Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Nightmare on Elm Street

Nightmare on Elm Street

Ratings: (0)|Views: 40|Likes:
Published by Fabien Legeron

More info:

Published by: Fabien Legeron on Jun 10, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/10/2010

pdf

text

original

 
Freddy les griffes de la nuit – Samuel Bayer
La mode des remakes a encore frappé. Hosana in excelsis Deo. Calibré pour les incultes,les moins de 15 ans ou de 85 de Q.I. et les fans de revival 80’s abâtardi type Lady Gaga,c’est au tour du grand brûlé de Wes Craven de devenir la dernière victime des injectionsde flotte en intramusculaire. On en regretterait presque le Bal de l’Horreur tiens.
Spoiler : la faconde de ce papier sera à la hauteur de la purge de l’année que représente ce film,dont la facture est d’un cynisme à faire froid dans le dos. Autrement dit, l’on y sera aussi énervéqu’à la sortie de projo. Mille excuses.Une poignée de jeunes têtes à claques s’empêchent de dormir car dans leurs rêves un méchantmonsieur tout moche avec des lames aux doigts s’amuse à les y tuer, ce qui n’est pas très pratiquepour vivre de petites détresses existentielles vibrantes d’indigence dans le monde de l’éveil (de"Avec Maman on s’est disputé" à "Avec mon ex on s’est disputé" en passant par "Avec le psy del’école on s’est disputé"). Bigre ! Voilà-t-il pas que le méchant monsieur vengeur était unpédophile qui les avait tous tripotés dans leur enfance (depuis opportunément refoulée) avant desubir l’ire meurtrière des parents bien mis et notables (dont Clancy Brown qu’on voit à peine) quil’ont incinéré sans anesthésie préalable ni formule de politesse. Nancy survivra-t-elle ? Pourquoison petit ami est-il si prodigieusement laid ? Le châtiment de Freddy Krueger sera-t-il complet ?Utilisera-t-il un antirouille ininflammable pour ses griffes ?« Non mais sans déconner » est la phrase qui vient le plus souvent à l’esprit à la vision dumétrage. Absolument tout le catalogue des fautes de goût et foulages au pied est balancé en vracsur une mythologie qui méritait bien mieux, te le cumshot d’un gonzo rital degueulasse. Même sile contenu du seau promet d’être pour le moins indigeste, trayons cet animal étique voulez-vous ?Il y a deux bonnes idées dans le film. C’est peu. L’une est anecdotique et l’autre thématique, maistoutes deux sont inexploitées. C’est décidément peu. Dans l’anecdotique, on saluera cette notionde Freddy qui, au cœur de sa dimension parallèle, se sert du fait que le cerveau humain reste enactivité sept minutes après la mort clinique pour torturer encore un peu l’une de ses victimes. Onaurait ainsi pu ouvrir sur l’idée d’un purgatoire cauchemardesque où le croque-mitaines auraitrégné, dans une optique proche des cénobites de Barker. Las ! Ce sera juste une réplique parmi lessemi-vannes dispensables du personnage.La seconde bonne idée, celle de faire de Krueger un véritable pédophile, aurait pu faire mouche(rappelons que c’était déjà l’intention de Craven à l’époque de l’original et que la New Line avaitalors freiné des quatre fers). Freddy pouvait y acquérir un vrai statut de loup de conte de fées, etsurtout, les ex-enfants n’étaient plus un simple moyen de rétorsion dans sa vengeance, mais lesacteurs du drame puisque leurs témoignages avaient mené le jardinier à sa perte. De plus, on setrouvait dans un schéma de vengeance contre vengeance, et le rôle des parents devenait plusambigu, notamment dans leur entreprise de refoulement des souvenirs de petite enfance chezleurs gamins, aboutissant sur une broderie autour du thème du viol (physique, psychique, spirituel voire historique ou sociétal). Bien entendu, rien de tout cela ne sera même esquissé, et lespectateur désoeuvré n’aura que ses propres conjectures pour tromper l’ennui de la séance. On sesaura d’ailleurs jamais par quels moyens les parents ont occulté les souvenirs de leur progéniture,ni la manière dont le jardin d’enfants a fermé, et encore moins comment tout ce petit monde a pureprendre ses activités normales après les faits… A part ça, rien que de très balisé sur lesconséquence de la déprivation de sommeil, avec des infos déjà données dans l'original. R.A.S.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->