Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
L'expérience de Kodaikanal - Rendez-vous avec Anil Kumar

L'expérience de Kodaikanal - Rendez-vous avec Anil Kumar

Ratings: (0)|Views: 522|Likes:
Published by Pierre-Albert Hayen
La transcription d'un entretien exceptionnel entre le Prof. G. Venkataraman et le Prof. Anil Kumar, diffusé par Radio Sai, qui narre dans le détail les péripéties et les événements extraordinaires jalonnant les séjours de Sathya Sai Baba à Kodaikanal. Un must pour les dévots !
La transcription d'un entretien exceptionnel entre le Prof. G. Venkataraman et le Prof. Anil Kumar, diffusé par Radio Sai, qui narre dans le détail les péripéties et les événements extraordinaires jalonnant les séjours de Sathya Sai Baba à Kodaikanal. Un must pour les dévots !

More info:

Published by: Pierre-Albert Hayen on Oct 28, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/19/2010

pdf

text

original

 
L’EXPERIENCE DE KODAIKANALRENDEZ-VOUS AVEC ANIL KUMAR 
 Il est dit que Prasanthi Nilayam est le bureau de Swami, que Brindavan est Sa demeure et que Kodaikanal est Son terrain de jeu. Pour ainsi dire, c’est vrai, particulièrement dans lecas de Kodaikanal, car c’est ici que l’on peut apercevoir le Sai des années quarante, spécialement en ce qui concerne les Leelas divines. Cela ne dure que quelques semaines,mais quelles semaines extraordinaires pour ceux qui ont le privilège de goûter à l’intimité divine ! Kodaikanal est une station montagneuse du sud de l’Inde située à quelque 400 km au sud-est de Bangalore près des villes temples deMadurai et de Palani. Autrefois, chaque été,Swami avait l’habitude d’emmener avec Luiquelques étudiants sélectionnés avec soin. Pour vous permettre de mieux connaître lanature du séjour de
 
Swami à Kodai, nousreproduisons ici la transcription d’undialogue entre le Prof. Anil Kumar et le Prof.G. Venkataraman diffusé précédemment par  Radio Sai. Tous deux proviennent de
Sur la route de Kodaikanal
l’Institut d’Enseignement Supérieur SriSathya Sai.
GV
: Anil Kumar Garu, bienvenue dans les studios de Radio Sai ! D’habitude, je commence par demander à nos visiteurs ou à nos invités de se présenter. Dans votre cas, toutefois, cen’est manifestement pas nécessaire. Je ne dirais pas que vous venez juste après Dieu, maisvous vous tenez si souvent à coté de Dieu ( !) que la majorité des gens vous connaissentcertainement. Cependant, je pense que la majorité d’entre nous ne savent pas comment vousêtes arrivé chez Swami. Nous voulons savoir comment Il a tiré les ficelles dans votre cas pour vous attirer auprès de Lui.
AK 
: Je m’appelle Anil Kumar, je proviensde l’Etat d’Andhra Pradesh et je fais partiedu Brahmo Samaj fondé par Rajaram MohanRoy. Ma famille suit cette foi du BrahmoSamaj depuis trois générations.
GV
: Qu’y a-t-il de spécial à propos duBrahmo Samaj ?
AK 
: Les brahmos ne pratiquent pasl’idolâtrie. L’adepte du Samaj croit en lafraternité des différentes fois et en la pratiquereligieuse du groupe des fidèles. Le Brahmo
 
