Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
4 Gauss et Bezout

4 Gauss et Bezout

Ratings: (0)|Views: 173 |Likes:
Published by lvtmath

More info:

Published by: lvtmath on Jul 17, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/25/2012

pdf

text

original

 
Théorème de Gauss, de Bézout__________________________1 Théorème de Gauss
a
,
b
et
c
sont 3 entiers non nuls.Si
a
et
b
sont premiers entre eux et si
a
divise
bc
alors
a
divise
c
.DémonstationPar hypothèse PGCD (
a
,
b
) = 1 alors |
c|
×PGCD (
a
,
b
) = |
c|
×1
d’où PGCD (
ac
,
bc
) = |
c|
.Par hypothèse
a
divise
bc
,
a
divise automatiquement
ac
alors
a
divise PGCD (
ac
,
bc
) = |
c|
.
D’où
a
divise
c
.2 Identité de BézoutSoit
a
et
b
2 entiers non nuls, soit
d=
PGCD (
a
,
b
).Il existe des entiers relatifs
u
et
v
tels que :
d=
 
ua+vb
; de plus
est le plus petit entier naturel
non nul qui peut s’écrire comme combinaison linéaire de
a
et
b
.Démonstration
Soit E l’ensemble des
entiers naturels non nuls
 
s’écrivant comme des combinaisons linéaires
de
a
et
b
.On a par exemple
aa
+ 0
b
=
a
2
et
a
2
 
* d’où
a
2
 
E.E est ainsi un ensemble
non vide
d’entiers naturels non nuls, E admet alors un plus petit
élément
m
dans
*. Soit
u
et
v
dans
tels que
m=
 
ua+vb
.a)
divise
a
et
b
alors
divise
m
parce que
m
est une combinaison linéaire de
a
et
b
.De cette manière
 
 
m
.b) On fait la division euclidienne de
a
par
m
:
a=mq+r 
q
et
sont dans
avec 0
 
<
m
.Supposons que
 
≠ 0
.
* et on obtient
r=a
 – 
mq=a
 – 
(
ua+vb
)
q
 
d’où
r=
(1
 – 
u
)
a+
(-
vq
)
b
.
est alors une combinaison linéaire de
a
et
b
,
est dans E et ainsi
m
 
. Comme 0<
<
m
,
c’est absurde
.Forcément
= 0 et
a=mq
 
d’où
m
divise
a
.On montre de la même façon que
m
divise
b
, et comme
d =
PGCD (
a
,
b
), on a
m
 
.ConclusionLes inégalités
 
 
m
et
m
 
donnent
d=m= ua+vb
. Le théorème a bien été démontré.3 Théorème de Bézout
a
et
b
désignent 2 entiers relatifs non nulsDire que
a
et
b
 
sont premiers entre eux équivaut à dire qu’il existe des entiers relatifs
u et v
 tels que 1=
ua+vb
.Démonstration
Soit E l’ensemble des
entiers naturels non nuls
 
qui s’écrivent comme des combinaisons
linéaires de
a
et
b
. Soit
le plus petit élément de E :
d=
PGCD (
a
,
b
) d’après le
paragraphe 2.a) Si il existe des entiers relatifs
u et v
tels que 1=
ua+vb
, 1
E alors
 
1.Comme
 
 
*, il ne reste que la possibilité 1=
= PGCD (
a
,
b
) et
a
et
b
sont ainsi premiersentre eux.b) Réciproquement : Si
a
et
b
sont ainsi premiers entre eux, 1=
= PGCD (
a
,
b
). C’est le plus
petit élément de E, on peut donc écrire 1=
ua+vb
u
et
v
sont certains entiers relatifs.Le théorème a bien été démontré.
 
4 Entiers premiers avec un produitSoit
a
,
b
et
c
trois entiers relatifs non nuls.
a
est premier avec le produit
bc
si et seulement si
a
est premier avec chacun des entiers
b
et
c
.Autrement dit :PGCD (
a
,
bc
)=1
PGCD (
a
,
b
)=1 et PGCD (
a
,
c
) =1Démonstrationa) On suppose que
a
est premier avec
bc
.
D’après le
théorème de Bézout on peut écrire 1 =
ua
+
v
 
bc
avec
u
et
v
entiers relatifs. On aaussi 1=
ua
+ (
vb
)
c
et 1 =
ua
+ (
vc
)
b
u
,
vb
et
vc
sont des entiers relatifs.
D’après le théorème de Bézout
a
est premier avec
c
et
a
est premier avec
b
.b) On suppose que
a
est premier avec
c
et
a
est premier avec
b
.
D’après le
théorème de Bézout on peut écrire 1 =
ua
+
vb
et 1=
u’ 
a
+
v’c
u
,
v
,
u’ 
et
v’ 
sontdes entiers relatifs.On a alors 1=
ua
+
vb
×1=
ua
+
vb
(
u’ 
a
+
v’c
) qui donne :1 = (
u
+
vb
)
a+
(
vv’ 
)
bc
u
+
vb
et
vv’ 
sont des entiers.
D’après le théorème de Bézout,
a
et
bc
sont premiers entre eux.Généralisation du théorème précédentEn faisant des démonstrations par récurrence, à partir du théorème précédent, on prouverait
l’énoncé suivant
:Si
a
1
,
a
2
, …,
a
m
,
b
1
,
b
2
, …,
b
n
sont
m
+
n
entiers non nuls, le produit
a
1
 
