Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
11Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Dynamique Des Groupes en Ligne - Yann Leroux - La Cantine 16 Juin 2010

Dynamique Des Groupes en Ligne - Yann Leroux - La Cantine 16 Juin 2010

Ratings: (0)|Views: 1,281 |Likes:
Published by Yann Leroux
Psychodynamique des groupes en ligne
Psychodynamique des groupes en ligne

More info:

Published by: Yann Leroux on Jun 16, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/25/2012

pdf

text

original

 
 
La psychanalyse est elle soluble dans l·Internet ?
La cantine. 16 juin 2010. Yann Leroux
L·angoisse comme méthode
L·angoisse est le fondement de toute recherche et celle que je vous présente aujourd·huin·échappe pas à la règle. Mon intérêt pour les groupes en ligne s·enracine dans un mondeque l·on appelle Usenet. Usenet a longtemps été à la fois le bazar et la cathédrale del·Internet. La netiquette y a été inventée, c·est là que Tim Berners-Lee, Jarko Oikarinen ouencore Linus Torwald viennent y présenter leurs idées«Usenet a été pour moi un
autre monde 
et c·est pourquoi je l·ai d·emblée reconnu commemien. Les accidents de ma biographie ne pouvaient que me faire aimer l·endroit : on est iciet là-bas. En étant ici, je pouvais me penser là-bas et en étant là-bas, je pouvais penser à ceque j·étais ici. Les questions de choix ne se posent pas comme dans l·espace physique etcela a été pour moi un havre de paix.Usenet est organisé en groupes de discussion regroupés dans des hiérarchies. La création, ladestruction, et le fonctionnement des groupes sont régis par des règles précises. L·endroitdispose d·une histoire riche en hauts faits et l·on y apprend au quotidien les petits riens quifont l·art d·avoir toujours raison cher à Schopenhauer. Usenet, c·est le salon de MmeMarie-Thérèse Geoffrin, c·est le Café du Commerce, c·est la Place Publique, c·est le lieu defigures comme le Troll, le Lurker, la Flame War. C·est un lieu de plaisir et d·angoisse. C·estun lieu social. En un mot, c·est un groupe.Comme psychothérapeute, il m·arrive de travailler avec des groupes d·enfants, et j·ai étéfrappé par les parallèles que l·on pouvait faire entre ce que l·on observe
ici 
et ce que l·onobserve
là 
: l·emprise, la haine, l·agression, mais aussi la plus grande générosité, les mises encommun et en partage, l·établissement de règles du bien-vivre y sont dans un cas commedans l·autre d·observation banale. Il ne s·agit pas seulement de Usenet. Une Flame War detrop m·a fait demander l·asile politique au Web. Les groupes web que j·y ai créé, ceuxauxquels je participe, tout comme les listes de diffusion fonctionnent sur les mêmesprincipes groupaux.Pourquoi ne pas en faire un objet d·étude, voire de thèse ? Il y a à cela plusieurs difficultésqui ne sont pas tout à fait résolues. La théorie et la méthode utilisées ² la psychanalyse desgroupes ² n·a jamais été exportée dans le cyberespace. Un tel transfert est il possible ? Lapsychanalyse est elle soluble dans le cyberespace ? Le psychanalyste de groupe dispose d·un
 setting 
particulier qui lui permet de
rêver 
le groupe. Disposons-nous de la même chose enligne ? Voilà ma thèse :
nous pouvons nous appuyer sur un imaginaire de l·Internet.
Unimaginaire dont il est à la fois l·objet et le producteur. L·Internet est
comme un rêve,
il est, pour
 
reprendre les mots de Gibson
« 
une hallucination consensuelle ».
L·Internet produit desnéologismes, des discours, des figures, qui représentent, signifient et encodent lesinconscients individuels et collectifs. Sur Internet aussi,
« 
Des récits marchent devant les pratiques sociales pour leur ouvrir un champ » ( 
Michel de Certeau)
 L·analogie du cyberespace et du rêve
De 1897 à 1905, Freud met peu à peu au jour les fondations de sa théorie. Il découvre quele rêve fait partie d·un ensemble complexe d·éléments qui appartiennent à la fois à lapsychologie individuelle (les lapsus, les actes manqués, les mots d·esprits) et à la psychologiedes peuples (les contes, les mythes). Ce que Freud expose, c·est que ces éléments sont desélaborations par lesquelles des éléments de l·inconscient sont mis en forme pour pouvoirêtre représentés auprès de la conscience où ils pourront, le cas échéant, trouver satisfaction.Le rêve, comme
 
