Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword or section
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Rapport Cimade 2008

Rapport Cimade 2008

Ratings:

5.0

(2)
|Views: 1,613 |Likes:
Published by Paco Alpi
Les conditions de rétention administrative en France, et la politique de quotas d'expulsion, rapport 2008
Les conditions de rétention administrative en France, et la politique de quotas d'expulsion, rapport 2008

More info:

Published by: Paco Alpi on Apr 26, 2008
Copyright:Public Domain

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/14/2011

pdf

text

original

 
20071
5
Éditorial
8
Éloignement des migrants : faire duchiffre en réduisant leurs droits
20
Rétention administrative :l’exception mahoraise
28
Éléments statistiques
36
Carte
37
Centres de rétention administrative
38
Bobigny (93)
46
Bordeaux (33)
50
Coquelles (62)
66
Lille-Lesquin 1 & 2 (59)
78
Lyon-saint-Exupéry (69)
92
Marseille-Le-Canet (13)
104
Mesnil-Amelot (93)
113
Metz (57)
120
Nantes (44)
127
Nice (06)
135
Nîmes-Courbessac (30)
141
Palaiseau (91)
148
Paris-Dépôt(75)
155
Paris-Vincennes sites 1 & 2 (75)
168
Plaisir (78)
177
Rennes-Saint-Jacques-de-la-Lande (35)
186
Rivesaltes (66)
193
Rouen-Oissel (76)
200
te(34)
208
Strasbourg-Geispolsheim (67)
216
Toulouse-Cornebarrieu (31)
213
Locaux de rétention administrative
214
Ajaccio (2A)
218
Bastia (2B)
222
Cayenne-Rochambeau (97)
228
Cergy-Pontoise (95)
231
Choisy-le-Roi (94)
234
Nanterre(92)
238
Cercottes (45)
242
Poitiers (86)
246
Saint-Louis (68)
249
Tours (37)
256
Annexes
GlossaireSchéma de la procédure en rétentionTextes de référence :Extrait du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droitd’asile - Ceseda (parties législative et réglementaire)Arrêté du 02 novembre 2007 fixant la liste des centres de réten-tion et précisant ceux autorisés à accueillir des famillesArrêtédu 02 mai 2006 fixant le modèle de réglement intérieurCirculairedu 07décembre 1999 relative au dispositif sanitaireExtrait de l’ordonnance du 26 avril 2000 relativeaux conditions d’entrée et du séjour des étrangers à MayotteExtrait du décret du 17 juillet 2001 pris en application del’ordonnance du 26 avril 2000 relative aux conditionsd’entrée et du séjour des étrangers à MayotteArrêté du 19 janvier 2004 précisant la liste des centresàMayotte et le modèle de règlement intérieur
Rédaction :
Les intervenants de la Cimade dans et autour des lieux de rétention :
Anne-Thérèse HURAUX, Didier INOWLOCKI, Agnès NOURY,Habiba PRIGENT-EL IDRISSI, Stefano REGA, Clémence RICHARD(Bobigny/Mesnil-Amelot) ; Marie-Neiges LAFON (Bordeaux) ; Aurélie PIALOU(Cayenne–Rochambeau) ; Andry RAMAHERIMANANA, Gaëlle TAINMONT, Jackie VERHAEGEN (Coquelles) ; Elodie BEHAREL, Emery BOIDIN, PascalCLINKEMAILLIE, Marie NICOLAS (Lille) ; Julie BEUROIS, Clémentine BRET,Mehdi KARA, Capucine LAFFARGUE, Assane N’DAW (Lyon) ; Birgit BRETTON, Jeannette CRUZ, Sophie DRU (Marseille) ; Sadia BOULAMTAMER (Metz) ;Mickaël GARREAU (Nantes) ; Jean Claude BEBA, Ingeborg VERHAGEN(Nice) ; Fabienne DARRITCHON, José LAGORCE, Catherine VASSAUX(Nîmes) ; Charlotte CLAVREUL (Palaiseau) ; Caroline BOLLATI, SamirBOUKHALFI, Nabil IGUI, Camille DESERT, Sophie FADIGA, Palko FASSIO,Chloé FRAISSE-BONNAUD, Cécile JARROSSAY, Nadia JONCO (Paris) ;Kéchéri DOUMBIA (Plaisir) ; Mathilde MAGLIA, Maud STEUPERAERT (Rennes) ;Marie-Estelle CALMETTES, Johanna REYER (Rivesaltes) ; Charlotte de LAUBIER,Isabelle ROBIN (Rouen) ; Samuel SALAVERT (Sète) ; Pablo MARTIN (Strasbourg) ;Marie BRIEN,Catherine CAGAN,Lionel CLAUS, David ROHI (Toulouse)
Les coordinateurs régionaux :
Thierry FLESCH (Normandie-Nord Picardie) ; Muriel MERCIER (Grand Est) ;Benoit MERCKX (Ile-de-France) ; Alexia POUPARD (bénévoles LRA Ile-de-France)
La coordination du service Défense des étrangers reconduits (DER) :
 Julie CHANSEL, Stéphanie DEKENS, Caroline INTRAND, Caroline LARPIN,Damien NANTES, Luis RETAMAL, Jennifer RIFFAULT
Statistiques :
Benoît MERCKX
Cartographie :
Guillaume BERNARD
Iconographie :
Olivier AUBERT, David DELAPORTE, Xavier MERCKX
Conception graphique, maquette :
Natalie BESSARD
Coordination générale du rapport :
 Julie CHANSEL
Sommaire
Photo de couverture :
Centre de rétention administrative de Vincennes - © David Delaporte / Cimade
Dos de couverture :
Centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot - © David Delaporte / Cimade
 
