Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Alice De Georges-Métral, « "Dans le ciel" : surface et profondeur »

Alice De Georges-Métral, « "Dans le ciel" : surface et profondeur »

Ratings: (0)|Views: 5|Likes:
Published by Oktavas
Alice De Georges-Métral, « "Dans le ciel" : surface et profondeur », article paru dans les "Cahiers Octave Mirbeau", n° 19, mars 2012, pp. 39-53.
Alice De Georges-Métral, « "Dans le ciel" : surface et profondeur », article paru dans les "Cahiers Octave Mirbeau", n° 19, mars 2012, pp. 39-53.

More info:

Published by: Oktavas on Apr 07, 2014
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/25/2014

pdf

text

original

 
 DANS LE CIEL
: SURFACE ET PROFONDEUR 
«
 Mon cher maître
 ». Cette formule d’appel qu’adresse si souvent Octave Mirbeau à Émile Zola manifeste l’admiration du romancier anarchiste pour le chef de file du  Naturalisme. u fil de leur correspondance
!
 se voit lou" l’«
admirable talent 
 » et l’«
admirable courage
#
 » de l’"crivain et du pamphl"taire. $t lorsque para%t
 L’Œuvre
& c’est un «
 Mon cher et grand maître
'
 » que proclame l’auteur à venir du r"cit
 Dans le ciel 
& dont le  personna(e du peintre proc)dera directement de «
ce malheureux Claude Lantier 
*
 ». +’"criture naturaliste& donc& force l’admiration des auteurs contemporains de Zola& notamment pour son observation minutieuse de la nature. ,i cette m"thode sied à Mirbeau& qui en e-plorera toutes les promesses& il d"clarait pourtant deu- ans plus tt que les romanciers sont «
las, rassasiés, écœurés jusqu’ la nausée du renseignement, du document, de l’exactitude des romans naturalistes
 /01.
Cette !orme nouvelle de la littérature n’ 
/est1
en  somme qu’une littérature d’attitudes et de gestes, une littérature "our m#o"es
2
 ». Ce double  postulat conduit Octave Mirbeau à appeler de ses v3u- une m"thode de description qui se fonde sur les apports du Naturalisme pour lui ad4oindre la profondeur qui lui manque& embo%tant le pas de ses pr"d"cesseurs en la mati)re& 5ules 6arbe7 d’urevill7 et 5oris89arl :u7smans. Mirbeau construit son roman
 Dans le ciel 
 à partir des probl)mes esth"tiques que pose la description romanesque& transposant les incertitudes du romancier descripteur dans celles de son personna(e& +ucien. Ce peintre fictif h"rite de deu- destin"es tra(iques& celle de Claude +antier et celle de ;incent ;an <o(h
=
& que Mirbeau avait d"couvert quelques ann"es avant de r"di(er
 Dans le ciel 
>
. «
 $’est%il "as s#m"tomatique
& interro(e ?ierre Michel&
qu’il ait été l’heureux "ro"riétaire des
@ris
 et des
Aournesols
 de &an 'ogh, achetés ()) !rancs au "*re +angu#, et devenues un si*cle a"r*s les deux toiles les "lus ch*res au monde elles ont été vendues -. milliards de centimes en /01.2
B
 3
 » Ces divers h"rita(es contribuent à pr"senter une po"tique de la description romanesque dont le peintre offre les esquisses que le romancier d"ploie par le truchement des r"cits de l’"crivain <eor(es& le compa(non d’infortune de +ucien. @l s’a(ira d’interro(er ici diverses sources de la po"tique de la description telle que la  pratique le roman
 Dans le ciel 
. +es th"ories de 6arbe7 et de :u7smans sur la description& ainsi que celles de ;an <o(h sur la repr"sentation picturale& offrent un ensemble coh"rent qui semble servir de support au descriptif mirbellien. +es pratiques& scripturale de <eor(es et  picturale de +ucien& s’anal7seront ensuite comme une mise à l’"preuve au d"nouement tra(ique  de ce r"seau d’influences.
!
 « +ettres d’Octave Mirbeau à Émile Zola »&
 Les Cahiers naturalistes
& ?aris& <rasset8Dasquelle& !EEF& pp. >8'*.
#
 !F novembre !BB2&
 o"4 cit4
.& p. B.
'
 !E avril !BB=&
 o"4 cit4
& p. !F.
*
 
