Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
2734

2734

Ratings: (0)|Views: 18,264 |Likes:
Published by PDF Journal

More info:

Published by: PDF Journal on Aug 13, 2014
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/19/2014

pdf

text

original

 
MCA
www.lebuteur.com
QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 2734 PRIX 20 DA
JEUDI 14 AOÛT 2014
Le présiden t du Spor ting tire sur Slimani
«Son attitude est inacceptable»
Le Ligue menace le Mouloudia !Le Ligue menace le Mouloudia !Le Ligue menace le Mouloudia !Le Ligue menace le Mouloudia !Le Ligue menace le Mouloudia !La Ligue menace le Mouloudia !
«Pas de recrutement si Ghazi et Besseghir nesont pas payés !»«Pas de recrutement si Ghazi et Besseghir nesont pas payés !»«Pas de recrutement si Ghazi et Besseghir nesont pas payés !»«Pas de recrutement si Ghazi et Besseghir nesont pas payés !»«Pas de recrutement si Ghazi et Besseghir nesont pas payés !»«Pas de recrutement si Ghazi et Besseghir nesont pas payés !»
Taleb
«On régularisera cesdeux joueurs»
Taleb
«On régularisera cesdeux joueurs»
Taleb
«On régularisera cesdeux joueurs»
Taleb
«On régularisera cesdeux joueurs»
Taleb
«On régularisera cesdeux joueurs»
Taleb
«On régularisera cesdeux joueurs»
De nos envoyés spéciaux en France
Fekir
«Je serai heureux de jouer la CAN-2015»
Fekir
«Je serai heureux de jouer la CAN-2015»
Fekir
«Je serai heureux de jouer la CAN-2015»
Fekir
«Je serai heureux de jouer la CAN-2015»
Fekir
«Je serai heureux de jouer la CAN-2015»
Fekir
«Je serai heureux de jouer la CAN-2015»
«C’est vrai, j’ai rencontréGourcuff à Lyon»«C’est vrai, j’ai rencontréGourcuff à Lyon»«C’est vrai, j’ai rencontréGourcuff à Lyon»«C’est vrai, j’ai rencontréGourcuff à Lyon»«C’est vrai, j’ai rencontréGourcuff à Lyon»«C’est vrai, j’ai rencontréGourcuff à Lyon»«C’est vrai, j’ai rencontréGourcuff à Lyon»
«La sélection algérienne, c’est un rêve d’enfance»«La sélection algérienne, c’est un rêve d’enfance»«La sélection algérienne, c’est un rêve d’enfance»«La sélection algérienne, c’est un rêve d’enfance»«La sélection algérienne, c’est un rêve d’enfance»«La sélection algérienne, c’est un rêve d’enfance»
Broos rassure les Kabyles
«Prêts à bien entamer notre saison»
Ebossé «Mon compteur buts démarrera ce samedi à Oran»
 Velud ne
décolère pas
«On nous a sifflé cinqhors-jeux imaginairescontre le MCA»
     U     S     M     H
USMA
     J     S     K
Le CTC ferme
le stade Lavigerie
La liste des 31 a été dévoilée hier
Zeffane
,
la nouveautéde
Gourcuff
Belfodil
,
Chaouchiet
Harek 
rappelés
 
