Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Dossier d'information n°2: le Comité intergouvernemental de l’OMPI sur la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et au folklore

Dossier d'information n°2: le Comité intergouvernemental de l’OMPI sur la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et au folklore

Ratings: (0)|Views: 3 |Likes:
Ce dossier décrit l’origine et le fondement de l’IGC, la participation des membres et des observateurs, notamment les
communautés autochtones et locales, les résultats obtenus à ce jour et l’état d’avancement des négociations en cours dans le
cadre de son mandat actuel.
Ce dossier décrit l’origine et le fondement de l’IGC, la participation des membres et des observateurs, notamment les
communautés autochtones et locales, les résultats obtenus à ce jour et l’état d’avancement des négociations en cours dans le
cadre de son mandat actuel.

More info:

Categories:Types, Brochures
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/09/2014

pdf

text

original

 
Créé en septembre 2000, le Comité intergouvernemental de l’OMPI sur la propriété intellectuelle relative aux ressources génétiques,aux savoirs traditionnels et au folklore (IGC) est une instance où les États membres de l’OMPI peuvent débattre des questions depropriété intellectuelle qui peuvent se poser dans le contexte de l’accès aux ressources génétiques et du partage des avantagesainsi qu’en ce qui concerne la protection des savoirs traditionnels et des expressions culturelles traditionnelles. (Les termes“expressions culturelles traditionnelles” et “expressions du folklore” sont utilisés indifféremment dans les discussions de l’OMPI.)En 2009, les États membres de l’OMPI ont décidé que l’IGC devrait entamer des négociations officielles en vue de parvenir à unaccord sur un ou plusieurs instruments juridiques internationaux qui garantiraient la protection effective des ressources génétiques,des savoirs traditionnels et des expressions culturelles traditionnelles. Le ou les instruments en question pourraient prendre laforme d’une recommandation aux États membres de l’OMPI ou d’un traité formel, qui lierait les pays ayant choisi de le ratifier. Le présent dossier décrit l’origine et le fondement de l’IGC, la participation des membres et des observateurs, notamment lescommunautés autochtones et locales, les résultats obtenus à ce jour et l’état d’avancement des négociations en cours dans lecadre de son mandat actuel.
O
RIGINEETFONDEMENT
Les travaux au sein de la communauté de la propriété intellectuelle concernant la protection des expressions culturellestraditionnelles remontent aux années 60. L’élément déclencheur a été la prise de conscience par les pays en développement quele folklore exprimait la créativité et faisait partie de l’identité culturelle des communautés autochtones et locales; il méritait de ce faitd’être protégé par la propriété intellectuelle, ce d’autant plus que les nouvelles technologies rendaient le folklore de plus en plusvulnérable à une exploitation et une utilisation abusive.Les résultats obtenus dans ce sens sont cependant restés relativement limités. La révision de 1967 du système du droit d’auteuren vertu de la Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques, qui prévoit une protection fondée surl’originalité et la paternité identifiable, n’a pas garanti une protection appropriée. Les États membres de l’OMPI et de l’UNESCO(l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture) ont toutefois poursuivi leurs efforts en élaborant en1982 une série de dispositions types de législation nationale devant servir de source d’inspiration aux pays intéressés. En 1996, le Traité de l’OMPI sur les interprétations et exécutions et les phonogrammes a permis d’assurer la protection des droits des artistesinterprètes et exécutants des expressions du folklore.Les travaux sur le lien existant entre la propriété intellectuelle, les savoirs traditionnels et les ressources génétiques sont plusrécents et résultent de la préoccupation grandissante au sujet du rôle que la protection de la propriété intellectuelle devrait jouer envue d’atteindre des objectifs de politique générale aussi variés que la préservation de la biodiversité (inscrite dans la Conventionsur la diversité biologique de 1992), la sécurité alimentaire, le libre commerce équitable et le développement.Ces liens, principalement établis par le biais de discussions dans d’autres instances internationales, ont été reconnus commeayant des implications significatives pour le système de la propriété intellectuelle.En particulier, l’essor de nouvelles technologies, comme la biotechnologie, a mis en avant la valeur économique potentielle desressources génétiques et des savoirs traditionnels connexes, qui sont devenus une composante toujours plus importante desinventions brevetables. De nombreuses personnes ont ainsi commencé à faire valoir que le système des brevets devrait contribuerà prévenir l’appropriation illicite et à promouvoir le partage équitable des avantages entre les détenteurs de ces actifs (pour laplupart des pays possédant une riche biodiversité) et ceux qui disposent des technologies modernes leur permettant d’y accéderet de les utiliser. Les questions de propriété intellectuelle relatives à l’accès aux ressources génétiques et aux savoirs traditionnels
LE COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLERELATIVEAUX RESSOURCESGÉNÉTIQUES AUX SAVOIRSTRADITIONNELS ET AU FOLKLORE
DOSSIER D’INFORMATION
N°2
 
