Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
2Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Le Journal 5 Septembre 2010

Le Journal 5 Septembre 2010

Ratings: (0)|Views: 2,706 |Likes:
Published by stefano

More info:

Published by: stefano on Sep 28, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/01/2013

pdf

text

original

 
lejsl.com - Fondé en 1826Dimanche 5 Septembre 2010 - 1,50
- N° 6080
        2        2        1        3       7        6        2
12 CV-2 cyl.-Diesel-4 roues motricesPrise de force-Relevage arrière
Pour les amoureuxdu travail bien fait !
LACROST
Tél. 03.85.51.07.67
CHALON
Tél. 03.85.43.59.38
Tracteur B 1220
6980
8671
 
santé • prévoyance • épargne • retraite
On ne vouslaisse pastomber !
PRIX D
UN APPEL LOCAL DEPUIS UN POSTE FIXE
Mutuelle GRM : Société Mutuelle, à but non lucratif, soumise aux dispositions du Livre II du Code de la Mutualité. RNM 778 607 713
www.mutuellegrm.fr
PARTENAIRE
Quand les médicaments
*
sont moins remboursés,nous payons la différence.
   *   m   é   d   i   c   a   m   e   n   t   s   à  v   i   g   n   e   t   t   e   o   r   a   n   g   e   1   5   %
2219016
CONCOURS
PAGE10
Mordusdechiens
2000 chiens detoutes races sontréunis ce week-end à Mâcon, àl’occasion d’unsaloninternational.
CHALON.
Lamanifestationd’hiercontrelapolitiquecuritairedugouvernementpréfigureunesemainesocialeagitée.
PAGE 5
Tourdechauffe
DROITSD’AUTEUR 
Chèremusique
AquoisertlaSACEM?Oùval’argentrécolté?Réponses.
PAGES2-3
FOOTBALL
LarienoiredeGueugnon
Cinq matches etcinquième défaitepour des Forgerons aupoint mort.
PAGE 24
Entre 500 et 600 manifestants ont répondu à l’appel des associations, syndicats et partis politiques de gauche
PhotoFlorencePoli
RENDEZ-VOUS
C‘étaitvotre journaldanslesannées1960
PAGE15
TVMAGAZINE
Fogiel : « Mon appétitpour la télé revient »
Marc-Olivier Fogiel envisage de plus enplus un retour fracassant sur petit écran.
 
