Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
20091231 Époque Freudienne Bulletin Psychologues Freudiens No33

20091231 Époque Freudienne Bulletin Psychologues Freudiens No33

Ratings: (0)|Views: 335 |Likes:
Published by frdmfr
Bulletin de l’Association des Psychologues Freudiens, 31 décembre 2009 nº 33.
— “L’Europe” (EuroPsy) par Marie-Hélène Bigot
— “Les rapports de l’AERES : du chiffre et des lettres” par René Saboural
— “Le point sur la réglementation de la psychothérapie (loi 21) et l’Ordre des Psychologues au Québec” par Anne Béraud
— “Les ‘Rased’ : suppression et persévérance” par Dominique Rousseau
— “Assemblée générale de l’association des psychologues freudiens 7 novembre 2009, Rapport moral” par la présidente, Nathalie Georges.
Bulletin de l’Association des Psychologues Freudiens, 31 décembre 2009 nº 33.
— “L’Europe” (EuroPsy) par Marie-Hélène Bigot
— “Les rapports de l’AERES : du chiffre et des lettres” par René Saboural
— “Le point sur la réglementation de la psychothérapie (loi 21) et l’Ordre des Psychologues au Québec” par Anne Béraud
— “Les ‘Rased’ : suppression et persévérance” par Dominique Rousseau
— “Assemblée générale de l’association des psychologues freudiens 7 novembre 2009, Rapport moral” par la présidente, Nathalie Georges.

More info:

Published by: frdmfr on Jan 03, 2010
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF or read online from Scribd
See more
See less

08/18/2011

pdf

 
1 / 8
'
É
p
o
 
u
e
reudie
n
n
33– Paris – 31 décembre 2009
www. psychologuesfreudiens.orgepoque-freudienne@orange.fr 
L'Epoque freudienne change
autrement, différemmentEn cette fin d'année 2009, voici les premiers textes que nous publions
qui furent à l'honneur de notre Assemblée générale de l'année 2009. D'autres textes viendront prendre place pour les prochains n° del'année 2010.Ces textes viennent de France
et du Canada
Les sujets abordés
sont brûlants A lire aussi, le rapport moral
de l'Association pour l'année 2009La rédaction vous présente ses meilleurs voeux pour l'année 2010
Luc Garcia
 