a
2
 
a
m
est premieravec le produit
b
1
b
2
 
b
n
si et seulement si
n’importe quel
entier
a
i
est premier avec
n’importe
quel entier
b
 j
(où
i
et
 j
sont des entiers tels que 1
 
i
 
m
et 1
 
 j
 
n
).En faisant intervenir éventuellement plusieurs fois des facteurs entiers égaux, leursmultiplications donnant des puissances, on peut aussi prouver que :Si
a
1
,
a
2
, …,
a
m
,
b
1
,
b
2
, …,
b
n
sont
m
+
n
entiers non nuls, si
 
1,
 

 
m
,
  

  
2
, …
  
n
sont desentiers naturels non nuls, le produit
m
am
aaa
...
21
21
  
est premier avec le produit
n
n
bbb
     
...
21
21
si et
seulement si n’importe quel entier 
a
i
est premier ave
c n’importe quel entier 
b
 j
(où
i
et
 j
sontdes entiers tels que 1
 
i
 
m
et 1
 
 j
 
n
).
 
Quelques applications des théorèmes de Bézout et de Gauss__________________________________________________
1) Utiliser
l’algorithme d’Euclide pour calculer PGCD
(145 , 55) et pour trouver desnombres entiers
u
et
v
tels que tels que 5= 145
u
+ 55
v
.2) Prouver à partir de la question précédente que 29 et 11 sont premiers entre eux.3) À partir des nombres
u
et
v
obtenus, trouver tous les entiers
 x
et
 y
tels que :5= 145
 x
+ 55
 y
.Résolution1)
Dans l’algorithme d’Euclide o
n fait une suite de divisions euclidiennes : 145= 2×55+35 ;55= 1×35+20 ; 35=1×20+15 ;20= 1×15 +5 ; 15= 3×5 + 0.On a ainsi PGCD (145 ; 55)= 5.On va exprimer tous les restes des divisions euclidiennes comme des combinaisons linéairesde 145 et 55. On dresse le tableau suivant.
i
=
145×
 
i
+ 55
×
  
i
 
i
 
  
i
Opérations Commentaire
0
= 145 1 0
i-
1
 
 – 
 
q
×
i
=
i+
1
se traduit sur lescoefficients de 145 et 55 de lamême façon par :

i-
1
 
 – 
 
q
×
 

i
=

i+
1
 et
 
i-
1
 
 – 
 
q
×
 
 
i
=
 
i+
1
 
1
= 55 0 1
0
 
 – 
1
=
2
2
= 35
 
1 -2
1
 – 
 
2
=
3
 
3
= 20 -1 3
2
 – 
 
3
=
4
 
4
= 15 2 -5
3
 – 
 
4
=
5
 
5
= 5 -3 8De cette manière 5= 145×(-3) + 55×8 ; on prend
u
= -3 et
v
= 8 pour avoir 5= 145
u
+ 55
v
.2) On a directement 145 = 5×29 et 55= 5×11 où 5= PGCD (
145 , 55). C’
est la preuve que 29et 11 sont premiers entre eux.3) Avec
 x
et
 y
entiers relatifs,145
 x
+ 55
 y
= 5
145
 x
+ 55
 y
= 145
u
+ 55
v
 
145 (
 x
 – 
u
) = 55(
v
 – 
 y
).
En simplifiant par 5 on obtient l’équivalence 145
 x
+ 55
 y
= 5
29(
 x
 – 
u
) = 11(
v
 – 
 y
).On remarque que 29(
 x
 – 
u
) = 11(
v
 – 
 y
) entraîne que 11 divise 29(
 x
 – 
u
), comme 11 et 29 sont
 premiers entre eux, cela entraîne d’après Gauss que 11 divise l’entier (
 x
 – 
u
).On reprend les équivalences :145
 x
+ 55
 y
= 5
29(
 x
 – 
u
) = 11(
v
 – 
 y
)
{11 divise
 x
 – 
u
et 29(
 x
 – 
u
) = 11(
v
 – 
 y
)}, d’où
 145
 x
+ 55
 y
= 5
{
 x
 – 
u=
11
et 29×11
= 11(
v
 – 
 y
)
 
 
} d’où
 145
 x
+ 55
 y
= 5
{
 x
 – 
u=
11
et 29
=
v
 – 
 y
 
 
} d’où
 145
 x
+ 55
 y
= 5
{
 x= u+
11
et
 y=v
 – 
29
 
 
} d’où
 145
 x
+ 55
 y
= 5
{
 x=
-3
+
11
et
 y=
8
 
 – 
29
 
 
}.
Finalement les solutions de l’équation
diophantienne
5= 145
 x
+ 55
 y
, d’inconnu
es
 x
et
 y
,
sont tous les couples d’entiers (
-3
+
11
; 8
 
 – 
29
) où
 
 
..

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->