Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Olivier Clément - L'Église orthodoxe 1974

Olivier Clément - L'Église orthodoxe 1974

Ratings: (0)|Views: 12|Likes:
Published by helabz
À travers tant de drames, l'orthodoxie s'est souvent contractée en une tradition, transmission rituelle et populaire, qui semble quelque peu figée au regard hâtif du touriste pourtant, elle manifeste périodiquement une tout autre dimension, celle de l'Esprit qui rénove et prophétise.
Sans peser du « divino-humanisme » qui s'inscrit dans la « Trinité » de Roublev ou la « Descente aux enfers » de Karyie Cami, la pensée religieuse russe du XXe siècle, qui a fait souche en Occident, a tenté de répondre à la révolte et à l'athéisme du monde moderne. « Dostoïevsky, disait Berdiaeff, a su tout ce que Nietzsche a su, et quelque chose de plus. » Et un jeune théologien grec d'aujourd'hui, Christos Yannaras, range Camus, l'auteur de « l'Homme révolté »,
parmi ceux qui sont « dignes de l'orthodoxie ». Pour comprendre cette Église aux visages
contrastés, nous étudierons d'abord 'héritage de son histoire, histoire étrange faite de véritables «
morts-résurrections », puis les certitudes fondamentales dont le roc inébranlable étonne ou irrite souvent les chrétiens d'Occident, plus sensibles aux modes ; enfin, nous ferons un tableau des misères, problèmes et promesses d'aujourd'hui. Sans jamais perdre de vue les deux fils qui, à
travers tant de péchés historiques, font la véritable continuité de l'orthodoxie, la rendant, pour paraphraser Pascal, presque uniquement « sensible au coeur » : le fil rouge des martyrs et le fil d'or des transfigurés..
À travers tant de drames, l'orthodoxie s'est souvent contractée en une tradition, transmission rituelle et populaire, qui semble quelque peu figée au regard hâtif du touriste pourtant, elle manifeste périodiquement une tout autre dimension, celle de l'Esprit qui rénove et prophétise.
Sans peser du « divino-humanisme » qui s'inscrit dans la « Trinité » de Roublev ou la « Descente aux enfers » de Karyie Cami, la pensée religieuse russe du XXe siècle, qui a fait souche en Occident, a tenté de répondre à la révolte et à l'athéisme du monde moderne. « Dostoïevsky, disait Berdiaeff, a su tout ce que Nietzsche a su, et quelque chose de plus. » Et un jeune théologien grec d'aujourd'hui, Christos Yannaras, range Camus, l'auteur de « l'Homme révolté »,
parmi ceux qui sont « dignes de l'orthodoxie ». Pour comprendre cette Église aux visages
contrastés, nous étudierons d'abord 'héritage de son histoire, histoire étrange faite de véritables «
morts-résurrections », puis les certitudes fondamentales dont le roc inébranlable étonne ou irrite souvent les chrétiens d'Occident, plus sensibles aux modes ; enfin, nous ferons un tableau des misères, problèmes et promesses d'aujourd'hui. Sans jamais perdre de vue les deux fils qui, à
travers tant de péchés historiques, font la véritable continuité de l'orthodoxie, la rendant, pour paraphraser Pascal, presque uniquement « sensible au coeur » : le fil rouge des martyrs et le fil d'or des transfigurés..

More info:

Published by: helabz on Apr 18, 2014
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/03/2014

