Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
2655

2655

Ratings:

4.0

(1)
|Views: 20,500|Likes:
Published by PDF Journal

More info:

Published by: PDF Journal on May 25, 2014
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/28/2014

pdf

text

original

 
www.lebuteur.com
Dimmanche 25 mai 2014
QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 2655 PRIX 20 DA
Real Madrid 4 - Atlético Madrid 1 (a.p.)
Ligue des champions
Le Real
force
10
!
MCEE 1 - MCA 0
Bouali
«Le Mouloudia abesoin d’un grandprésident, pas d’ungrand entraîneur !»
«Je ne pouvaisplus travaillerdans un climataussi hostile»
«Il faut ungrand nettoyageau niveau de l’entourage du club»
CSC 0 - JSK 0
 Vers le
maintien
d’Aït Djoudi
 Vers le
maintien
d’Aït Djoudi
 Vers le
maintien
d’Aït Djoudi
 Vers le
maintien
d’Aït Djoudi
 Vers le
maintien
d’Aït Djoudi
 Vers le
maintien
d’Aït Djoudi
 Vers le
maintien
d’Aït Djoudi
Hannachi :«Son avenirse décideradans lesprochaines48 heures»
 
 Aït Djoudi :«Mon bilan estpositif, leschiffres parlentd’eux-mêmes»
Les Verts sortent les
costumes pour le Mondial !
Djabou : «La pression monte crescendo»
Les joueursont boycotté ledîner du wali !
 
USMA
ESS-CSS, aujourd’hui à 20h30
L’Entente veutdominer la Tunisie !
 