Nabil, on vous remercie de nousavoir accueilli chez votre cousinDjallal. Tout d’abord, voudriez- vous nous rassurer sur votreblessure à l’épaule ?
Je n’ai rien de grave, Dieu merci.Ce n’est qu’une légère luxation del’épaule qui nécessitera une absencede deux ou trois semaines.
Ça tombe au mauvais moment,surtout en ce début de saison,non ?
C’est le cas, mais les blessures fontpartie de la vie d’un footballeur. Ilfaut les accepter. C’est le mektoub.
Vous êtes en󿬁n professionnel àl’OL, mais vous aviez vécu desmoments pénibles, après votremise à l’écart du centre de forma-tion…
En effet, c’était des moments diffi-ciles, mais j’ai continué à travailler.J’ai cru en mes capacités.
Racontez-nous votre parcours…
J’ai joué dans des clubs de la villede Lyon, comme Vaulx-en-Velin etSaint- Priest, avant de rejoindrel’OL. C’est grâce à ces deux clubsque j’ai pu apprendre à jouer aufootball.
Mais pour quelles raisons les res-ponsables à Lyon vous avaientmis à l’écart ?
Je n’avais pas beaucoup joué.J’étais blessé et je suis resté loin desterrains pendant six mois. A Lyon, j’avais besoin de jouer. Finalement,c’est le contraire qui s’est produit. Ilfallait que je joue beaucoup, a󿬁nd’être retenu parmi les pros. Cettemise à l’écart a été un choc pour moiet ma famille.
Avez-vous eupeur de ne paspoursuivre votre rêve de jouer dans lehaut niveau ?
C’est vrai.J’avoue que j’avais une petite crainte,mais il faut savoir que j’avais del’ambition pour réussir. Je me suisdit qu’il fallait beaucoup travaillerpour y arriver. Dieu merci, au- jourd’hui je fais partie de l’équipepro de Lyon.
Est-ce important qu’on soit issud’un quartier arabe près deVaulx-en-Velin où les gens sontun peu défavorisés…
Oui, lorsqu’on vient des quartiers,on a des principes. Hamdoullah,c’est grâce à Dieu que j’ai pu réussir.
A un moment donné de votrecarrière, aviez-vous songé àchanger de métier ?
Pas du tout, car je tenais à fairecarrière dans le football. J’estimeavoir réussi à devenir footbal-leur professionnel, Dieu merci.
A présent, vous foulez la pe-louse du stade Gerland avecbeaucoup de 󿬁erté…
Oui, c’est une grosse 󿬁erté pourmoi, ma famille notamment, et jen’oublie pas aussi mes amis. Ils ontbeaucoup cru en moi. Je suis aussicontent et 󿬁er de les avoir rendusheureux.
Votre papa Mohamed, qui est deTipasa, a été lui aussi footballeur.Pourriez- vous nous parler unpeu de lui ?
Je pro󿬁te de cette occasion poursaluer mon père qui se trouve en va-cances en Espagne, ainsi que tousles autres membres de ma famille.Oui, je sais que mon père a été unfootballeur à son jeune âge. Il m’en aparlé, certes, mais pas beaucoup.Par contre, mes oncles m’ont beau-coup parlé de sa carrière. On m’a ditque c’était un bon joueur, mais qu’iln’a pas eu de chance pour aller loin.
On sait que votre père y est beau-coup dans votre réussite. Racon-tez-nous comment ça se passaitavec lui lorsqu’il vous emmenaità l’entraînement ?
C’est vrai. Mon père m’a beau-coup aidé et soutenu. Je ne le remer-cierai jamais assez. Ilm’accompagnait souvent à l’entraî-nement et lors des matchs.
Votre père est originaire de Ti-pasa, est-ce le cas de votre mère ?
Ils sont originaires tous les deuxde Tipasa. Ils font quoidans la vie ?Mon père estinvalide. Il a unproblème desanté au niveaudu dos. Il tra- vaillait dans une usinede métallurgie. Ce n’était pas facile.Quant à ma mère, elle est assistantesociale. Mon père était venu ici enFrance très jeune. Donc, il fallaitqu’il travaille et je suis très 󿬁er delui.
Avez-vous des frères et soeurs ?
J’ai trois petits frères.
Ils jouent au football ?
Ils jouent tous dans l’équipe deVaulx-en-Velin. Je suis l’aîné. Vien-nent ensuite Hamza, Yacine et en󿬁nTarik le plus jeune. J’espère qu’euxaussi réussiront dans leur vie.
Dans la famille, il y a aussi unautre footballeur, votre oncleKamel Ramdani…
Tout à fait, mon oncle Kamel a joué en Ligue 2 et en National. Il aporté les couleurs de Gueugnon,Beauvais et du Paris FC. Il a fait unpassage en Algérie, à l’USM Alger.Actuellement, il évolue au Singa-pour.
