Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Nest or Ian is Me

Nest or Ian is Me

Ratings: (0)|Views: 7 |Likes:
Published by abou9othoum

More info:

Categories:Types, Research
Published by: abou9othoum on May 08, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/01/2013

pdf

text

original

 
Nestorianisme
Grandes confessions :Catholicisme· Orthodoxie ·Protestantisme
Fondements religieux
Livre sacré :Bible
Messie :
Acteurs :
Pratiques
Spécificités
Constructions religieuses
 
Cette boîte : voir  disc.  mod.
 Le
nestorianisme
est une doctrine se réclamant duchristianismeet affirmant que deux
 personnes
, l'une divine, l'autre humaine, coexistaient enJésus-Christ. Cette thèse a été àl'origine défendue par  Nestorius(né vers381- mort en451), patriarche deConstantinople  (428-431). Le nestorianisme devient une variante du christianisme après la condamnation de  Nestorius. Les Nestoriens rejettent les formulations dogmatiques issues du concile d'Ephèse etdes conciles suivants. Le nestorianisme est une des formes historiquement les plus influentesduchristianismedans le monde durant toute la fin de l'Antiquitéet du Moyen Âgeà partir de ses bases à l'ouest de l'empire perse. Les Églises héritières de ce courant du christianisme oriental sont actuellement certaines communautés chrétiennes de l'est de l'Anatolieet du nordde laMésopotamie (Turquie etIrak ), avec l'Église assyrienne et sa jumelle unie à l'Église catholique, l'Église chaldéenne.
Origine
 
]
Articles détaillés : Nestorius etConcile d'Éphèse. Le nestorianisme trouve son origine dans une controverse entre le patriarche deConstantinople, Nestorius et celui d'Alexandrie,Cyrille.Ce dernier chercha et obtint le
 
soutien deRome. Leconcile d'Éphèsede431condamne les thèses de Nestorius, qui perdra la même année le patriarcat de Constantinople et finira exilé. D'un point de vue politique, on peut estimer que l'empereur Théodose IIs'est en fin de compte rallié au point de vue deCyrille d'Alexandrie et de Rome en partie parce que l'Égypte, grenier à blé de l'empire lui étaitindispensable. Le soutien de Rome était également nécessaire à la stabilité de l'empire.Les nestoriens utilisent dans leur liturgieet en partie dans la vie de tous les jours desdialectes  dérivés de l'araméen, la langue principale parlée au Proche-Orient byzantin avant l'arabisation ultérieure. L'arabisation a cependant été très forte dans ces communautés, moindre dans cellesvoisines desKurdescomme les Nestoriens.L'Église assyrienne ou nestorienne orthodoxe, avait pour bastion la région de Hakkari(actuelle Turquie orientale) et a vu une grande partie de ses membres assassinés lors desgrands massacres qui ont eu lieu lors de la Première Guerre mondiale; la seconde, l'Église chaldéenne, uniate et donc liée à l'Église catholique depuis leXVI
e
siècle, voit encore denombreux membres dans le nord de l'actuel Irak où elle forme une des minorités chrétiennes les plus nombreuses de la région malgré ladiasporaqui a lieu depuis plus d'un siècle.À l'image de la diaspora arménienne, la communauté assyro-nestorienne, orthodoxe et uniate,ainsi que l'Église syriaque orthodoxe(monophysite) plus à l'ouest, comptent de nombreux membres dans une diaspora planétaire. En effet, la communauté assyro-syriaque (nestorienneet jacobite) de langue araméenne a partagé le même destin des massacres à grande échelleavant et durant la Première Guerre mondiale que la communauté arménienne. Et tout commecelle-ci, elle est dorénavant dispersée du Proche-Orient à l'Amérique du Nord et à l'Australie, en passant par la Scandinavieet le reste de l'Europe du nord. Cependant, quand on parle des massacres organisés par le dernier gouvernement ottoman, on parle beaucoup moins dumassacre des Assyriens que du génocide arménien.
Nestorius
Nestorius
ou
Nestorios
(engrecΝεστόριος, né àAntiochevers381- mort en exil enÉgypte en 451) fut patriarchedeConstantinopledu10 avril428au11 juillet 431.Ses prises de position sont à l'origine dunestorianisme.
Éléments biographiques
]D'après une ancienne tradition syriaque, la famille de Nestorius aurait été d'origine perse. Sesgrands-parents avaient quitté la région du Beit-Garmai - à l'Est du Tigre - pour venir s'installer àSamosate.Leur fils aîné s'installa à Behedin, où il eut un fils qu'il nomma Nestorios.  Nestorios était roux, et avait un visage agréable, mais n'était pas grand ; c'était un « nouveauDavid »
1
. Il apprit les lettres grecques àGermanicie, puis se rendit àAntioche, où il fut élève deThéodore de Mopsueste. Moine au monastère d'Euprépios, dans la banlieue d'Antioche, ilfut ordonné prêtre.Il fut désigné archevêque de Constantinople par l'Empereur Théodose II. Durant les troisannées que dura son épiscopat, il multiplia - par excès de zèle - toutes les maladresses. Moinerigoureux, il s'opposait - comme ses collègues évêques - aux spectacles, ce qui n'était pas dugoût de tous les constantinopolitains ; il excommunia des moines qui passaient leurs journéeshors de leurs monastères, interdit aux femmes de se rendre aux offices nocturnes où il y avait
 