02
SAÔNE
et
LOIRE
Encarts publicitaires
Dans le TV Magazine
£
Edition Mâcon : MDA etCARREFOUR MARKET
£
Edition Montceau Creusot Autun : UCIA et FIAT
£
Edition Chalon Bresse :CLEAU et FIAT
£
Toutes éditions : CITROËNDans le Version Femina
£
Edition Mâcon : SEVE
£
Toutes éditions : PEUGEOT
70
Comme lenombre d’années
 post-mortem
l’œuvre d’un artisteest protégé par laSacem. Après cedélais, les droitstombent dans ledomaine public.
£
Grand témoin.
Sécurité, RCEA, gens du voyage, crise économique... Thierry Lataste,le préfet de Saône-et-Loire fait le point à l’heure de la rentrée.
À lire en page 7
Origine.
LaSacemexistedepuislesannées1850,grâceaucombatd’unhomme,ErnestBourget.
Sociétécivile.
LaSacemnepeutdoncpasdresserdesamendes,justedesprocès-verbaux.
P
as de disques accro-chéspar-cipar-là,justeune plaque sobre etdorée avec les inscriptions« Sacem, délégation régio-nale»poséeàl’entrée.Ilfautvraiment savoir que le nu-méro 22 de l‘avenue Jean- Jaurès à Chalon abrite la so-ciété des auteurs, composi-teursetéditeursdemusique.Qui connaît au juste la mis-sion de cette société civilecrééedanslesannées1850 ?Pas grand monde. Ceux quila paient, font parfois tristemine en réglant la doulou-reuse,sanstropsavoiràquoiva servir leur contribution.
La musique d’ambianceest très rémunératrice
« Nous sommes là pourprotégerlesauteurs,compo-siteurs et éditeurs, expliqueDidier Vincent, délégué ré-gional de la Sacem, notam-ment le droit pour euxd’avoir une rémunération.On ne gère pas toutes lesœuvres,seulementcellesquisont déposées chez nous. Ils’agit d’une démarche vo-lontaire. »Àchaquefoisquedelamu-sique est diffusée dans unlieu public, et uniquement sile répertoire est protégé, ilfaut sortir son chéquier. Descontrats sont donc passésaussibienavecdesdiscothè-ques, bars ou pour des con-certs que dans d’autres lieuxlesonn’estquesecondai-re. C’est le cas par exempledes commerces, des par-kings, des toilettes publi-ques, de certaines rues pié-tonnes,del’attentemusicaletéléphonique…«Lemariagedans la salle des fêtes, préci-se-t-il, on n’y va pas. Mais lemariage chez un restaura-teur, ce n’est pas pareil. Leprofessionnel doit payer desdroits. »Pourvérifier,s’ilyauncon-trat et s’il est respecté la Sa-cem veille au grain. « Votre journal est une bonne sour-ce, nous confie Didier Vin-cent.Sinon,nousavonséga-lement des agents qui serendent sur les manifesta-tions pour écouter le pro-gramme. En cas de fraude,nous ne pouvons pas mettredes amendes. En revanche,nos agents peuvent dresserdes procès-verbaux. » Lemontant à régler varie selonletypedediffusion.Silamu-sique est essentielle à la ma-nifestation, c’est un pour-centage du chiffre d’affairesou de la recette. Par exem-ple,pourunbalavecorches-tre, la Sacem vous prendra8,8%surlesentréeset4,4%sur la recette de la buvette.Pour le bal avec des disques,ce sera plus cher.Il faut s’ac-quitter du droit d’exécutionpublique, ainsi que du droitdereproductionmécanique,soit 25 % de majoration. Ilexiste aussi un système deforfaits, en particulier pourles associations.Lamusiqued’ambianceestla plus rémunératrice puis-qu’elle a rapporté 855 000 €en2010,soitplusde50%du1,704 million d’euros perçusdans l’année. Ceux qui dé-crochent la timbale se nom-ment Pascal Obispo, DidierBarbelivien, Jean-JacquesGoldman…
ndesroches@lejsl.fr
Didier Vincent le délégué de la Sacem pour la régionBourgogne.
PhotoJSL
Lemariagedanslasalledestes,onn’yvapas…”
Didier Vincent,délégué régional de la Sacem
REPORTAGE
PARNICOLASDESROCHES
La Sacem, tout le mondeconnaît, surtout ceux qui lapaient, mais qui sait vrai-ment à quoi ça sert ? Où val’argent récolté ? Explica-tions.
1,704milliond’eurosperçusenSaône-et-Loireen2010
Une centaine de sociétaires (auteurs, com-positeurs ou éditeurs) vivent en Saône-et-Loire. En une année, ce sont plus de 7 700contrats avec tous les diffuseurs de musi-que sont passés. Près de 3 500 avec descommerces, restaurants et autres lieux so-norisés. Environ 2 100 pour des bals et re-pas dansants avec orchestres ou disques,1 000 pourdeskermessesetfêtesavecdif-fusion musicale, 900 pour des spectaclesdevariétés…En2010,1,704milliond’eurosontétépeus,dont313 000pourlesbalset fêtes, 59 000 € pour les cinémas,384 000 € pour les concerts et 855 000 €pour de la musique de sonorisation. Au ni-veau national, la Sacem c’est 40 millionsd’œuvres, 132 000 sociétaires et plus de750 millions d’euros perçus.
n
BONJOUR
Lasemainedetouslesdangers
PARFLORENCEPOLI
P
ersonne ne peut direaujourd’hui combiendemanifestantsbattrontlepavémardiprochain.Maisune chose est sûre : à Cha-lon,ilsserontauminimum500. Car tous ceux quiétaient hier dans la ruepour protester contre lapolitique sécuritaire dugouvernement(lireenp.5)sesontquittésensedisant« à mardi ! »Associations de défensedes droits de l’Homme,syndicats, partis politiquedegauche,tousontchanhiercommepoursechauf-fer la voix. « Le gouverne-ment nous ressort oppor-tunément les expulsionsde Roms et les problèmesde délinquance pendantl’été, tout ça pour faireoublierleurréformedesre-traites.Maisonn’estpassi bête ! » voulait croire Mi-chelhierdanslecortège.Ilsera de nouveau dans larue mardi. Comme sansdoutedescentainesdemil-liers de Français.Pour Éric Woerth, il seradifficile de détourner le re-gard. Dans la tourmentedepuis quelque temps, leministre du Travail pour-rait bien connaître une se-maine sans précédent. Lasemaine de tous les dan-gers.
Toutelamusiquequirem
SOCIÉTÉ.
Desparkingsauxconcertsenpassantparlesdiscothèques,combienrapport
 
