Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
1Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
French - Droit Musulman de La Famille Et Des Successions en Suisse 2006

French - Droit Musulman de La Famille Et Des Successions en Suisse 2006

Ratings: (0)|Views: 41 |Likes:
Published by sabu_sahlieh

More info:

Published by: sabu_sahlieh on Jun 12, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/26/2013

pdf

text

original

 
Droit musulman de la famille et des successions en Suisse 2006ParSami A. Aldeeb Abu-Sahlieh
Docteur en droit, responsable du droit arabe et musulman à Institut suisse de droitcomparé, Lausanne. Professeur invité à la Faculté de droit d'Aix-Marseille III. Dernier ouvrage: Introduction à la socmusulmane: fondements, sources et principes,Eyrolles, Paris, 2005 Email:saldeeb@bluewin.ch. Ses écrits dans:http://www.sami- aldeeb.com/. Le texte original de cet article a été présenté en anglais dans un colloquesur la Shari’ah et le système légal occidental, organisé par Institute for Legal Policy,Université de Trèves, 30-31 octobre 2006 Les opinions exprimées dans ce texten'engagent que leur auteur.
1
 
Introduction
Un chauffeur anglais qui vient en Suisse conduit sa voiture immédiatement à droite, etun conducteur Suisse qui va en Grande-Bretagne conduira à gauche, sans aucunecontestation. Cette façon simple de résoudre des normes opposées appartenant àdifférentes cultures n'est pas adoptée dans tous les domaines. Pour prendre un exempleextrême et sensible, certains Africains venant de pays où les filles sont circoncises sont peu disposés à obéir aux lois des pays occidentaux qui interdisent une telle coutume
1
.Les musulmans qui habitent dans les pays occidentaux, qu’ils soient nés ici ou venantde pays musulmans sont confronté à des lois occidentales dans différents domaines:alimentation, voile, écoles mixtes et piscines, construction de mosquées, cimetières,liberd'expression, etc. Ces problèmes augmentent avec les tensions politiquesactuelles et l’accroissement du nombre des musulmans dans ces pays, accroissementqui les encourage à revendiquer l'application de normes qu'ils considèrent commefaisant partie de leur religion.Cet article est limité géographiquement à la Suisse et matériellement aux domaines dudroit de la famille et des successions. Le but est de voir -les raisons principales de la confrontation;-les normes incompatibles en matière du droit de la famille et des successions etcomment ils sont résolus par la loi et les tribunaux suisses;-comment résoudre le problème de la loi musulmane
2
.Pour avoir une idée au sujet des musulmans en Suisse, nous indiquons leur nombred'après le recensement officiel dans les quatre dernières décennies:AnnéeMusulmansPopulation totale1970 16'353 6'269'783198056'625 6'365'9601990152'217 6'873'6872000310'807 7'204'055
3
Aux chiffres de 2000, il faut ajouter les étrangers qui sont sans papiers et dont lenombre est estimé à 300'000
4
, dont 200'000
5
 seraient musulmans. Si ces chiffres sontcorrects, cela signifie qu'il y avait en 2000 510'807 musulmans en Suisse, constituant latroisième communauté religieuse en Suisse après les protestants et les catholiques, etque leur nombre a presque triplé chaque dix années dans les quatre dernières décennies.Prenant en considération les flux migratoires, le taux de naissance élevé parmi lesmusulmans comparé à celui des non-musulmans, et les mariages mixtes avec des
1
Je souhaite dire ici que je ne fais aucune distinction entre la circoncision masculine et lacirconcision féminine, et je considère les deux pratiques comme une violation de l’intégrité physique d’une personne non consentante sans raison médicale (Voir mon livre:
Circoncisionmasculine - circoncision féminine: débat religieux, médical, social et juridique
, L’Harmattan,Paris, 2001).
2
Pour  plus de détails, voir Aldeeb Abu-Sahlieh, Sami A.:
 Les musulmans en Occident entre droits et devoirs
, L'Harmattan, Paris, 2002; Aldeeb, Sami et Bonomi, Andrea (éd.):
 Le droit musulman dela famille et des successions à l'épreuve des ordres juridiques occidentaux
, Schulthess, Zürich,1999; Aldeeb Abu-Sahlieh, Sami A.: Le droit international privé suisse face aux systèmes des pays arabes et musulmans, in:
 Revue suisse de droit international et de droit européen
, 2èmeannée, 1/1992, p. 33-73.
3
4
5
2
 