 5bidem4
2
 Octave Mirbeau& « +e GHve »&
 Le 'aulois
& ' novembre !BB*.
=
 Notons que ;an <o(h lui8mHme se comparait à Claude +antier I «
 6e sais ceci, que si j’allais su""lier les mod*les 7 mais "ose8 donc "our moi je vous en "rie, je !erais
 
comme le bon "eintre de 9ola dans
 +’Juvre. » K
 Lettres de &an 'ogh  son !r*re +héo
& ?aris& <rasset& !E'>& p. ##BL.
>
 ?our chaque citation de ce roman& nous utilisons l’"dition suivante I Mirbeau&
 Dans le ciel 
& te-te "tabli& annot" et pr"sent" par ?ierre Michel et 5ean8Dranois Nivet& Caen& +’Échoppe& !EBE. Nous si(nalons entre  parenth)ses
 DC 
& suivi du num"ro de pa(e.
B
 ?ierre Michel& « n moderne I Octave Mirbeau. u pur(atoire à l’en(ouement » K
 5m"ressions du :ud 
& nP #!& +e +ivre dans le Midi& rles& ?rintemps BE& p. #'L. Mirbeau avait en effet achet" ces deu- toiles en !BE!.
 
 Le naturalisme spiritualiste : l’héritage de Barbey et de Huysmans
ans une p"riode oQ le naturalisme a fait les preuves de sa ma%trise des techniques descriptives& les "crivains qui lui reprochent de s’en tenir à la stricte observation de l’ob4et tentent de lui emprunter ses tr"sors de pr"cision tout en lui a4outant la dimension m"taph7sique qui lui manque. Cette dialectique de la science et du spirituel est une question d’"poque
E
 et& admiratifs mal(r" eu- de la virtuosit" et de la ri(ueur des descriptions naturalistes& 6arbe7 d’urevill7 et :u7smans& avant Mirbeau& d"ploraient qu’elles se cantonnent à la surface de l’ob4et
. @ls appellent d)s lors de leurs v3u- une repr"sentation qui associerait cette minutie de la description à la part insensible du r"f"rent observ".+e
Connétable des Lettres
& dans ses articles de critique litt"raire& livrait d"4à une th"orie de la description similaire à celle que tracera Mirbeau
& s’appu7ant sur l’observation de l’ob4et pour en d"duire sa part spirituelle. +e spiritualisme de Mirbeau cependant n’a pas les mHmes sources que celui du chantre du catholicisme. @l semble se rapprocher de l’id"alisme ath"e de ,chopenhauer& mHme s’il ne se confond pas avec lui.
 Le Monde comme &olonté et comme re"résentation
& publi" en !B!E& et dont la troisi)me "dition en !B2E eut un fort impact sur le lectorat& e-clut ieu de toute conception m"taph7sique du monde. Cet ouvra(e influena notablement l’auteur de
 Dans le ciel 
. ?our ,chopenhauer& la r"alit"  primordiale est la ;olont"& et celle8ci fonde le monde en mHme temps qu’elle rend possible toute repr"sentation. Mais si la ;olont" s’ob4ectivise dans l’ensemble des ph"nom)nes qui sont soumis au principe de causalit"  autorisant ainsi leur connaissance et leur "tude par la science & elle ne peut elle8mHme ni se conna%tre ob4ectivement& ni se soumettre au principe qui r)(le toute la repr"sentation. $n tant que principe
a "riori
 du corps et de toute connaissance ob4ective& la ;olont" s’e-cepte n"cessairement de toute e-plication scientifique et requiert& pour se r"v"ler& une m"taph7sique faisant si(ne vers l’esth"tique. C’est donc au  prisme d’une manifestation concr)te que l’Htre intime du monde peut s’atteindre. C’est à cette manifestation concr)te que s’int"resse Mirbeau& et avant lui 6arbe7 d’urevill7& qui se coule& mal(r" qu’il en ait& dans les traces du Naturalisme. ,’il pr"tend que la «
condition essentielle de tout romancier est d’;tre, avant tout, un observateur 
 »& il reproche au Naturalisme «
le matérialisme
voulu
 de sa "réoccu"ation et de sa mani*re
 »& qui conduit ses portraits de personna(es à ne «
 sortir jamais de l’animal < =r, l’animal est, comme les mots, sans >me4 5l est toujours
 bHte
 , "lus ou moins
 ». insi& puisqu’ils «
ont mé"ril’5n!ini,
 /01
c’est le ?ini qui les tue
 
