Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Save to My Library
Look up keyword
Like this
5Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
Jean Haudry - Les peuples indo-européens d'europe

Jean Haudry - Les peuples indo-européens d'europe

Ratings:

5.0

(1)
|Views: 264 |Likes:
Published by Septentri0n
Jean Haudry. Professeur à l’Université de Lyon III Directeur d’Etude à l’Ecole des Hautes Etudes, 4ème section. "Les peuples indo-européens d'europe".
Jean Haudry. Professeur à l’Université de Lyon III Directeur d’Etude à l’Ecole des Hautes Etudes, 4ème section. "Les peuples indo-européens d'europe".

More info:

Published by: Septentri0n on Oct 18, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF or read online from Scribd
See more
See less

09/01/2013

pdf

 
 LES PEUPLES INDO-EUROPEENS D’EUROPEpar M. Jean HAUDRYProfesseur à l’Université de Lyon IIIDirecteur d’Etude à l’Ecole des Hautes Etudes, 4
ème
section.
Il me revient de vous parler les peuples indo-européens d’Europe, et ces deux termesappellent quelques éclaircissements.Avec celui d’
indo-européen
, nous quittons les temps historiques qui commencent avec les premiers écrits pour entrer dans la préhistoire, et dans une préhistoire qui échappe totalementaux préhistoriens : ceux-ci connaissent différentes cultures préhistoriques (paléolithiques,épipaléolithiques, néolithiques) sans jamais rencontrer de culture « indo-européenne », mêmelorsqu’ils s’approchent des temps historiques avec l’âge du bronze et l’âge du fer. C’est que lanotion d’indo-européen est de nature linguistique et non archéologique. Au départ, il n’y aque des « langues indo-européennes », langues apparentées entre elles, et donc censées issuesd’une langue commune disparue, l’indo-européen, mais il n’y a pas de sites préhistoriquesindo-européens, et pas de peuples indo-européens, mais seulement des « peuples de langueindo-européenne ».La notion d’
Europe
paraît simple si l’on admet qu’elle va de la Scandinavie à laMéditerranée, et de l’océan atlantique à l’Oural, mais l’Oural n’est pas une frontière : lagrande plaine s’étend jusqu’à la mer du Japon. Celle d’Européen l’est moins encore : il y ades Européens (parlant une langue indo-européenne ou non) sur tous les continents, etinversement, il y a en Europe des gens qui ne sont pas des Européens. Pour les uns comme pour les autres se pose la question de l’appartenance : appartenance au peuple dont ils sontissus, appartenance à la terre où ils résident.Enfin, la notion d’Europe a évolué au cours du temps. Au point de départ, c’est unedésignation de la Grèce continentale par opposition au Péloponnèse, aux îles et à la Thrace,comme il apparaît dans deux passages du premier hymne homérique à Apollon. C’estseulement à partir des guerres médiques, et peut-être en conséquence de ces guerres, que leterme s’oppose à l’Asie (qui désigne l’Asie Mineure) et à la Libye (l’Afrique) pour s’appliquer au continent européen, dont les limites sont restées longtemps inconnues.
 Europe
est aussi le nom de plusieurs héroïnes dont la plus connue, déjà représentée à l’époquemycénienne, est enlevée par Zeus qui a pris la forme d’un taureau pour la transporter en Crèteoù elle donne naissance à Minos. Comme ni cette héroïne, ni ses homonymes, ne personnifient une terre, tout donne à penser que chacune de ces deux désignations doits’interpréter directement, à partir d’un adjectif composé dont le premier terme est l’adjectif qui signifie « large » et le second le nom de l’œil : qualificatif de la vache « au large regard » pour les héroïnes, qualificatif de la terre « où le regard porte au loin. » Il peut sembler curieuxqu’avant de se restreindre à une partie de la Grèce continentale ait désigné la terre, mais onsait que les peuples anciens identifient généralement la terre au peu qu’ils en connaissent.Ce qualificatif de la terre « où le regard porte au loin » a un correspondant exact dans le vieil-indien
ur 
ū
c
ī 
-
« terre ». Avec le nom de l’Europe, nous rencontrons pour la première fois deuxnotions essentielles sur lesquelles nous reviendrons constamment, celle de « formulairehérité » et celle de « tradition indo-européenne ».
 
1. Les Indo-Européens et leur tradition1.1
 
L’indo-européen reconstruit
Les
concordances régulières
entre leurs déclinaisons nominales, leurs conjugaisons verbales,leurs suffixes de dérivation, et une part notable de leurs vocabulaires prouvent, en raison du
caractère arbitraire du signe linguistique,
l’existence d’une
parenté
entre les langues ditesindo-européennes, c’est-à-dire celle d’une
langue commune
qui s’est différenciée et dont les parlers ont divergé d’abord sur place, sous la forme d’
ondes
d’innovations, puis, à la suite demigrations, sous la forme de scissions que figure l’
arbre généalogique,
avant de donner naissance à de nouvelles langues communes, selon le
schéma universel de l’évolution deslangues,
qu’on retrouve par exemple avec le latin et les langues romanes qui en sont issues.
1.2 L’indo-européen « attesté » : l’hydronymie vieil-européenne
Les noms de cours d’eau des régions du centre de l’Europe, de la Baltique aux îles britanniques, à l’Italie et à l’Espagne, avec des prolongements asiatiques, présentent uneforme unitaire qui n’est pas celle de telle ou telle langue indo-européenne, mais qui représenteune attestation directe de l’indo-européen commun encore indifférencié. Sur ce vasteterritoire, qui sera notamment celui des langues baltiques, germaniques, celtiques, italiques ontrouve des noms de cours d’eau identiques : tirés d’un nom de l’eau, l
’Aisne (Apsona)
etl’
 Apsuonà
lituanienne,
la
 