Ont participé à ce rapport
 
20072
 
L
a Cimade exerce depuis 1985 une mission d’accompa-gnement des étrangers dans les centres de rétentionadministrative. D’abord essentiellement sociale, elle estaujourd’hui définie comme une mission d’aide à l’exercice desdroits des personnes retenues. Présents dans les 22 centres derétention de métropole et dans ceux de la Guyane et deMayotte, ainsi que dans plusieurs dizaines de locaux de réten-tion, les salariés et bénévoles de l’association rencontrent quoti-diennement les étrangers - plus de 35 000 en 2007 - placésdans ces lieux d’enfermement. Nous tentons chaque jour derépondre à leurs questions, de leur apporter les informations surleur situation juridique et de les aider à faire valoir leurs droits :rédiger un recours, un appel, une demande d’asile, ou simple-ment permettre un contact avec la famille, les proches, les sou-tiens. Notre rôle est avant tout d’être avec eux dans cesmoments de privation de liberté, de souffrance, d’angoisse maisaussi d’espérance ou de colère. Nous interpellons les pouvoirspublics sur de multiples situations individuelles comme sur lerespect de principes généraux du droit.Seuls représentants de la société civile dans les centres de rétentionadministrative (CRA), nous avons également la responsabilité detémoigner de la réalité que nous observons. Parce que le respectdes droits et de la dignité des migrants et des personnes privéesde liberté est une question de société, parce que c’est à cetteaune que se mesure l’état d’une démocratie, il est essentiel queles conditions matérielles de rétention des étrangers comme lesconditions dans lesquelles ils peuvent ou non exercer leurs droitssoient publiques. Les évolutions législatives, les pratiques admi-nistratives, policières, leurs conséquences concrètes sur la vie demilliers de femmes et d’hommes doivent être connues et débat-tues. C’est à nouveau l’objectif de ce huitième rapport annuelsur les centres et locaux de rétention administrative. Cette res-ponsabilité ne nous a jamais semblé aussi importante quedepuis ces dernières années : depuis 2003, nous assistons àl’industrialisation du dispositif d’éloignement des étrangers ensituation irrégulière. A l’allongement de la durée de rétention(de 12 à 32 jours), à la multiplication du nombre et de la tailledes centres (786 places en 2003, 1700 fin 2007) se sont ajoutésles effets dévastateurs des quotas chiffrés d’expulsion, imposésannuellement à chaque préfecture, hier par le ministère del’Intérieur, aujourd’hui par celui de l’Immigration, de l’intégration,de l’identité nationale et du développement solidaire.En 2007, nous avons constaté la poursuite de cette logique duchiffre. La pression installée par les objectifs chiffrés d’expulsionconduit les services de police à procéder à de plus en plus d’in-terpellations avec des méthodes souvent contestables.Interpellations à domicile, rafles, contrôles d’identité justifiés pardes prétextes dérisoires (traversée en dehors des clous, crachatsur la voie publique, etc.) masquant mal la réalité de contrôle“au faciès”. La chute du jeune Ivan à Amiens à l’été 2007 quitentait d’échapper à une interpellation à domicile, la défenestra-tion puis le décès de Chulan Zhang Liu, ressortissante chinoise, àBelleville le 21 septembre 2007, le suicide par pendaison le 15février 2008 de John Maina, un Kenyan de 20 ans, après avoirappris le rejet de sa demande d’asile, comme la mort le 4 avril2008 de Baba Traoré, âgé de 29 ans qui, poursuivi par lapolice, s’est jeté dans la Marne à Joinville-le-Pont, montrent àquels drames conduit l’instauration d’un tel climat de peur. Lesservices administratifs confrontés à une obligation de résultatappliquent la loi d’une manière de plus en plus mécanique etsous un angle plus répressif ne leur permettant souvent plus demesurer la réalité des situations humaines derrière les dossiers.Trois nouveaux centres de rétention sont entrés en fonction en2007 à Nîmes, Rennes et Metz. Malgré des améliorations sur leplan des conditions matérielles qui en viendraient presque àbanaliser l’enfermement, ces centres sont de plus en plus grands,d’aspect toujours plus carcéral avec la multiplication des camé-ras de surveillance des portes automatiques réduisant au minimumle contact humain. Nous y rencontrons de plus en plus d’étrangerspour qui la privation de liberté et la perspective d’une expulsionsont inacceptables et insupportables. Conjoints de français,malades, vieillards, futurs parents d’enfants français, mineurs,demandeurs d’asile craignant pour leur vie, touristes, résidentsréguliers dans un autre pays européen, jeunes majeurs, doublespeines… L’inventaire en est impossible mais chacune de ceshistoires mériterait d’être racontée.Au mois d’octobre 2007, le placement en rétention d’un nourris-son de 3 semaines au centre de rétention de Rennes est venuillustrer à nouveau l’inhumanité de l’enfermement des familles etdes mineurs. A cette occasion la cour d’appel de Rennes a pourla première fois affirmée et reconnue qu’une telle décisionconstituait un traitement inhumain et dégradant au sens de l’arti-cle 3 de la Convention européenne de sauvegarde des libertésfondamentales et des droits de l’Homme. Cette décision de justice
Éditorial
20073
Arrêtez les quotasd’expulsion

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->