Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Edition du 09/01/2010

Edition du 09/01/2010

Ratings: (0)|Views: 168|Likes:
Published by Compétition
Edition du journal compétition du 09 janvier 2010 en pdf / PDF, football, competition, Algérie, sports, dz, foot, Auto, journal pdf, sportfootballsoccer
Edition du journal compétition du 09 janvier 2010 en pdf / PDF, football, competition, Algérie, sports, dz, foot, Auto, journal pdf, sportfootballsoccer

More info:

Published by: Compétition on Jan 09, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/21/2014

pdf

text

original

 
Le quotidien 100 % foot
Samedi 9janvier 2010 N° 2365 prix 20 DA FRANCE 1.6 EURO - ISSN 1111
MAMADOU DIARRA :
«En Afrique du Sud, je serai le 1
er
supporter del'Algérie»
Le bus du Togo mitraillé
Claude Le Roy :«Faut-ilencore jouer la CAN ?»
Kamel Aouis
nous a quittés
RAOURAOUA :«
On est motivés
COMME CONTRE L'EGYPTE
»
«Zidane avec l'EN, c'est archifaux»
Saâdane change de cap
«Sans Yahia,j'opterai pour le 4-4-2»
«Gaouaoui ou Chaouchi,
 
 je n'ai pas tranché»
>Ziaya-Ghezzal en pointe>Raho ou… Bouazzaarrière droit
Hier, àl’entraînementau stadedu 11-Novembrede Luanda
 
2
Compétition 
édition du samedi 
9 janvier 2010
KAMEL AOUISnous quitte
Kamel Aouis, l’ancien joueur international de la JSKabylie, est décédé hier. Le célèbre avant-centre barbu asuccombé à la grave maladie qu’il avait contractée, malgré saprise en charge en milieu spécialisé à Paris. Les médecinsfrançais ont jugé qu’il valait mieux le laisser terminer ses jours en Algérie, auprès dessiens. Il est finalement parti au moment où il allait prendre l’avion. L’enterrement du valeureux Kamel Aouis se fera aussitôt que la dépouille sera rapatriée en Algérie.En cette triste circonstance, le collectif de
Compétition 
compatit à la douleur de safamille et lui adresse ses sincères condoléances et l’assure de sa profondesympathie. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
Condoléances
Terriblement affectés par la disparition de Kamel Aouis, Mahieddine Khalef,Mohand Chérif Hannachi, Hamid Sadmi et Hakim Medane compatissent à la dou-leur et adressent à la famille du défunt leurs condoléances les plus sincères.ADieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
DE NOS ENVOYÉS SPÉCIAUX EN ANGOLA : ASMA H. A., KAMEL HASSANI, SMAÏL M. A. ET YOUNES GUESSOUM
Le défenseur de l’équipe du Togoétait dans le bus mitraillé vendrediaprès-midi... Deux joueursgrièvement blessés, trois membresdu staff touchés ainsi que lechauffeur du bus.Voilà le bilan del’attaque à la mitraillette essuyéepar la sélection du Togo à sonarrivée enAngola où se dispute laCAN à partir de demain dimanche.Présent dans le bus vendredi après-midi, le défenseur Richmond Forsonrevient sur cet incident.
- Pouvez-vous nous décrire cequi s’est passé exactement àvotre arrivée en Angola?
- On a été pris en embuscade 300m après la sortie des douanes enAngola, ça a duré une demi-heure.Ils nous ont tiré dessus. Ils ont tirébeaucoup de balles sur le bus desbagages qui était à l’avant. Ilsdevaient croire qu’on était dedans.Les soldats qui nous escortaient ontréussi à repousser les terroristes et ànous escorter jusqu’à l’hôpital.
- Ya-t-il des blessés?
- Oui, Dodo, notre gardien esttouché aux jambes. Serge Akakpo,qui joue en Roumanie, est touchéau rein. Il a perdu beaucoup desang, c’est grave. Notre attaché depresse, lui, est blessé au bras. C’estmoi qui l’ai bandé dans le bus. Laballe a percé son bras. Notre entraî-neur des gardiens et notre médecinsont aussi touchés aux jambes.
- Vous avez cru mourirlors decette attaque?
- On a vu la mort en face. Çatirait, puis ça se calmait. Puis deuxminutes après, ça retirait. On s’esttous couchés au sol, les uns sur lesautres, parce qu’il n’y avait pasassez de place dans le bus. Il y en aqui priaient.Les autresparlaientaux blessés.
- La CAN doit-elle être annulée,selon vous ?
- Qu’elle soit annulée ne nousregarde pas. Mais pour nous, ceserait mieux qu’on rentre cheznous. Si la CAN doit continuer, ellecontinue, ce n’est pas notre problè-me. Si certains veulent rester parcequ’ils s’en foutent, c’est leur pro-blème. Mais pour nous, ça ne vapas être facile. On ne réalise pasencore ce qui s’est passé.
 
