Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Vie de Syméon Stylite

Vie de Syméon Stylite

Ratings: (0)|Views: 553|Likes:
Published by Albocicade
La vie de St Syméon le stylite par Théodoret de Cyr
La vie de St Syméon le stylite par Théodoret de Cyr

More info:

Published by: Albocicade on May 21, 2008
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/14/2010

pdf

text

original

 
 Vie de Saint Syméon l'Ancien,Stylite
 
ParThéodoret, évêque de Cyr
Texte numérisé par le Hiéromoine Cassien
VCOFoyer orthodoxe4, carrer d'Avall66500 CLARA (France)
 
Chapitre I
 
Pays et naissance du saint, et de quelle sorte Dieu l'appela à son service.
Tous ceux qui sont sous la domination de l'empire des Romains connaissent l'illustre Syméon,qu'on peut nommer avec raison le grand miracle de l'univers. Les Perses, les Mèdes et lesÉthiopiens en ont aussi connaissance, et la réputation de ses innombrables travaux et de sesvertus toutes divines a même passé jusqu'aux Scythes et aux Nomades. Mais encore que j'aiepour témoins de ses combats, qui vont si fort au-delà de toutes paroles, presqu'autantd'hommes qu'il y en a sur la terre, j'appréhende de les écrire, de crainte qu'étant si incroyable,la vérité ne passe dans la suite des temps pour une fable. Car les hommes ayant accoutumé demesurer tout selon le cours ordinaire des choses du monde et de tenir pour faux ce qui va au-delà desbornes de la nature, il n'y a que ceux qui ont connaissance des secrets de Dieu dansson adorable conduite et de la grâce que son saint Esprit répand dans les âmes qui ne refusentpoint d'y ajouter foi. Et d'autant que par sa Miséricorde il y en a plusieurs de cet heureuxnombre répandus dans tous les endroits de la terre qui donneront une entière créance à mesparoles, cette considération me rassurant, j'entreprendrai ce discours avec non moins deconfiance que de joie, et commencerai par rapporter quelle fut la première vocation de cegrand saint.Il naquit dans un bourg nommé Sisa qui est situé sur les confins de notre province et de cellede Cilicie, et la première chose que son père lui apprit fut de mener paître les brebis; en quoi ily a du rapport entre lui et ces admirables saints tant patriarches que législateurs, rois etprophètes, Jacob, Joseph, Moïse, David, Michée et autres.Étant tombé une si grande quantité de neige qu'il ne pouvait mener son troupeau aux champs,il choisit ce temps pour s'en aller à l'église avec son père et sa mère et j'ai appris de sa proprebouche si vénérable et si sainte que là, ayant entendu ces paroles de l'Église qu'on lisait devantle peuple : Bienheureux sont ceux qui pleurent, et malheureux sont ceux qui rient. Bien-heureux sont ceux qui ont le coeur pur, et ce qui suit, il demanda à l'un de ceux qui étaientprésents ce qu'il fallait faire pour vivre selon ces instructions, lequel lui avait répondu, que lavie retirée et solitaire était la plus propre pour cela, et la plus capable de nous établir dans unesolide vertu. Que cette divine semence s'étant répandue dans le plus profond de son âme, ils'en était allé dans une église des Saints-Martyrs proche de là, où ayant mis les genoux et levisage contre terre, il avait prié Celui qui veut que tous les hommes soient sauvés de laconduire dans la voie d'une parfaite piété. Qu'ayant demeuré assez longtemps en cet état ilétait tombé dans un doux et agréable sommeil dans lequel il avait eu cette vision : "Il mesemblait, disait-il, que je creusais le fondement d'une maison et que j'entendais un homme quime disait de le creuser encore davantage; ce qu'ayant fait et me voulant reposer, il mecommanda derechef de le creuser. Et la même chose étant arrivée quatre fois de suite, il medit enfin que ce fondement était assez creux, et que je bâtisse désormais tout à mon aise,comme si je n'eusse dû avoir aucune peine dans tout le reste de l'ouvrage."
 
