Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Pour en finir avec le GRECE (N. Pérégrin, 2000)

Pour en finir avec le GRECE (N. Pérégrin, 2000)

Ratings: (0)|Views: 75 |Likes:
Published by Nicolas Mx
Pour en finir avec le GRECE - par Nicolas Pérégrin - Libre Journal no 209 du 20 mai 2000 – p. 24–25.
Pour en finir avec le GRECE - par Nicolas Pérégrin - Libre Journal no 209 du 20 mai 2000 – p. 24–25.

More info:

Published by: Nicolas Mx on Dec 04, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF or read online from Scribd
See more
See less

01/12/2013

pdf

 
PourenniravecleGRECE
par Nicolas Pérégrin
Libre Journal 
n
o
209 du 20 mai 2000 – p. 24–25
De retour d’Allemagne, où j’ai constaté que tout le monde, commeen Italie et en Espagne, était partisan d’une baisse simultanée del’immigration et des impôts qui vont avec, j’ai retrouvé avec plaisirla France du pastis et des grèves, des émeutes et des prébendes. LaFrance des néanderthaliens, dont j’ai déjà parlé et qui me semble, aufur et à mesure que j’avance en âge et en raison, le pire des mondespossibles. Je la quitte souvent, je m’aventure sur le Net, je vis dans lesfilms américains, les films judéo-saxo-nègres, comme dirait Céline, maiscela ne me suffit pas. Il faut que je règle mes comptes avec ce paysmaléficié.Car enfin, sauf à imaginer que dans ce pays les gens normaux sontminoritaires, il est impossible de comprendre pourquoi tout le mondereste, à l’exception de nos élites qui fichent le camp à Londres oudans la Silicon Valley : plus de 300 000 départs en quelques années;cinq des hommes les plus riches d’Angleterre sont français. Tout cequi est politiquement ou économiquement ou cinématographiquementincorrect n’a plus qu’à voter avec ses pieds, au lieu d’attendre le jourde l’intifada finale où les Français seront sacrifiés comme des moutons,c’est-à-dire comme des porcs qu’ils sont pour la plupart du tempsdevenus. Des clones parqués et matés, soumis et gémissants, soumis àla pression médiatique insensée du Lager virtuel.Et la France est un cas : en Allemagne, les conservateurs ruentdans les brancards de l’immigration; en Italie et en Espagne, la droitel’emporte avec le même programme : liberté d’entreprendre, ordre dansles rues, sauvegarde de la culture. Dans des pays où il y a dix fois moinsd’immigrants qu’en France, les peuples réagissent déjà, notammentles peuples des montagnes, les fils de Guillaume Tell. Ici, rien de tel :on s’écrase et on accepte avec un ricanement au coin de la gueule,
 
en espérant que le voisin aura la gorge tranchée ou le fisc au cul. Devantl’étenduedusastre,jenepeuxqueresterinterloqdel’échecpaniquede la droite nationale en France qui avait une belle carte historique à jouer et qui – une fois est coutume – n’a pas été en mesure de le faire.Une longue habitude de l’échec, de la trahison et de l’incompétence,une certaine complaisance aussi par rapport à la vie merdique ambiante(qui date de Flaubert ou de Furetière, comment savoir?) ont rendu touteréaction impossible dans ce pauvre pays.L’échec historique de la droite, c’est d’abord un échec stratégiqueet idéologique. Cet échec, je l’impute au GRECE. En grande partieresponsable de la scission au sein du Front national, en grande partieresponsable des troubles idéologiques de la droite. Je n’aurais jamaisparlé du GRECE si je n’avais eu plusieurs raisons personnelles de le faire.Maiscetteofficinenauséeuseafiniparm’irriter.Etmacore,commeditsaint Paul, a fini par l’atteindre.Le GRECE est responsable de la marginalisation politique de la droiteenFrance.Ilarompulescadresprécédents,parcheté(onavaitpeurdese faire interdire le 10 mai 1981) et par bêtise pure et sèche. Une bêtised’apocalypse. Depuis un quart de siècle, en effet, le GRECE n’a fait querecycler la propagande du KGB. Je m’explique.– Haine panique de l’Amérique et du libéralisme. Un verre d’anti-américanisme, ça va, trois verres, une cuite d’anti-américanismeà la mode des mollahs, ça finit par me fatiguer. Quand deBenoist affirmait préférer la mosquée au MacDo ou la PlaceRouge à Washington, il tendait un piège désastreux dans lequeltout le monde ou presque est tombé. Mais qu’y a-t-il de pire :le Goulag et ses cent millions de cadavres ou Disneyland? Qu’y a-t-il de pire : acheter sur Internet ou se faire égorger par unfou d’Allah? Le pis est que ces idiots idéologues n’ont fait aussique se référer aux films mytho américains (Milius, Boorman andCo.), célébrer le darwinisme racial et le QI made in USA ou lenominalismeockhamienmadeinEngland.Sont-ilscrétinsouquoi,ces manipulateurs de la langue de fer?– Éloge du tiers-monde et de l’islam. Cette énormité explique quenotrebibliographeinternazionalpréfèrediscuteravecungauchisterouge-brunplutquefairel’élogedelanon-immigration.Ennousmettant au niveau des Bantous (Europe/tiers-monde même com-bat), on était sûr de nous mettre à la merci des Américains; et debénir les quinze millions d’immigrés qui habitent dans notre pays.2
 
