Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
inra-mag4

inra-mag4

Ratings: (0)|Views: 204|Likes:
Published by jaizoz

More info:

Published by: jaizoz on Jul 11, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/25/2012

pdf

text

original

 
magazine
AgricultureAlimentationEnvironnement
La recherche agronomiquese construit en partenariatLa recherche agronomiquese construit en partenariat
INRA
DOSSIER
L’herbe, la vacheet ses produits
4 - MARS 2008
HORIZONS
Partenariatd’orientation
REGARD
Un nouveau comitéd’éthique
 
I
NRAMAGAZINE
N
°4 •
MARS
2008
L’Inra a animé une réflexion interne sur le partenariatet en particulier sur l’importance que revêt un «partenariatd’orientation »pour un institut de recherche finalisée. BenoîtFauconneau, président du centre Inra de Bordeaux-Aquitaineet animateur d’un des groupes de travail, répondà nos questions.
V
ous connaissez la fraise Gariguette,vous découvrezen ce moment la pomme Ariane et la poire Angelys,vouspouvez déguster le raisin sans pépin Danuta et bientôtla pomme de terre Coquine...Ces innovations ont été conçuespar l’Inra ou grâce à des collaborations avec ses chercheurs,à la demande des professionnels.Elles répondent à des attentesdes consommateurs et prennent en compte les préoccupationsde préservation de l’environnement.Pour anticiper les besoins et attentes des partenaires et de lasociété,il faut construire des partenariats solides et durables,en mesure d’accompagner des recherches au long cours,d’identifier les nouvelles questions de recherche et repenserle dispositifd’expérimentation.Quels seront les impactsdu changement climatique sur l’élevage à l’herbe ? Quels serontles végétaux qui répondront aux besoins des filièresde biocarburants ? Comment concevoir des systèmesde production à haute performance environnementale ?Comment capitaliser les résultats de tous les acteursde la recherche et du développement dans ce domaine ?Toutes ces questions sont posées autant par la sociétéque par le monde professionnel,par nos décideursou par nos équipes de recherche.Le Salon international de l’agriculture est un moment fortd’écoute et de rencontre avec les partenaires.C’est aussiun moment privilégié pour nos chercheurs présents sur le standde dialogue avec le public.Nous vous y attendons nombreuxet pour ceux qui n’auraient pas pu venir,le site Internet de l’Inra,www.inra.fr,retransmettra les évènements.
Marion Guillou,
présidente-directrice générale
Chers lecteurs,
sommaire
Directrice de la publication :
Marion Guillou.
Directeur éditorial :
Pierre Establet.
Rédactrice en chef :
CatherineDonnars.
Rédaction :
Magali Sarazin, Pascale Mollier, Hélène Deval, Patricia Léveillé.
Ont contribué à ce numéro :
FrançoiseMaxime, Thierry Doré, Olivier Réchauchère, Odile Duval, Guy Richard, Sabrina Gaba, Laurent Cario, Francis Aubert,Jean-Pierre Huiban, Anne-Marie Dussol, Patricia Mahrin, Emmanuelle Klein, Patrick Etiévant, Joël Doré, Evelyne Lhoste.
