Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
LA LUTTE NAGALAND:

LA LUTTE NAGALAND:

Ratings: (0)|Views: 158|Likes:
Published by Nandhi Varman
Nagas are Dravidians asserts Nandhivarman's researh paper based on Dr.Ambedkar's opinion that whole of India spoke Tamil,is here translated into French
Nagas are Dravidians asserts Nandhivarman's researh paper based on Dr.Ambedkar's opinion that whole of India spoke Tamil,is here translated into French

More info:

Categories:Types, Research, History
Published by: Nandhi Varman on Jul 15, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/11/2014

pdf

text

original

 
 
LA LUTTE NAGALAND:Nagas et Dravidiens 
Secrétaire général N. Nandhivarman Dravida Peravai 
 La lutte Nagaland est basée sur quelques croyances.
«Les Nagas qui inhibent laterre du Nagaland sont une race différente qui occupaient leurs terres depuis des
 
temps
 
immémoriaux.A partir 
 
de 1832 jusqu'en
 
1947 une petite partie du paysNaga a été conquise par les Britanniques et était gouverné par leuadministration.En ce qui concerne ses relations avec son
 
voisin l'Inde
 
est concernée, avant 1947, aucun roi ou prince indien avait jamais mis le pied sur le pays Naga.Aussi avant 1947 Nagas avait pas d'affinité avec l'Inde
 
si le plan racial,historiquement, politiquement, culturellement, religieusement ou tout autresage.Par conséquent, Nagaland n'est pas nominale de
 
territoire indien, ni Nagassont des Indiens »,
 
écrit
 
Kaka.D. Iralu dans le livre
 
du Nagaland et de l'Inde: lesang et
 
Tears,
 
distribué secrètement à des membres indiens du Parlement en2000. 
"Avant 1947 sous-continent indien a été un groupe de plus de 560 états princiers jugé b Maharajas différents ou des rois.Lorsque le Maharaja ou le roi de cet État ont diminué globalement, l'état 
 
est devenu
 
un territoire conquis.Pour cettequestion Maratha Empire ou
 
 princières d'autres Etats peuvent être considéréscomme légitimes territoire indien après 1947, non seulement parce qu'ils ont volontairement admis à être partie à la République indienne
 
de 1947.La mêmechose ne s'applique pas aux Nagaland et territoires Naga, car à la première placedu Nagaland n'a jamais été conquis par les Britanniques comme un état, ni neNagas d'accord pour rejoindre la Birmanie ou syndicats indiens de 19
 
47
 
", affirmeKaka.Iralu D.. Citant la lettre Phizo ensuite le Premier ministre indien Rajiv Gandhi en date du 10mai de 1986, il a en outre annonces
 
"Jawaharlal Nehru compris ce faiclairement.Le 19 août 1946 à cadre
 
colonie britannique a proposé de Coupland, ildécrit les territoires Naga que les zones tribales sont définies comme étant longues frontières de l'Inde, qui ne font partie ni de l'Inde ni la Birmanie, ni desEtats de l'Inde, ni d'une puissance étrangère
 
"Le britannique à la veille de leurdépart de l'Inde caressé l'idée de créer une colonie de la Couronne, comprenanttous les peuples de l'Est de la région du Nord-Est qui ne sont ni des Birmans surles Indiens.Le plan de Coupland aurait créé une colonie de la Couronne d'unesuperficie de 150.000 miles carrés comprenant Nagas, les Karens, Kachins, lesShans, Chins, Mons, et même Mizos, Khasis et les Assamais.
 
