Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
En Afrique de l’Ouest, Les Idées Fausses Alimentent l’Épidémie Provoquée Par Le Virus Ebola

En Afrique de l’Ouest, Les Idées Fausses Alimentent l’Épidémie Provoquée Par Le Virus Ebola

Ratings: (0)|Views: 7 |Likes:
Published by UNICEFGuinea
Alors que le nombre de décès liés au virus Ebola dépasse les 500 en Afrique de l’Ouest, l’UNICEF et ses partenaires renforcent leurs opérations dans l’ensemble de la région pour enrayer la propagation de la maladie en luttant contre les rumeurs, les peurs et les idées fausses.
Alors que le nombre de décès liés au virus Ebola dépasse les 500 en Afrique de l’Ouest, l’UNICEF et ses partenaires renforcent leurs opérations dans l’ensemble de la région pour enrayer la propagation de la maladie en luttant contre les rumeurs, les peurs et les idées fausses.

More info:

Published by: UNICEFGuinea on Jul 14, 2014
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/23/2014

pdf

text

original

 
NOTE
D’
ACTUALITÉ
En Afrique de l’Ouest, les idées
fausses alimentent
l’épidémie provoquée par le virus Ebola
 
L’ 
UNICEF
redouble d’ 
efforts pour empêcher une propagation plus importante de la maladie
Des photos sont disponibles pour téléchargement sur : http://uni.cf/1xZAb39
 
GENÈVE/DAKAR, Sénégal, 11 juillet 2014
 Alors que le nombre de décès liés au virus Ebola dépasse les
500 en Afrique de l’Ouest, l’UNICEF
 et ses partenaires renforcent leurs
opérations dans l’ensemble de la région pour enrayer la propagation de la maladie en luttant
contre les rumeurs, les peurs et les idées fausses. « Les rumeurs et le refus de voir les choses en face favorisent la propagation de la maladie et mettent encore plus de vies en danger, » affirme Manuel Fontaine, Directeur régional à
l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. «
 Certaines personnes ne veulent toujours pas reconnaître que la maladie est une réalit
é. D’autres croient que ce n’est pas
nécessaire de la traiter. »
 
Avec plus de 850 cas rapportés en Guinée, au Libé
ria et en Sierra Leone par l’Organisation
mondiale de la Santé (OMS), la toute première épidémie provoquée par le virus Ebola en Afrique de
l’Ouest est devenu
e une grave menace régionale, sans précédent par sa durée et par son ampleur. Des idées fausses
largement répandues, la résistance, le refus d’accepter la
réalité et une hostilité occasionnelle de la part de certaines communautés compliquent
énormément l’intervention humanitaire destinée à contenir la flambée.
«
L’intervention va au
-delà des soins médicaux, déclare Manuel Fontaine. Pour briser le cycle de la transmission du virus, il est essentiel de lutter contre la peur qui
l’entoure et de gagner
la confiance des communautés. Nous devons frapper à chaque porte, visiter chaque marché et donner des informations aux gens dans chaque église et dans chaque mosquée. Pour pouvoir faire cela, nous avons, de toute urgence, besoin de davantage de monde, de davantage de fonds et de davantage de partenaires. »
 
À Accra,
la semaine dernière, l’OMS a réuni les gouvernements de l’Afrique de l’Ouest, des
ONG, des organismes régionaux et internationaux et des institutions des Nations Unies pour trouver u
n accord sur des mesures prioritaires d’action, pour la première fois depuis le début
de la crise provoquée par le virus Ebola. Face à cette situation, l
’UNICEF multiplie
 ses efforts dans sept pays
 la Guinée, la Sierra Leone, le Libéria, la Guinée-Bissau, le Sénégal, le Mali et la Gambie
 afin de prévenir une plus importante propagation du virus, au moyen de SMS et de campagnes massives de communication traditionnelles et non traditionnelles, à la télévision, à la radio et dans la presse.
Depuis que l’épidémie s’est déclarée, l’UNICEF et ses partenaires ont touché au moins 5,5 millions de personnes en Afrique de l’Ouest.
 
Au Libéria, par exemple, deux chansons pour le grand public produites
avec l’appui de l’UNICEF
par le groupe local Crusaders for Peace et des musiciens « hipco » (Deng, Soulfresh et FA)
sur les façons d’empêcher la propagation du virus Ebola sont diffusées sur les radios
 nationales et locales dans tout le pays. Avec son réseau de partenaires, notamment les autorités nationales
, l’OMS, les sociétés de la
Croix-
Rouge et les organisations locales, l’UNICEF appuie également des
campagnes de porte à porte. Des opérations de prévention ont été menées pour sensibiliser davantage de communautés dans les zones concernées notamment grâce à la participation, comme principaux alliés, des chefs traditionnels et religieux.
 

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->