Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
30062010

30062010

Ratings: (0)|Views: 32 |Likes:
Published by Compétition

More info:

Published by: Compétition on Jun 30, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/13/2010

pdf

text

original

 
LE QUOTIDIEN 100 % FOOT
Mercredi 30 juin 2010
n°2521 prix 20 DA France 1.6 € - ISSN 111
«Peut-être qu’au mois d'août, je viendrai en Algérie»«Vous avez une bonne équipe nationale»
BOUDEBOUZ
nous dit tout
«Saâdane m'a offertun Mondial,commentpour
 
rais-je le critiquer
«Il ne m'a pas promis d'être titulaireface auxUSA»
«Je sais que je suis le chouchou du
 
public etje vais le satisfair
«Je veuxgagnerla CAN 2012»
COMPÉTITION
EN PRIVILÉGIÉ DANS LA ZONE MIXTE AVECLES
STARS BRESILIENNES
Sa femme attend un bébé
Nilmar : «Si je marque,je ferai comme Bebeto»
Robinho : «Argentine-Brésil,c'est la finale de rêve»
 
«L' A  lér ie a quand même  b ien  joué»
Eriksson :
«
Oui
, j'airencontré Raouraoua»
«Oui,contre les USA, j'étais affec,maispar la défaite»
Lazio :Belhadj plus Boateng pour 
8M
 
2
Compétition 
édition du mercredi 
30 juin
2010
L
EN s’apprête à gravir un échelonpour (re)devenir conquérante sur la scène africaine, puisquel’objectif à court terme est la CAN 2012. Siune bonne partie de la «classefootballistique» s’accorde à rendrehommage à Saâdane, qui a réussi à mettrel’EN sur les rails de la victoire, cette mêmeclasse pense à présent qu’avec les joueursqu’il y a dan
s ses rangs, l’EN ne peut secontenter du rang du «gagne-petit». Sesambitions sont devenues tellementimportantes qu’elle a besoin d’unegrosse pointure pour atteindre sesnouveaux objectifs. Un nouveau coachétranger d’envergure est le vœu d’unepartie de cette frange, alors que l’autrepartie pense toujours que la pâte localedoit bénéficier de plus de confiance etde considération. Le débat est(re) lancé.
?
QUEL SÉLECTIONNEUR
POUR LES VERTS
Par Djamel Abed
Pour l’ailier de charme Assad, la question d’unentraîneur ne mérite même pas d’être évoquéeen premier lieu, et ce n’est certainement paspar le changement du staff que notre footballretrouvera les cimes par enchantement.
«AMON AVIS,
il faut au préalable changerradicalement le système, les pseudo-diri-geants qui gravitent et gèrent le sport-roi sontpointés du doigt par tous les observateurs, lesrésultats et la dévalorisation du technicienlocal en sont la preuve irréfutable de l’échecdes instances», a déclaré l’ancienne coque-luche des Vert et Blanc, avant de poursuivre :«Eriksson est une grosse pointure, je n’en dis-conviens pas, mais un entraîneur de sa trem-pe avec son professionnalisme pourra-t-ilréussir à hisser notre sélection vers le haut ?Cet entraîneur est censé collaborer avec desresponsables qui n’ont que de visées person-nelles, les anciens joueurs et techniciens sontmarginalisés à tel point que les Algériensvoient en le coach étranger un messie.»«Moi, honnêtement, je fais confiance au pro-duit local si, toutefois, il sera accompagnéd’un programme bien défini et la mise enplace d’une stratégie à la mesure des objec-tifs. En disposant de joueurs de talent formésà l’algérienne comme cela se faisait aupara-vant, cela facilitera certainement le travail dutechnicien local ou étranger. Anotre époque,l’équipe nationale avait en son sein une qua-rantaine de joueurs d’égale valeur et chacunaspirait à jouer titulaire. Actuellement, nousn’avons aucun joueur en sélection, est-ce lafaute du technicien ou celle de l’équipe diri-geante qui a failli dans sa mission ?Une défaite est perçue comme un bonrésultat, voilà où nous en sommes avec cettepolitique.» Et de lancer: «La présence desanciens joueurs et techniciens est primordia-le. De par le vécu footballistique et la discipli-ne, notre football retrouvera peut-être seslettres de noblesse et cela passera par ledépart de certains dirigeants.»
ASSAD :
«Une réforme
 politique s’impose»
 
