Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword or section
Like this
11Activity

Table Of Contents

0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Propositions Sarkozy campagne 2007

Propositions Sarkozy campagne 2007

Ratings: (0)|Views: 5,241 |Likes:
Published by dagrouik
Collector ! pour le bilan en 2012
Collector ! pour le bilan en 2012

More info:

Published by: dagrouik on Apr 13, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/09/2012

pdf

text

original

 
35 heures
Je veux d'abord vous convaincre que partager le travail n'a jamais été une solution contre le chômage. Les35 heures ont-elles permis de créer des emplois? Nullement. Avec elles, vous avez plus de temps pour vous,mais vos salaires sont gelés. Vous avez moins de pouvoir d'achat, vous consommez moins. C'est toutel'économie qui s'est artificiellement réduite.Depuis 2002, les 35 heures ont été assouplies deux fois. Pour ma part, je crois qu'il nous faut vraiment ensortir. Cela ne signifie pas qu'il faille revenir à 39 ou 40 heures pour tous. Ce serait faire la même erreur quele Parti socialiste, dont la candidate persévère puisqu'elle défend la "généralisation des 35 heures".Notre réponse à la RTT, c'est la liberté de gagner plus, en travaillant plus. Que certains salariés soientheureux à 35 heures et souhaitent y demeurer est parfaitement respectable. D'autres veulent pouvoir gagnerplus en travaillant plus longtemps. Au nom de quoi devrait-on le leur interdire ? Pour sortir des 35 heures,nous voulons une solution gagnant-gagnant : pour le salarié et pour l'entreprise. Nous proposons tout d'abordd'assouplir fortement le recours aux heures supplémentaires, tout en conservant les majorations de 25 et50%. Surtout, nous proposons d'exonérer les heures supplémentaires de charges sociales et d'impôts, pourle patron comme pour le salarié. Concrètement, cela signifie une baisse de 25% du coût salarial horaire, cequi incitera les entreprises à multiplier les heures supplémentaires. Pour le salarié au SMIC qui effectue 4heures de plus par semaine, cela signifie un gain de 17% sur sa feuille de paye. J'ajoute que le mêmemécanisme doit s'appliquer au rachat de journées de RTT.
Sources(s)
Mon Projet Interview dans le Monde de l'Industrie (janvier 2007)
35 heures à l'hôpital
Je crois qu'il est possible de revoir les 35 heures à l'hôpital, mais je suis certain que la réforme est souhaitéeet attendue par les personnels hospitaliers. Ils ont eu à souffrir de la désorganisation et de la surcharge detravail que les 35 heures ont créées dans les services. Je propose que les personnels volontaires aient laliberté de travailler plus pour gagner plus.
Sources(s)
Interview Panorama du médecin (mars 2007)
Accès à la propriété
Depuis des années, on vous dit qu'on ne peut rien contre la crise du logement, et on laisse s'aggraver unepénurie qui a rendu la propriété impossible pour beaucoup d'entre vous et la location de plus en plus difficile.Cette situation ne peut pas durer.
Page 1 - UMP - www.u-m-p.org/propositions/ 
 
Je veux permettre à chaque ménage d'être propriétaire, parce que la propriété est le rêve de chacun d'entrenous. Je vous permettrai notamment de déduire de votre impôt sur le revenu les intérêts de votre empruntimmobilier. Ceux qui ne paient pas l'impôt sur le revenu recevront une aide de l'État pour emprunter.
Sources(s)
Mon projet 
Administration
Je veux que nos grandes administrations deviennent de véritables partenaires de la réussite des entreprises.Il faut mettre un terme à la logique de défiance qui existe à l'égard des PME. Je le dis franchement : il estinjuste que l'Administration traite à la même enseigne la grande majorité des entreprises de bonne foi etl'infime minorité de celles qui trichent sciemment. L'Administration ne peut plus se cantonner dans un pur rôlede contrôle et de sanction vis à vis d'entreprises toutes supposées fraudeuses. Pour opérer cebouleversement dans nos habitudes, il est nécessaire que ces administrations, et leurs agents, soientdemain évalués sur leur capacité à rendre à tous un service de qualité, sur la rapidité des réponses donnéesaux entreprises, et non plus sur le seul montant des redressements opérés ou sur les procès-verbauxdressés.
Sources(s)
Interview Le Monde de l'Industrie (janvier 2007)
Adoption
Pour faciliter l'adoption des enfants à l'étranger, il faut structurer davantage nos liens de coopération avec lespays d'origine, à l'image de ce que font les autres pays. Nous devons aussi améliorer les règles desadoptions « intérieures », c'est-à-dire d'enfants nés en France et devenus pupilles de l'Etat. La France estdevenue plus exigeante que d'autres pays avant de considérer qu'un enfant a été réellement abandonné parses parents et est adoptable. Des solutions existent pour améliorer les choses. Je suis avec attention lestravaux du Conseil Supérieur de l'adoption sur ce sujet. Ma conviction est que toute réforme doit êtremûrement réfléchie et se faire dans l'intérêt de l'enfant.Je veux que le mariage protège la filiation et le cadre naturel de la famille. Pour cette raison, je n'ouvrirai pasle mariage, ni l'adoption aux couples de même sexe.
Sources(s)
Interview à la revue Cotémômes Discours Nantes (15/03/07)
Afrique
Je favoriserai le développement des pays pauvres, en cessant d'aider les gouvernements corrompus, enmettant en place une Union méditerranéenne avec les pays du Sud, en donnant la priorité à l'Afrique.Je m'intéresse à l'Afrique et je la respecte. C'est pour cette raison que, par exemple, je prône l'exonérationtotale d'impôts sur le revenu pour tous les migrants africains résidant en France, lorsque leur argent estinvesti dans des micro-projets de développement sur place. Ce flux émanant de la diaspora permettra dedécupler l'aide au développement, de pallier l'insuffisance du réseau bancaire et de contourner la corruption.Plus généralement, on ne fera pas bouger les choses par le seul tutoiement entre le chef de l'Etat français et
Page 2 - UMP - www.u-m-p.org/propositions/ 
 