voie royale d·accès à l·inconscient » est le modèle privilégié de ce travailde représentation et de symbolisation.Il y a entre en rêve et le cyberespace quelques analogies.
omme dans le rêve, le cyberespace suppose un certain désinvestissement de la réalité extérieure 
. La réalitése réduit à l·environnement de travail : périphériques, écran et ce qui se passe au-delà sontsurinvestis au détriment de l·environnement immédiat. L·utilisateur se réduit à la fenêtre deson application.
omme dans le rêve, le cyberespace est un espace de régression.
La régression que l·on observe en ligneest d·abord formelle. Cette régression est favorisée par le réseau qui nous nous prive del·humanité du visage, de son épiphanie (Lévinas). Sur Internet, le visage de l·autre, dans safragilité, dans son exposition et sa vulnérabilité à la violence, n·est plus là pour dire l·interditdu meurtre et la nécessaire responsabilité que chacun a de l·autre. C·est là une des originesde la violence que l·on peut observer en ligne. Sans visage, l·Internet retourne à ce qu·il est :un mode de calculs, de computations, de machines.La régression est ensuite temporelle. Devant la radicale inconnue du cyberespace, chacunretourne à ce qu·il connaît. Cela peut être des identifications : on s·y invente et réinvente desidentités qui, pour imaginaires puissent elles être sont du point de vue de l·inconscient toutà fait réelles. Cela peut aussi être des positions de relations d·objets. L·investissement del·Internet et des objets qu·il contient se fait en fonction des fixations prévalentes de chacun.Certains y voient l·occasion d·y exercer leur maîtrise, d·autres ne sont en lien qu·avec desobjets partiels, d·autres y rejouent leurs angoisses de prédilection etc.Enfin, la régression est topique. En ligne, le surmoi semble se dissoudre. Les exemplesabondent dans lesquels une personne ou un groupe se laissent aller à l·agressivité oul·érotisation. L·expression des émotions est également facilitée : les /hug ont beau être
¡ 
virtuels », ils sont donnés avec la même charge et même intensité inconsciente qu·uneaccolade.D·une façon générale, les souriards, les acronymes, les LOLcats et autres FAIL ! quiapparaissent dans un message sont une mesure de la régression.
 
omme le rêve, le cyberespace est un espace autre.
Dans le cyberespace, le temps et l·espace sontrégis par des lois toutes autres que dans l·espace tangible. Nous sommes moins soumis enligne au déroulement du temps : nous pouvons faire et défaire, revenir en arrière, et mêmeprogrammer des événements dans le futur. La distance n·a pas beaucoup de sens. Elle estremplacée par la bonne connexion (ping) avec le serveur. Les lois de la physique peuvent neplus être valables : il est possible de voler, de faire des sauts extraordinaires, d·avoirplusieurs corps et d·en changer facilement, de partager une identité avec d·autresexactement comme dans nos rêves.
L·imaginaire du cyberespace ² mythes et autres contes merveilleux de l·Internet
Un groupe est un appareil à transformer les réalités psychiques individuelles en réalitépsychique de groupe. Cet appareil effectue un travail de liaison, de combinaison et detransformation des psychés. Il produit un imaginaire qui figure, représente et signifiel·histoire du groupe, ses origines et ses buts. Cet imaginaire peut prendre la forme du rêve,du mythe, de l·utopie ou de l·idéologie.Les mythes ont pour propriété de fonctionner comme une colle sociale : ils aident à agrégerdes individus en des groupes sociaux. Toute personne partageant avec une autre un mythefait partie avec elle d·un groupe.
Du Premier Viol dans le 
 yberespace 
en passant par
Le Grand Renonmage 
ou
Un coup parfait 
, lecyberespace regorge de Grandes Histoires qui sont maintenues sur le réseau et transmisescomme des biens précieux. C·est précisément le cas : ce sont des biens précieux, car ce sontles mythes par lesquels les digiborigènes donnent une origine à leur monde et desexplications à ce que qu·ils vivent. On ne peut qu·être frappé de leur parenté avec lesmythes ou les contes telles que nous le décomposent les classifications de Vladimir Proppou d·Aarne et Thompson. Internet ne cesse de se raconter, de forger sa légende parfoismême au moment ou les événements se produisent.Des figures ont ainsi été forgées pour représenter et donner sens à ce qui a été vécu encommun et parfois partagé. D·autres sont des emprunts à des imaginaires déjà structurés.C·est ainsi que l·imaginaire de l·heroic fantasy et de la science-fiction ont été mis àcontribution : dans les Terres du Milieu comme sur l·Internet, on trouve des
trolls,
des
sorciers,
des
 firewalls,
ou des
vers.
Par exemple, la photographie de
 J
anis Krums
légendée
¢ 
 
here is a plane on the Hudson. I am on the ferry to pick up the people.
razy 
.» fonctionnera comme le signe de l·émergence d·unenouvelle force. Avec Twitter, l·intelligence de chacun s·étend au monde entier, et il n·est pasd·événement dont nous ne puissions être avertis. Si l·histoire de
L·avion Dans l·Hudson 
a faitl·objet de tant de transferts (fowards et autres retwitts) et de manipulations, c·est aussi parcequ·elle résonne en chacun. Chaque personne qui a fait suivre cette histoire sur un de sesréseaux sociaux est une personne dont l·intérêt conscient et inconscient a été suffisammentéveillée. L·avion dans l·Hudson vient à point nommé : dans un monde confronté à plusieursguerres, a une récession économique dont nous savons tous qu·elle sera éprouvante, à lararéfaction des énergies fossiles, qui ne rêverait d·un
C
hesley Sullenberger
pour nousassurer d·un atterrissage en douceur ?

Activity (11)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
Digi Keff liked this
Naomi Cowillard liked this
ybienvenu liked this
Olivier Mauco liked this
yoDigue liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->