Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Dumas Aventures de Lyderic

Dumas Aventures de Lyderic

Ratings: (0)|Views: 496|Likes:
Published by mimi_love

More info:

Published by: mimi_love on May 03, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/03/2010

pdf

text

original

 
 
 Alexandre Dumas
 AVENTURES DE LYDERIC
1839
    É    d    i   t    i   o   n    d   u   g   r   o   u   p   e  «   E    b   o   o    k   s    l    i    b   r   e   s   e   t   g   r   a   t   u    i   t   s  »
 
– 3 –
1
L’origine des comtes de Flandre remonterait, s’il faut encroire la chronique, à l’an 640 : comme toute grande puissance,son berceau est entouré de ces traditions mystérieuses fami-lières à tous les peuples et qui se sont perpétuées depuis Sémi-ramis, la fille des colombes, jusqu’à Rémus et Romulus, lesnourrissons de la louve. Voici, au reste, cette tradition danstoute sa simplicité : Vers la fin de l’an 628, Boniface V étant pape à Rome etClotaire régnant sur l’empire des Francs, Salwart, prince de Di- jon, revenant, avec sa femme Ermengarde, de faire baptiserdans une église très vénérée, Lyderic, leur fils premier-né, tra- versait la forêt de Sans-Merci, que l’on appelait ainsi à cause des brigandages qu’y exerçait Phinard, prince de Buck. Malgré lamauvaise réputation du lieu, Salwart, comptant sur son cou-rage, n’avait autour de lui, pour toute suite, que quatre servi-teurs, lorsque, arrivés vers la fin du jour à un endroit très épaiset très sombre de la forêt, il fut attaqué par une troupe d’une vingtaine d’hommes, commandée par un chef qu’à sa taille gi-gantesque il lui fut facile de reconnaître pour le prince de Buck.Malgré la disproportion du nombre, il ne résolut pas moins decombattre, non point qu’il eût l’espérance de sauver sa vie, maisparce que pendant le combat il espérait que sa femme et sonenfant auraient le temps de fuir. En effet, comme la nuit, ainsique nous l’avons dit, commençait à se faire sombre, Ermen-garde se laissa glisser au bas de son cheval et s’enfonça dans laforêt. Confiante alors dans la providence de Dieu, et voulantaccomplir autant qu’il était en elle ses devoirs de mère etd’épouse, elle cacha son enfant au milieu d’un buisson, qui

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->