02
International
Coup d’œil 
N° 2655
 www.lebuteur.com
Dimanche 25 mai 2014
Finale de la Ligue des champions : Real Madrid 4 - Atlético Madrid 1 (A.P.)
Le Real puissance 10 !
L
e Real Madrid CF a remporté au bout de laprolongation sa dixième Coupe des clubschampions européenne aux dépens de sonvoisin l’Atlético Madrid qui a mené à Lis-bonne pendant près d'une heure. DiegoGodín a donné l'avantage aux Rojiblancosqui ont tenu jusque dans le temps additionnel, trahispar la tête de Sergio Ramos. Le Real, qui n'avait plusgagné depuis 2002, a ensuite marqué trois buts en finde prolongation. Aligné d'entrée, malgré une blessurequ'il a tenté de soigner, Diego Costa devait abandon-ner ses coéquipiers, après seulement huit minutes. Unscénario similaire à celui du match du sacre en Liga,contre le FC Barcelona. L'analogie n'en restait pas là.Car après la première grosse occasion du match ratéepar Gareth Bale, l'Atlético ouvrait le score par Godín,celui qui avait donné le titre national au Camp Nou. Àla suite d'un corner, Juanfran remettait dans le paquetpour la tête de l'Uruguayen qui lobait Iker Casillasparti trop tard à sa rencontre et abandonné par sa dé-fense. Après la pause, alors que les Matelassierscontenaient aisément leur adversaire, Carlo Ancelottidevait tenter quelque chose pour épauler Ángel DiMaría trop seul pour porter le danger dans le campadverse. L'Italien décidait de jouer la carte Isco et leReal montait d'un cran dans une rencontre qui tour-nait rapidement à l'attaque-défense. Les occasions sesuccédaient devant la tribune des Madridistes. Bale,en particulier, en loupait plusieurs. Quant à KarimBenzema, pas dans le rythme en raison d'une bles-sure, il sortait avant la fin. Dans une ambiance élec-trique, l'Atlético allait craquer à la fin de la troisièmeminute du temps additionnel. Luka Modrić adressaitun centre de la droite que Ramos reprenait d'une têtedécroisée magistrale qui mourait dans le soupirail deThibaut Courtois. Prolongation. Cinq fois sur six, parle passé, en pareil cas, la finale allait aux tirs au but. À l'exception de 1992, avec la victoire du FC Barce-lona, il faudra ajouter celle du Real Madrid 2014 qui afait craquer son adversaire dans les dix dernières mi-nutes.Dans une action à la madridiste, Ángel Di María tenaitsur ses jambes côté gauche et frappait de quinze mè-tres. Courtois repoussait et Bale suivait pour pousserle ballon dans le but, donnant l'avantage à sonéquipe. Puis, seul devant une défense qui n'avait plusd'essence, Marcelo accélérait aux 30 m, se présentaitdevant la surface et frappait du gauche. Courtois latouchait sans pouvoir la dévier suffisamment. Le coupde grâce était donné à la dernière minute sur penaltypar Cristiano Ronaldo, auteur de son 17
e
but de la sai-son, au grand bonheur de la moitié du stade. Pourl'Atlético, passé à deux minutes de la victoire, c'est ladeuxième défaite sur le fil en deux finales. Mais cetteéquipe ne mérite pas d'attendre encore 40 ans pourrevenir à ce niveau.
 Ancelotti
«Au début de la saison, j'avais dit au président qu'il manquaitune coupe dans la salle des trophées»
L'entraîneur du Real Madrid, Carlo Ancelotti, qui a réussi à of-frir au club merengue une dixième Ligue des Champions, a ra-conté samedi avoir dit en début de saison à son président qu'il"manquait une coupe" dans la salle des trophées.
Quel est votre état d'esprit ?
Je suis extrêmement heureux. On a réussi à obtenirun titre qui est très important pour le Real Madrid.C'est pour ça qu'on a tous bossé très dur cette saison.On est très fiers de ce résultat. Personnellement, jeme sens très heureux. Cette joie que l'on ressent, elleen donne aussi à ceux qui nous suivent. Les fans sontheureux et cela nous rend heureux.
Qu'est-ce qui a été le plus dur dans ce match ?
C’était très difficile d'égaliser. On n'avait pas d'espace, l'At-letico a très bien défendu. Mais on a essayé jusqu'au bout.Quand on a marqué, le match a changé complètement. Cebut nous a donné beaucoup de force.
On a vu le président Florentino Perez vous enlacer etvous parler. Que vous a-t-il dit ?