Samaj n’accepte pas les classes ni le système des castes. Il croit que toutes les religions sontégales. Il travaille pour l’émancipation des femmes.
GV
: Tout ce qui est dit dans le Védanta est là dans cette philosophie ?
AK 
: Oui, et c’est la raison pour laquelle le fondateur Rajaram Mohan Roy est parfois appeléle Prophète de l’Inde Moderne. Mes deux grands-pères étaient des missionnaires Brahmos quiont consacré leur vie entière à cette cause. Je suis venu voir Swami pour la première fois en1970 à cause d’un problème à la maison. Ma femme était malade ; je l’ai emmenée voir 13médecins et j’ai dépensé des milliers de roupies. Mais après être venue chez Swami, elle a ététotalement guérie. Puisque je m’intéressais à la philosophie depuis mon enfance grâce à mongrand-père, j’ai commencé à lire la littérature Sai et j’ai vite découvert que Baba expliquaitmieux les idéaux du Brahmo Samaj que le fondateur, Rajaram Mohan Roy lui-même ! Aveccomme résultat que je suis un meilleur Brahmo maintenant qu’auparavant.
GV
: Oui, c’est ce que Swami dit toujours.Soyez un bon chrétien, soyez un bon musulman,soyez un bon juif, etc. Maintenant, vous êtes untrès bon professeur et vous savez également fort bien comment Swami, en tant qu’Instructeur suprême, moule Ses étudiants. Je vais donc vous poser quelques questions à ce sujet. En particulier, je veux que vous partagiez avec tousnos auditeurs l’expérience exaltante deKodaikanal. Il est dit que Kodaikanal est leterrain de jeu de Swami, tandis que Prasanthi Nilayam est son bureau et Brindavan est Sademeure. Combien de fois vous êtes-vous rendu au terrain de jeu ?
AK 
: Au moins six fois.
GV
: C’est très bien et je suppose que beaucoup de voyages vous attendent encore.
AK 
: Merci, monsieur.
GV
: L’excursion à Kodai semble être un événement extraordinaire qui a aussi un but spécial.Pourquoi ne nous raconteriez-vous pas l’excursion à Kodai depuis le début ?
AK 
: Eh bien, monsieur, Swami sélectionne les étudiants pour le voyage et cette sélection se base sur tous les aspects de leurs performances au collège – au niveau scolaire, de la conduite,de la dévotion, de l’excellence dans les pratiques sportives et dans les jeux, du talent pour chanter et pour l’art dramatique également. Tous les étudiants talentueux qui sont aussi trèsdévoués sont sélectionnés par Swami. Quelques professeurs sont également inclus dans legroupe. Kodaikanal est un si bel endroit. Si je devais dire à quoi ressemblerait le Paradis, il ne pourrait être différent de Kodai.
GV
: Quand Swami se rend-il à Kodai, typiquement ?
AK 
: Généralement, Il s’y rend début avril et Il revient avant le 5 mai, Donc, en gros, Il passeenviron un mois à Kodai. Mais certaines fois, Il est resté le 6 mai également et Il a fêté la journée de commémoration d’Easwaramma là-bas, à Kodai. Cela s’est produit deux fois, je
 
crois. Kodai est fort intéressante, parce que Swami y est fort, fort proche des étudiants et ils peuvent apprendre beaucoup, beaucoup de choses de Swami.
GV
: J’imagine que les étudiants sont également très proches de Swami.
AK 
: Très, très proches.
GV
: Combien d’heures par jour Swami passe-t-Il avec eux, généralement ?
AK 
: Immédiatement après le petit-déjeuner, Il passe une heure avec eux. Après cela,Bhagavan va donner le
 Darshan
aux dévots et Il leur accorde des entretiens. Pendant cetemps-là, les garçons se promènent un peu autour du lac et ils rentrent pour 9h30. De 9h30 à11h00, Swami parle de nouveau aux étudiants jusqu’au déjeuner. Ensuite, nous avons le thévers 14 heures. Puis, Swami parle encore aux garçons de 14h30 à 16 heures. De 16 heures jusqu’à 17 heures, il y a une rencontre publique à laquelle les étudiants assistent. Après larencontre publique, Swami parle aux étudiants et à certains dévots privilégiés au cours d’uneséance qui se veut l’écho de ce qui a précédé – la rencontre de l’après-midi est passée enrevue.
GV
: La rencontre publique, c’est aussi un discours ?
AK 
: Oui, bien sûr. Le discours est donné dans la salle des
bhajans
de Sai Sruthi, le
Mandir 
de Swami à Kodai.
GV
: Donc, Swami parle du matin au soir ?
AK 
: Il donne au moins cinq discours par jour !
GV
: Mon Dieu !
AK 
: Quatre de ces discours sont exclusivement réservés aux étudiants. De plus, il estmerveilleux de voir comment Swami traite les garçons. Il se renseigne sur leur famille, leursfrères, etc.
GV
: OK, passons en revue tous les détails et commençons à Bangalore. Il part toujours deBangalore, n’est-ce pas ? Cela doit être très excitant de faire tout le voyage de Bangalore àKodaikanal. Racontez-nous tout sur le voyage entre Bangalore et Kodaikanal.
AK 
: Le groupe des étudiants voyage dans un grand minibus doté de l’air conditionné et desièges confortables inclinables. Swami dit aux garçons d’entrer dans le minibus qui est chargéde friandises et de denrées en tous genres, sans compter les fruits qui abondent. On peutmanger non-stop jusqu’à Kodaikanal ! Pendant le voyage, Swami s’arrête à une quinzaine, si pas à une vingtaine d’endroits. C’est parce que l’Etat du Tamil Nadu où Kodai se situe estrempli de dévots Sai. Chaque village du Tamil Nadu possède son centre Sai. Le long de lagrand-route, les dévots ont érigés d’immenses
 pandals
et s’y assoient en chantant des
bhajans,
tout en attendant Baba. Swami s’arrête, descend de Sa voiture, bénit tous les dévots,fait un tour rapide, reçoit l’
 Arathi
et puis retourne dans Sa voiture.
GV
: Il prend aussi des lettres ?

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->