MENAD :
«Je suis pour un staff élargi»
«Visiblement,nous avonsapparemment lamémoire courte,l’entraîneur étranger détient-il lessolutions à nosproblèmes ? Arrivera-t-il pour autant àrégler l’inefficacitéoffensive ?Laréponse à cesquestions estailleurs», a déclarécelui qui a été lemeilleur buteur de laCAN 90, DjamelMenad. Pour lui, il y aun problèmed’entraîneur, maisd’autres paramètres sont à prendre également enconsidération.«Le problème d’entraîneur existe belet bien, mais par définition de rôle, il faudraitredéfinir et limiter les prérogatives de toutes lespersonnes travaillant au niveau de la sélection. Letechnique et la gestion, par exemple, sont deux professions totalement différentes, et personne nedoit s’immiscer dans le travail de l’autre, premièrechose d’abord à corriger. Pour l’entraîneur étranger,on en a déjà eu affaire durant les dernières années,et c’était un échec total, avaient-ils ramené le pluspour lequel ils ont été recrutés? Non. Alors au lieu de spéculer sur un éventuel coachétranger, il faudrait revoir la politique sportive, letempérament du joueur algérien, la discipline, latactique et surtout accepter sans contester les choix du coach, voilà le grand chantier auquel lesdirigeants devraient s’y atteler. Je suis contre l’idéede ramener un entraîneur d’outre-mer. Lors duMondial, on a bien constaté que ce sont lestechniciens locaux qui sont en train de réussir, àl’image de la Corée du Sud, du Japon et bien d’autres.Maintenant si on offre les moyens au technicienlocal, que l’on protège et le laisse travailler à long terme, il accomplira des merveilles. Dommage qu’onne lui fasse pas confiance. Sincèrement, je ne suispas emballé, mais un staff élargi, c’est autrementdifférent, je suis entièrement d’accord.»Et de poursuivre: «Avec plusieurs préparateursphysiques et des adjoints pour des tâches bienprécises, chaque compartiment sera désormais suivipar un entraîneur et tout cela sera chapeauté par l’entraîneur en chef qui aura le dernier mot.»Concernant la qualité de jeu, Menad affirme : «On adénaturé notre style de jeu à l’algérienne basé sur lacréativité et le jeu instinctif, c’est pour cela qu’onn’arrive pas à se transcender. Je ne mets pas encause la qualité des joueurs formés en Europe, maisles performances enregistrées auparavant plaidenten faveur du local.»
Le choix quant à la succession deSaâdane ou sa reconduction avecbien sûr l’élargissement de sonstaff technique n’est pas choseaisée. Dans ce sens, l’ex-sélectionneur national, Nacer Sandjak, dira: «Je ne crois pasqu’une grosse pointure puisseapporter le plus souhaité,essentiellement quand il s’agit del’Afrique. Concernant Eriksson,c’est un entraîneur qui a accumuléune expérience très importante enEurope. Malheureusement, celareste insuffisant pour le continentnoir, parce que diriger unerencontre à Wembley n’a rien decomparable à celle jouée enOuganda, où la culture africaine etl’arbitrage sont des facteursdéterminants.Un entraîneur d’envergure ne viendra jamais pour s’aventurer. Siles moyens et les conditions detravail ne sont pas réunis, il ne ferapas long feu. Donc, Eriksson ou unautre, il y a le choix des hommes, letravail qui n’est pas le même qu’enEurope, et avec la mentalité qui estla nôtre, je pense qu’il lui sera trèsdifficile de mener sa mission à sonterme. Néanmoins, l’équipenationale sera mieux protégée par les autres instances et l’arbitrageseulement.» En poursuivant,Sandjak affirme: «A l’exception duSerbe qui est à la tête du Ghanadepuis quelques années déjà, lechoix porté sur cet entraîneur s’estavéré judicieux. Il s’est bien fondudans le moule en saisissantparfaitement la mentalité de ses joueurs, d’où la réussite etl’ascension de son équipe qui prendde l’ampleur. Sinon, les autrestechniciens, pour une raison ou uneautre, ont raté leur passage.Pour les Verts, les spécificités sontpar ailleurs incontestables. Il fautprendre en considération que les Algériens sont des connaisseurs, degrands supporters et despassionnés du foot, donc unentraîneur est un choix délicat,c’est un tout.» Quant àl’élargissement du staff, il dira:«C’est aussi délicat parce quemultiplier les hommes, c’estégalement multiplier les problèmes,mais cela reste une bonne initiative,quoique le choix des hommes estaussi difficile. Cependant, lacollaboration de ces hommes serabénéfique pour la sélection sitoutefois la hiérarchie serarespectée.»
SANDJAK :
«L’Ougandan’est pas Wembley»
BELLOUMI :
«Le technicienétranger a unelongueur d’avance»
Considéré par les puristescomme l’un des meilleurs joueurs africains de tous lestemps, Lakhdar Belloumireconnaît toutefois qu’«unentraîneur de renomméemondiale, comme Eriksson,sera une bonne opportunitépour notre football. Il a été àla tête des plus grands clubseuropéens et des équipesnationales, son apport seraaussi bénéfique pour les joueurs que pour lesassesseurs, ils auront àapprendre les rudiments duhaut niveau. Il apportera latouche du professionnalismequi manque tant à notresport-roi, mais cela nediminue en rien de la qualitélocale qui reste perfectible.»Par rapport au choix qu’auraà prendre la Fédération entrela reconduction ou le départde l’actuel staff, l’anciennuro dix affirme:«Dumoment que la composantede l’équipe nationale est trèsétoffée, le choix del’entraîneur ne devrait enaucune manière poser problème, il suffit deconjuguer cet acquis avec dela compétence pour obtenir une équipe homogène etprête. Mais ce que je déplorepersonnellement, c’est lemanque de considérationdes responsables àl’encontre des anciens joueurs. De par notreexpérience sur les terrains,on pourra être très utiles, etla nouvelle génération pourratirer profit de notre vécu.» Ilne terminera pas sansajouter: «Après le FLN, c’està nous de porter le flambeau.Et à cet effet, il est temps defaire le ménage pour laisser la place à ceux qui peuventramener un plus au football.Que les opportunistescessent de se sucrer sur ledos de ce sport.»

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->