des hommes, fit publiquement mémoire deJean Chrysostome(qui avait été déposé et exilé,suite aux manoeuvres deThéophile d'Alexandrie), fit fermer les lieux de prière des hérétiques(ariens, macédoniens...), et, pour comble, vexa à plusieurs reprises Pulchérie, soeur del'Empereur.Pour couronner le tout, il parut vouloir évoquer à son tribunal le cas des évêques pélagienschassés d'Italie, ainsi que celui des prêtres en conflit avecCyrille d'Alexandrie.Pris de court par Cyrille, qui envoya à Rome des extraits (plus ou moins exactement traduitsen latin) de ses prédications, il se retrouva accusé d'hérésie. Il en appela à l'empereur pour qu'il convoquât un concile qui devrait décider entre lui et Cyrille. Ce fut leConcile d'Éphèse.C'est lui même, se rendant compte de la haine qui entourait son nom, et ne voulant pas causer de préjudice à la foi, qui fit la demande de retourner dans son monastère. Il resta à Antiochedurant 4 ans (de431à435), puis, à la suite de sa défaite définitive, fut exilé dans le désert occidental d'Égypte,à l'oasis d'Al-Kharga, où il mourut en451,juste avant la réunion duconcile de Chalcédoine.Durant son exil, il ne fut pas totalement abandonné de ses amis qui lui amenaient lesnouvelles de Constantinople. Il écrivit entre autres une lettre aux habitants deConstantinople
2
dans laquelle il affirme son accord total avec la christologie de Flavien deConstantinopleet celle deLéon de Rome. Il fut même convoqué pour participer au
Concile de Chalcédoine
, mais décéda avant de pouvoir s'y rendre.
L'enjeu du débat marial
Un débat a lieu à Constantinople sur le titre
Theotokos
(« mère de Dieu ») donné àMariequed'autres préféreraient voir nommée
 Anthropotokos
(« mère de l'homme »). Nestorius proposeune solution de compromis avec
Christotokos
(« mère du Christ »). Elle a l'avantage d'être« fondée sur les Écritures». Nestorius considérait en effet qu'une femme créée ne pouvait être la mère deDieu, « être par excellence et donc sans cause ». Cependant, sa solution touchait un point sensible de la religiosité populaire.L'écho de ses prédications arriva jusqu'enÉgypteCyrilleétait patriarche d'Alexandrieet ressentait ces prédications comme une concurrence insupportable. Il ébruite doncle néologismeen se gardant bien de dire dans quel contexte il est apparu. Nestorius sollicite l'appui de l'évêque de Rome,Célestin I
 (422-432), espérant créer un axe Rome- Constantinople contre Alexandrie.En429,Cyrille attaque les thèses de Nestorius dans des homélies, puis dans une
 Lettre auxmoines
et enfin dans une correspondance avec Nestorius (
 Deuxième Lettre de Cyrille à Nestorius
). En430,Cyrille fait porter par le diacre Posidonius un dossier christologiquetraduit enlatinavec la mission de faire passer Nestorius pour  unadoptianiste, c'est-à-dire quelqu'un qui conçoitJésus-Christcomme un homme que Dieu aurait adopté. Sur la foi deJean Cassien, moinemarseillais, bon connaisseur de l'Orient, unsynoderégional à Rome condamne Nestorius en août et exige une rétractation dans les dix jours. Cyrille a donc réussi à faire jouer un axe Alexandrie-Rome contre Constantinople.

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->