Etes-vous très proche de lui ?
C’est certain. D’ailleurs, on s’ap-pelle régulièrement. J’écoute sesconseils, lui qui connaît mieux quemoi le monde du football. Je ne vous cache pas que je tiens comptede ses conseils, a󿬁n de progresserencore plus. Comme je vous l’ai déjàdit, Kamel joue dans club au Singa-pour. A 32 ans, il joue toujours dansle haut niveau et je suis très contentpour lui.
Vous vivez toujours en compa-gnie de vos parents. Est-ce unchoix de votre part ?
Oui, c’est mon choix. J’ai grandidans le quartier où et je vis avec mesparents. Je tiens aussi à les remercierpour l’éducation qu’ils m’ont incul-quée.
Peut-on dire que vous êtes la starde votre quartier ?
Je ne vais pas aller jusqu’à direque je suis une star. Non, loin de là.Je suis un jeune footballeur qui esten train d’apprendre pour progres-ser et atteindre un certain niveau, niplus ni moins. D’ailleurs, on s’entendbien entre copains du quartier.
Vous avez effectué vos débutsavec les pros en Ligue des cham-pions, mais votre match au stadeGerland avec l’OL contre le SCBastia était bien particulier,n’est-ce pas ?
Oui, c’est un moment que je n’ou-blierai jamais. C’était magique.Avant le match, je le coach était venu me voir pour me dire que j’al-lais être titulaire. J’étais très content, je me suis même bien préparé dansle vestiaire pour ce match. Dieumerci, j’ai marqué un but et délivrédeux passes décisives.
De tels débuts, c’est aussi une re- vanche, notamment pour les re-cruteurs de l’OL qui vousavaient écarté à certainmoment…
Oui, c’est une belle re- vanche. J’ai dû travailler en-core plus pour atteindre leniveau voulu. Ce qui nous renseigne sur votre maturité…J’ai tout oublié, c’est une nouvelleexpérience pour moi et je ne tiensaucune rancune.
Ecarté de l’OL puis repêché,maintenant vous faites partie dugroupe des pros, c’est formida-ble, non ?
Je suis trèscontent d’une telleréussite. Je penseque c’est ample-ment mérité. J’aitravaillé dur poury arriver. J’étais convaincu qu’en tra- vaillant, la réussite allait suivre.
Parlez-nous de ce match re- vanche face à l’OL en CoupeGambardella lorsque vous étiez àSaint-Priest ? C’est au cours decette rencontre que les recruteursde l’Olympique Lyonnais vousont repéré…
Je me souviens de ce match.Même si on a perdu face à l’OL, j’avais réussi un bon match. J’avaismême délivré une passe décisive.C’est grâce à ma prestationlors decematchque je suis revenu àl’OL.
Comment s’est passé le contactavec l’OL ?
C’est Gérard Bonneau qui était venu me voir pour me soumettrel’idée de rejoindre l’OL et faire unessai, avant d’être retenu. J’ai acceptéimmédiatement et j’ai réussi.
Ce n’était pas lui qui vous avaitécarté ?
(Rire) Non, c’est quelqu’und’autre.
Avez-vous revu la personnequi vous avait écarté de l’OL ?
Oui, on se rencontre parfois eton discute, on s’échange les salu-tations. Il n’y a aucun problèmeavec lui. On est restés enbons termes, il n’y a aucunsouci. Il a fait son boulot.Peut-être que je n’étaispas encore apte à fairepartie de l’OL à ce mo-ment-là…
Comment a réagi votre père enapprenant que vous alliez re-tourner à l’OL ?
Après avoir parlé avec le recru-teur de l’OL, j’ai discuté avec monpère. Il était très content. Le destinm’a donc conduit à l’OL et sincère-ment, je ne regrette rien du tout.
Parlons de la sélection nationalealgérienne, comment avez-vous vécu le parcours de l’EN enCoupe du monde ?
J’ai suivi le parcours des Vertsavec beaucoup d’intérêt. J’étais trèscontent que l’EN ait réussi à se qua-li󿬁er audeuxième tourdu Mondial,pour la pre-mière fois deson histoire. Ilest certain quecette performance per-mettra au football algérien d’avan-cer encore et se fera respecterdavantage à travers les quatre coinsde la planète.
02
 ENTRETIEN
Coup d’œil 
N° 2734
 www.lebuteur.com
Jeudi 14 août 2014
« G o u r c u f f  j o u i t  d ’ u n e b o n n e  r é p u t a t i o n,  o n  n e d i t  q u e  d u  b i e n  d e  l u i»
 
