Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
les effets de la foudre sur l'organisme humain

les effets de la foudre sur l'organisme humain

Ratings: (0)|Views: 1,280|Likes:
Published by Philippe Mukumbayi

More info:

Published by: Philippe Mukumbayi on Aug 20, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/28/2013

pdf

text

original

 
La foudre
On sait depuis deuxsiècles que les éclairs et lafoudre sont une formed'électricité. L'origine de lafoudre est en ral unnuage orageux, de typecumulo-nimbus, en formed'enclume occupant unesurface de plusieursdizaines de kilomètrescarrés et ayant uneépaisseur de plusieurskilomètres. Le volume de cenuage peut dépasser 1 000Km
3
et la masse est del'ordre de centaines demilliers de tonnes d'eau. Lescumulo-nimbus sontconstitués de gouttes d'eauà la partie inrieure, departicules de glace à lapartie surieure et seconstituent à partir decourants atmosphériquesascendants dont la vitessepeut dépasser 20 m/s.Ce nuage donne unvéritable dipôle électriquedont la partie supérieure estchare positivement etdont la partie inférieure estchargée gativement. Ilexiste parfois aussi unepoche chargée positivementà la base du nuage. Lorsquela charge électrique dunuage devient suffisantepour provoquer la rupturediélectrique de l'air, une prédécharge peu lumineuse, leplus souvent née à la partieinférieure du nuage,progresse par bonds à trèsgrande vitesse, au hasard,en direction du sol. L'altitudede la base du nuage estd'environ 2 à 3 000 mètres.Lorsque cette pré déchargeappelée traceur par bonds(stepped-leader) ou précur-seur parvient à quelquesdizaines de mètres du sol, àpartir d'un objet quelconquefaisant saillie, une précharge ascen-danteprend nais-sance et rejointle canal ionisé que constituele précurseur. La rencontrede ces deux pré déchargesconstitue un intense courantélectrique, arc de retour (retum-stroke) qui s'engouf-fre dans le canal et devienttrès lumineux. Cet ensemblede phénomènes constitue lecoup de foudre le plusfréquent de typedescendant. Si desstructures de très grandehauteur font saillie, paexemple en montagne, c'estgénéralement le processusinverse qui se produit et letraceur part du sommet dela proéminence et se dirigevers le nuage. On distingueplusieurs types de coups defoudre qui se finissentselon la polarité et ladirection. Le plus fréquentest le coup de foudredescendant négatif Enmontagne, les coups defoudre sont souvent de typeascendant négatif. Lapolarité du champ électriqueau sol est terminée par celle de la partie du nuageest née la déchargeinitiale [1].
Les éclairs
L'éclair peut être définicomme la manifestationlumineuse de la foudre.Quand la charge du nuageest suffisamment importantepour que le champélectrique dépasse larésistance locale del'atmosphère, l'éclair jaillit.Au moment de la décharge,le champ électrique est del'ordre d'un million de voltset fournit une puissanceéquivalente à environ 100millions d'ampoulesélectriques ordinaires.Durant cette fraction deseconde, l'énergieélectrostatique esttransformée en énergieélectromagnétique(phénomène lumineux), enénergie acoustique(tonnerre) et enfin enchaleur. Il faut garder àprésent à l'esprit que l'éclair se propage dans les deuxsens. Les éclairs les plusnombreux et les plusimportants sont situés àl'intérieur du nuage et sontinvisibles. Leur trajet semblealéatoire. En fait tout indiqueque les trajectoires suiventles lignes de plus grandeconcentration de charges.
Le foudroiement 
L'action du courantélectrique sur l'organismehumain est soumise à diversfacteurs, en rapport d'unepart avec lescaractéristiques du courantet, d'autre part avec larésistance du tissu traversé.Le corps humain, debout encontact avec le sol,constitue une sistance
Edition : Cercle Scientifique Pharmaceutique,Contact :cspharma10@yahoo.fr , philipsmuku@yahoo.fr , 0899650501, 0995662465  Lieu de vente : bureau du CSP côté du local M3 (G2 pharm)) ; Home XXX ch. 3402,Home V ch. 535.
 