 Telle était la réalitésur le terrain dans les zones Naga considérant que l'Inde
 
a dû faire face 562 étatsprinciers. Le ministre des Affaires étrangères puis de l'Inde KPSMenon décrit la situation del'Inde sur la pré-indépendance ans "Lorsque les Britanniques ont quitté l'Inde,l'unité de même divisée en Inde
 
était en danger.Quelque 560 États princiersavaient été laissés à l'air. Il
 
leur
 
était
 
ouverte à adhérer à l'Inde, d'adhérer auPakistan
 
ou de rester indépendant ....Il semblait presque comme si l'Inde
 
allaitêtre balkanisée.Mais ce danger a été évité par la manipulation ferme des Princespar l'homme de fer, Sardar Patel Vallabhbhai. '' Dans la foulée du ministre Atlee de la politique britannique de l'annonce dupremier Février 20 1947, la décision du gouvernement de Sa Majesté de se retirerde l'Inde par Juin 1948, le Times de Londres écrit
 
«séparatisme musulman est découlant d'encouragement de la langue du Livre blanc.Les Princes trop attiré
 
l'encouragement similaire. Sous l'inspiration de l'
 
Département politique, ils ont commencé à penser en termes de troisième Dominion, que Churchill a appeléPrincestan.La Chambre des Princes
 
évolué dans ce sens.Le Nawab de
 
Bhopal, quiétait le chancelier de la Chambre des Princes, a demandé des princes de laChambre d'adopter attendre et de voir la politique et de ne pas adhérer à l'Indede l'Assemblée constituante.
 
" Sir Conrad Corfield, le Secrétaire du Département politique semblait jouer avecl'Inde d'utiliser les princes comme troisième force.
 
Le troisième rêve Dominion asubi le revers lorsque le gouvernement britannique refus des Etats membres ausein du Commonwealth. Sardar Patel Vallabhbhai obtenu une balle dans le brasavec le Premier ministre de Bikaneer KMPanikkar transport sur 10 Mars décisionsdu Maharaja Bikaneer de participer sans délai à la procédure de l'Assembléeconstituante indienne. L'étendard de la volte
 
ployé par Travancorenotamment par son Diwan Sir Iyer CPRamasamy le 9 mai 1947, a fait valoir quesur l'extinction de la prépondérance, le 15 août en même temps que le transfertdu pouvoir en Inde, Travancore allait se déclarer indépendant et l'état libre.Sardar Patel a examiné la question directement avec le maharaja de Travancoreet de voix autoritaire menacé quant à savoir qui met des barrages routiers, quiont fait le maharaja de déclarer sa décision d'adhérer à l'Inde. C'est une ironie du sort que l'Union indienne dans les années soixante face à lapopularicroissante de masse jamais séparée de Dravida Nadu demandecontinue même après de nombreuses années afin de la liberté de la Colombie surla planche du Nord négliger Sud, afin d'interdire le Dravida Munnetra Kazhagam,le parti politique diripar Aringnar Anna, a constitune commission del'ingration nationale pour recueillir les opinions des personnes sous laprésidence de Sir CPRamasamy Iyer, qui a déjà déployé la bannière de la révoltecontre l'Union indienne.Le Malaimani, DMK hebdomadaire
 
signatures sangcollecté, un
 
D, y compris cet écrivain plus de 50.000 signatures ont été envoyéesà Sir.Comité CPRamasamy sur l'intégration nationale. Cette incidence seul prouveà quel point certains caméléons changent rapidement leurs couleurs et de profiterdes fruits sous toutes les formes de gouvernance. Pour illustrer le cas, combien d'États princiers ont diminué pour l'Union indienne,prenons l'exemple de Bastar, désormais un quartier de Madhya Pradesh en Inde.Sardar Patel Vallabhbhai hasard de tomber sur un dossier officiel. Il a racontécomment Bastar, dont le Raja était mineur et faible et le Premier ministre unétranger a été hypothéqué à
 
Hyderabad
 
État en location à long.Patel a appelé leroi de Bastar,
 
et il a observé:
«J'ai
 
vu la règle.Comment jeune et 
 
inexpérimenté, ila été.Je sentais que c'était un péché de lui faire signer un tel accord. Ce fut alorsque j'étais pleinement conscient de la mesure dans laquelle nos intérêts sont lésés dans tous les sens par la
 
mécanisation du Département politique, et vint àla conclusion que plus tôt nous débarrasser de ces gens, mieux c'est.Leur objectif  principal était de promouvoir leurs propres ints et de causer autant dedommages à l'Inde que possible.
 
 Je suis venu à la conclusion que la meilleuresolution était de chasser les étrangers, même au prix de la partition du pays. Il a

Activity (3)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
Nandhi Varman liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->