Welcome to Scribd. Sign in or start your free trial to enjoy unlimited e-books, audiobooks & documents.Find out more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
3Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
La vie intérieure

La vie intérieure

Ratings: (0)|Views: 20|Likes:
Published by estaran
Mathaël parle de la vie intérieure de Cyrénius
Mathaël parle de la vie intérieure de Cyrénius

More info:

Published by: estaran on Jul 17, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/03/2014

pdf

text

original

 
GEJ3 C27
Mathaël parle de la vie intérieure de Cyrénius
1. Cyrénius,
 pressant la main de l'orateur, ouvre de grands yeux et Me dit « Seigneur,cet homme a vraiment une étrange vision de l'existence ! Pourtant. on ne peut rien lui objecter quant au fond : c'est véritablement, hellas, la vérité toute nue en gros comme en détail. Quevas-Tu lui répondre ? »
2. Je
dis : « De quoi t'étonnes-tu ? Ne vous avais-Je pas avertis que ces cinq hommesvous donneraient à tous du fil à retordre ! Oh, écoutez-les encore et vous Me comprendrezensuite à coup sûr bien plus aisément et profondément ! »
3. Cyrénius
dit alors à l'orateur, qui s'appelait Mathaël : « Mais ne pourrais-tu montrer de façon tout aussi probante que, selon toute vraisemblance, Dieu existait avant tes corpscélestes, dont je ne parviens d'ailleurs pas encore à me faire une idée satisfaisante ? En ce quime concerne, du moins, je ne connais pas un peuple sur terre qui n'admette, n'honore etn'adore un Dieu plein de sagesse et de puissance et préexistant à toutes choses : et tu viens dedémontrer exactement l'inverse. Mon cœur en est empli d'angoisse ! Aussi, je t'en prie, moiqui suis pourtant grand gouverneur romain, donne-nous maintenant une aussi bonne preuvecontraire ! »
4. Mathaël 
dit : « O faible nourrisson de la terre, tu me fais pitié ! Tu as pourtant,comme je le découvre à présent dans mon âme, entendu bien des sages paroles pleines deforce de vie et de vérité, et tu as vu de tes yeux ce que peut faire la parole de Dieu, et pourtantil y a bien des pensées dont tu ne peux toujours pas concevoir en toi-même la profondeur !5. Oui, mon ami, tu aimes encore beaucoup trop ta vie et tu y es plongé en plein : maisc'est là la plus mauvaise perspective pour connaître la vie.6. Ami, il faut d'abord avoir tout à fait perdu la vie, c'est-à-dire cette vie terrestre, pour connaître la vie !7. Prends une marmite et remplis-la d'eau : tant que l'eau restera tranquille dans lamarmite, tu n'y verras pas les esprits de la vapeur : même si tu remues l'eau violemment et lamets ainsi en mouvement, les puissants esprits de la vapeur ne se montreront toujours pas à toi: mais si tu mets l'eau sur le feu, alors elle commencera bientôt à bouillir, et aussitôt, les puissants esprits de la vapeur commenceront à s'élever au-dessus de la surface frémissante del'eau, et c'est alors seulement que les esprits encore au repos dans l'eau bouillantereconnaîtront les puissants esprits de la vapeur qui reposaient jusque-là avec eux dans l'eaufroide sans donner signe de vie, et, se voyant d'abord eux-mêmes par leurs milliers d'yeux, puis, sous eux, le bouillonnement de l'eau qui les portait, ils connaîtront aussi que les espritsde la vapeur n'avaient d'autre conscience jusque-là que celle de leur parfaite identité avec l'eaufroide.
8. Mais c'est ainsi que, pendant son ébullition, l'eau reconnaît également qu'il existait et qu'il existe en elle, jusqu'à sa dernière goutte, des esprits séparés : oui, oui, l'eau qui bout  se reconnaît comme étant elle-même tout esprit et toute puissance, mais dans son état froid derepos, elle ne pouvait le reconnaître ni le concevoir !
9. N'est-ce pas là une image appropriée ? Aujourd'hui, ta vie est encore une eau froidesans doute pure, mais par ailleurs tout à fait calme, dans la marmite de ton corps Ta marmiteaura beau être secouée en tous sens, tu n'en connaîtras pas pour autant ta force de vie ; aucontraire, plus l'eau, dans son état de calme froid, est agitée, comme c'est le cas pour tous les
 
