Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword or section
Like this
5Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Prison d'Afrique - Jean-Paul Alata

Prison d'Afrique - Jean-Paul Alata

Ratings:

4.33

(3)
|Views: 8,266|Likes:
Published by kaydee
(Book in French)

What happened in Guinea during the bloody reign of Sékou Touré
(Book in French)

What happened in Guinea during the bloody reign of Sékou Touré

More info:

Published by: kaydee on May 21, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/09/2014

pdf

text

original

 
Jean-Paul Alata
Prison d'Afrique
Paris. Editions Le Seuil. 1976.
Dédicace : Ce livre est dédié à tous mes frères de combat socialiste tombés victimes de toutes lesrépressions.En particulier à
le
, qui fut 
 à Conakry le 25 janvier 1971.
Table
 Avant propos
 
1.Ikongo
Notes complémentaires
 
Chapitre Deux
Cabine technique
Une lumière brutale me fouille les yeux. Je n'ai pas entendu la porte s'ouvrir et le chef de poste est là quime secoue par l'épaule.— Lève-toi, la commission te demande.L'extérieur, l'air frais et les étoiles. De nouveau, le portail en tôles, la Jeep haute sur pattes où m'attendl'adjudant Oularé.— Vous avez été malade, Alata?— Comment le savez-vous?Il rit.— Le ministre Ismael Touré veut être informé de tout ce qui vous touche. Vous êtes un personnageimportant. Cissé lui a fait son rapport. Ce n'était pas grave ?— Le coeur, c'est toujours grave.— Soyez compréhensif tout à l'heure et vos ennuis seront bientôt terminés.Je ne réponds pas. Qu'aurais-je à répondre? Je suis désormais convaincu qu'Ismaël Touré cherche àétayer une pyramide bien fragile qu'il a élevée sur des mensonges. Ils n’étaient plus que deux dans la sallede la commission : le ministreIsmael Touréet Seydou Keita. L'ampoule centrale était allumée. Plusd'accueil mystérieux. Ismaël indiqua le rugueux tabouret d'un grand geste de la main.— Asseyez-vous. J'espère qu'on vous a bien soigné, que votre coeur ne vous inspire plus d'inquiétude ?Etre tenu de remercier son tourmenteur de sa sollicitude ! Je m'étais préparé à un rude assaut. Cesphrases patemes me désorientèrent.— J'ai été, effectivement, soigné, camarade ministre.Il enchaîna :— « Avez-vous soif ? » Et, sans attendre ma réponse... « Oularé, va chercher un verre d'eau à notre ami.»Le gendarme fila dans une pièce contiguë. J'entendis claquer une porte de réfrigérateur. Il revint, porteurd'un grand verre embué qu'il posa sur la table, a porté de main.Comme j'hésitais, le ministre eut un sourire et un geste d'invite.— Buvez donc, nous ne sommes pas des tortionnaires ! Buvez !Oh, la saveur de cette eau, ranimant chaque papille des muqueuses. J'en vibrais de plaisir. Oularé posa samain sur le verre, l'éloignant de ma bouche.— Doucement, doucement, monsieur Alata. Pas trop, ni trop vite!Toujours avec le même sourire, le ministre reprit :— Je n'ai, malheureusement, rien d'autre à vous offrir mais, si notre entretien est satisfaisant, je vousferai apporter du café chaud et du pain.L'idée de la nourriture ne m'avait, jusque-là, que médiocrement affecté mais le liquide absorbé venait deréveiller ma faim. Mes tempes se mouillèrent de sueur.Seydou Keita, jusque-là muet entra en scène, s'adressant à son « patron ».— Camarade, puis-je te rappeler que nous avons un programme chargé? Cet homme est assez réconforté. A mon avis, tu te montres bien trop bon envers lui!Ismaël me regarda pensivement, qui tenais mon verre vide, entre les mains embarrassées par lesmenottes.— Mon ami Keita ne parait pas vous aimer beaucoup. J'espère que vous ne me ferez pas la honte derefuser toute coopération. En fait, cela le rendrait très heureux. Il n'est pas pour la méthode douce !Soudainement, laissant sourire et ton amènes, il se pencha en avant :— Que savez-vous de l'agression, Alata?Je sursautai.— L'agression ?Le ton monta.— Ne me faites pas répéter. Que savez-vous de l'agression? Vous connaissez le rôle qu'y a joué votre pays,la France. Parlez-nous de votre action réelle.Je m'étais ressaisi. C'était un terrain idéal. Les témoins étaient nombreux de mes actes durant ces joursdes 22 au 24 novembre.— J'ai déjà fait le récit de mes activités à ce sujet. Leprésidentsait que j'ai combattu, dès les premierscoups de feu...Je n'eus pas le temps de terminer ma phrase. Seydou Keita m'interrompit grossièrement :
 
