Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Conseil de l'Europe_Assemblée Parlementaire - OMS & Grippe H1N1

Conseil de l'Europe_Assemblée Parlementaire - OMS & Grippe H1N1

Ratings: (0)|Views: 1 |Likes:
Published by Maria_Leroux_1776

More info:

Published by: Maria_Leroux_1776 on Apr 02, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/20/2013

pdf

text

original

 
News de la Semainehttp://assembly.coe.int/ASP/NewsManager/FMB_NewsManagerView.asp?ID=5416&L=1[2010-03-31 22:38:54]
Recherche
Actualité
Réunions
Documents
Fonctionnement
Membres
Groupes politiques
Liens
Téléchargement
29/03/2010
Questions sociales, de la santé et de la famille
Grippe A : « la prochaine fois qu'on criera au loup au sujet d'unepandémie, elle ne sera pas prise au sérieux »
Paris, 29 mars 2010 – « La prochaine fois qu'on criera au loup au sujet d'une pandémie,l’immense majorité de la population ne la prendra pas au sérieux » : voici le messagedonné aux participants d'une audition parlementaire consacrée au traitement de lapandémie de grippe A (H1N1), organisée à Paris par la commission des questions sociales,de la santé et de la famille de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).« Une pandémie ne saurait être ce que l’OMS choisit de déclarer à son sujet. S'il s'avèreque les déclarations de Wolfgang Wodarg, ancien membre de l'APCE -indiquant quel'annonce de la pandémie avait été décidée pour permettre à l'industrie pharmaceutique deréaliser davantage de bénéfices- se confirment, cela pourrait bien devenir l'un des plus grosscandales qui ait jamais existé en matière de santé », a précisé
Paul Flynn (Royaume-Uni, SOC), rapporteur de l'APCE sur cette question
. Les participants ont également déploré l'incapacité de l'OMS à revoir sa position au sujet dela pandémie et ont mis en garde contre une éventuelle répétition des événements si aucunenseignement n'était tiré de cette situation. « Le monde n'a plus confiance en l'OMS, maisce type d'instance est indispensable et il faut par conséquent qu’il redevienne crédible », aajouté M. Flynn. Il a rendu hommage au rare courage dont a fait preuve la
ministre polonaise de laSanté, Ewa Kopacz,
qui avait refusé d'être prise en otage par l'industrie pharmaceutiqueet n'avait pas commandé de vaccins. Elle a déclaré que les bénéfices des entreprisespharmaceutiques ne devaient pas primer sur les citoyens. Elle a invité instamment l'OMS à réexaminer sa position et à abaisser le niveau d'alertepandémique. Elle a également dénoncé le manque de solidarité dont on fait preuve les Étatseuropéens lorsque la pandémie s'est déclarée, ainsi que l'absence de coordination àl'échelon de l'Union européenne.
Marc Gentilini, expert en maladies infectieuses
etancien président de la Croix-Rouge française, regrette qu'il n'existe aucune politiqueeuropéenne de santé et a demandé la constitution de ce qu'il a appelé une Europe de laSanté : « les responsables politiques ne peuvent se retrancher abusivement derrière leprincipe de précaution », a-t-il indiqué. 
Le chercheur médical Tom Jefferson
, de la Collaboration Cochrane, a souligné que ladémocratie parlementaire représentait le meilleur moyen d'éviter que les intérêts privés neprévalent sur la souveraineté des États : « nous pouvons avoir confiance en l'efficacité dudispositif de surveillance assuré par la démocratie. La santé publique ne peut se fier auxavis des experts privés », a-t-il mis en garde, en faisant remarquer que les soi-disantexperts n'avaient pas surgi de façon aléatoire, mais qu'ils avaient été « créés de toutespièces et promus au rang de grands leaders de l'opinion publique ». 
Michèle Rivasi, membre du groupe parlementaire des Verts au Parlement européen
et qui demande la constitution au sein de ce dernier d'une commission d'enquête sur letraitement de la « pandémie de grippe », a donné des exemples de ce qu'elle appelle « lachronique d'une pandémie annoncée », en dénonçant la précipitation avec laquelle l'OMSavait annoncé la pandémie. Elle s’est d'ailleurs interrogée sur la transparence de l'OMS danscette affaire, en ajoutant qu'une collaboration entre l'APCE le Parlement européen s'imposaiten la matière. Les participants ont également regretté que l’OMS, qui y avait été invité, n'ait pas acceptéde prendre part à cette deuxième audition. Vidéo de la deuxième audition (anglais) Vidéo de la conférence de presse (anglais) Vidéo de la conférence de presse (langues originales) Memorandum de Paul Flynn

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->