« P o u r  l a  C A N- 2 01 5,  c ’ e s t à  G o u r c u f f  d e  p r e n d r e u n e  d é c i s i o n»
De nos envoyés spéciaux en France
Hamza RahmouniNacym Djender
Il était 14h30 en ce lundi 11 aoûtlorsque nous avons rencontré NabilFekir le milieu de terrain de l’Olym-pique Lyonnais à la sortie de la sta-tion de métro de Cusset plusexactement à la cafétéria le Ter-minus accompagné de son cou-sin Djallal. Très réservé lejoueur s’est vite montré dis-posé à nous parler de sonavenir international. Onvous laisse le soin dedécouvrir ce joueurqui fera ses premierspas prochainementavec les Verts.
«Quand jevois mon pèrederrière les Verts,ça me donne envied’y aller tout desuite !»
Fekir
«J’ai rencontréGourcuff à Lyon»
Fekir
«J’ai rencontréGourcuff à Lyon»
Fekir
«J’ai rencontréGourcuff à Lyon»
Fekir
«J’ai rencontréGourcuff à Lyon»
Fekir
«J’ai rencontréGourcuff à Lyon»
Fekir
«J’ai rencontréGourcuff à Lyon»
 
Une telle performance vous a-t-elle surpris ?
Non, pas du tout surpris. Je savaisque l’équipe d’Algérie possédait unbon effectif. Lors de la phase 󿬁nal dela Coupe du monde, l’EN a prouvéqu’elle savait jouer au football. J’étaiscontent, wallah !
La première défaite face aux Dia-bles rouges de la Belgique ne vousa-t-elle pas fait douter ?
Non, pas dutout. C’était le pre-mier match dutournoi. C’est vrai,il fallait le gagner,mais je pense quecette défaite a faitbeaucoup de bienaux Verts. Ça leur a permis de se re-mettre en cause et de se quali󿬁er audeuxième tour.
Racontez-nous comment vousavez vécu ce premier match face àla Belgique, surtout ce retourne-ment de situation dans le dernierquart d’heure de la rencontre ?
C’est une défaite complètementinattendue. Les Verts menaient auscore, avant que le match ne bascule.Je pense tout d’abord qu’ils ont étéchanceux en ouvrant le score. Lors dela première mi-temps, l’équipe d’Algé-rie a fourni une belle prestation. Maisles choses ont carrément changé enseconde période. Je pense aussi queles joueurs se sont un peu repliés.
Avez-vous vibré avec ce premierbut inscrit par So󿬁ane Feghouli ?
Oui, bien sûr. C’est toujours unplaisir de voir mon pays marquer etde s’imposer en Coupe du monde.J’étais content de ce but parce qu’enface, il y avait une très bonne équipede Belgique.
Ce match, vous l’avez suivi avec vos potes ou la famille ?
J’étais avec mon père et mes frères.On a tous soutenu l’équipe algériennemais au 󿬁nal, on était déçus, parceque l’Algérie a concédé une défaiteface aux Belges.
Le match référence, c’est celui faceà la Corée du Sud et qui a vu lesVerts s’imposer part 4 à 2. Com-ment l’avez-vous vécu ?
J’étais très content de cette trèsbelle victoire qui a surtout permis àl’équipe de retrouver sa con󿬁ance. Ce jour-là, les gars ont bien entamé larencontre avec ce but de Slimani quileur a permis de jouer très à l’aise. Parla suite, trois autres buts ont été mar-qués.
En Algérie, les gens ont longtempsdé󿬁lé dans les rues, après cette victoire. Etait- ce le cas ici dans votre quartier ?
Oui, bien sûr. C’était un momentimportant. Les Algériens ont beau-coup attendu cette victoire. Ici à Lyonet même dans les quartiers, les gensont laissé éclater leur joie. Ils ontd’ailleurs dé󿬁lé jusqu’à une heure tar-dive de la nuit.
Etes-vous sorti dans la rue, aprèscette très belle victoire contre lesCoréens ?