ses homologues du continent, mais par la conscience collective d'un intérêt commun.L'Afrique compte huit cent millions d'habitants dont la moitié a moins de dix-sept ans. L'avenir de ces jeunesest donc une obsession pour tous ceux qui, comme moi, s'intéressent au développement. Parmi ces jeunes,il y a les étudiants et je pense qu'ils doivent être plus nombreux à venir se former en France. Mais à unecondition : une fois leur formation achevée, on doit leur demander de mettre leurs compétences acquises enFrance - donc leur première expérience professionnelle - au service de leur pays d'origine. Afin de ne pas seretrouver par exemple dans la situation caricaturale du Bénin, dont les médecins sont plus nombreux àexercer en France que chez eux.
Sources(s)
Mon Projet Interview Jeune Afrique (5/11/06)
Agriculteurs
L'agriculture française est un atout économique majeur. Si nous voulons qu'elle demeure forte et attractive,alors il n'est pas possible de ravaler les agriculteurs au rang de « jardiniers de la nature », ni d'accepter desbaisses de revenus effarantes qui non seulement paupérisent les exploitants, mais les privent largement desmoyens de s'adapter aux évolutions des marchés et de la consommation.Il faut permettre aux agriculteurs de vivre davantage du fruit de leur travail. Aucun producteur, en effet, nepeut préférer vivre d'aides directes plutôt que du marché. Le niveau des aides dépendra donc du niveau desprix. Avec des prix plus hauts et plus rémunérateurs, les aides seront moins indispensables. (...)Je suis favorable au maintien des outils d'aide à l'installation. Ces outils ont fait leur preuve, ils sont efficaces.Mais il ne faut pas vivre dans l'illusion : on n'installera pas un agriculteur pour un départ. L'objectif doit être deveiller au renouvellement des générations et de ne pas détourner les jeunes de ce métier. Il faut égalementveiller à appuyer les démarches des jeunes qui viennent d'autres milieux. (...)L'aide à l'installation est primordiale, de même que les prêts bonifiés. Un effort pourrait sans doute être fait endirection du stage d'installation, afin de le rapprocher des besoins réels des futurs exploitants.
Sources(s)
Interview Midi Libre (octobre 2006)Interview Le Mag Cultures (février 2007)
Agriculture
Je soutiendrai l'agriculture et l'industrie agroalimentaire. Elles sont indispensables à notre indépendancealimentaire et désormais énergétique, et sont une force économique de premier plan.La compétitivité de l'agriculture française est une réalité. La France reste l'un des principaux paysproducteurs dans le monde. Il n'y a aucune raison de céder notre place sur les marchés, ni d'ailleurs decraindre notre mise à l'écart. Maintenir cette productivité dépend d'abord de notre capacité à renouveler lesgénérations. J'entends poursuivre et amplifier les efforts en matière d'installation.Améliorer la productivité de notre agriculture passe également par le développement d'approches économesen matière d'intrants agricoles. C'est aussi faciliter la mise en commun du matériel d'exploitation : on peutaller beaucoup plus loin et apporter des réponses précises aux préoccupations des exploitants. C'est enfin setourner résolument vers les nouveaux débouchés et mettre fin à une certaine forme de gaspillage. Je ne
Page 3 - UMP - www.u-m-p.org/propositions/ 

Activity (11)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
T_Breton liked this
le7emecercle liked this
sonzeu liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->