grands de ce monde, moins l'eau de la vie se reconnaît, elle-même et ce qui l'entoure, dansl'agitation de la marmite humaine : car lorsqu'elle est agitée, la surface de l'eau reflète uneimage non plus claire, mais très déformée.10. Mais si la marmite de l'eau de ta vie est mise au vrai feu de l'amour, de l'extrêmehumiliation et de tous les maux et les souffrances, oh, comme tout se met bien vite à bouillonner dans cette marmite, et les esprits de la vapeur de vie ainsi libérés se reconnaissent bientôt eux-mêmes ainsi que leur état antérieur froid et paresseux - c'est-à-dire la vie sensible- et la fragile marmite, et l'eau vivante qui frémit encore dans la marmite voit alors par mille petits yeux clairvoyants les esprits de vie qui montent au-dessus d'elle et connaît qu'elle n'était pas seulement leur support inerte, mais qu'elle ne fait qu'un avec eux et qu'elle est identique àeux ! Mais la marmite, comprends cela, mon ami, la marmite ne sera pas reconnue par lesesprits de vie qui s'élèvent comme étant identique à eux, mais au contraire comme n'étant queleur récipient hélas nécessaire, mais destiné ensuite à se briser en morceaux et à être jeté à larue. - As-tu maintenant quelque idée de ce que j'ai voulu te dire ? »11.
Cyrénius
dit : « Il me semble bien comprendre à peu près ton allégorie, du moinsl'analogie que tu y établis avec la vie intérieure de l'âme : mais si jamais tu as voulu sous-entendre par là une signification plus profonde, je suis encore bien loin de la comprendre !Cela voudrait-il dire par hasard que Dieu devait malgré tout exister avant toute chose ? »
12. Mathaël 
dit: « Assurément : mais si tu ne peux encore le comprendre, c'est parcequ'il s'en faut encore de beaucoup que tu ne te mettes à bouillir !
GEJ3 C28
Mathaël parle de Dieu
1. (Mathaël :)
« Vois-tu, ce que tu nommes Dieu, je le nomme "eau vivante" :cependant, l'eau en elle-même ne connaît pas sa propre vie. Mais lorsque le puissant feud'amour, qui est comme une forte pression au centre de l'être, l'amène à bouillir et à sortir d'elle-même, alors l'esprit vivant s'élève librement au-dessus de l'eau qui le retenaitauparavant prisonnier, et c'est alors que, corme le rapporte Moïse, tu vois l'esprit de Dieuflotter au-dessus des eaux. Et l'esprit se reconnaît lui-même et l'eau, et connaît qu'il ne faitqu'un avec l'eau de toute éternité ; et c'est cette certitude éternelle qu'il faut entendre par la phrase : "Que la lumière soit !"2. C'est seulement lorsque ton esprit, ami, flottera lui aussi au-dessus de ton eau de vieen ébullition, que tu connaîtras véritablement ta vie et celle de Dieu en toi.3. Vois-tu, tout ce qui existe doit commencer un jour, doit avoir un début, sans quoi ilne pourrait jamais exister ! Et s'il n'y avait pas eu de commencement précis à une vie seconnaissant elle-même et tout le reste, et à sa force consciente d'elle-même, cette vie seraitencore loin d'exister : mais comme elle a commencé un jour, elle existe tout autant que nous-mêmes, qui avons un jour commencé d'exister en tant que ce que nous sommes à présent.4. Pourtant, nous étions déjà avant cette existence, mais comme la vapeur de vieencore froide et informée est dans l'eau froide au repos : et de même, la puissance de viesuprême a en Dieu une double existence, d'abord comme être muet et uniquement conscientde lui-même, ensuite comme présence libre née d'un commencement d'activité intérieure, seconnaissant pleinement et se percevant dans ses moindres détails !
 