Il m'a dit félicitations. Il est très heureux. Dès le premier jour,dans la salle des trophées, je lui au dit il manquait une coupeici, allons la gagner ! C'est fait, grâce aux joueurs et aux effortsdu club. J'ai senti beaucoup de confiance de la part du club. On atoujours eu la tranquillité dont on a besoin pour gagner desmatches. C'estune première sai-son avec ungroupe très pro-fessionnel, tou- jours motivé. Parexemple, Marcelon'était pascontent d'êtreremplaçant etquand il est ren-tré, il a été l'undes plus détermi-nés.
In lematin.ch 
Ramos
«C'est pour tout le peuple de Madrid !»
 Auteur du but de l'égalisation à la fin du temps réglementaire, Sergio Ramos a active-ment participé au succès des siens.
«Avec la manière dont ce groupe fonctionne, vous pouvez remporter beaucoup de titres, commente l'international espagnol via l'UEFA. Ce but que j'ai marqué, ce n'est pas le mien, c'est pour tout le peuple de Madrid, tous ceux qui sont venus ici, et aussi tous ceux qui sont restés chez eux. Cela faisait longtemps que nous attendions ça !» 
Benzema
«Quand j’aisigné à Madrid, c’était pourgagner la Ligue des champions»
Karim Benzema était tout à son bonheur samedi,même s'il n'a pas marqué lors de la finale de Liguedes champions et qu'il est sorti à la 79’ (l'Atléticomenait encore 1-0)
«On est très fiers de cette grosse saison, lâche le Français sur Infosport+.Quand j’ai signé à Madrid, c’était pour gagner la Ligue des champions. Je suis très fier de notre parcours. Ça a été diffi- cile au début, on savait que ça allait être un match difficile. On s'est parlé à la mi-temps, on s’est dit qu’il restait 45 minutes et qu’il ne fallait rien lâcher. Finalement, on marque à la 90’. J’ai tout fait pour  jouer, je voulais jouer. Après, je n’étais pas à 100%, j’avais des gênes. Mais le plus important, c’est qu’on ait gagné.» 
Simeone
«J’ai dit aux joueurs que c’était inutile depleurer»
Diego Simeone, l’entraîneur de l’Atlético Madrid, livreson analyse, après la défaite cruelle de samedi soirface au Real (4-1 ap en finale de la
Ligue des Cham- pions). «C’est un revers qui fait mal, a expliqué le technicien argentin à l’issue de la rencontre. On a donné 100%, je suis fier de mes joueurs. Main- tenant, il faut se repo- ser pour la saison prochaine. Je leur ai dit que c’était inu- tile de pleurer. Ils doivent être fiers de leur parcours et penser à la suite.» 
L'Espagne se dé tache
LEspagne passe à 14  triomphes en C1 (e t di xéchecs en  f inale), soit deu x de plus que l’I talie e tl’Angle terre qui on t décroché 12 couronnes chacunesur un  to tal de 26 e t 19 f inales respec ti vemen t. Vic toires en C1 par pa ysEspagne 14 (10 échecs en  f inale)I talie 12 (14 échecs en  f inale) Angle terre 12 (7 échecs en  f inale) Allemagne 7 (10 échecs en  f inale)Pa ys-Bas 6 (2 échecs en  f inale)Portugal 4 (5 échecs en  f inale)France 1 (5 échecs en  finale)Écosse 1 (1 échec en  finale)oumanie 1 (1 échec en f inale)Serbie 1 (1 échec en  f inale)Grèce 0 (1 échec en  f inale)Belgique 0 (1 échec en  f inale)Suède 0 (1 échec en  f inale)
La décima du eal
La Maison Blanche a brandi le  trophée pour la pre-mre  f ois depuis 2002 en ba t tan t ses voisins auPor tugal pour prendre trois coupes d'a vance surl' AC Milan,  vainqueur de sa sep tième C1 en 2007.  Vic toires en Coupe des champions10 R eal Madrid CF (13 f inales)7  AC Milan (11)5 Liverpool FC (7) 5 FC Ba yern München (10) 4 FC Barcelona (7)4  AFC A ja x (6) 3 FC In ternazionale Milano (5)3 Manches ter United FC (5)2 SL Ben f ica (7) 2 Ju ven tus (7) 2 No t tingham Fores t FC (2)2 FC Por to (2)1 Borussia Dor tmund (2)1 Cel tic FC (2)1 Hamburger S V (2) 1 FC S teaua Bucureș ti (2) 1 Ol ympique de Marseille (2) 1 Chelsea FC (2)1 Fe yenoord (1) 1  As ton Villa FC (1) 1 PS V Eindho ven (1)1 F Cr vena z vezda (1)
Meilleurs bu teurs de l’UEF AChampions League 2013/14
17 Cris tiano onaldo (eal Madrid CF) 10 Zla tan Ibrahimo v (Paris Sain t-Germain) 8 Diego Cos ta (Club  A tlé tico de Madrid) 8 Lionel Messi (FC Barcelona) 6 Sergio  Agüero (Manches ter Cit y FC) 6 ober t Le wando wsi (Borussia Dor tmund)
 