<
 ». 6arbe7 pr"sente une conception de la
E
 Derdinand 6runeti)re e-pose cette opposition entre spiritualisme et scientisme. @l annonce la «
banqueroute de la science
 » K
 La :cience et la religion, ré"onse  quelques objections
& ?aris& Dirmin8idot et Cie& !BE2& p. !'L qui «
a "romis de
renouveler la face du monde » K
ibid4
& p. !2L& de r"or(aniser l’humanit" et de «
 su""rimer le
m7st)re » K
ibid4
& p. !EL. «
 L’inconnaissable nous entoure
& e-plique8t8il&
il nous envelo""e, il nous étreint, et nous ne "ouvons tirer des lois de la "h#sique ou des résultats de la "h#siologie aucun mo#en d’en rien connaître4
 » K
ibid4
& p. #FL.
!F
 ,amuel +air e-plique que& pour Mirbeau& la «
taxinomie scientiste échoue l o@ se dessine "eu  "eu un hori8on eschatologique
 » K« Éros victorieu-& ou Clara& 5uliette& ude et les autres. +e naturalisme en question cheR Octave Mirbeau et Camille +emonnier »&
Cahiers =ctave Mirbeau
& nP E& n(ers& #FF#& p. 2FL.
!!
 Mirbeau a "crit cinq chroniques sur 6arbe7 et ?ierre Michel rappelle que «
 Aarbe# d’Burevill# est une des admirations les "lus anciennes et les "lus constantes de Mirbeau4 5l le rejoint sur de nombreux "oints, notamment, quand il critique la m#o"ie des "seudo%réalistes et tente d’atteindre  une réalité su"érieure "ar la !orce de la suggestion
 » K
 Les Combats d’=ctave Mirbeau
& ?aris& +es 6elles +ettres& !EE2& p. !>FL.
!#
 5ules 6arbe7 d’urevill7& « ?r"face » pour
 Les Eomanciers
 K
Œuvre critique,
 @& ?aris& +es 6elles +ettres& #FF*& p. EB>L.
!'
 5ules 6arbe7 d’urevill7& «
 Le &entre de Faris
 » K
Constitutionnel 
& !* 4uillet !B>'&
in
 
 Les Œuvres et les hommes
& tome S;@@@& <en)ve& ,latTine Geprints& !E=B& p. #F=L.
!*
 5ules 6arbe7 d’urevill7&
 Les Œuvres et les hommes
& tome S;@@@&
o"4 cit4
& p. !F2.
 