Richmond Forson :
«On a vu la mort en face»
De retour d’un stage de préparationau Congo, les joueurs togolais, enbus, ont été mitraillés au momentoù ils passaient la frontière pour se rendre en Angola où sedéroulera la CAN.
THOMAS DOSSEVI,
l’atta-quant du FC Nantes,où opèreégalement Djamel Abdoun, étaitassis à l’arrière du bus au momentde l’attaque des rebelles. Al’arrivéede la sélection togolaise à l’hôpital,escortée par les forces militaires, il araconté les faits. «Nous revenions denotre stage du Congo pour nous rendreen Angola. Et cinq minutes après quenous ayons passéla frontière angolaise,vers quinze heures, nous avons étémitraillés par des rebelles, a narré le joueur, en pleurs et très choqué.Certains joueurs comme moi ont eu letemps de se protéger en se jetant sousles sièges.»
«Ils nous ont mitrailléscomme des chiens»
«Pour éviter les balles, noussommes restés allongés une ving-taine de minutes au sol, j’ai eu trèspeur, j’entendais les balles et je nesavais pas ce qui se passait. C’étaittrès impressionnant. Moi, j’ai ététrès choqué et je le suis encore,mais au moins j’ai la chanced’aller bien, car j’étais dansle fond du bus. C’est surtoutceux qui étaient à l’avant quiont été touchés. Il y avaitbeaucoup de dirigeants et demembres du staff qui étaient assis là. Etbeaucoup sont gravement blessés. Mais pasuniquement par les bris de verre des vitresqui ont explosé sous l’impact des balles,mais, eux, par des balles tirées par lesrebelles avec leurs mitraillettes. Ils nous ontmitraillés comme des chiens, c’est dégueu-lasse. Obilalé et Akakpo sont gravementblessés.»
«Je ne sais pas si nousallons jouer la CAN»
«J’ai très peur pour Obilalé, notre deuxiè-me gardien. Il pissait le sang, c’est très grave.Notre entraîneur des gardiens est blessé,notre docteur aussi. L’intendant chargé de lacommunication a lui aussi été gravementblessé par balles ainsi que l’entraîneur-adjoint. Beaucoup de monde est dans un saleétat. Il y avait du sang partout, tout ça pour dufootball. Je ne sais même pas si nous allons jouer la CAN. Là, nous sommes à l’hôpital,nous avons été évacués du bus et escortés jusqu’ici par l’armée. C’est incroyable ce quis’est passé. Tout ça pour du football.»
«7 personnes ont été touchées !»
Alaixys Romao joue à Grenoble avecMassim Akrour, il était dans le bus de ladélégation togolaise qui a été mitraillé. Illivre son témoignage : «Nous sommes toussous le choc ! Ama connaissance, il y a septpersonnes qui ont été touchées par lesrafales de mitraillettes. Je suis dans l’atten-te de plus de nouvelles. De ce que l’on sait,il y a le chauffeur, notre médecin, une per-sonne de la délégation, l’entraîneur adjointet l’entraîneur des gardiens. Deux joueursont été également blessés.»
CLAUDE LE ROY :
«Faut-il jouer la CAN ?»
LE BUS DU TOGO
MITRAILLÉ
en Angola
7 personnes,dont 2 joueurs,BLESSÉES PAR BALLES
L’ancien sélectionneur du Cameroun et du Ghana,Claude Le Roy, s’est exprimé sur l’agression dont a été victime le bus des joueurs togolais à la frontière du Congoet de l’Angola. Le technicien français s’interroge sur lemaintien ou non de l’édition 2010 de la CAN. «Il faut seposer la question. Le foot, c’est un jeu. C’est gravissime.Cela veut dire que la sécurité n’est pas préservée partout.Ces foyers insurrectionnels peuvent être dangereux. LaCAF, c’est sûr, va se réunir pour prendre une décision. Onne peut pas considérer que c’est un fait anodin, sousprétexte que l’on soit sur le sol africain. Il va falloir prendreune position sur cette folie meurtrière.»
Les Verts n’étaient pas au courant
 Au moment où le bus de la sélection togolaise se faisait mitrailler par des rebelles dès qu’ils ont franchile sol angolais, l’équipe nationale algérienne se trouvait au stade du 11-Novembre pour une séanced’entraînement. Il était près de 19h quand on a joint les responsables de la Fédération algérienne defootball pour avoir l’état d’esprit du groupe après le surprenant mitraillage du bus des coéquipiersd’Adébayor. Notre interlocuteur nous apprendra les joueurs n’ont pas été informés de l’incident.
Le gardien Obilalé.
Le défenseur Akakpo.

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->