 
d'environ 200
.
La
résistance globale du sujetest la résultante de larésistance du milieu intérieur du corps et de celle de lapeau. Il semble que lesformations liquidiennes,vasculaires et ningéesreprésentent des voies demoindre sistance. Lasistance de la peau estconditionnée par son degréd'humidité et par la surfacede contact. L'organisme etnotamment le cerveaudoivent être considéréscomme un ensembled'armatures et dediélectriques constituant unesérie de condensateurssphériques, concentriques.Lorsqu'il y a applicationd'une tension trop élevée, ily a perte des propriétésisolantes et le passage ducourant électrique à traversle milieu crée dans lessolides un
 phénomène
declaquage ou de percement.La foudre atteint l'hommesoit directement soit
indirectement [2
, 3].L'atteinte est directe lorsquele corps se trouve sur letrajet de la foudre. Quatreprincipaux mécanismes sontdécrits et peuvent s'associer entre eux :
-
Le coup de foudredirect :
Le plus souvent, levoltage d'un coup de foudreest tel qu'il est riengrande partie à la surface ducorps sous forme d'un arcde contournement (externalflashover). La différence depotentiel, entre la partiesupérieure du corps et lesol, est si élevée qu'elleamorce un arc électriquedans lequel s'écoule lamajeure partie du courant.Un à dix ampères seulementtraversent l'organisme et cependant quelques centainesde microsecondes.On peut comparer cemécanisme à "l'effet depeau" circulation descourants de hautesfréquences à la surface desconducteurs [4].Lorsque le gradient depotentiel est faible, toutel'intensité du courant del'éclair traverse le corpsavec des conséquencespathologiques, en fonctiondes organes travers.On oppose les éclairsdescendants, quiprovoquent facilement unarc de contournement, auxéclairs ascendants, plusdangereux pour l'organismehumain, pour lesquels lecourant d'ampérageinsuffisant parcourtl'organisme durant plusieursdixièmes de secondes avantl'éclair proprement dit. Cesdifférents mécanismespermettent d'expliquer lesdifférents types de lésionsrencontrées, notamment lavolatilisation des vêtementset la vaporisation de lasueur par les courants desurface, ceux-ci sechargeant d'électricidemême signe que la surfacecutanée, comme sur unélectroscope. Les objetstalliques portés sur lecorps constituent un trajetpréférentiel pour le courantde foudre. Portés sur la têteils sont particulrementdangereux : "effet épingle àcheveux" (Kitagawa). Sur lapartie inférieure du corps ilsfavorisent la formation d'unarc de contournement, c'est"l'effet fermeture éclair"théoriquement protecteur.
-
Electrisation decontact :
 
Cas le corpshumain est en contact directavec un élément conducteur lui même directementfoudroyé. Il s'agit d'unecirconstance plusdangereuse car dans ce casle courant traversel'organisme.
-
Eclair latéral :
 
Unepersonne au contact avec laterre s'abrite sous unestructure conductrice (arbre,tente ...) recevant elle mêmeun coup de foudre direct. Ladifférence de potentiel entrele conducteur et la tête del'individu s'élève et produitun claquage diélectrique del'air d'la création d'unéclair latéral suivant le trajetde moindre résistance. Lesconquences sont lesmêmes que celles d'un coupde foudre direct. Cesaccidents peuvent seproduire à l'extérieur, maisaussi à l'intérieu(téléphone). On cite aussiles foudroiements collectifsen plein air avecpropagation d'une personneà l'autre.
-
Le foudroiementpar tension de pas :
L'éclair frappe un point dusol et le courant se répartitdans le sol, dans toutes lesdirections. Plus la résistivitédu sol est importante (roche,eau, terre), plus les courantssont intenses et sepropagent loin. Unepersonne debout serasoumise à une différence depotentiel d'autant plusélevée que la distance entreses pieds sera importante etqu'elle sera proche du pointd'impact. Ces courants desol sont plus dangereuxpour les quadrupèdes quepour l'homme (debout), lecoeur étant en dehors dutrajet.En synthèse on distingue lesconséquences dues auxeffets électriques nonthermiques sur les organes
Edition : Cercle Scientifique Pharmaceutique,Contact :cspharma10@yahoo.fr , philipsmuku@yahoo.fr , 0899650501, 0995662465  Lieu de vente : bureau du CSP côté du local M3 (G2 pharm)) ; Home XXX ch. 3402,Home V ch. 535.
 
 
traversés et les effetsélectrothermiques.Dans l’atteinte indirecte, onobserve plusieursmécanismes :
l'effet blast pasurpression;
 
l'effet acoustique(120 à 130 dm)
 
l'effet lumineux dû àl'arc électrique;
 
les traumatismesindirects par chute ouprojection (Paralysietransitoire ou effet desouffle).
 