participation est financée par l’OMPI. Parmi d’autres mesures concrètes visant à renforcer la participation, telles les séancesd’information, les processus consultatifs et l’appui logistique, l’une des plus importantes a été la création, en 2005, du Fonds decontributions volontaires de l’OMPI pour les communautés autochtones et locales accréditées, visant à financer leur participation. Plusde 80 représentants des différentes communautés autochtones et locales ont depuis lors bénéficié de ce mécanisme de financement.Un financement est également prévu pour les représentants des pays en développement et de certains pays d’Europe et d’Asie, afin defaciliter leur participation.L’IGC élit son président et ses vice présidents tous les deux ans. Le Secrétariat de l’OMPI joue un rôle de facilitateur et apporte sonappui administratif, en établissant les documents, en organisant des séances d’information et des consultations, en rédigeant desétudes sur des sujets spécifiques et, de manière générale, en assistant le président dans l’exercice de ses fonctions. Les documents detravail et l’interprétation des débats sont disponibles dans les six langues officielles des Nations Unies.
R
ÉSULTATSOBTENUSÀCEJOUR
Le mandat fondateur de l’IGC en 2000 ne précisait pas à quels résultats concrets ses travaux devaient aboutir. Les questions traitéesétant largement nouvelles pour l’OMPI, il était sans doute approprié qu’à ce stade, l’IGC soit décrit comme une “instance dediscussion”. Par la suite, comme cela a été inscrit formellement en 2009, l’IGC a œuvré à l’adoption d’un ou plusieurs instruments juridiques internationaux. Entre temps, il a néanmoins été à l’origine d’acquis majeurs.Par exemple, le processus de l’IGC a favorisé une meilleure reconnaissance des savoirs traditionnels au sein du système des brevets.En 2002, un certain nombre de revues consacrées aux savoirs traditionnels ont été inclues dans la documentation minimale requisepour les demandes en vertu du Traité de coopération en matière de brevets de l’OMPI et des outils de classification des savoirstraditionnels ont été intégrés à la classification internationale des brevets en 2003. En 2002, l’IGC a approuvé les normes techniquesrelatives à la documentation des savoirs traditionnels qui ont été élaborées lors d’une réunion de l’OMPI à Cochin (Inde). Afin de fournir des précisions sur les aspects de propriété intellectuelle des conditions convenues d’un commun accord en matièrede partage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques, l’OMPI a mis sur pied et actualiserégulièrement une base de données en ligne des pratiques contractuelles pertinentes en la matière. Elle a également établi un projetde principes directeurs concernant les clauses de propriété intellectuelle pour les accords relatifs à l’accès et au partage desavantages.Sous l’égide de l’IGC, l’OMPI a mené de nombreuses études et développé d’autres ressources (tels des glossaires, des enquêtes surles expériences nationales, une base de données des textes législatifs et des programmes de formation), tous instruments qui se sontrévélés utiles pour les États membres et les autres parties prenantes. Ils sont le résultat d’un vaste échange de données et d’opinionsentre les États membres sur la base de questionnaires et d’enquêtes recensant les expériences et les pratiques nationales utiles, quivont des systèmes de protection sui generis (spéciaux, spécifiques) existant au niveau national ou régional pour les savoirs traditionnelset les expressions culturelles traditionnelles aux clauses de propriété intellectuelle figurant dans les accords régissant l’accès etl’utilisation des ressources génétiques.Ces ressources illustrent largement les traditions culturelles extrêmement riches et vivantes qui font l’objet des négociations de l’IGC etpermettent de mieux dégager les différentes options politiques et juridiques à disposition.Depuis sa première session en 2001, l’IGC a également obtenu un certain nombre de résultats “intangibles”, notamment dans lesdomaines suivants:prise en compte de tous les facteurs et consultation: l’IGC a établi de nouveaux critères en matière de prise en compte de tous lesfacteurs et de consultation;clarté et compréhension: les termes récurrents de la propriété intellectuelle tels que “protection”, “originalité”, “nouveauté” et“domaine public”, sont repensés;contenu et contexte: l’IGC envisage des approches innovantes et sui generis (spéciales, spécifiques). Grâce à une coordinationétroite avec les autres instances compétentes, ses travaux ont redynamisé l’engagement de l’OMPI aux côtés des autresorganisations du système des Nations Unies et d’autres instances intergouvernementales.Parallèlement, un traité international sur la protection des interprétations et exécutions audiovisuelles, adopté en juin 2012 à Beijing,inclut les artistes interprètes ou exécutants des expressions du folklore parmi ses bénéficiaires, étendant ainsi les droits qui leur avaientdéjà été octroyés par le Traité de l’OMPI sur les interprétations et exécutions et les phonogrammes (1996).
 

You're Reading a Free Preview

Download