2 / 8
L'Europe
par Marie-Hélène BigotPendant ces deux années, la Commission Europede l’Association des Psychologues Freudiens,avec Marie-Claude Sureau et moi-me, continde s’inresser aux objectifs quepoursuivent certaines associations depsychologues, en particulier à ceux de la FEAP(Fédération Européenne des Associations dePsychologues) et de la FFPP, son représentant enFrance.Ce questionnement et ces recherches m’ontamenée à écrire des textes j’ai cherché à exposer, à développer les conséquencesquauraient ces orientations pour lespsychologues, en particulier pour ceux quis’orientent de la psychanalyse.Présens à des aps-midi, à des jouresorganisées par l’Envers de Paris, l’ACF Ile deFrance, par l’ACF Val de Loire Bretagne, cesarticles sont tous consultables sur le siteinternet des Psychologues Freudiens.Un lien avec le site de l’InterCoPsychos donneaussi accès au texte de janvier 2009, écrit enréponse à la lettre que Monsieur Quéheillard,secrétaire du Syndicat National desPsychologues, avait adressé au Président de la FEAP.
Que se passe-t-il maintenant, que ferons-nous ?
En France, la FFPP a mis en place un ComitéNational, le CoFraDec, qui prétend accréditer lespsychologues et les lieux de formation jugésconformes aux critères requis par la FédérationEuroenne. Des psychologues « rentsEuroPsy » seront désignés au début de 2010 (1).Monsieur Lécuyer, président de ce Comité, maisaussi membre du nouveau Conseil Exécutif de la FEAP depuis juillet, a envoyé une lettre auxPrésidents d’Université. Il y donne le CoFraDeccomme représentatif de la profession et de la discipline, cela alors qu’il n’a aucun statut légalet que la prétendue diversité des personnesnommées à ce poste, toutes désignées par la seule FFPP, ne le rend daucune façonreprésentatif de la profession. La FFPP organisera bientôt une journée pourprésenter ce Comité. La situation despsychologues au Royaume Uni et au Québec,entre autres, avec leurs pratiques de supervisioninstituées y seront présentées.Le but poursuivi n’est pas, comme il est dit, derendre compatibles les diplômes nationaux entreeux, mais de les aligner sur les normes EuroPsy,normes disent être conformes aux critères d’unepsychologie dite scientifique.Cela amène Monsieur Grosbois, chardemission « Psychothérapie » à la FFPP, à évoquer« lopportunité de ne pas encourager lespsychologues français à entrer dans le processusd’autorisation gale type article 52 », et à  valoriser au contraire « la reconnaissance parl’EFPA des psychologues se spécialisant enpsychothérapie » au motif qu’ils auraient, eux,une « vraie formation psychothérapique » (2). In fine, cette formation, conforme aux vœux dela FEAP, procède de la supervision et del’évaluation. Elle évacuerait toute possibilipour un psychologue d’interroger en propre cequi fait désir chez l’humain et priverait tous leslieux de formation existants de leur autonomie,du libre-choix de leurs enseignements et de leurresponsabilité.La Société Française de Psychologie a fait sien cepoint de vue. Elle a accepté davoir desreprésentants au sein du CoFraDec et siège auxcôtés de la FFPP au titre de représentant enFrance d’associations internationales commel’IUPsyS (Union Internationale de PsychologieScientique) et lIAAP (AssociationInternationale de Psychologie Appliquée).Le Syndicat National des Psychologues entendpour sa part combattre ce projet EuroPsy eninstaurant un Ordre des Psychologues, ce qu’ilprésente comme un « projet nécessaire pourgarantir l’identité de la profession », alors quenous savons combien sa création modifierait le visage de la psychologie en France. Il a prévupour sa part une joure d’information en janvier 2010.L’une et l’autre associations appellent à la légalisation du Code de Déontologie.Face à cette accélération des événements, il noussemblerait important, « judicieux », pourreprendre un terme de Stella Harrison, d’étofferla Commission Europe, et de créer un petitgroupe qui travaillerait sur ce thème« d’EuroPsy ».Les membres du groupe se tiendraient informésdes projets en cours, pourraient communiquerpar mail ou téléphone, se rencontrer si besoinest, et décider des réponses à apporter à ce quise trame ici, qui met en danger la possibilitémême pour les psychologues d’une pratique quis’oriente de la psychanalyse.
(1)CoFraDec EuroPsy. Présentation. www.europsy.fr/Presentation_EuroPsy2009.pps(2)Fédérer. Bulletin FFPP septembre 2009. PhilippeGrosbois, chargé de mission psychothérapie FFPP,Page 16
 