Clinique de la foudre
La fulguration est unaccident brutal : "l'hommequi voit l'éclair et entend letonnerre n'est pas celui quisera foudro"
PLINE.
Immédiatement après avoir été frappé par la foudre lavictime peut présentedifférents tableaux :
la mort imdiatedue à des sions gravesirréversibles ou à une chutepost-fulguration;
un tableaud'asphyxie banale le plussouvent : la victime estimmobilisée, la face et lesextrémités sont cyanosées,la cage thoracique est figée,traduisant une inefficaciventilatoire ou une véritableapnée;Un tableau syncopal: dansce cas la victime est en arrêtou tout au moins eninefficacité cardiorespira-toire. Le faciès est pâle, lespouls sont imperceptibles ouabolis. Cet état de mortapparente peut se prolonger de quelques secondes puisse résoudre spontanémentsinon une réanimationcardio-circulatoire estnécessaire. Dans les cas lesplus bénins, il n'y aura pasde perte de connaissance etla symptomatologie serésumera à un syndromeficitaire plus ou moinstransitoire ou hyperalgiquelocalisé. Devant lamultiplicides manifes-tations cliniques, nousprésenterons les différentssignes obsers appareilpar appareil [5].
Signes neurologiques :
Ils sont la conséquence dedifférents mécanismes:
Paralysies postfoudroiement: neurono-Paralysies qui régressent enquelques heures sansséquelles [6];
Lésions anato-miques dues à l'effet Joulesur le trajet du courant:système nerveux central oupériphérique;
sions dues auxspasmes vasculaires voireaux thromboses: paralysies ;syndromes pyramidaux,extra-pyramidaux, cérébel-leux; paralysies atrophiantesspinales ; troubles neurovégétatifs.Ce sont les troubles les plusfréquents et les pluscaractéristiques allant de lasimple perte deconnaissance de méca-nisme mal connu au comaavec sions brales.L'amnésie est quasimentconstante.Les troubles centraux sonten général graves etirréversibles alors que leslésions périphériquespeuvent être temporaires.Un syndrome ficitairerapidement résolutif à typede paralysie flasque ouspastique est un deséléments les plus originauxde la miologie neuro-logique. On note trèssouvent une hyperesthésiedes segments atteints.L'atteinte des nerfs crâniensest fréquente amaurose,surdité, aphasie oudysarthrie sont égalementobservées.Des séquelles psychiquesont été décrites allant destroubles nins hystéri-formes aux troubles gravespar lésion cérébrale(démence) en passant par lesyndrome subjectif typetraumatisé crânien. L'épile-psie post-fulguration est par contre contestée. Enconclusion on peut souligner le caractère protéiforme desatteintes neurologiques.
Signes cardiaques :
Ilssont moins fréquents queles signes neurologiques.Les troubles du rythme sontles mêmes que ceuxobservés lors de l'électro-cution. Ils peuvent êtreégalement la conséquenced'une hypoxie post syncoperespiratoire.Le risque de fibrillationventriculaire est majeur s'il ya interférence entre lecourant de foudre et lapériode vulnérable (onde T)du cycle de contractioncardiaque. Des sionsischémiques équivalentesd'infarctus classique ont étédécrites avec précordialgies,inversion des ondes T,courant de lésion etélévation enzymatique [7].
Lésions cutanées
On peut observer [8, 9]
des brûlurescutaes superficielles
Edition : Cercle Scientifique Pharmaceutique,Contact :cspharma10@yahoo.fr , philipsmuku@yahoo.fr , 0899650501, 0995662465  Lieu de vente : bureau du CSP côté du local M3 (G2 pharm)) ; Home XXX ch. 3402,Home V ch. 535.
 

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->