Photothèque:
Jean-Marie Bossennec, Julien Lanson, Christophe Maître.
Maquette :
Patricia Perrot.
Couverture :
Faire Savoir (photo: iStockphoto; Stockbyte.
Conception initiale :
Citizen Press - 01 53 00 10 00.
Impression :
Caractères.
Dépôt légal:
mars 2008.
Renseignements et abonnement :
inramagazine@paris.inra.fr
03
HORIZONS
Développer un partenariatd’orientationMieux connaître l’emploien agricultureVégétaux et systèmespour la biomasse du futur
06
RECHERCHES
& INNOVATIONS
Grandes cultures : repenserla façon de cultiverSurveiller la dégradationde la structure des solsCo-évolution hôte-parasiteUne alternativeaux traitements hormonauxCréation d’entreprises
13
DOSSIER
L’herbe, la vacheet ses produits
25
REPORTAGE
L’équipe de recherchede PloudanielLe métagénome intestinalAccueillir le handicapà l’Inra
29
IMPRESSIONS
34
REGARD
Un nouveau comitéd’éthique
36
AGENDA
EDITO
3
I
NRAMAGAZINE
N
°4 •
MARS
2008
2
d’orientation
ISSN :
1958-3923
INSTITUTNATIONALDELARECHERCHEAGRONOMIQUE
147 rue de l'Université • 75338 Paris Cedex 07
www.inra.fr
Pourquoi revisiterles relations partenarialesde l’Inra ?
Benoît Fauconneau :
:l’Instituta estimé nécessaire de réaffirmerqu’un « partenariat d’orientation »est intrinsèquement lié à son carac-tère d’organisme de recherche fina-lisée.Ce partenariat est à la confluencede différentes forces et attentes.Nousavons des partenaires bien identifiésqui sont les utilisateurs et destinatai-res finaux de nos recherches.C’estimportant de travailler en interactionavec eux pour s’assurer que les re-cherches que l’on met en place sonten adéquation avec leurs attentes.Unedeuxième source d’orientations,plusdiffuse,provient de la société.La dé-marche mise en place dans le Gre-nelle de l’environnement montre quela société souhaite voir la rechercheaborder un certain nombre de ques-tions ;elle l’exprime de façon expli-cite lorsqu’un débat citoyen lui endonne l’occasion.Enfin,l’exemple destravaux du GIEC sur le climat illus-tre l’émergence d’une autre dyna-mique d’orientation des recherches,issue de la dynamique propre à lascience :un ensemble d’experts scien-tifiques internationaux analyse unequestion et devient force d’orienta-
          ◗
    H    O    R    I    Z    O    N    S
2
   ©   I  n  r  a   /   C   h  r   i  s   t  o  p   h  e   M  a   î   t  r  e   ©   I  n  r  a   /   J  e  a  n  -   P   i  e  r  r  e   T   i  s  s   i  e  r   ©   I  n  r  a   /   J  e  a  n  -   P   i  e  r  r  e   T   i  s  s   i  e  r   ©   I  n  r  a   /   F   l  o  r  e  n  c  e   C  a  r  r  e  r  a  s   ©   I  n  r  a   /   C   h  r   i  s   t  o  p   h  e   M  a   î   t  r  e   ©   I  n  r  a   /   C   h  r   i  s   t  o  p   h  e   M  a   î   t  r  e
Développer un
partenariat
LES SITUATIONS DE DIALOGUE ET DE PARTENARIAT
sont aussi diverses que fréquentes dans un organismede recherche finalisée.
          ◗
 
