Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
16Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
La Synergologie Une Analyse Critique d Une Pseudoscience Du Decodage Du Non Verbal

La Synergologie Une Analyse Critique d Une Pseudoscience Du Decodage Du Non Verbal

Ratings: (0)|Views: 1,072 |Likes:
Published by philopha
La Synergologie
La Synergologie

More info:

Published by: philopha on Nov 17, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/20/2012

pdf

text

original

 
Communication
Numéro Vol. 26/2 (2008)Vol. 26/2
...............................................................................................................................................................................................................................................................................................
Pascal Lardellier
Pour en finir avec la « synergologie ».Une analyse critique d’unepseudoscience du « décodage du non-verbal »
...............................................................................................................................................................................................................................................................................................
Avertissement
Le contenu de ce site relève de la législation française sur la propriété intellectuelle et est la propriété exclusive del'éditeur.Les œuvres figurant sur ce site peuvent être consultées et reproduites sur un support papier ou numérique sousréserve qu'elles soient strictement réservées à un usage soit personnel, soit scientifique ou pédagogique excluanttoute exploitation commerciale. La reproduction devra obligatoirement mentionner l'éditeur, le nom de la revue,l'auteur et la référence du document. Toute autre reproduction est interdite sauf accord préalable de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législationen vigueur en France.Revues.org est un portail de revues en sciences humaines et sociales développé par le CLEO, Centre pour l'éditionélectronique ouverte (CNRS, EHESS, UP, UAPV).
...............................................................................................................................................................................................................................................................................................
Référence électroniquePascal Lardellier, « Pour en finir avec la « synergologie ». Une analyse critique d’une pseudoscience du « décodagedu non-verbal » »,
Communication
[En ligne], Vol. 26/2 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2009. URL : http://communication.revues.org/index858.htmlDOI : en cours d'attributionÉditeur : Editions Nota benehttp://communication.revues.orghttp://www.revues.orgDocument accessible en ligne à l'adresse suivante : http://communication.revues.org/index858.htmlDocument généré automatiquement le 25 octobre 2009. La pagination ne correspond pas à la pagination de l'éditionpapier.© Tous droits réservés
 
Pour en finir avec la « synergologie ». Une analyse critique d’une pseudoscience du « déc (...)2
Communication, Vol. 26/2 | 2008
Pascal Lardellier
Pour en finir avec la « synergologie ». Uneanalyse critique d’une pseudoscience du« décodage du non-verbal »
 Le corps dit tout haut ce que l’esprit pense tout bas […]. Le synergologue devient, le tempsde la lecture des gestes d e l’autre, le devin dont parlent les légendes. Derrière son regard d’analysant et derrière ses paroles qui « disent » ce qu’est l’autre, son discours a l’air si magique qu’il a l’air incroyable. En réalité cela s’explique très bien pour qui a prisconscience de certaines vérités. Philippe
TURCHET,
 La synergologie.
1
En guise d’exergue, nous proposons une citation extraite de « l’ouvrage de référence » dePhilippe Turchet, « inventeur de la synergologie
1
». Celle-ci affirme en substance qu’elle estune science s’attachant à expliquer les « codes inconscients » de la communication non verbaleen situation de face-à-face. Soit. Et pourtant, n’importe quel scientifique raisonnablementblanchi sous le harnais des travaux académiques éprouve en lisant ce court condensé de prosesynergologique la fascination célèbre évoquée par Michel Foucault en incipit des
 Mots et des choses
(1966), fascination à peine objectivée face à l’incroyable incohérence de la listed’animaux de « l’encyclopédie chinoise » évoquée par Borgès : en substance, le philosophes’exclamait : « ceci n’est pas du registre de notre épistémè ! » (Foucault, 1966).
2
Car on semble se trouver là de l’autre côté de la raison et de l’entendement. Ainsi donc, un« scientifique » colporte un présupposé aux accents mystico-naturalistes – « Le corps dit touthaut ce que l’esprit pense tout bas » –, pour continuer en évoquant l’incroyable pouvoir offertpar cette « science ». Car la toute-puissance prétendument acquise grâce à la synergologieoctroierait à « celui qui sait » le « pouvoir magique » d’un « devin », pouvoir consistant à« lire dans autrui à livre ouvert »… Enfin, pour conclure, « il faut avoir pris conscience decertaines vérités », et tout ira mieux dans votre vie et vos relations… On conviendra queRay Birdwhistell, dont la kinésique procède aussi, toutes choses égales d’ailleurs, « à la lecturedes gestes de l’autre », fit état des résultats de l’analyse de la célèbre « scène de la cigarettede Doris
2
» avec plus de mesure et de modestie que l’emphatique Philippe Turchet ; et ce,quelques décennies avant que la synergologie, qui « fait du passé table rase », ne fut portéesur les fonts baptismaux.
3
Et pourtant, celle-ci, parangon de « similiscience de la communication non verbale », véritablecaricature théorique, a acquis une visibilité éditoriale réelle, et elle rencontre un écho favorabledans certains milieux professionnels (formation continue, recrutement). Elle avoue mêmevouloir entrer à l’université, où il lui arrive d’être lue et discutée par des étudiants faisant unusage peu précautionneux de l’encyclopédie participative Wikipédia. Tout cela est opportunpour elle, car comme son suffixe l’indique, la synergologie aspire à la scientificité
3
. À cettefin, elle détourne – ou contourne – les références théoriques admises et discutées dans cescénacles académiques. Elle abuse ainsi celles et ceux à qui elle s’adresse, leur vendant pourscientifique ce qui manifestement ne l’est pas. Car en règle générale, ceux qui ont recours àelle ne gravitent pas dans l’orbe universitaire, et sont donc de ce fait plus faciles à circonvenir.
4
Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Synergologie propose un article de promotion zélée decette auto-proclamée « nouvelle discipline dans le champ du non-verbal et des sciences del’information et de la communication ». Ce document numérique révèle en creux la stratégiede légitimation mise en place par les tenants de cette pseudo-théorie. Depuis longtemps, desdisciplines (dont l’éthologie humaine ou la kinésique) étudient fort bien ce qu’elle se pique
 