Drogba,
le joueur africain le plus capé de la C1
Les joueurs africains qui ont marqué la C1 ne manquentpas, et le plus capé est Didier Drogba. Si l'on necompte que les matchs joués depuis la nouvelle for-mule de la C1, c'est-à-dire depuis 1992, c'est le joueur africain le plus capé (89) et qui a marqué leplus de buts (42), devant Samuel Eto'o. L'Ivoirien, Di-dier Drogba, 36 ans, a remporté la coupe avec Chel-sea en 2012. Un parcours exceptionnel. L'icône du Vélodrome n'a jamais joué la C1 avec l'OM, même s'ila accédé avec Marseille à la finale de la Coupe UEFA(C3). C'est avec l'équipe des Blues que Drogba a dis-puté tous ses matchs de Ligue des champions, oupresque. En effet, il vient de retrouver les terrains dela plus prestigieuse compétition européenne avec Galatasaray, après un ra-pide passage et plutôt accidenté en Chine. Le club turc a d'ailleurs été éli-miné en huitième de finale par l'équipe de José Mourinho, Chelsea.
56 millions d’euros pour le vainqueur
Le vainqueur de la Ligue des cham-pions a touché plus de 36 millionsd'euros de primes, plus une vingtainede millions liés au
«market pool» 
,selon des chiffres de l'UEFA. Chaqueparticipant à la phase de poules se voitattribuer d'office une récompense de8,6 millions d'euros. Les huitième-de-finalistes récupèrent ensuite 3,5 ME,les quart-de-finalistes 3,9 ME et lesdemi-finalistes 4,9 ME. Le vainqueurdécroche encore 10,5 ME de plus et lefinaliste 6,5 ME. Ces montants s'accu-mulent, ce qui signifie que le vainqueura touché 31,4 millions d'euros et le fi-naliste 27,4 millions. À cette somme, ilfaut ajouter les primes de résultat dé-crochées durant la phase de groupe. Avec cinq victoires et un nul chacune,les deux équipes madrilènes obtien-dront 5,5 ME supplémentaires. Enfin, àce montant global, il convient d'ajouterles sommes issues du
«market pool» 
,une part variable liée aux droits télépayés par le pays concerné. Les mon-tants exacts issus de ce
«market pool» 
ne sont pas encore connus pour l'édi-tion en cours, mais ils devraient êtreproches de ceux de la saison dernière,et le Real et l'Atlético devraient doncpouvoir compter sur un peu plus de 20millions supplémentaires.
Le transfert de Zidaneréévalué à 151millions d'euros !
Ces dernières années,les transferts de joueurs ont atteintdes sommes com-plètement folles.De Gareth Bale àNeymar en pas-sant par Cris-tiano Ronaldoet Edinson Ca- vani, les prixfont beaucoupparler. Le sitebritannique, FCBusiness, s’estpenché sur les prixdes transferts d’an-ciennes stars du bal-lon rond, en les situantde nos jours. Et c’est Zi-nedine Zidane qui occupehaut la main la première place.S’il avait eu lieu aujourd’hui, letransfert de Zinedine Zidane de la Ju- ventus au Real Madridaurait atteint les 151millions d’euros, soitle double du prixaffiché en 2001.Pourquoi un telchangement ? Le siteprécise que les clubsont de plus en plusl’occasion de dépenserleur argent avec desbudgets plus impor-tants, grâce notam-ment à la haussedes revenus desdroits TV oudes partena-riats commer-ciaux.
 Ancelloti
défendMourinho
Dans un long entretien accordéau Daily Mail, l’entraîneur du RealMadrid, Carlo Ancelotti, est revenusur le passage de José Mourinhosur le banc merengue. Débarquél’été dernier pour succéder à JoséMourinho sur le banc du Real Ma-drid, Carlo Ancelotti s’est rapide-ment attiré les faveurs de la presseespagnole, usée par le passage duSpecial One dans la capitale espa-gnole. Invité à s’exprimer sur le sujetdans les colonnes du Daily Mail, le tech-nicien italien n’en a pas rajouté et amême pris la défense de son homologueportugais :
«Il a gagné un championnat avec 100 points au compteur et plus de 100 buts lors de sa deuxième année ici. Mais cette pression, c’est le football. Je connais ce monde. Vous gagnez la Ligue des champions, mais combien de temps dure l’embellie ? Trois matchs la sai- son suivante ? Pas plus. C’est la raison pour laquelle je ne pense pas trop aux succès engran- gés.» 
Depuis sa finalede 2002, le Real a dépensé 1 milliard d’euros
Depuis 2002, le Real Madrid a dé-pensé plus d'un milliard d'euros sur lemarché des transferts ! Sa finale deLigue des champions est également unenjeu économique. Entre 2002 et au- jourd'hui, le Real Madrid a acheté 62 joueurs et son joyau le plus cher fut leGallois, Gareth Bale, dont l'indemnités'est élevée à 100 M€ pour rejoindrel'équipe de Cristiano Ronaldo et briserla malédiction dès sa première saison.
Rooney était àfond derrièreCristiano Ronaldo
 Avant la finale de la Liguedes champions, Cristiano Ro-naldo a reçu le soutien de sonancien coéquipier à ManchesterUnited, Wayne Rooney :
«Je te souhaite le meilleur Ronnie pour ce soir. Souviens-toi de Moscou»,
a posté l'attaquant des Red De-vils sur Twitter. En 2008, Ro-naldo, Rooney et MUavaient remporté lafinale de laLigue deschampionsaux dé-pens deChelsea(1-1, 6-5 tab).