I
NRAMAGAZINE
N
°4 •
MARS
2008
          ◗
    H    O    R    I    Z    O    N    S
I
NRAMAGAZINE
N
°4 •
MARS
2008
en bref
5
O
Valérie Pécresse à l’Inra
Valérie Pécresse, ministrede l'Enseignement supérieuret de la Recherche a visité le18 janvier les expérimentationsde peupliers OGM du centreInra à Orléans. La ministrea annoncé qu’une enveloppede 45 millions d'euros seraitallouée, entre 2009 et 2011,aux projets de biotechnologiesvégétales financés parl'Agence nationale de larecherche, en partenariatavec l'Allemagne.
O
Observatoire de laqualité de l'alimentation
Les ministères chargésde l'agriculture, la santéet la consommation viennentd’installer l'observatoirede la qualité de l'alimentation(OQALI). Prévu par le 2
e
Plannational de nutrition-santé(PNNS), il s'appuie sur uneconvention entre l'Inra et l'Afssaen partenariat avec les profes-sionnels des secteursalimentaires. L'observatoiresuivra l'évolution de la qualitédes aliments en reliant lesparamètres nutritionnelset socio-économiques. Il espèrecontribuer à inciter les filièresagroalimentaires à mieuxrépondre aux objectifs de santépublique et aux attentesdes consommateurs.
O
Nouvelle revue de l’Inra
Une revue électronique éditéepar l’Inra, Innovations agrono-miques, est disponible en ligne.Elle reprend et complète lestextes des colloques desCarrefours de l’InnovationAgronomique (CIAg), organiséspour faire connaître les résultatsrelatifs à l’innovation enagriculture. Le premier numéroporte sur la protection intégréeen arboriculture et viticulture :
www
.inra.fr/ciag/ 
O
L'Inra recrute
Dans le cadre de sa campagne2008, l’Inra recrute 75 jeuneschercheurs, 51 chercheursconfirmés, et 240 cadreset techniciens.
www
.inra.fr/les_hommes_et_ les_femmes
4
+d’infos
www
.agence-nationale-recherche.fr/ARPBiomasse
agriculture
pour
la biomasse
du
futur
Mieux connaître
l’emploi
Végétaux et systèmes
L
’Inra et la Mutualité sociale agricole(MSA) ont signé une convention àl’occasion du Salon de l’agriculture.L’objectifest de mieux connaître lespopulations agricoles salariées et non salariées,relevant de la MSA pour tout ou partie de leurprotection sociale,avec un accent particuliersur les conditions de développement d’em-plois de qualité et sur les territoires ruraux.Les collaborations pourront prendre d’autresformes telles que la participation de chercheursà des colloques de la MSA sur ces thèmes,oule cofinancement de bourses de thèse.Les recherches de l’Inra abordent l’évolutiondu modèle agricole familial.Elles portentnotamment attention aux pluriactifs et auxtrajectoires des systèmes d’activités dits « com-plexes » des ménages agricoles.Elles s’atta-chent à caractériser les mutations des condi-tions de travail,en particulier celles engendréespar l’accroissement du travail immatériel liéaux exigences réglementaires et aux engage-ments contractuels.Des recherches étudient l’organisation du tra-vail dans les circuits courts de commerciali-sation des produits agricoles.D’autres analy-sent l’évolution des compétences requises pourle métier de conseiller agricole dans le contexteeuropéen.Enfin,les chercheurs construisentdes indicateurs sur l’emploi agricole intégrantles différentes dimensions,économiques,sociales et environnementales.
L
’Inra coordonne un atelier de réflexionprospective qui vise à identifier desespèces végétales,plantes annuelles,pérennes ou microalgues,ainsi que dessystèmes de production qui répondent aux be-soins de biomasse végétale requis pour déve-lopper les filières des biocarburants et des bio-matériaux,prenant en compte les dimensionsenvironnementales,sociales et économiques.Vaste programme financé par l’Agence natio-nale de la recherche pour une durée de deuxans,il associe vingt organismes de recherchepublique et privée,d’enseignement supérieur,des fédérations professionnelles,des indus-triels et des associations.Plus de 150 expertssont ainsi mobilisés pour dresser un état desconnaissances.Il s’agira d’identifier leurs li-mites et lacunes pour proposer de nouvellespistes de recherche.
tion des recherches à conduire dans undomaine.Un établissement de recherchedoit intégrer,au moment où il choisit sesorientations,tous ces messages en com-plément de la dynamique de ses prop-res équipes de recherche.Pour l’Inra,celaveut dire que les messages du mondeagricole,des consommateurs,du mondede l’environnement et plus largement dela société sont bien pris en compte,dansleurs différentes dimensions,dans leschoix d’orientation scientifique.
Comment travailler avecces différents partenaires ?
B. F. :