Je suis sorti dans la rue, c’est nor-mal, mais j’étais là à partager la joiede mes compatriotes.
Ishak Belfodil, votre ami, a dé󿬁lédans les rues de Lyon, après la vic-toire des Verts face à l’Egypte àOum Dourmane, en 2009…
Ishak est un bon pote à moi. C’estdommage qu’il n’a pas été retenupour la Coupe du monde. J’auraisaimé le voir participer à ce tournoi.Contrairement à lui, moi je suis restéau quartier,avant de ren-trer chez moi.
Face à laCorée du Sud,l’équipe algé-rienne a prati-qué le vrai jeualgérien avec les petites passeset la technique, ça vous a fasciné,non ?
L’Equipe nationale possède de trèsbons joueurs qui ont appliqué le jeupropre aux Algériens. Ça nous abeaucoup épatés.
Selon vous, une fois en huitièmesde 󿬁nale, fallait-il se contenter decette performance ou de tenter debattre l’Allemagne qu’on a battueen 1982 en Coupe du monde enEspagne ?
Pour moi et pour l’ensemble des Al-gériens, la quali󿬁cation de l’EN pourles huitièmes de 󿬁nale de la Coupe dumonde était déjà quelque chose degrandiose, d’historique. Pour la pre-mière fois, l’équipe algérienne s’étaitquali󿬁ée pour le deuxième tour d’uneCoupe du monde. Mais il ne fallaitpas se contenter de cela. Il y avait lematch contre l’Allemagne lors duquell’EN s’est montrée très séduisante.C’est ce qu’on retient de cette partici-pation assez honorable en Coupe dumonde.
Avec une telle équipe et un tel par-cours, ça vous donne l’envie de re- joindre l’équipe algérienne…
Oui, bien sûr que ça donne enviede rejoindre la sélection. Tous les joueurs ont apprécié le beau jeu prati-qué par les Algériens.
Avez- vous eu des contacts de lapart de la Fédération algérienne defootball ?
Non, pas encore. Actuellement, j’es-saye de bien me concentrer sur Lyonet j’espère que cela arrivera prochaine-ment.
Avec quel état d’esprit rejoindriez- vous les Verts ?
Pour l’instant et comme je vous l’aidit, on ne m’a pas encore contacté.Dès que ça se sera fait, j’i ré󿬂échiraipour prendre une décision. Mais sa-chez que je serai très content de re- joindre les Verts.
On a su que vous avez rencontréChrsitian Gourcuff à Lyon…
Oui, c’est vrai, on s’était rencontrésune fois à Lyon, il y a deux semainesde cela, je pense.
Que vous a dit le sélectionneur ?
Il m’a dit qu’il allait me suivre moiet quelques autres coéquipiersde club qui sont eux aussi denationalité algérienne. Ilnous a dit aussi qu’il ne fautpas trop s’inquiéter et quecela arrivera tout seul et qu’ilfaut uniquement travailler.
Ça vous rend heureux ?
Oui, bien sûr que ça me rendheureux, mais je ne me fais pasde 󿬁xation. J’essaye de meconcentrer sur l’OL, ensuite lereste viendra tout seul.
Christian Gourcuff estun adepte du jeu offen-sif. Il aime les joueursayant le même pro󿬁lque vous. Ça vous ras-sure ?
Oui, c’est un plaisir derejoindre une équipe jouebien au ballon. En plus, j’aiun coéquipier à moi qui adéjà travaillé avec Gourcuff àLorient. Il m’avait dit quec’était un bon entraîneur. D’ail-leurs, il ne m’a dit que du bien delui.
Vous évoluez au côté du 󿬁ls dusélectionneur, en l’occurrence Yo-hann Gourcuff. Avez-vous discutéavec lui de ce sujet ?
Pas tellement, Yohann est uncoéquipier à moi et on dis-cute parfois. Il m’a ditqu’il faudra patienter etque ça viendra tout seul.
Les journalistes pen-saient qu’il était ré-servé, 󿬁nalement il vous donne des conseils ?