Reporterssansfrontièress’attaque ausponsor del’Atlético
Reporters sans frontières a pro-󿬁té de la 󿬁nale de la Ligue des cham-pions pour donner son point de vuesur le sponsor de l'Atlético : l'Azerbaïdjan, car cepays du Caucase est dans le viseur de l'associationqui le classe 160e sur 180 pays dans le domaine de laliberté de la presse.
«Pas moins de dix journalistes et autant de blogueurs croupissent en prison pour avoir fait preuve d'une indépendance trop grandeau goût du pouvoir»
, rappelle RSF. L'Azerbaïdjan,pays d'un peu plus de 9 millions d'habitants, estné en 1991 après la chute de l'Union sovié-tique.
«En 2013, les résultats de l'élection présidentielle avaient été annoncés laveille du vote»
, rappelle Slate.fr, quireprend la campagne de RSF.
Courtois
«Je n’ai pas deconnexion émotionnelle avec Chelsea»
Invité à s'exprimer sur son avenir, le gardien de l’Atletico, Courtois, a laissé en-tendre qu'il n'attachait pas plus d'importance que cela à Chelsea :
«À Chelsea, je n’ai pas de connexion émotionnelle, a-t-il déclaré daprès le Daily Express. Ils m’ont signé en2011 pour 9 millions d’euros. Depuis, je n’ai été à Londres que pour la visite médicale.Déjà, l’année dernière, Chelsea ne voulait plus me prêter. Mais je voulais rester à Ma-drid. Après cette saison, tout est à refaire de nouveau, et c’est probablement encore plus difficile de prendre une décision»
. Interrogé sur la situation contractuellede Courtois, Jose Luis Caminero -le directeur sportif de l'Atlético Ma-drid- a expliqué qu'il allait tout faire pour que les différentes parties aucœur des négociations en ressortent avec le sourire :
«Nous avons unetrès bonne relation avec Chelsea et nous parviendrons à un accord quisera bon pour Chelsea, pour le garçon, et pour l'Atlético Madrid»
,avait-il déclaré à Movistar.
03
N° 2655
www.lebuteur.com
Dimanche 25 mai 2014
Coup d’œil 
International
1 milliard deuros de dettes pour les deu x clubs
Le R eal Madrid est l'une des plus grosses dettes du sport.  A vec 541 millions d'eurosde dette cumulée, le Real Madrid est un peu au-dessus de son  voisin, dont les créancestournent autour de 500 millions. Mais le club merengue peut regarder l'a venir a vecbeaucoup plus de sérénité. Ce qui n'est pas las cas de l'Atlético. A vec des re venus esti-més à 120 millions d'euros pour l'e xercice 2012-2013, l' Atlético Madrid ne figure qu'en vingtième position du classement des clubs les plus riches du monde, établi tous les anspar le cabinet Deloitte. Le Real Madrid et le FC Barcelone trônent au sommet de cette hié-rarchie avec des chiff res d'affaires qui tournent autour de 500 millions d'euros chacun. 
Top 10 des meilleursbuteurs de l'histoire de laLigue des champions
Raúl reste le meilleur buteur de l'histoirede la Ligue des champions, mais Cris-tiano Ronaldo, qui pointe à quatre lon-gueurs de l'Espagnol, est bien décidéà le dépasser.
Le classement :1- Raúl : 71 buts2- Cristiano Ronaldo : 68 buts3- Lionel Messi : 67 buts4- Ruud van Nistelrooy : 60 buts5- Andriy Shevchenko : 59 buts6- ierry Henry : 51 buts7- Filippo Inzaghi : 50 buts8- Alfredo Di Stéfano : 49 buts9- Eusébio : 47 buts10- Alessandro Del Piero : 44 buts
Florentino Pereza menacé ses joueurs dedémissionner !
La rumeur semble assez ahuris-sante, mais elle serait bel et bienréelle. C’est le média espagnol,Sport You, qui a fait connaître cebruit de couloir que le présidentdu club merengue, l’homme quiest derrière tous les transferts fa-ramineux survenus au cours de cesdernières années dans la capitaleespagnole, aurait menacé ses joueurs la veille de la finale dequitter le navire. En effet, l’hommed’affaires aurait été très critiqueenvers ces joueurs au sujet de lafin de saison du club en champion-nat espagnol. Il faut dire que lestroupes de Carlo Ancelotti ont lit-téralement laissé filer le Barça etl’Atlético vers le titre espagnol.
Barbara Berlusconi a encene l’ A t tico
La présiden te du Milan  AC, Barbara Berlusconi, a faitle placement à Lisbonne pour assister à la finale de laLigue des champions entre le R eal Madrid e t l' AtléticoMadrid. La fille de Silvio n’ a pas caché son admira tionpour l'équipe de l'A tlé tico pour le  tra vail alisé malgdes mo yens limités. Sur le site de l'UEFA, Barbara Berlus-coni f ait l'éloge du finalis te de la C1 : 
« Je  n e po is pa er   a us si  gr an  ré e de  f tb al » 
, a- t-elleconfié à Sky Italia. 
« L'  Aét ic  e  u n ex em le  à  su iv re ou r  le  m e. M êm  s an s bu t i llim é , o n pe te ni  d es  r é ul s in ro le  a ve  un  ne  p la ni i- io n, u   j t à  te rm  e t  b  r é u de  s u- pe rv is rs . I ls on t re rt é  l  ig  en  b ta nt  d es  c ve c de s bu ts  in co pa ra es  a u eu r et  o  te in  l fi le   l  A Ch io  L ea  e n tt au co   g ro  c li ré es  e ur op ée s» 
, a- t-elle ajou té.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->