LEJOURNALDESAÔNE-ET-LOIRE
Dimanche 5septembre 2010
LEDOSSIERSAÔNE-ET-LOIRE
03
L’AVIS
 J
esuisinscritàlaSacemdepuis20ans.C’estsur-toutunmoyendeproté-germesœuvres.Jedoisenavoirenviron150dedécla-rées,dontunequarantainede pièces éditées. Ce n’estpas forcément un gage dequalité,maissurtoutdesé-curité. Avec ma premièreœuvreenregistrée,
CentralEurop
, j’étais content. En2ans,j’aidûtoucher300€. Je suis loin d’avoir gagnéune fortune… J’ai beau-coupdemesmorceauxquisont joués lors d’auditiondanslesécolesdemusique, jenetoucheriendessus.Ilme reste les miettes desventesdepartitions.
RENÉ POTRAT
Compositeur
C’estungagedesécurité
«Danslamusique,ilya3foismoinsd’argentaujourd’huiqu’ilya10ansàcausedutélé-chargement,souligneThierryBarbelivien,installéàMont-ceau depuis 1988, et qui alongtempstravaillédansl’uni-versdelamusiquecommesoncélèbregrandfrèreDidier,auteur-compositeuretchan-teur.Ducoup,desmilliersdeper-sonnes,dontjefaisparti,ontétélourdées.Lesgenspensentquelamusique,c’estgratuit.Certainsorganisentdesévé-nementsmusicaux,sansfairedepub,pournepaspayerlaSacem,alorsqu’ilexistedesforfaits,loind’êtrehorsdeprix !Jusqu’aujouroùiln’yauraplusdeproduction.Onenadéjà5foismoinsqu’ilya10ans.OnécouteraCharlesAznavourpendantencoredeuxsiècles.C’estdevenutrèscompliqué pour un jeunechanteurdesortirundisque. Jevaisprendrel’exempledeRaphaël.Ilavendusonpre-mierdisqueà12exemplaires,àpeine,etlesecondaeulesuc-cèsquel’onconnaît.Sonpro-chainalbumdoitcoûterau basmot30000400000€àproduire.Ilfautdoncenven-dreuncertainnombrepourrentrerdanslesfrais.Hier,ilavendu1,500millionexem-plaireetsidemain,iln’envendque120 000.Laprochainefois,ilproduiraunalbumà90000€.Ilsepasselamêmechosepourle cinéma. Les Canadiensn’ontpaslemêmeétatd’es-prit.Ilnetéléchargepasgra-tuitementdelamusique,com-meonpeutlefaireenFrance.Cen’estd’ailleurspaspourrienquelesartistesfrançaisvendentplusdedisquelà-basqu’ici !Monfrèreaeudelachancedevendresondernieralbumà200000exemplaires,carsesfansnesontpasunegé-nérationquitélécharge.Sou-vent,s’ilsnevendentpasdèslepremierdisque,onneleurlais-sepasunesecondechance.Iln’adoncjamaisétéaussiim-portantdedéfendrelesdroitsd’auteuretdeluttercontreletéléchargement.»
LETÉLÉCHARGEMENTRISQUED’ENFAIREDÉCHANTERPLUSD’UN
Le téléchargement numérique devenu un vrai danger…
PhotoLBP-JSL
INSOLITE
Lacolteauculdescamions
Quandilyaunconcert,mêmequandilestgratuit,àChalon,conouailleurs,laSacemvientdirectementrécolterl’argentparlaproduction.Lemontantàpayer(8,8%)estfonctionduchiffred’affaires.
ENQUÊTE
Rapportetenquêteparlementaire
Manquedetransparencedanslarémunérationdesdirigeants,fraisdereprésentationmalcontrôlés…lerapportdévoilérécemmentparlacourdescomptesn’estpastendreenverslaSacem.YannickFevennec,dépuUMPveuxouvriruneenquêteparlementaireàcesujet.
 Votre@vissurlejsl.com
Trouvez-vousnormaldepayerpourécouterdelamusiquedansleslieuxpublics?
11% 87% 2%
OUI NON sans opinion Vous avez été 240 internautes à répondre
www.5ans.fr
Descadeauxdexceptionàgagnersur
Partenaire ofciel
       K       B       S       T       U       D       I       O       S  .       N       E       T
       V       i     s     u     e       l    :       S      t       é     p       h     a     n     e       K       E       R       R       A       D
CONCERT
 ANNIVERSAIRE
SANTANA 
LE10·10·10
ENOCTOBREAUZÉNITH:
KOOL ANDTHEGANG&CHICSCORPIONSCHRISTOPHEMAEHARLEMGLOBETROTTERS
1andespectacles,1guitaredicacéeparSantana,1rencontreavecYvesJamait,1voyageenavion….
        2        3        1        1        4        1        1
litlescaissesdelaSacem
ladiffusiondemusiqueàlaSacem ?Àquoisertensuitecetargent ?Commentçamarche ?
1,704million.
Ils’agitdel’argentperçuen2010enSaône-et-LoireparlaSacem,quiarécoltéplusde700millionsenFrance.
Droitsd’auteur.
Lessommesrécoltéessontreverséesà85%auxauteurs,compositeursetéditeurs.Lerestesertaufonctionnement.

Activity (2)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->