Il nous faut mieux capter les mes-sages peu écoutés jusqu’alors,par exem-ple ceux des consommateurs ou des ac-teurs de l’environnement.Nous devonsêtre capables d’intégrer les points de vuedes associations,des PME-PMI commedes plus grandes entreprises,des collec-tivités territoriales,de l’Etat et des orga-nisations professionnelles agricoles,par-tenaires historiques de l’Institut.Entenant compte de l’évolution de l’agri-culture et des territoires…Vis-à-vis de nouveaux partenaires,notreapproche favorise l’interconnaissance etl’apprentissage du travail ensemble.Desdispositifs de type convention ou accordcadre,tel que ceux qui ont été mis enplace avec des syndicats agricoles,no-tamment la Confédération paysanne,per-mettent d’engager de façon bilatérale uncompagnonnage de travail pour explici-ter les attentes des uns et les modes detravail des autres.Nous travaillons aussiavec des collectifs d’acteurs par exem-ple pour les recherches spécifiques à cer-taines filières spécialisées.Plus ré-cemment,dans le cadre de la démar-che CAP-Environnement (Inra ma-gazine n°3),engagée en 2006,nousavons fait le choix d’aller au-devantde tous les « porteurs d’enjeux » pourles interroger sur les recherches quel’Inra devrait développer sur les re-lations environnement-agriculture.Cela nous amène,entre autres,à ré-fléchir sur la façon de poursuivre unpartenariat avec des associations quin’ont pas les mêmes moyens de re-présentation que les grands groupes:à quel moment les faire intervenir ?Comment les accompagner de ma-nière plus spécifique ?
Dans ces démarchesde concertation, commentgérer les tensions entreintérêts contradictoireset comment les prendreen compte dans lesanalyses?
B. F. :
Cette question est importante.Il existe des conflits d’intérêt réelsentre parties prenantes qui amènentl’Inra à dialoguer de manière bilaté-rale avec certains partenaires.En de-hors de ces cas-là,la question se résoutà l’aide des dispositifs d’expressiondes porteurs d’enjeux que l’on est ca-pable de créer.Un climat deconfiance,une certaine régularitéd’échanges,le pas de temps longs dela recherche… décrispent les situa-tions et permettent que des messagesdivergents soient pris en compte dansles orientations scientifiques.A titreillustratif,les programmes de re-cherche pluridisciplinaires « Pour etsur le développement régional » s’ap-puient sur des dispositifs où les par-ties prenantes apprennent à se faireentendre et à travailler ensemble.Il reste que,pour construire des dispo-sitifs de partenariat d’orientation élar-gis à l’ensemble des parties prenan-tes,nous avons besoin de mieuxconnaître les acteurs,d’analyser leursmessages et d’organiser la concerta-tion entre des points de vue qui peu-vent être consensuels ou multiples.
Quelles suites peut-onattendre du chantierpartenariat d’orientation ?
B. F. :
Les messages d’orientationque doit intégrer un organismecomme l’Inra évoluent très rapide-ment.Sur les questions environne-mentales au sens large,nous avons lachance d’avoir aujourd’hui uneconjonction de messages issus d’ungroupe d’experts internationaux (leGiec) et de débats menés à l’échellenationale (le Grenelle de l’environ-nement).Il faut maintenant les croi-ser avec les analyses que l’on mèneavec nos partenaires spécifiques etavec la dynamique de la science telleque nous la percevons.C’est un tra-vail que nous engageons en 2008,auniveau des départements scientifiqueset des centres Inra en région.
 Propos recueillis par Françoise Maxime
en
Les Groupements d’intérêt scientifique
Un Groupement d’intérêt scientifique (GIS) rassemble plusieurs partenaires sur un thème.Le GIS se traduit par une convention limitée dans le temps. C’est un outil approprié pours’engager avec des partenaires variés dans un partenariat d’orientation. Ils mettentdes moyens en commun et se dotent d’une gouvernance..Les Groupements d’intérêt scientifique Génoplante (génomique des plantes) et Agenae(Analyse du génome des animaux d’élevage) mis en place au sein de l’Instituten partenariat avec les autres organismes de recherche et les « parties prenantes » ontainsi constitué l’une des modalités permettant de répondre à l’exigence d’une recherchefinalisée en génomique animale et végétale. Ils ont permis de structurer l’organisation desrecherches en créant une dynamique collective fondée sur des programmes de recherchespublic-privé, sur l’émergence d’une communauté de recherche, sur la création d’outilset la mise en place de plates-formes.L’Inra participe à de très nombreux GIS (70) de natures diverses. Il peut s’agirpar exemple de programmes nationaux comme Agenae, Génoplante, Porcherie verteou de plates formes et outils communs (Centre de ressources biologiques, Genopôles…)ou de structures de transfert (Agrotransferts avec des chambres d’Agriculture…).
©Inra / Christophe Maître
Miscanthus giganteus 
.
          ◗
2

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->