3 / 8
 
Les rapports de l’AERES
(1)
: du chiffre etdes lettres
par René SabouralLe juriste François-R. Dupont- Muzart (2) attiré notre attention sur une série dedocuments de lAERES, les rapportsd’habilitations des masters en psychologie. Ildéveloppe l’aspect juridique sur lequel je nereviens pas. J’ai parcouru une partie des avis del’AERES (3), de Nice à Paris 7 en passant par Aix, Strasbourg, Rennes , Nantes et Angers.Je voudrais, en cédant la parole aux enseignantsqui sont confrontés à ces experts, sur le terrainde l’université, leur faire part d’une réflexion quim’est venue à la lecture de cette littérature griseet leur proposer de nous donner l’éclairage issude leur expérience.
Des lettres :
Ces experts délivrent des mentionsaux dossiers d’habilitation des Masters suivantune échelle allant de A à C, mentions assorties derecommandations, et parfois de refusd’habilitation comme ce fut le cas pour le master« Psychanalyse, ethnologie et productionsculturelles » de Nice ou encore à Nantes pour leMaster de « Psychologie clinique et pathologique :clinique psychanalytique du lien social ».Les rapports de l’AERES frappent par la pauvreté de l’analyse et des arguments. Et lesappciations sont loin de présenter uncaractère cohérent et homogène sur l’ensembledes universités françaises : ce qui est valable à Paris 7 ne le sera plus à Nice ou n’amènera pasles mes conclusions à Strasbourg ou à Rennes. Ces apparentes contradictions necachent pas le parti pris anti- psychanalyse quetente de dissimuler le souci d’offrir une plusgrande diversité d’approches et de débouchés.Ils présentent une direction essentiellementidéologique, la volonté d’isoler la psychanalysede la psychologie : c’est le cas à Nice avecl’injonction à réserver la psychanalyse à unmaster spécifique et tout autant à Paris 7 qui bénéficie d’ une torance en un lieu trèscirconscrit. Comme si l’AERES construisait desmurs pour contenir la psychanalyse hors la psychologie.
Du chiffre :
Ces experts font peu de cas ducontenu des enseignements crits dans lesdossiers: Le chiffre remplace l’analyse. Ilsreprochent à plusieurs dossiers de faire la parttrop belle au qualitatif au triment de la quantification. Ils usent et abusent du chiffre,c’est leur mot d’ordre. Ils en donnent et oublientd’argumenter. Ils préfèrent s’intéresser aux «flux » d’étudiants, à ce qui entre et sort du tubeuniversité. Ils vouent un culte au chiffre, sansdistance.Ils abusent aussi du souci des débouchés pourpréconiser des réductions du nombred’étudiants, réductions plutôt ciblées. Ce qui est valable pour des filières comme la psychologieclinique ne l’est plus parfois pour d’autres. Ici etlà ils réclament une augmentation du nombre deplaces pour les variantes de la neuropsychologieou de la psychologie sociale, même quand cesdernières sont boudées par les étudiants.La psychologie sociale, l’ergonomie, lesressources humaines, le management et lemarketing sont souvent décrétés modèlesporteurs, « aux boucs certifiés » (4)…Comme si « la forte demande sociale » qu’ilsappellent de leurs ux se traduisaitcaniquement par l’existence de « fortsdébouchés ».Concernant les réponses que font lesuniversités à ces rapports, elles varient aussi.Certaines dent à l’exigence. Par exempleluniversité de Nice sommée disoler lpsychanalyse de la psychologie en créant unmaster de psychanalyse, va au devant et réponden supprimant cet intitulé et en modifiant lecontenu du master. Au contraire, d’autres justient leurs choix (à Rennes), lesmaintiennent en les étayant vigoureusement (à Strasbourg). A l’objectif de l’AERES de réduire les effectifs enpsychologie clinique et pathologique, filières jugées « trop adossées à la psychanalyse », qui« font trop de place à la psychanalyse », qui « sefocalisent sur le modèle psychanalytique »…certaines universités répondent aussi par duchiffre, en donnant les pourcentages denouveaux diplômés ayant trouvé un emploi 2ans après le diplôme ( ces chiffres varient de 69à 79% selon les estimations des observatoires dela vie étudiante d’après enquêtes ).On pourrait développer le cas de Paris 7, mais letemps nous manque. J’en retiens juste unehypothèse. Ce qui ne l’était pas à Nice, « estacceptable à Paris 7», nous dit l’AERES, parceque l’offre en Ile de France, entendez en matièred’orientation cognitiviste, est suffisamment variée pour lui permettre de tolérer quelquestemps encore cette anomalie. La psychanalysecirconscrite à Paris 7, les étudiants d’Ile deFrance peuvent bénéficier de la variété desorientations cognitivistes de Paris 5, Paris 10 et

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
maqsura liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->