Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Murillo : à propos de l’« Apparition de la Vierge Immaculée » du Louvre

Murillo : à propos de l’« Apparition de la Vierge Immaculée » du Louvre

Ratings: (0)|Views: 148|Likes:
Published by Xi Xia
Un tableau de Murillo au Louvre : à propos du modèle, du croissant de lune et du phylactère.
Un tableau de Murillo au Louvre : à propos du modèle, du croissant de lune et du phylactère.

More info:

Published by: Xi Xia on Jun 19, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/12/2014

pdf

text

original

 
 
Murillo :à propos de l’
 Apparition de la Vierge Immaculée
 du Louvre
 
Lors d’une de mes promenades au Louvre, je suis tombé en arrêt devant un tableau deMurillo, exposé aile Denon, 1
er
étage, salle 26 :
L’Apparition de la Vierge Immaculée à six personnages
.Voici la notice du musée :
Commandé en 1665 à la demande de Justino de Neve pour l’église SantaMaría la Blanca à Séville, qui venait d’être reconstruite. Sur le phylactère queportent les anges se lit en latin «
In principio dilexit eam
» (« Depuis l’origineDieu l’a aimée »).Collection Soult. Acquis en 1817Département des Peintures — INV. 927
 
 
 Je souhaite apporter un complément d’information sur trois points principaux :la femme qui a servi de modèle ; le croissant de lune ; le texte du phylactère.Tout d’abord, quelques précisions.Il s’agit d’une des quatre toiles dont le commanditaire était D. Justino de Neve y Yevenes,
 
chanoine de la cathédrale de Séville, prébendier de l’église Santa María la Blanca (à la-quelle elles étaient destinées) et ami personnel du peintre (ce fut un de ses exécuteurs tes-tamentaires). Les trois autres sont :
el Sueño del Patricio
et
el Patricio relatando su sueño al papa Liberio
(toutes deux au musée du Prado), et
el Triunfo de la Eucaristía
(dans la coll. Fa-ringdon, à Buscot Park, dans l’Oxfordshire). L’ensemble avait été envoyé à Paris par Soult,qui s’était emparé du lot pendant l’expédition napoléonienne en Espagne.
 
 
Bartolomé Estéban Murillo [1617-1682] épousa en 1645 Beatriz Cabrera Sotomayor (ouVillalobos) [1623-1664], issue d’une famille d’orfèvres et Sévillane comme lui ; elle fut, ce n’estpas douteux, son modèle préféré et apparaît dans un grand nombre de ses tableaux, dontcelui-ci. (De même, leurs enfants sont souvent mis à contribution comme anges, chérubins,
 putti
…)
La Vierge, debout sur le croissant de lune, est assimilée à la « Femme » de l’
 Apocalypse
 décrite par saint Jean (XII, 1-2) :
Καὶ σημεῖον μέγα ὤφθη ἐν τῷ οὐρανῷ, γυνὴ περιϐεϐλημένη τὸν ἥλιον, καὶ
 
ἡ σελήνη ὑποκάτωτῶν ποδῶν αὐτῆς, καὶ
 
ἐπὶ τῆς κεφαλῆς αὐτῆς στέφανος ἀστέρων δώδεκα, καὶ
 
ἐν γαστρὶ
 
ἔχουσα,καὶ κράζει ὠδίνουσα καὶ βασανιζομένη τεκεῖν.
 
Et signum magnum apparuit in cælo: mulier amicta sole
,
et 
luna sub pedibus eius,
et super caput eiuscorona stellarum duodecim; et in utero habens, et clamat parturiens et cruciatur, ut pariat 
.«
Un grand signe parut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil
,la lune sous ses pieds,
et une cou-ronne de douze étoiles sur sa tête. Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs del’enfantement 
. » (Louis Segond, 1910)
Ce type iconographique, apparu entre la fin du XII
e
siècle (on cite l’
Hortus deliciarum
, deHerrade de Landsberg, au Mont-Sainte-Odile) et le XIV
e
siècle et par la suite très répandudans le monde germanique („
Mondsichel Madonna
“) et les Pays-Bas, offre l’image symboliquede l’Immaculée Conception [même Flaubert l’évoque dans
la Tentation de saint Antoine
] :c’est un motif récurrent chez Murillo, qui a peint 27 immaculées.Le rapprochement a été fait, en outre, avec le
beato
de Facundo (1047) [códice de FernandoI y Dña. Sancha]. Mais il serait difficile de soutenir que la controverse sur l’immaculéeconception — souvent confondue avec la conception virginale de Marie, comme le rappe-lait Muriel Lamy — ait fait rage en Espagne et à ce moment-là.Mais l’utilisation de ce type iconographique dans la
 peinture
espagnole reste, pour autantque je puisse en juger, limitée.(On pourrait mentionner
María, Reina de los Cielos
, v. 1485, du Maître de la légende de sainteLucie, exposé à la
National Gallery of Art 
, à Washington et provenant de la chapelle del’Immaculée Conception du couvent de Santa Clara à Medina di Pomar, près de Burgos ;mais, justement, cette œuvre est attribuée à un artiste originaire de Bruges, qui a peut-être fait une partie de sa carrière en Espagne. On pense toujours à l’in
uence espagnolesur la peinture
amande ; de temps à autre, on peut tenter l’inverse.)
«
In principio dilexit eam
» est un collage, un montage, une
création
à partir d’élé-ments pris à des sources distinctes.
Ἐν ἀρχῇ
=
In principio
« Au commencement » n’est autre que le début de la
Genèse
dans saversion gréco-latine. Le reste est un arrangement de
Liber Sapientiæ
, VIII, 1-3
= ΣοφίαΣαλωμῶνος
= « Sagesse de Salomon » :

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->