Oui, peut-être que réservédevant les caméras, mais nous les joueurs, on connaît parfaitement Yo-hann.
A-t-il joué le rôle d’intermédiairedans cette rencontre avec Chris-tian Gourcuff ?
Non, on n’a pas trop parlé de ça Yo-hann et moi. J’ai parlé directementavec le sélectionneur M. ChristianGourcuff.
Sur le plan tactique, le 4-4-2, sou- vent prôné par Gourcuff, vousconvient-il ?
Pour moi, il n’y a aucun problème.Je suis prêt à m’adapter à toutes les si-tuations de jeu.
Gourcuff a même envisagé de vousfaire appel pour ce premier matchface à l’Ethiopie. Quelle est votreposition ?
Jouer pour la sélection est un rêved’enfance. Après, j’essaye de meconcentrer sur mon équipe. Si ça vient, je serai très heureux.
Vous faites partie des plans deGourcuff. Y at- il deschances de vous voirparmi legroupe del’EN pour laCAN-2015 quiaura lieu au Maroc ?
Je ne sais pas, tout dépendra du sé-lectionneur. C’est lui qui décide s’ildoit m’appeler pour prendre part à cetournoi ou non.
Supposons queGourcuff  vousfasse appel…
Là, c’est autre chose. Je serai le plusheureux, si je recevais une convoca-tion de l’Equipe nationale de monpays.
La France vous a-t-elle contactépour rejoindre une sélection de jeunes ?
Non, je n’ai jamais eu de contactavec la Fédération française de foot-ball.
Autrement dit, vous ne vivrez pasla pression vécue par ceux qui de- vaient choisir entre les Bleus et lesVerts ?
Oui, c’est vrai. Je suis d’accord avec vous sur ce point.
Vous rêvez de jouer en sélection al-gérienne ?
Oui, c’est un rêve pour moi, depuisque j’étais tout petit. Mon père est déjàun fervent supporter de l’Equipe na-tionale. Lorsque je vois comment ilréagit, j’ai envie d’y aller tout de suite.
Vous connaissezpersonnellementcertains joueurs dela sélection ?
Je ne connaisqu’Ishak Belfodil qui estun bon ami à moi. On a joué ensem-ble à l’OL.
Comment ça se passe avec les Al-gériens de l’OL, Zeffane, Bahlouli,Ghezzal et Benzia?
Très bien. D’ailleurs,on parle de la sélec-tion, notammentde laCoupe dumonde qui a vu l’EN faire untrès bon parcours.Ça se passe bien aveceux. Ce sont des potes àmoi.
Vos objectifs cette saison ?
Tout d’abord, je veux devenir titu-laire à part entière à Lyon, puis deve-nir international avec l’EN d’Algérie.
L’Algérie peut- elle renouer avec lesacre africain, à votre avis ?
Oui, je pense qu’elle a les moyens etsurtout le potentiel. Après, il ne fautpas trop se compliquer la vie, je pensequ’il va falloir jouer son vrai jeu pourfaire quelque chose.
Un mot aux Algériens qui espèrent vous voir en sélection ?
Je suis 󿬁er d’être algérien. J’espèrerejoindre la sélection algérienne. J’enserai très content, parce que c’est unrêve d’enfance.
 Entretien réalisé à Lyon par HamzaRahmouni et  Nacym Djender
 
«Dommage que Belfodiln’ait pas pris part àla Coupe dumonde !»
03
Cou p d’œil 
N° 2734
www.lebuteur.com
Jeudi 14 août 2014
ENTRETIEN
«La sélection algérienne, c’estun rêve d’enfance»
« J ’ a i  é t é  é c a r t é  d e  L y o n m a i s  j ’ a i  p r i s  m a  r e v a n c h e e t  j e  s u i s  r e v e n u  p a r  l a g r a n d e  p o r t e»
« M e s  t r o i s  f r è r e s  s o n t d e s  f o o t b a l l e u r s  e t  m o n p è r e  l ’ a  é t é  a u s s i»
De nos envoyés spéciaux en France
Hamza RahmouniNacym Djender

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->