pdf

text

original

 
L'Église orthodoxe : L'Église des sept premiers conciles par Olivier Clément
(Extrait de Les religions. Éd. Marabout 1974)
Olivier Clément (1921-2009) né dans un milieu déchristianisé,Olivier Clément a reçu, après une longue recherche, le apt!me dans l"#glise orthodo$e% &lest pro'esseur agrégé de l"université et avait enseigné  l"&nstitut de théologie orthodo$eaint erge et  l"&nstitut supérieur d"études *cuméni+ues,  aris% &l était collaorateur dela revue Contacts, et pulia plusieurs ouvrages sur l"histoire et la spiritualité de l"Orientchrétien% a part histori+ue du te$te suivant s"arr!te au déut des années 19.0%
L'Église orthodoxes
1
, environ 160 millions de baptisés, est l'une des trois expressions majeuresdu christianisme, celle peut-être ui a gardé la plus grande continuité avec l'Église indivise du premier millénaire! "lle reste pourtant mal connue! # bien des reprises, en e$$et, des $orceshostiles venues de l'est ou de l'ouest ont détruit les $ormes culturelles o% elle s'exprimait & ainsil'sl(m arabe au )
e
 si*cle, l'+ccident latin et les ongols au 
e
, l'sl(m turc au )
e
, lecommunisme au 
e
 si*cle!!!L'Église orthodoxe groupe aujourd'hui les Églises suivantes . le patriarcat /cuméniue deonstantinople, dont dépendent la ispersion grecue et les Églises autonomes de 2inlande et der*te 3llection de leur primat doit être con$irmée par onstantinople4 & les patriarcatsapostoliues d'#lexandrie 3dont dépendent les communautés noires, de gre$$e spontanée, puis demission, ui se trouvent au 5ena, en +uganda et au 7angani8a4, d'#ntioche et de 9érusalem &le patriarcat de oscou, dont dépend l'Église autonome du 9apon 3l'Église autonome de hine esto$$iciellement éteinte4 & les Églises, présidées par des patriarches, de :erbie, de ;oumanie et de<ulgarie & l'Église de =r*ce, présidée par un archevêue par dé$érence envers le patriarcat/cuméniue dont elle a longtemps dépendu & l'Église de =éorgie, présidée par un > catholicos ?3titre autre$ois donné aux che$s d'Églises ui se trouvaient hors des $ronti*res orientales del'"mpire b@antin4 & les Églises, présidées par des archeues, de hpre, d'#lbanie3o$$iciellement éteinte4, de Aologne, de 7chécoslovauie et d'#mériue & celle-ci, premi*re Égliseautocéphale purement occidentale, a été constituée en 1BC0 par le patriarcat de oscou avec desorthodoxes d'origine ui ont largement $ait souche dans le Douveau onde!E travers tant de drames, l'orthodoxie s'est souvent contractée en une tradition, transmissionrituelle et populaire, ui semble uelue peu $igée au regard h(ti$ du touriste pourtant, ellemani$este périodiuement une tout autre dimension, celle de l'"sprit ui rénove et prophétise!:ans peser du > divino-humanisme ? ui s'inscrit dans la > 7rinité ? de ;oublev ou la > escenteaux en$ers ? de 5arie ami, la pensée religieuse russe du 
e
 si*cle, ui a $ait souche en+ccident, a tenté de répondre F la révolte et F l'athéisme du monde moderne! > ostoGevs8,
1
 Aour une présentation générale, voir A! "vdo8imov .
l'Orthodoxie
 3elachaux et Diestlé, 1B6H4 & 9! eendor$$ .
l'Église orthodoxe hier et aujourd'hui
 3Le :euil, 1B664 & +! lément .
l'Église orthodoxe
 3A!I!2!, coll! > Jue sais-je K ?, 1B6H4!
 
disait <erdiae$$, a su tout ce ue Diet@sche a su, et uelue chose de plus! ? "t un jeunethéologien grec d'aujourd'hui, hristos annaras, range amus, l'auteur de >
l'Homme révolté
 ?, parmi ceux ui sont > dignes de l'orthodoxie ?! Aour comprendre cette Église aux visagescontrastés, nous étudierons d'abord l'héritage de son histoire, histoire étrange $aite de véritables >morts-résurrections ?, puis les certitudes $ondamentales dont le roc inébranlable étonne ou irritesouvent les chrétiens d'+ccident, plus sensibles aux modes & en$in, nous $erons un tableau desmis*res, probl*mes et promesses d'aujourd'hui! :ans jamais perdre de vue les deux $ils ui, Ftravers tant de péchés historiues, $ont la véritable continuité de l'orthodoxie, la rendant, pour  paraphraser Aascal, presue uniuement > sensible au c/ur ? . le $il rouge des martrs et le $ild'or des trans$igurés!!
L'HÉRITAGL'Église des sept conciles !c"méni#"es
ndividualisée au tournant des deux millénaires de l'*re chrétienne par l'évolution propre del'+rient méditerranéen et des terres roumaines, caucasiennes et slaves u'elle évangélise,lMorthodoxie prend conscience d'elle-même par sa pro$onde continuité avec l'Église du premier millénaire, celle des martrs, des A*res N u'ils soient du ésert ou du haut moignagethéologiue N et des sept conciles /cuméniues!#vant tout persiste, surtout aujourd'hui ue la chrétienté s'e$$ondre tragiuement, la grande imageconductrice de l'Église préconstantinienne & Église ressentie surtout comme communautéeucharistiue!, > agapé ?, o% > la vie en hrist ? s'exprime dans une expérience réelle de serviceet de $raternité, o% la spiritualité est normalement celle du martr véritable état mstiue o%l'homme, s'identi$iant au ruci$ié éprouve dans une indicible métamorphose, la plénitude de la;ésurrection!! > onne ton sang et reOois l'esprit ?, dit un adage particuli*rement cher F uneÉglise ui, apr*s les martrs de l'empire paGen, a connu ceux des empereurs hérétiues, puis les >o-martrs ? d'une domination ottomane, ui n'a cesu'au 
e
 si*cle, puis ceux,innombrables, de la ;ussie de l'entre-deux-guerres!!!ertes, F partir de onstantin et de 7héodose, le risue $ut grand de con$ondre le ;oaume deieu avec celui de ésar miraculeusement converti! Les masses con$ormistes a$$luaient dansl'Église, les évêues devenaient des personnages o$$iciels La tension vers le hrist ui vient, latranscendance brPlante de l'"sprit $urent alors préservées par le monachisme! ans ses $ormes premi*res, $arouches, celui-ci est l'> exploit ? d'hommes > ivre de ieu ? ui veulent devenir réellement d*s ici-bas des > ressuscités ? pour consumer l'histoire dans la Aarousie! Les >silencieux ? 3héschastes, de > heschia ? le silence de l'union avec ieu4 pratiuent dans lasolitude, ou uelues disciples autour d'un maQtre, > l'art des arts et la science des sciences ? uiembrasent le c/ur et anticipent la trans$iguration du corps dans la gloire! Les cénobites, pour éuilibrer l'a$$adissement de la vie paroissiale, créent des communautés $raternelles F l'image del'Église originelle de 9érusalem o% les biens étaient mis en commun, et exercent souvent unservice social acti$!ette grande expérience monastiue s'est communiuée au peuple chrétien non seulement par l'exemple, l'accueil et la paternité spirituelle, mais aussi par l'élaboration d'un art total . la grandeliturgie > b@antine ?! # la veille, puis au lendemain, de la crise du )
e
 si*cle ui marue, Ftravers tant d'invasions, le passage d'une civilisation encore romaine F une civilisation déjF
 