Queneferait-onpaspourunReichchaotiqueetmétis?
Unnoufeamoyen âche, un haschisch-reich de zinq mille ans
– Haine panique de la France et du catholicisme, et cela au nomd’un islamo-germanisme de bazar et de l’Empire.
L’emmmbyyrhe 
,comme dirait l’autre. Je donnerais ma bière pour un
embyyrhe.Brrr ... Ach! une belle Franze dépezée en petits morceaux et court-bouillonnée à la sauce imbériale.
On dirait Maastricht, en faveurde qui Parvulesco appelait à voter. Il faut dire que le gros magegnostique
imbérial 
ne s’est jamais trompé, de Jacques Chirac àPhilippe Séguin en passant par les JMJ. Tous les panneaux qu’il apu prendre en travers de la gnose, il les a pris, et bien.
Galacticum
(pour ceux qui savent...)– Le rejet du catholicisme dans la pensée grécienne m’a fait penserà la fête Halloween.
Mais z’était la fieille relichion eurobéennimriale et baïenne qui ressurgissait
Ah oui, mais c’estmarchand... on y vient.LestypesduGRECEtestentlemondemarchand.CommeSollers.Comme Bourdieu. Comme Robert Hue. Comme Viviane Forrester.Comme toute la clique du politiquement correct en France, de JoséBové aux cinéastes merdeux. C’est un monde cosmopolite, réifié,etc.Toutescesphrases,onlesaentenduescentfois(jemesouviensmême d’un numéro d’Éléments contre... l’automobile!). Et pourla centième fois je constate, en Suisse ou en Inde, en Suède ou en Amérique, que le monde marchand n’est pas le pire (
le byrrhe 
) desmondes possibles. La catastrophe française a d’autres causes, quine sont liées ni aux juifs ni aux Américains, ni aux maçons ni aux mondialistes.Lacatastrophefrançaiseestlocale.Ilsuffitdeprendreson avion ou de surfer sur le Net pour s’en rendre compte.Elle est liée aux Français; les Français en sont les seuls respon-sables. Le refus de la marchandise, lorsqu’il devient pathologique,induit tout un tas de comportements que j’ai maintes fois vérifiésdanslafamillepolitiquequinousintéresse:escroquerie,captation,paresse, incapacité, médiocrité, pseudo-intellectualité.Le GRECE a tout recensé, il n’a rien créé : ni littérature ni cinémani musique ni quoi que ce soit. En ce sens, c’est vrai, il n’est pas trèscatholique. Il a aussi coulé
Magazine Hebdo 
et
Minute 
, et failli liquiderle
Fig-Mag 
. Une vraie escouade de professionnels, ces surdoués de laMensa et de la race hyperboréo-narbonnoïde. Le GRECE est un ersatzd’idéologie,fruitdecepatriotismedevenuledernierrefugedelacanaille.Il a recyclé les produits culturels des maniaques du New Age (sectes,3

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->