Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Laller-retour_dans_la_mort

Laller-retour_dans_la_mort

Ratings: (0)|Views: 11 |Likes:
Published by ZENON.D'OLBIA

More info:

Published by: ZENON.D'OLBIA on Mar 30, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/07/2010

pdf

text

original

 
 L’aller-retour dans la mort
 
L’initiation par la voie psychique consistait donc en un voyage aller-retour au-delà de la mort, exactement dans le sens des expériences hors corps que l’onfait à certains moments.Plus tard, et c’est très important de retenir l’explication, Plutarque dit :" L’âme, au moment de la mort, fait les mêmes expériences que font les initiésaux Grands Mystères. "C’est aussi simple que ça.Le vocabulaire initiatique grec, qui est à ma connaissance le seul qui soitparvenu jusqu’à nous, est révélateur :
 
 
le verbe
télésthai 
signifie à la fois
mourir 
,
subir l’initiation 
ou
être initié 
.
 
l’initié aux Grands Mystères était appelé
épopte 
, celui qui voitdirectement.
 
 
les Grecs appelaient aussi l’initiation
autopsie 
– et là c’est plussurprenant pour nous qui avons de ce mot une définition qui est biendifférente :
auto 
: de lui-même et
opsis 
: vue (voir). Donc
autopsie 
 signifie action de voir de ses propres yeux.Une expérience équivalente à celle de la traversée du mur, si je puis dire, qu’onfaite les gens dans la projection hors corps finalement. C’est la réponse à lafameuse objection, si vous me permettez d’ajouter cela : personne n’est jamaisrevenu pour nous dire ce qu’il y a au-delà. Car l’initiation, par définition, justement et précisément, veut dire aller voir de ses propres yeux.
 
Le docteur Philippe Encausse qui a été un personnage important dans la penséeésotérique à la fin du 19
e
siècle début du 20
e
siècle disait, dans
La Réincarnation 
:
 
" L’initié était dédoublé et allait consciemment traverser ces portes dela mort. Il revenait et était aussi sûr de l’existence au-delà dutombeau qu’il était sûr de l’existence du soleil et de la lune ".
 
Ce qui exclut donc de la catégorie des initiés tous ceux qui ont fait desexpériences psychédéliques sans être d’un niveau de conscience suffisant ousans avoir l’information ou la formation suffisante pour revenir de ces
voyages 
 
 
avec une conviction inébranlable sur la question de la survie. Mais il se trouve, àma connaissance, qu’il y a eu plusieurs personnes qui ont vécu des expériencesde nature initiatique et qui sont revenues justement avec cette convictioninébranlable sur la question de la survie, d’une part, et aussi, dans certains cas,sur l’existence d’une conscience cosmique (mais dont on n’a pas toujoursconscience). Pour en prendre conscience, il faut être là. C’est ça le problème.Une conviction inébranlable qui ne s’appuie pas seulement sur la foi, mais surl’expérience initiatique de l’
autre réalité 
, autrement dit sur la connaissance.À un moment, Bill Moyers demandait à Joseph Campbell, célèbre mythologue etfabuleux gourou d’ailleurs :
 
" Est-ce que vous avez la foi? "Il répondit :
 
 – " Je n’ai pas la foi, j’ai l’expérience. "
 
À propos des drogues sacrées ou non sacrées…
 
… je voudrais ouvrir une autre petite parenthèse ici.C’est qu’il y a une différence entre les unes et lesautres et ça ne se trouve pas dans la drogue elle-même, mais dans l’attitude, dans l’intention, dans lanature de l’expérience recherchée. C’est souventl’attitude mentale qui détermine la nature del’expérience. Les experts disaient : "
Sets and settings 
", c’est-à-dire dans quel milieu la fait-on cetteexpérience-là et quels sont les objectifs que l’onpoursuit. Ça change tout.Les Anciens recouraient, entre autres, à desémanations d’oxyde nitreux qui montaient du sous-solpar des orifices pratiqués à cet effet à des endroitsstratégiques des temples. Comme, par exemple,devant la statue d’un dieu ou d’une déesse. Ilsrecouraient aussi à certaines potions contenant desalcaloïdes et parfois même des hallucinogènes.Toutefois, insister sur l’usage des drogues au cours deces rituels initiatiques, ce serait sous-estimer lesconnaissances et les pouvoirs des Prêtres quipouvaient provoquer une projection astrale – certainsd’entre eux, dans certaines conditions, à certainesépoques – sans recourir à la drogue. Mais l’usage des
 
drogues dans l’Antiquité se rattachait à une longuetradition, celle des Bacchanales de Dyonisos, où lavoie de l’extase passait par le débordement etl’utilisation maximale de tous les sens, finalement.
 
L’expérience du Soi et de l’UN
 
Donc l’initiation est une expérience. Le mot lui-même peut s’entendre de biendes façons, depuis le rituel disposant à la connaissance d’un autre état possiblede l’être jusqu’à la réalisation même du Soi. On revient toujours à ces deuxniveaux en passant par l’expérience plus ou moins consciente d’un état deconscience plus élevé d’ordre psychique et/ou mystique.Quant à moi, je prends le mot à la fois au sens le plus restreint et le plusrigoureux : l’expérience consciente de la Réalité. Et au sens le plus large :l’incarnation considérée comme expérience initiatique. Autrement dit, de la viemême, de la naissance à la mort, considérée comme une étape de l’initiationabsolue : le retour à l’Un.
 
Les Anciens faisaient donc une différence très grande entre l’expériencepsychique et l’expérience mystique comme telle. Mais on peut aussi simplementpartir de la vie, notre vie quotidienne qui est l’Épreuve au sens initiatique duterme.
 
La vie : une expérience initiatique
 
On pourrait considérer la vie, la vie de chacun d’entre nous, comme uneaventure initiatique.L’initié est engagé sur la Voie en pleine conscience. Mais nous sommes tous surla Voie, qu’on en soit conscient ou non. Chez ceux qui en sont conscientsl’évolution est plus rapide et, en général, ils souffrent moins (c’est un tuyau que je vous passe…) parce qu’ils offrent moins de résistance au Soi.Sachant ce qu’ils sont venus faire au plan psychique, ils le font sans résistance.Ils apprennent eux-mêmes les leçons qu’ils sont venus apprendre. La souffranceen tant que moyen d’apprentissage leur devient moins nécessaire, et de moinsen moins nécessaire.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->