Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
17Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
4- Chapitre III -Méthode des éléments finis

4- Chapitre III -Méthode des éléments finis

Ratings: (0)|Views: 1,238|Likes:
Published by Mohamed Reffadi

More info:

Published by: Mohamed Reffadi on Aug 31, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/17/2013

pdf

text

original

 
CHPITRE III DESA "M.S.C.P"
39
I-
 
LA METHODES DES ELEMENTS FINIS
La méthode des éléments finis est une méthode de résolution approchée d'équationsaux dérivées partielles. D'une manière plus simple il s'agit de remplacer un problèmecompliqué pour lequel a priori on ne connaît pas de solution, par un problème plus simple quel'on sait résoudre.D'une manière pratique la méthode est en grande majorité des cas mise en oeuvre viades
 codes de calcul informatiques
(le code Aster, le code FRANC-2D/L, le code FORGE2 Multimatériaux,…)
. Ces outils de calcul sont aujourd'hui largement utilisés industriellement.Dans ce mémoire, on s'inspiré d'un programme des éléments finis élaboré par le Pr.F.LAHNA sous le FORTRAN.
I.1
 
Importance de la méthode
De très nombreux problèmes physiques s'expriment sous forme d'équations auxdérivées partielles soumises à des conditions aux limites particulières [3].
 
Mécanique de la rupture,
 
Mécanique des solides déformables,
 
Mécanique des fluides,
 
Conduction thermique,
 
Électromagnétisme…Quelques exemples de problèmes mécaniques résolus de manière courante paréléments finis :
 
Dimensionnement des structures pour des engins de transports ferroviaire, routier,naval ou aéronautique,
 
Dimensionnement de pièces de sécurité en génie civil par exemple,
 
Simulation numérique d'état ultime, tel le comportement de centrale nucléaire dans lecas de dysfonctionnement…De manière industrielle, l'objectif est souvent la diminution des coûts, en cernantmieux la réalité physique. D'autre fois par exemple via la simulation, l'objectif estd'investiguer des domaines difficiles ou dangereux. Par exemple, que se passe-t-il lorsqu'unTGV prend feu à mi-chemin dans le tunnel sous la manche? Quel élément est-il préférabled'améliorer dans les structures? Bien qu'une expérimentation finale grandeur nature soitsouvent le seul arbitre définitif, il est beaucoup plus aisé d'utiliser une simulation pourchercher à optimiser les paramètres.Remarques sur les termes de dimensionnement et de simulation:
 
CHPITRE III DESA "M.S.C.P"
40
Dimensionnement :
l'objectif est de trouver la bonne dimension, ou le bon matériau,répondant avec une marge de sécurité suffisante à une contrainte donnée : exprimée parexemple en charge ou en déplacement.
Simulation :
l'objectif est d'étudier le comportement d'une pièce ou structure, quiéventuellement n'existe pas encore, dans différentiels plages de fonctionnement : normale ouexceptionnelle.
I.2
 
Intérêts et limitations de la méthode des éléments finis
La méthode permet d'aborder le quasi totalité des phénomènes et particularités de lamécanique du solide :
 
Les phénomènes de comportement statique en petites et grandes transformations, c'est-à-dire grandes déformations et/ou grands déplacements,
 
Les différentes classes de lois de comportement existantes, des lois simples linéaires,aux lois pouvant être fortement non-linéaires comme l'élasto-visco-plasticité,
 
Les phénomènes thermiques et/ou thermomécaniques couplés,
 
Les phénomènes d'instabilité de flambage,
 
Les phénomènes transitoires et/ou dynamiques qui regroupent les cas d'impacts lents(crash) ou rapides dans le domaine militaire, les cas de vibrations de structures oumême vibrations acoustiques,
 
Etc…Au rang des performances de la méthode, remarquons aussi qu'elle n'est pas limitéepar une géométrie particulière, il est possible d'étudier des pièces de taille et de formequelconque. Dans le cas où ces données sont complexes, elles n'entraînent qu'un surcoût detemps de calcul. Ainsi le calcul est seulement borné par la puissance de l'ordinateur utilisée.En terme de précision des résultats, celle-ci n'est en général limitée que par laprécision interne de stockage de l'ordinateur et par le temps que l'on désire consacrer à larésolution, temps dépendant également de la puissance du calculateur.Concernant les limitations de la méthode, il faut noter une assez grande complexité demise en oeuvre, d'autant plus importante que l'on aborde des phénomènes et/ou géométrieset/ou comportements matériels complexes. Par exemple il est possible de simuler uneopération complète de mise en forme par emboutissage, ou un phénomène de crashd'automobile, ou encore le comportement d'un implant osseux, mais ces possibilités ne sontréellement accessibles qu'à un public spécialisé.
 
CHPITRE III DESA "M.S.C.P"
41Néanmoins dans le cas de structures et de sollicitations assez simples qui était naguèreétudié essentiellement via les techniques de la résistance des matériaux, les logiciels de calculmoderne fondés sur les éléments finis apportent un gain de performance non négligeable touten pouvant rester simples d'utilisation. Par contre, il n'est pas rare que l'utilisateur ainsi initiéaux éléments finis, vu les possibilités de la méthode, manifeste un intérêt croissant pour descalculs de plus en plus complexes [3].
I.3
 
Généralités sur la résolution de problèmes aux dérivéespartielles
Bien que la connaissance de ces équations soit parfois ancienne, plusieurs datant deplus d'un siècle, seuls très peu de cas peuvent être résolus exactement (analytiquement) par lesmathématiques classiques.A partir du début du siècle et surtout après la seconde guerre mondiale deux tendancesse sont fait jour pour tenter d'obtenir une solution approchée via des méthodes numériquesc'est-à-dire hors résolution analytique.La méthode directement issue des mathématiciens, les différences finies, s'appuie surdes bases rigoureuses et la convergence vers la solution exacte est garantie.La méthode des éléments finis est issue des mécaniciens. Cette méthode s'estdéveloppée d'une manière très intuitive à ses débuts et rien ne prouvait a priori uneconvergence vers la solution exacte.De nos jours les éléments finis sont entrés de plein pied dans le monde desmathématiques.Dans de nombreux cas on a pu montrer la convergence absolue de la méthode, maisd'un point de vue général le problème est encore ouvert [3].
I.3.1
 
Comparaison des méthodes différences finis et éléments finis
Dans le cas d'équations aux dérivées partielles du premier et du second ordre, cas leplus fréquent, la méthode des éléments finis est en général plus performante que celle relativeaux différences finies, ce qui explique leur large emploi.Par exemple en mécanique des solides déformables, les différences finies sont rares.Dans le cas d'équations aux dérivées partielles du nième ordre > 2, les éléments finisposent de nombreux problèmes, difficiles à résoudre, que n'ont pas les différences finies, quielles permettent aisément d'exprimer une dérivée d'ordre n [3].
I.4
 
Description générale de la méthode des éléments finis
La méthode englobe trois domaines principaux.
 
Les méthodes de discrétisation qui permettent de transformer un problème continu enune approximation discrète,

Activity (17)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
nils4586 liked this
maino liked this
khadijamath liked this
Rachid Dami liked this
engineer1940 liked this
Cheyma Zaghloumi liked this
Farid Ben B liked this
Thibault liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->