enfants presque automatiquement musulmans, personne ne peut dire avec certitude dansquelle ampleur cette tendance continuera. Mais les chiffres actuels influencent le débat public et peuvent avoir des implications sur le système légal et politique suisse à longterme d'après le principe: "La quantité fait la qualité".
I. Raisons principales derrière la confrontation
Il y a principalement deux raisons derrière la confrontation avec les normes suisses: laconception différente de la loi, et la division religieuse de la société.
1) Conception de la loiA) Conception musulmane de la loi: la loi est faite par Dieu
Pour le croyant juif, la Bible s'impose comme un code légal à suivre en tout temps et entout lieu. On y lit:
Tout ce que je vous ordonne, vous le garderez et le pratiquerez, sans y ajouter ni en retrancher (Deutéronome 13:1).Les choses révélées sont à nous et à nos fils pour toujours, afin que nous mettions en pratique toutesles paroles de cette loi (Deutéronome 29:28).C'est une loi perpétuelle pour vos descendants, où que vous habitiez (Lévitique 23:14).
Invoquant ces versets, Maïmonide, le plus grand théologien et philosophe juif décédéau Caire en 1204, écrit: "C'est une notion clairement explicitée dans la loi que cettedernière reste d'obligation éternelle et dans les siècles des siècles, sans être sujette àsubir aucune variation, retranchement, ni complément". Celui qui prétendrait lecontraire devrait être, selon Maïmonide, "mis à mort par strangulation". Ce châtimentest prévu aussi à l'encontre de celui qui "abolit l'un quelconque des commandementsque nous avons reçus par tradition orale", comme à l'encontre de celui qui en donne uneinterprétation différente de l'interprétation traditionnelle, même s'il produit un signeaffirmant qu'il est un prophète envoyé par Dieu
1
.On trouve cette même conception chez les musulmans pour qui le Coran, - le motlittéral de Dieu -, et la Tradition de Muhammad (Sunnah) - réunie dans différentsrecueils - constituent les deux premières sources de la loi. De ces deux sources, les juristes musulmans classiques ont développé un système juridique appelé la shari'ah(littéralement: le chemin). Tous les musulmans doivent s’y soumettre. Le Coran dit àcet égard:
Ceux qui ne jugent pas d'après ce que Dieu a fait descendre, ceux-là sont les mécréants, […] lesoppresseurs, [...] les pervers (5:44, 45, 47)
2
.Lorsque Dieu et son envoyé ont décidé d'une affaire, il n'appartient pas à un croyant ou une croyanted'avoir le choix dans leur affaire. Quiconque désobéit à Dieu et à son envoyé, s'est égaré d'unégarement manifeste (33:36).
Huit siècles aps Maïmonide, le cheikh Muhammad Mitwalli Al-Sha'rawi, personnalireligieuse et politique égyptienne, mort au Caire en 1998, professe pratiquement la même conception de la loi que son compatriote juif. Il explique que larévélation est venue trancher les questions sujettes à divergence, libérant ainsi l'hommede la peine de les résoudre par la discussion ou par des expériences répétitivesépuisantes. Le musulman n'a pas à chercher en dehors de l'islam des solutions à ses problèmes, puisque l'islam offre des solutions éternelles et bonnes dans l'absolu
3
. Ilajoute:
Si j'étais le responsable de ce pays ou la personne chargée d'appliquer la loi de Dieu, je donnerais undélai d'une année à celui qui rejette l'islam, lui accordant le droit de dire qu'il n'est plus musulman.
1
Maïmonide, Moïse:
 Le livre de la connaissance
, trad. V. Nikiprowetzky et A. Zaoui, Quadrige etPUF, Paris, 1961, p. 97-98.
2
Nous utilisons ici notre propre traduction du Coran. Les chiffres dans le texte sans autre mentionrenvoient au Coran.
3
Al-Sha'rawi, Muhammad Mitwalli:
Qadaya islamiyyah
, Dar al-shuruq, Beyrouth et le Caire, 1977, p. 35-39.
3

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->