Chapitre II
 
 Le saint s'en va dans un monastère, d'où on le prie de se retirer à cause de ses incroyablesaustérités.Puis on retourne le quérir.
Au sortir de cette église, il alla dans un monastère de solitaires qui en était proche, et aprèsavoir demeuré deux ans avec eux, le désir d'embrasser une vie encore plus parfaite le fit allertrouver dans le bourg de Telède, dont nous avons parlé ci-dessus, ces divins hommes Amienet Eusèbe, non pas dans la maison qu'ils avaient premièrement établie pour y pratiquer tousles exercices de la plus haute piété, mais dans une autre maison qui en avait tiré son origine, etqu'Eusebonne et Abibe après avoir été pleinement instruits par le grand Eusèbe avaient bâtie.Ces deux saints personnages passèrent toute leur vie dans une telle union et dans uneconformité de moeurs si parfaite qu'il semblait qu'une seule âme les animait; ils avaient étécause que plusieurs à leur imitation étaient entrés dans le désir de vivre de la même sorte.Ayant glorieusement achevé leur course, Héliodore prit la conduite des frères. C'était unhomme admirable, et qui de soixante et cinq ans qu'il vécut en passa soixante et deux danscette maison, y ayant été reçu à l'âge de trois ans et avant que d'avoir aucune connaissance deschoses du siècle; ce qui lui faisait dire qu'il ne savait pas comment un coq, un pourceau et lesautres animaux étaient faits. J'ai vu très souvent ce grand serviteur de Dieu, non sans admirerson extrême simplicité et la pureté de son âme. Ce vaillant soldat de Jésus Christ dont j'écrisla vie combattit dix ans sous ses enseignes, et ayant quatre-vingt compagnons de ses combatsil les surpassa tous infiniment. Car les autres ne mangeaient que de deux jours l'un, lui seul nemangeait qu'une fois en chaque semaine. Ses supérieurs le trouvaient mauvais et l'enreprenaient souvent, disant qu'il y avait de l'excès; mais ils ne le pouvaient faire résoudre àmodérer une austérité qui lui était si agréable; et j'ai entendu raconter à celui-là même quigouverne maintenant ce saint troupeau, que ce saint, ayant fait avec des feuilles de palmierune corde si rude qu'à peine la pouvait-on manier avec les mains, il s'en ceignit les reins, nonen la mettant au dehors par-dessus son habit, mais au-dedans sur sa peau, et la serra si fortqu'elle lui entra tout à l'entour dans la chair, en sorte qu'ayant passé ainsi dix jours entiers, lesang en sortait à grosses gouttes; ce qu'un des frères ayant aperçu, il lui en demanda la cause.Le saint lui répondant qu'il ne ressentait aucune incommodité, il y porta la main malgré lui et,ayant découvert ce que c'était, le dit au supérieur qui, condamnant une austérité aussi cruelleet joignant ses prières à ses répréhensions, eut toutes les peines du monde à lui arracher cettecorde et ne put jamais lui persuader de rien faire pour se guérir.Cette rencontre et autres semblables fit que toute la maison ordonna au saint d'en sortir, afinde ne point nuire à ceux qui ne pouvant supporter de si grandes austérités voudraient à sonimitation en entreprendre qui seraient au-dessus de leurs forces. Étant allé dans le lieu le plusdésert de la montagne et y ayant trouvé un puits sec qui n'était pas fort profond, il y descendit,et là, il chantait les louanges de Dieu. Cinq jours après, les principaux du monastère, ayantregret de l'avoir chassé, envoyèrent deux frères pour le chercher et le ramener. Ceux-ci, ayantfait le tour de la montagne sans le trouver, demandèrent à des bergers s'ils n'avaient point vuun homme d'une telle taille et vêtu d'une telle sorte; ils leur montrèrent le puits, où ils furentaussitôt l'appeler en criant, puis, avec une corde qu'on leur apporta, ils l'en retirèrent avecbeaucoup de peine, d'autant qu'il était bien plus difficile d'en remonter que d'y descendre.

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
Benjamin Roussel liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->