Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
375

375

Ratings:

4.75

(4)
|Views: 428 |Likes:
Published by ranska

More info:

Published by: ranska on Mar 01, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/06/2012

pdf

text

original

 
L
E
M
 ALIN
P
ETIT
C
 ANARD
 
[
LMPC
]
L
 A 
 
NEIGE
 
 A 
 
DISPARU
!
 
L
E
 
MAGAZINE
 
DE
 
LA
 C
OMMUNAUTÉ
 
FRANCO
-
FINLANDAISE
 
[ L
MPC
]
L
E
M
ALIN
P
ETIT
C
ANARD
 
N
UMÉRO
375
C
ÉLIBATAIRE
 
R
ÉDACTION
:
V
INCENT
L
EFRANÇOIS
, F
RÉDÉRIC
N
OZAIS
 
H
ABILLAGE
 
ET
 
MISE
 
EN
 
PAGE
:
V
INCENT
L
EFRANÇOIS
 
L
OGO
:
K
HALID
E
L
M
OUNTASSIR
 
N
É
 
LE
15/05/1997
A
PPRENEZ
 
LE
 
FRANÇAIS
 
AVEC
 
NOTRE
 
LOGICIEL
 
GRATUIT
« IMAGIERS »
C
OMMENT
 
ÇA
 
MARCHE
?
R
IEN
 
DE
 
PLUS
 
SIMPLE
,
PAS
 
D
INSTALLA-TION
… C
OMMENCEZ
 
À
 
APPRENDRE
 
DE
 
NOUVEAUX
 
MOTS
 
EN
 
QUELQUES
 
SE-CONDES
!
 
WWW
.
IMAGIERS
.
NET
 
A
DRESSE
 
POSTALE
:L
E
M
ALIN
P
ETIT
C
ANARD
 U
LVILANTIE
20 B 2500350 H
ELSINKI
 
E-
MAIL
:
INFO
@
RANSKA
.
NET
 W
WW
:
WWW
.
MALINCANARD
.
COM
 
 
E
TAT
-C
IVIL
 E
QUIPE
 C
ONTACTEZ
-
NOUS
 
I
MAGIERS
 
WWW
.
RANSKA
.
NET
: L
A
 
COMMUNAUTÉ
 
FRANCO
-
FINLANDAISE
 
WWW
.
FINPOP
.
NET
: 100% F
INNISH
 
MUSIC
 
WWW
.
IMAGIERS
.
NET
 
: A
PPRENEZ
 
LE
 
FRANÇAIS
 
P
ROJETS
 
F
RANCO
-
FINLANDAIS
 
 
 
mari a toujours voulu séjour-ner à Paris et moi, comme j’avais fait mon lycée enFrance, on a décidé à venir à Paris. En Finlande, je pen-sais qu’il y avait beaucoupmoins de possibilités pour les musiciennes qui veulentfaire ”leur propre truc” etavancer dans leur carrière.Donc il y a eu plusieurs rai-sons qui ont fait que noussommes venus ici à Paris.En février, il y a quatre ansque nous avons emménagéici.
Pourquoi la musique?
L’attrait de la musique.
 
Interview: Råman JohannaPhotos: Françoise Phi-lippePourquoi Paris?
L’attrait du Paris.
Je suis profondementcomme une voyageuse. J’aidéménagé plusieur dizainesde fois et j’ai habité dansquatre pays différents du-rant ma vie. Après un petitséjour en Finlande, j’ai pen-sé que ça serait normal departir habiter encore àl´étranger. En Finlande j’aipensé avec mon mari (quiest aussi musicien) où onpourrait déménager. MonJe suis née dans une familled’artistes. La musique a tou- jours occupé une grandepartie dans ma vie, depuistoute petite. J’ai enregistrémon premier disque quand j’avais 5 ans. Je ne suis pasétonnée d’être devenue unemusicienne. Je suis en traind’enregistrer mon premier disque [et elle sourit decontentement].
Comment est-ce que vousavez commencé à créer votre carrière musicale àParis?
Les difficultés du début.
Au début nous deux (avecmon mari musicien), on étaitobligé de faire l’autres bou-lots, car on ne connaissaitpersonne dans ”les cercles”de la musique. Au début ona réfléchi sur les lieux où onpouvait commencer à cher-cher du travail dans le do-maine de la musique. Masœur fait de la musiqueclassique et ces contacts nem’ont pas beaucoup aidéecar moi, je joue de la musi-Au tournant du 19
e
siècle, plusieurs artistes finlandais sontvenus à Paris. Les artistes comme Akseli Gallen-Kallela, He-lene Schjerfbeck et Albert Edelfelt sont venus dans la capi-tale de la France pour faire ces études et parce qu’il y avaitde bonnes écoles d’art. Bien-sûr Paris leur a offert beaucoupd’autres bonnes choses. Plusieurs artistes finlandais sont euleur periode de
 
Paris. Paris a tenu et tient toujours les artis-tes finlandais. Paris a tenu magnétiquement aussi une musi-cienne finlandaise qui s’appelle
Lumien
. Elle est chanteur-compositeur, est en train d’enregistrer son propre premier disque; elle habite et travaille à Paris.
D
ANS
 
LA
 
MOSAÏQUE
 
DE
 
LA
 
MUSIQUE
 
L
UMIEN
 
que plus pop, folk rock etalternative. Le début était unpeu difficile. Mais on a com-mencé à jouer dans les ses-sions de jam et comme ça,on a commencé à faire laconnaissance d’autres musi-ciennes. Petit à petit les tra-vaux en musique ont com-mencé. On a été obligéd´être, nous-mêmes, trèsactifs et on a demandé deréaliser de petits concertsaux restaurants et aux bis-tros. Bien-sûr les contactssont très importants dans ledomaine de la musique maisc’est aussi très importantd’avoir confiance avec sapropre musique et avec sonpropre savoir-faire quand tucommences à travailler avec. Je pense qu’ici, à Pa-ris, c’était aussi très utiled’avoir la capacité de jouer des musiques des stylesdifférents.
C’est très différent de tra-vailler comme musicienneà Paris, par rapport à laFinlande?

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
marctino liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->