Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Viens Jean, on va prier (N. Bonnal, 2002)

Viens Jean, on va prier (N. Bonnal, 2002)

Ratings:

5.0

(1)
|Views: 91 |Likes:
Published by Nicolas Mx
Viens Jean, on va prier. . . - Nicolas Bonnal - Libre Journal no 279 du 30 novembre 2002 – p. 21

Sur la mort de Jean Phaure.
Viens Jean, on va prier. . . - Nicolas Bonnal - Libre Journal no 279 du 30 novembre 2002 – p. 21

Sur la mort de Jean Phaure.

More info:

Published by: Nicolas Mx on Nov 23, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/26/2010

pdf

text

original

 
 Viens Jean, on va prier...
Nicolas Bonnal
Libre Journal 
n
o
279 du 30 novembre 2002 – p. 21
J’ai appris la mort de Jean Phaure sur le net trois semaines aprèsl’événement.Jepensaisàlui,etjenesavaispasqu’ilavaitpassé.Commecesétoilesdont on glose alors qu’elles sont mortes depuis un temps fou.J’avais rencontré Jean Phaure en janvier 1990.Je l’avais évoqué à une émission de Serge de Beketch sur RadioCourtoisie avec Jean-Marie Le Pen (qui décréta, en ce jour inoubliable,que j’étais un jeune homme qui connaissait bien notre tradition), etPhaure le sut. Jean était très relié, comme nous tous.Il me fit venir chez lui. Dans l’escalier m’arrêta une télé qui beuglait.L’appartement l’appartement aux dix mille livres (que vont-ils devenir,mon Dieu, que vont-ils devenir comme les
rias bajas 
de la Galiceprofanées par la merde pétrolière?), personne n’y pouvait pénétrer sauf son ami de toujours, Baritou, chassé par sa femme, rendu à la rue,clochardisé et dévoué comme Planchet.Baritou mourut d’un cancer.Je me souviens aussi de Roger, vieil érudit ancien premier violon,doux comme un agneau, expert (comme toute la bande) en astrologieet disait-on, franc-maçon. Mort à 84 ans.Il y avait d’autres cas dans la bande à Jean Phaure : anciennesoiselles hallucinées, puceaux hypocondriaques, exorcistes à deux sous,Quasimodo de Prisunic, écrivains ratés. Mais aussi, adeptes du gaisavoir, frères de la coquille et patriotes ombrageux se réfugiaient chezla canaille. J’en étais. Fréquenter Jean Phaure, c’était s’exposer. À sescoups de gueule. À ses gargottes sino-vietnamiennes écœurantes. À sesemportements contre les «intégristes». À ses colères anti-françaises qui
 
lui valurent un verre d’eau en pleine gueule, justement, la première foisque je le rencontrai en face du Lycée Charlemagne.Mais face aux blattes de
Libé 
ou des
Inrocks 
, Jean Phaure, c’étaitle vrai soupiraiL l’authentique catacombeux. Son Paris était celui desmystiques, des feux follets, des marginaux savants, de la canaille douceet des derniers goliards. Comme les premiers chrétiens, nous nousréfugiions dans sa guérite pour l’entendre évoquer en vrac la mystiqueespagnole,l’Apocalypse,lesPèresdel’Égliseetlesfeuilletonstélécomme
Le Prisonnier 
.Unefois,quandj’eusdel’argent,jel’invitaiauLutetiailmecrivitmon triste thème astral. Promis à la défaite. Ma sœur me dit qu’il parlaitsecrètement de lui-même.Je dois dire que, si je suis en Andalousie sous les eaux (en ce momentdu moins), c’est bien à lui que je le dois. Je ne voulais pas finir perclus,frappé, souillé par Paris comme lui. Il n’y a plus rien à défendre enFranceetillesavait.Ils’yestdonctruitcommebeaucoupdepatriotesmystiques qui demeurent dans ce morceau de l’Euroland.Jean Phaure est mort mais nous sommes bien plus morts que lui.Je me pose souvent la question : Quand sommes-nous morts? Quinous a tués? La Grande Peste? La Renaissance? La Révolution? LesGrandes Guerres?Je crois que c’est plus récent. Ici, en Espagne, je regarde les filmsfrançais des années 1960 et 1970 (Truffaut, Rohmer) et je vois qu’alorsnous étions encore en vie. À cette époque hippie, yéyé, consumériste, audiardienne, on vendaitquand même des milliers de livres d’ésotérisme sur n’importe quel sujet(Jeanpubliaalorssonlivre-phare,
LeCycledel’humanitéadamique 
).Nosrues étaient encore en Europe et l’on contestait comme les incontinentsfont sous eux : la consommation la bouche pleine, la pollution enpétaradant l’
imperium 
américain en idôlatrant Presley, la civilisationidiot-visuelle.Moi j’étais punk :
No Future
Ou sinon la contre-révolution, le retouraux racines. À cette époque (sous Giscard!), Jean Phaure donna un inoubliabletéléfilm sur nos temples solaires, que réalisa le Roumain Barbanegra.Et puis, nous avons basculé dans un autre espace-temps. Lecyberspace justement. Le New Age mitterrandien. L’anti-monde décrit2

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->