 b@antine, de grands po*tes théologiens
R
, presue tous moines et sriens 3mais s'exprimant dansl'hellénisme supranational de cette époue4, $ont jaillir dans le cadre des icSnes et des mosaGuesun véritable $leuve hmnographiue o% s'unissent le sens grec d'une lumineuse beauté et le senssémite de la chair et du pathétiue! olossale et lég*re, la coupole de :ainte-:ophie N la :agessedivine N, F onstantinople, smbolise > le ciel sur la terre ?, cette dé$inition orthodoxe de laliturgie!'autre part, l'expérience chrétienne vécue dans la spiritualité et la liturgie a permis F la rencontreinévitable du christianisme et des philosophies grecues d'aboutir non F uelue spéculationscolastiue 3voir 7héologie4, mais F une théologie de célébration o% la pensée s'éclaire dans lemst*re! ci, interviennent les A*res de l'Église dont l'importance reste immense dans la théologieorthodoxe d'aujourd'hui! ertes, il  a eu et il  aura des > A*res ? F toutes les époues del'Église, mais les grands témoins des huit premiers si*cles doivent sans doute leur capacité desnth*se au $ait d'avoir été F la $ois pasteurs, asc*tes, exég*tes et hommes de pensée! Leur théologie se situe entre le silence de la contemplation, les préoccupations existentielles desgrands évêues et la louange liturgiue! "lle surmonte le spiritualisme helléniue en montrantue le ieu vivant transcende aussi bien l'esprit ue le corps pour communiuer sa gloire aussi bien au corps u'F l'esprit!
 La règle de foi orthodoxe est définie par les sept conciles œcuméniques
La grande méditation patristiue s'inscrit dans les dogmes des sept conciles /cuméniues uiconstituent, aujourd'hui encore, la seule > r*gle de $oi ? de l'orthodoxie! elle-ci a connu plustard, et jusu'F nos jours, bien d'autres conciles, mais ne leur a pas donné le uali$icati$ d'>/cuméniue ? par respect pour ce grand ccle de proclamations trinitaires et christologiues aulong duuel l'Église indivise a dressé les sept colonnes de la :agesse 3on pourrait noter uel'+ccident chrétien a longtemps partagé cette conception, se contentant d'appeler > généraux ?les conciles tenus par la suite4!#u )
e
 si*cle, les conciles de Dicée  3TRH4, dont le grand dé$enseur devait être saint #thanased'#lexandrie!, et de onstantinople  3TU14, préparé par les A*res cappadociens, ont précisé, pour célébrer le mst*re de la 7rinité, la > distinction-identité ? de l'essence et de l'hpostase 3la personne, au sens proprement théologiue4 . l'hpostase est uniue dans son mode d'existencemais, simultanément, elle est, en essence, identiue aux autres! Le ieu! vivant est donc unitéabsolue et diversité absolue, plénitude et $ondement de l'existence personnelle dans l'amour! u)
e
 au )
 si*cle se précise la réalité divino-humaine du hrist, donc de l'Église son corps, et duchrétien lui-même! L'accent passe sans cesse de la dualité F l'unité et de l'unité F la dualité, pour ue l'humain ne se sépare pas du divin, ni ne s'abolisse en lui, mais s'accomplisse en se déi$iant!Le concile d'Éph*se 3VT14, préparé surtout par saint rille d'#lexandrie, proclame arie7héoto8os, > *re de ieu ? pour souligner ue le sujet de l'humanité du hrist est la personnedivine du )erbe! halcédoine 3VH14 montre ue cette unité ne compromet pas mais assure la plénitude en hrist de l'humanité et de la divinité, > sans mélange, sans trans$ormation, sansdivision, sans séparation ?! alheureusement, le vocabulaire emploé par ce concile, celui des >deux natures ? du ieu-homme, heurte les Égptiens attachés aux $ormules de l'école
2
 ;omanos Le élode .
les Hymnes
 3Aaris, Le er$, 1B6V-1B6H4!
3
 
:ur cette élaboration, voir 9! eendor$$ .
le hrist dans la théologie !y"antine
 3Aaris, Le er$, 1B6U4!

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->