Pour en finir avec la « synergologie ». Une analyse critique d’une pseudoscience du « déc (...)3
Communication, Vol. 26/2 | 2008
d’analyser : la gestualité de deux protagonistes durant une interaction (Cosnier et Brossard,1984 ; Feyereisen et de Lannoy, 1985 ; Le Breton, 2004).
5
Faisant croire à un dialogue fécond avec les représentants de la sphère académique, le textedéposé « en ligne » explique aussi que la synergologie a fait l’objet d’un dépôt de brevet « afind’empêcher qu’elle soit diffusée sans une formation rigoureuse ». Et dans un fol excès desuffisance, il est expliqué aux internautes que
[…] son entrée dans le champ universitaire se fera à mesure que se fera sentir le besoind’appréhender la communication non verbale humaine comme un champ de connaissance à partentière et non plus comme un outil pour certaines disciplines, ce qui devrait rendre idoine cetteprotection.
6
Décidément, l’art d’être tantôt contre l’université, et tantôt tout contre elle …
7
Car la synergologie sait fort bien jouer sur la confusion des genres, comme la fable de lachauve-souris de La Fontaine : tantôt souris et tantôt oiseau, selon le danger qu’ils représententou l’attrait qu’ils suscitent. Ainsi, on apprend que « la synergologie travaille dans la lignéedes observations de l’École de Palo Alto, des travaux de Ray Birwhistell, Edward T. Hall,Gregory Bateson, Paul Watzlawick, mais elle ne s’en réclame pas ouvertement ». Ou encorequ’elle est en accord avec les théories issues du courant de la « Nouvelle communication ».Manières de dire les choses qui annexent et dédouanent en même temps …
8
Mais surtout, cet article numérique, qui prêche ostensiblement
 pro domo
, affirme que cettediscipline « utilise des critères de mesure» dont la validité scientifique est probante et « entendêtre évaluée elle-même sur le terrain de la science». Ce qui permet d’ailleurs de dénoncer aupassage « grâce à la synergologie quelques contre-vérités flagrantes énoncées ici ou là dans ledomaine du non-verbal ». Tout à sa prétention, qui la fait fétichiser Karl Popper et souhaiter« rétablir des vérités scientifiques » en tordant le cou à des erreurs, la synergologie, très sûred’elle, entend donc être évaluée « sur le terrain de la science ». Eh bien, nous répondrons àson invitation dans ces pages.
9
Yves Winkin (2003) mène depuis quelques années un combat sans concessions contre lesdérives de la programmation neurolinguistique (PNL). Il n’en sera pas question ici. Mais cequ’il disait de celle-ci, je le pense et le redis de tous les « obsédés du décodage du non-verbal »,et de la synergologie au premier chef.
Lorsque des universitaires se mettent à jouer sur les deux tableaux, lorsque des praticiens veulentse donner des lettres et commencent à confondre les travaux théoriques de Bateson ou Chomskyavec les extrapolations prescriptives de Bandler et Grinder, lorsque des consultants en ressourceshumaines présentent la PNL aux entreprises comme une technique scientifique de changementet d’innovation, alors j’estime que c’est mon droit, sinon mon devoir de chercheur scientifiquede réagir. Et pas à fleurets mouchetés. Parce que ces confusions sont pernicieuses. Il y a fraudeintellectuelle lorsque, profitant de la naïveté ou du manque de formation spécifique de leursinterlocuteurs, les chirologues, morphopsychologues et autres physiognomonistes vendent leurdiscours comme de la connaissance scientifique (2003 : 26).
10
Jetons sans animosité le gant aux synergologues, en leur proposant les règles de la controverseuniversitaire, où l’on débat avec des arguments qui se fondent eux-mêmes sur des critèresd’examen rationnel des réalités étudiées. Et puisse un débat s’ensuivre là où la recherche viten respectant les lois du genre : dans les revues universitaires, les séminaires et les colloques.
Le troublant regain des pseudosciences du « décodage nonverbal »
11
Les théories proposant de « décoder la communication non verbale » et de « décrypter lagestuelle » de nos interlocuteurs connaissent un étonnant succès éditorial et médiatique.Elles sont d’ailleurs appliquées sans vergogne en entreprise, dans le secteur de la formationcontinue. Mais la synergologie, la morphogestuelle, la morphopsychologie, la Pré-dom oula grammaire psycho-gestuelle (entre autres) sont des pseudosciences qui plagient les us

Activity (16)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
Wafa El Ouarzazi liked this
Pierre Wathelet liked this
Terry Desmond liked this
stranger00 liked this
Bernard Skira liked this
marwello liked this
rv71 liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->