5. C'est pourquoi il est également écrit dans Moïse : "Au commencement, Dieu créa leciel et la terre, et la terre était vide et déserte et les ténèbres couvraient l'abîme." Qui est ouqu'est-ce donc exactement que le ciel, et qu'est-ce ou qui est donc la terre ? Crois-tu vraimentqu'il faut entendre par là la terre qui te porte à présent, ou le ciel qui te donne air et lumière ?Oh, si tu crois cela, comme tu es loin de la vérité ! Car où étaient alors cette terre et ce ciel ?6. Vois-tu, ce n'est là qu'une manière obscure de montrer comment la force éternellede vie de Dieu a commencé à sonder son être et à se connaître elle-même ! Le "ciel"représente ici la sagesse du Moi divin prenant conscience d'elle-même : mais en son centre degravité brûlant d'amour, ce centre qui est désigné par le terme "terre", il faisait encore noir ettout était vide et désert, donc sans connaissance profonde de son être propre.7. Mais le centre devenait de plus en plus brûlant à mesure que la masse de laconscience de soi extérieure pesait toujours davantage sur lui. Et ce centre devint un brasier ardent, et la vapeur (l'esprit) monta de l'eau de vie en ébullition et, flottant désormaislibrement sur les eaux de la vie primitive éternellement muette et tranquille, elle se connut pleinement : et cette reconnaissance est précisément la lumière que le Dieu de Moïse faitnaître aussitôt après la création du ciel et de la terre pour anéantir les ténèbres.8. Ce n'est que de ce moment que Dieu, étant en quelque sorte devenu paroleexprimée, Se fait Lui-même "Verbe", et la parole "Qu'il soit" est en elle-même une volontélibre se connaissant parfaitement, un être dans l'Etre, un verbe dans le Verbe, enfin, un toutdans le Tout !9. Et ce n'est que de ce moment que de cette volonté parfaitement libre émerge, seconnaissant désormais totalement elle-même, la source de vie à l'origine de toutes les autresvies. – Comprends-tu un peu maintenant ? »
GEJ3 C29
Propos de Cyrénius sur la sagesse et réponse de Mathaël
1. Cyrénius
dit : « Oh, que oui ! Je comprends d'autant mieux que j'ai entendu cettenuit même une explication toute semblable à la tienne de la Genèse selon Moïse. Ce doit donc bien être comme tu le dis : mais tout cela me dépasse trop infiniment, or, je ne peux ni neveux me donner trop de peine pour comprendre une chose jusqu'au tréfonds. Car pour moi, leschoses doivent être faciles à comprendre pour m'être de quelque utilité : mais si ellesdeviennent par trop profondes et savantes, je cesse bien souvent tout à fait de les comprendre !2. Bref, je m'en tiens à ce que j'ai dit ; Je pourvoirai à vos besoins et vous nemanquerez pas d'occasions d'aller aussi loin qu'il est possible dans votre sagesse et, chaquefois que cela se pourra, de remettre la malheureuse humanité sur le droit chemin bien qu'à cequ'il me semble, je vous le confesse, sonder trop profondément l'essence de la vie soit engénéral plus nuisible que profitable.3. Prenez votre propre cas : votre science et votre sagesse véritablementextraordinaires vous rendent-elles heureux ? L'esprit humain peut sans doute atteindre dans lasagesse des profondeurs insondables et finalement créer des choses extraordinaires : mais pour moi, seul est heureux l'homme vraiment simple. dévoué en tout amour à Dieu sonCréateur, et qui observe Ses commandements. Et si Dieu veut lui donner, comme à Salomon,la sagesse il doit l'accepter avec gratitude et en faire le meilleur usage d'un cœur joyeux. Mais

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->