— Chien ! Salaud de Blanc ! Cesse de te couvrir derrièrele président! Il a été trop bon pour toi. Tu n'aspas cessé de le trahir.Il crachait littéralement ses mots, se tourna ensuite vers Ismaël:— Ce n'est qu'un salopard, je l'ai toujours dit. Il faut lui montrer que nous ne jouons pas ! Que nous avonsles moyens de convaincre les plus récalcitrants. Il faut le chauffer !Ismaël l'apaisa encore d'un geste de la main mais tout sourire disparut. Une teinte grise envahissait son visage.— C'est vrai que vous n'êtes guère sérieux, Alata ! Nous vous traitons en camarade, presque en ami et vous nous prenez pour des enfants ! Je répugne à utiliser les moyens de persuasion qui ont la faveur demon compagnon mais il faut reconnaître qu'ils font merveille à la recherche de la vérité.La vérité! Toute peur m'avait abandonné et j'eus un ricanement. J'étais en pleine possession de mesmoyens, l'esprit clair. Le ministre avait perçu le ricanement. Son visage se crispa davantage. Il frappa latable du poing.— Pas sérieux, Alata, et pas prudent!... Oui, pas prudent, reprit-il, choisissant ses mots. Cela semble vousintéresser? Réfléchissez donc à ce petit problème et allez avec Oularé. Vous dites vous être battu pournous, le jour de l'agression ? Nous avons les preuves que vous avez bien pris les armes, mais pour aiderles mercenaires. Or, qui était avec vous, ce jour-là? Qui ne vous a pas quitté d'une semelle? Il devrait déjàêtre ici, devant nous ! Vous ne croyez pas? Oularé, emmenez-le!Je me sentis soulever du tabouret par deux gaillards, apparemment de massifs Forestiers entrés sur ungeste de l'adjudant. Pendant que je franchissais la porte, j'entendis encore.— Pensez aussi à votre femme et à son enfant!Ténin! Jean-François et Ténin !Je ne sens même plus qu'on m'entraîne, qu'on me porte presque dans l'obscurité de la cour du camp versd'autres lumières, d'autres salles. Les visages proscrits s'imposent. A celui de Ténin, la bien-aimée au ventre déformé par sa grossesse, se superpose, comme toujours l'image de mon « blé mur » qui dort aucimetière de Camayenne dans cette terre que je foule presque des pieds.Ténin? Non, ils n'oseraient pas. Une femme! Presque une enfant encore! Mais Jean-François, l'aîné, cetaîné qui a accepté de rester à mes côtés aux pires moments de ma vie, quand tous les Européens sedétournaient du traître, du renégat ? Lui qui a accepté le mariage de son père avec une négresse, qui est venu habiter avec nous? Cet enfant devenu un homme qui m'a fait confiance, dont j'ai gâché la vie en leclouant en Afrique pour ses études et en lui inoculant ce venin des pays noirs dont on reste imprégné jusqu'à la mort. Ils ne vont, tout de même pas l'arrêter, le briser lui aussi, lui qui s'est donné avec tant defougue à l'amour de la terre africaine. Il a déjà supporté tant d'insultes, subi l'ostracisme pour avoirmanifesté son amitié pour les Noirs et son respect pour moi.Perdu dans ma révolte intérieure, je n'entends plus rien, ne vois plus rien. Je suis jeté à terre dans unepetite pièce violemment éclairée. On me relève d'un coup de pied dans les côtes. J'ai un mauvais regardpour l'homme qui me brutalise ainsi, une réaction instinctive de tout le corps qui le fait s'esclaffer.— Tu n'es plus dans ton bureau, à la présidence, ici, chien! Enlève ta veste.Je montre mes poignets et prends pleinement conscience du décor. A terre, un tas de gravier qui paraitrouge sous la lumière. Dans un coin, de gros pneus de camion, empilés. Au plafond, un madrier est posésur le faîte des murs. Une grosse poulie y est fixée d'où pend une corde. Dans un autre coin, une petitetable en bois blanc. Dessus une boite oblongue, probablement en bakélite.Sur la paroi qui me fait face, une porte de fer avec une inscription grand-guignolesque « danger de mort »en rouge.On me retire, on m'arrache plutôt les menottes. Je suis dépouillé de ma veste comme un lapin de sa peau.Oularé stoppe les gardes de la main.— Monsieur Alata, ne vous laissez pas abîmer. Parlez maintenant, avant qu'il ne soit trop tard.Parler de quoi? Je hausse les épaules— Je n'ai rien à dire et vous le savez bien. Votre patron est fou!Oularé tourne les talons en jetant aux gardes un ordre bref:— « Won khai »1.Je suis projeté à terre, face contre sol. On me ramène les bras violemment en arrière. Une scie me taraudeavant-bras et coudes. Comme je me débats, je sens le poids d'une chaussure contre les reins. Bras etépaules sont encore plus brutalement tirés. Je suis encore trop corpulent pour que les coudes puissent se

Activity (5)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 hundred reads
1 thousand reads
daniluz8888706 liked this
jalonski873 liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->