaire est renta(le pour elle. Elle compare alors le coJt du tra!ail a!ec ce que rapporte le salarié supplémentaire  sa producti!ité marginale. 8ant que la producti!ité marginale est supérieure au coJt$ l’entreprise a intér%t à em(aucher car son proit augmente. #r$ la loi des rendements décroissants postule que plus on utilise de acteur tra!ail $ plus la producti!ité marginale est ai(le . Pour que l’entreprise augmente ses em(auches$ il aut donc que le salaire diminue. Ainsi$ quand le salaire réel diminue$ la création d’emplois augmente et donc le taux de ch*mage diminue.
 
#n comprend alors mieux les diérences d’é!olution des taux de ch*mage de la Grance et l’Allemagne  entre /99/ et /99$ le taux de ch*mage en Allemagne a augmenté de  points $ passant de > à 1/:. Parallélement$ le salaire réel par t%te a diminué de 1: en /99$ : en /99. "a (aisse du taux de ch*mage à partir de /99  il est passé de 1/ à ?: 2 s’est traduite par une augmentation du salaire réel par t%te  /: en /91@. C’est le contraire pour la Grance  entre /99> et /919$ le salaire réel par t%te augmente de plus en plus !ite  /: en /919$ et le taux de ch*mage augmente de   points  de > à 1/: document @
Tout comme la %lexibilité $uantitative externe
"’autre orme de lexi(ilité dé!eloppée par les néo&classiques est la lexi(ilité quantitati!e externe. "’idéal type appara4t alors %tre un contrat de tra!ail dont les conditions sont ré!isa(les au 5our le 5our. "a lexi(ilité se mesure à la ai(lesse des contraintes 5uridiques régissant le contrat de tra!ail$ et en particulier les décisions de licenciement .En eet$ selon les li(éraux$ l’ensem(le des réglementations !isant à protéger les salariés$ au lieu d’améliorer leur situation $ la dégrade $ car elle crée du ch*mage . 0n entrepreneur !a hésiter à em(aucher$ en cas de "PE très restricti!e car il sait qu’en cas de diicultés économiques$ il aura du mal à le licencier. ,l préérera donc ne pas em(aucher. Ainsi$ ce sont la Grance et l’Espagne qui ont les taux de ch*mage les plus éle!és  près de 19: pour la Grance$ /$: pour l’Espagne. Ce sont aussi les pays oK la "PE tant pour la protection des emplois temporaires que  permanents est la plus orte. Pour inciter les entreprises à em(aucher da!antage$ il aut donc supprimer ces entra!es au Lapon$ $/: des actis sont au ch*mage et l’indice de protection pour l’emploi est de /..document /2
-n cercle vertueux
"a con5onction de ces deux ormes de lexi(ilité génère alors une diminution du ch*mage .En eet$ elles assurent une augmentation de la compétiti!ité& prix . "a lexi(ilité du salaire engendre directement réduction du coJt du tra!ail  puisque la montée du ch*mage se traduit o(ligatoirement par une (aisse du salaire. "a suppression des législations  portant sur le tra!ail entra4ne aussi une (aisse du coJt de production$ mais de manière indirecte. En eet$ le licenciement s’opérant instantanément et sans coJt  il n’ y a pas d’indemnités de licenciement 2 $ il n’ y a 5amais de main d’oeu!re excédentaire rémunérée $ alors qu’elle est de!enue inutile pour la production . "e coJt de production diminue$ ce qui permet de (aisser le prix de !ente. Cette augmentation de la compétiti!ité !a se traduire par une augmentation des parts de marché du pays$ la production augmente rapidement$ ce qui permet une augmentation des re!enus et de nou!elles em(auches$ ce qui permet la (aisse du ch*mage."’exemple du Lapon et des E0 sont sou!ent pris pour montrer les eets positis de la lexi(ilité salariale et quantitati!e externe. Cependant deux exemples ne ont pas une relation automatique. En eet$ elles peu!ent aussi générer des eets per!ers $ tant au ni!eau micro que macro&économiques .
En réalité+ elle a des limites
.u niveau micro&économi$ue
Contrairement à ce qu’airment les li(éraux$ la lexi(ilité des salaires et la précarité de l’emploi peu!ent réduire la compétiti!ité$ au lieu de l’accro4tre .En eet$ la précarité de l’emploi peut %tre néaste pour l’entreprise et sa compétiti!ité du ait de l’a(sence de ormation interne opérée par l’entreprise. "’entreprise n’a pas à intér%t à ormer un personnel temporaire$ car le coJt de la ormation ne pourrait %tre compensée par une augmentation de la  producti!ité uture$ les salariés ne restant pas assez longtemps dans l’entreprise . #r$ d’après l’analyse du capital humain de '.;ECME3 $ une augmentation de la qualiication engendre une augmentation de la producti!ité . "a  précarité de l’emploi emp%che donc la hausse de la producti!ité. "’Allemagne et la Chine ont ainsi des taux de ch*mage très ai(les  autour de ?: 2$ alors que les réglementations sur les licenciements indi!iduels et collectis sont très ortes.Cette hausse est aussi reinée par la lexi(ilité des salaires. 7’après l’analyse du salaire d’eicience$ ce n’est pas la  producti!ité qui détermine le salaire réel $ comme l’airme les néo&classiques $ mais le salaire qui détermine la  producti!ité . En eet$ pour les salariés$ le salaire est le signe de l’intér%t et du 5ugement de l’entreprise quant à son tra!ail et ses qualités. 0n salaire trop ai(le incite le tra!ailleur à réduire sa producti!ité$ car il considère que ses eorts ne sont pas récompensés .Ainsi$ il n’est pas rationnel pour une entreprise d’opérer une lexi(ilité quantitati!e

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->