mimesis
 qui consiste à repr"senter le r"el doubl" de ses ab%mes invisibles
& comme pour «
cette découverte moderne, la "h#siologie a""liquée aux choses de l’>me
 ». $t les reproches qu’il formule à l’"(ard de Champfleur7 pourraient Htre repris
in extenso
 par Mirbeau I «
Cham"!leur#, comme tous les hommes de son triste s#st*me, décrit "our décrire, mais il ne "eint "as G car "eindre, c’est nuancer les couleurs, c’est entendre les "ers"ectives, c’est creuser ou !aire tourner "ar les ombres, c’est éclairer "ar le sentiment "resque autant que "ar la lumi*re
. » Mirbeau estime de son ct" que tout «
est sacri!ié  une virtuosité mécanique, ennu#euse et !atigante,  la recherche d’un détail "uéril4 :eulement visible  la lou"e et qui n’im"orte "as
 ».:u7smans& en di(ne h"ritier du
Connétable des Lettres
& dont il "tait l’admirateur et l’ami& fera au naturalisme dont il est issu les mHmes reproches. +es premi)res pa(es de
 L%bas
& d"crivant lon(uement le tableau de <rUneVald&
 La Cruci!ixion
& revHtent une fonction m"tar"fle-ive et le personna(e de urtal& avatar de l’auteur& appelle de ses v3u- la cr"ation d’un naturalisme spiritualiste. $n prenant mod)le sur les peintres primitifs& les "crivains devraient d"crire le r"f"rent de mani)re d"taill"e& afin que& de chaque parcelle de la surface visible& "mane une perspective m"taph7sique. urtal& qui "chafaude une th"orie de la description litt"raire à partir de la peinture& se d"double dans le roman de Mirbeau en un "crivain et un peintre qui r"fl"chissent à deu- voi- sur la transposition par l’"criture des techniques picturales. $t si le narrateur d’
 Hn route
& roman qui fait suite à
 L%bas
& applique ce naturalisme spiritualiste rHv" par urtal& c’est le narrateur anon7me de
 Dans le ciel
qui accomplira au premier niveau du r"cit la peinture de l’ob4et rHv"e par +ucien et <eor(es
. :u7smans d)s lors h"rite de 6arbe7 sa conception de la description& et Mirbeau à son tour suivra ses traces. Aous deu- commencent à "crire sous l’"(ide du naturalisme  les  premiers romans de :u7smans ont "t" conus dans le cercle m"danien et l’auteur de
 Dans le ciel 
 "tait ami de Zola  pour s’en d"tacher ensuite.
 I « Ce mHme pa7san que 4e vois ici& "crit Mirbeau au chef de file du naturalisme& 4e l’ai rencontr" pareil dans la ?erche& dans la Ma7enne& dans une partie de la Normandie. $t il m’a tou4ours "mu. $t il 7 a en lui& en effet& un coin de m7sticisme (randiose& que 4e trouve dans toutes les choses de la nature. »
+ucien& le peintre de
 Dans le ciel 
& semble ainsi s7nth"tiser les th"ories de 6arbe7& :u7smans et Mirbeau lorsqu’il s’"crie I
!2
 ;oir à ce su4et I lice e <eor(es8M"tral& «
 Le "alais dans le lab#rinthe
W une po"tique romanesque aurevillienne » K
 6ules Aarbe# d’Burevill# romancier, lecteur et critique de romans
& sous la direction de Marie8Dranoise Melmou-8Montaubin& $ncra(e niversit"&
 Eomanesques, Iors%:érie
& miens& #FFE& pp. #28'EL.
!=
 5ules 6arbe7 d’urevill7&
Œuvre critique,
 @&
o"4 cit4
& p. !#!F.
!>
 5ules 6arbe7 d’urevill7&
 Les Œuvres et les hommes
& tome SS@;&
o"4 cit4
& pp. #!8##.
!B
 « ;otons pour Meissonier »&
 Le Matin
& ## 4anvier !BB=&
in Combats esthétiques
& @& ?ierre Michel et 5ean8Dranois Nivet "ds& ?aris& ,"(uier& !EE'& p. #'#.
!E
 ;oir à ce su4et lice e <eor(es8M"tral& «
 Dans le ciel
ou la nature et son double I pour une po"tique de la description »&
 Littératures
& num"ro sp"cial
 Mirbeau
& =*8=2& ?aris& rmand Colin& #F!!.
#F
 Mirbeau& par e-emple& "mettra de s"v)res critiques à propos de
 La +erre
& tout en r"p"tant son admiration pour «
l’écrivain le "lus "uissant, le "lus étreignant de ce tem"s
 » Klettre à Émile Zola du #E septembre !BB>&
in Corres"ondance générale
& t. @& +’(e d’:omme& #FF'& p. >FEL.C’est aussi ce que d"clare <ustave Dlaubert à +ouise Colet I «
 5l me tarde de voir ta :ervante < +u me dis que tu dois aller  la :al";tri*re "our cela4 Frends garde que cette visite
n’influe trop.
Ce n’est "as une bonne méthode que de voir ainsi tout de suite, "our écrire immédiatement a"r*s4 =n se "réoccu"e tro" des détails, de la couleur, et "as asse8 de son es"rit, car la couleur dans la nature a un
 esprit&
une sorte de va"eur subtile qui  se dégage d’elle, et c’est cela qui doit animer en
 
dessous le st#le
.
Jue de !ois, "réoccu"é ainsi de ce que j’avais  sous les #eux, ne me suis%je "as dé";ché de l’intercaler de suite dans une œuvre et de m’a"ercevoir en!in qu’il  !allait l’Kter < La couleur, comme les aliments, doit ;tre digérée et m;lée au sang des "ensées4
 » KX +ouise Colet& # 4uillet !B2'&
in Corres"ondance
& Choi- et pr"sentation de 6ernard Masson& ?aris& <allimard& Dolio Classique& !EEB& p. #'*L.
#!
 +ettre à Émile Zola du #E septembre !BB> K
Corres"ondance générale
& t. @& +’(e d’:omme& #FF'& p. >FEL.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->