Vézère
et la
Weser ;
le
Var 
et le
Wörnitz 
allemand, la
Vaire
et la
Vãr 
ė
lituanienne ; le
Salon
et la
Saale
allemande ; tirés d’un nom du flot : le
 Drac,
le
 Drau,
le
 Dravos,
affluent du Danube, et la
 Drawe
de Prusse orientale ; la
 Drawen
du Pays de Galles etla
 Drãvin
ė
lituanienne ; tirés d’un nom de la source : les
 Avance, Avançon, Avenchet 
et les
 Avantia, Aventio
d’Italie ; tirés d’un nom du lit du cours d’eau : l’
 Amance,
les
 Amantia
 d’Italie et l’
 Ems
; tirés d’un nom du marais, la
 Leam (*Limena)
anglaise et la
 Lìmen
ė
 
lituanienne ; tirés d’un qualificatif, « blanc » : l’
 Aube
et l’
 Elbe
; l’
 Argence,
l’
 Argençon
et les*
 Argentia
 
d’Allemagne, l’*
 Argent 
ī 
d’Irlande ; « brillant » : la
Moráva
 bulgare et la
Margà
lituanienne.Les plus notables des prolongements asiatiques sont le nom de l’
 Avant 
ī 
indienne, quicorrespond aux
 Avance,
etc., et celui de l’Indus, vieil-indien
 sindhu-,
apparenté à celui du
Sinn
affluent du Main, et du
Shannon
irlandais ; mais leur faible proportion montre qu’il nes’agit que de l’application de noms anciens à de nouveaux cours d’eau.Le statut privilégié de l’hydronymie s’accorde avec la théorie de Boettcher (1999) selonlaquelle les premiers Indo-Européens, « vikings de l’âge de pierre », se seraient introduits enEurope en remontant les cours d’eau à partir de la Mer du Nord.
1.3 De l’indo-européen aux Indo-Européens
Toute langue vivante a des
locuteurs
: ceux qui la parlent. Ces locuteurs constituent le plussouvent un
peuple
. Les deux seules exceptions sont celles des langues « véhiculaires » quiservent à plusieurs peuples et les langues mixtes (sabirs, créoles) qui servent à une populationmélangée. Ces deux situations sont manifestement inapplicables à l’indo-européen : les sabirset les créoles qui en sont issus ont un système morphologique rudimentaire et souvent flottant.Les langues véhiculaires servent uniquement à communiquer avec l’étranger ; chacun des peuples qui l’utilisent conserve sa propre tradition, liée à sa langue nationale, alors qu’il existeune
« tradition indo-européenne ».
 
 
 
1.4
 
La notion de « tradition indo-européenne »
Cette notion recouvre un ensemble de concordances entre formules, entre groupes de notions,entre schémas narratifs, entre images et symboles ; des pratiques, des institutions peuvent leur correspondre. Et c’est une réalité vécue : le
mos majorum
romain « coutume des ancêtres », le
dharma san
ā
tana
indien « loi éternelle », etc.Cette tradition est purement orale, et l’oralité lui est essentielle ; elle ne repose pas sur unesimple ignorance, mais sur un refus de l’écriture. Quand elle est pratiquée, l’écriture estréservée à un rôle utilitaire ; l’écrit est considéré comme un savoir extérieur, et mort.
1.4.1 Le formulaire
Plusieurs centaines de concordances rigoureuses entre formules représentées dans plusieurslangues indo-européennes ont été identifiées depuis 1850, où l’a été celle de la «
 gloireintarissable ».
Une première synthèse publiée par Rüdiger Schmitt en 1967,
 Dichtung und  Dichtersprache in indogermanischer Zeit 
(Wiesbaden : Otto Harrassowitz) fait l’historique dela recherche (ch. 1) et passe en revue les thèmes principaux qui figurent dans les formulesreconstruites : d’abord la gloire « notion centrale de la poésie héroïque indo-européenne » (ch.2), les autres traces de la poésie héroïque (ch. 3), la poésie mythologique (ch. 4), la poésiesacrale (ch. 5), diverses concordances phraséologiques (ch. 6), les éléments formels de lalangue poétique (ch. 8), le poète et son œuvre (ch. 9) ; c’est ici qu’on trouve la célèbreconcordance formulaire relevée en 1878 par l’iraniste James Darmesteter dans laquelle le nomde la parole figure comme complément du verbe
*teks-
« charpenter », lointaine origine denotre désignation du
texte.
L’ouvrage se termine par quelques indications sur la métriqueindo-européenne (ch. 10). Le rôle de ces formules traditionnelles est double : elles exprimentles idéaux, les valeurs, les préoccupations majeures ; elles servent de matériau pour lacomposition dite « orale et formulaire » des poèmes.
1.4.2
 
Les groupes de notions
Il s’agit d’associations d’idées qui constituent le résumé d’une vision du monde, ou celui d’undiscours et le schéma d’un type de comportement, à la façon des « devises ».
 
Les trois fonctions
(Georges Dumézil) : groupement de trois notions, souveraineté magiqueet religieuse, guerre, production et reproduction, qui n’ont pas d’expression fixée dans lalangue, mais dont le groupement est attesté dans une foule de textes (histoire légendaireinventée à partir d’elles, apologues trifonctionnels, comme le jugement de Pâris), destructures ( triades divines, panthéons ternaires) et d’institutions (les trois castes des Indo-Iraniens et des Celtes, les trois ordres de l’Occident médiéval). La pratique médicale serépartit entre les trois fonctions : les charmes relèvent de la première fonction, la chirurgie dela deuxième, les potions de la troisième. Avant de symboliser les trois fonctions, les
troiscouleurs,
 blanc, rouge et noir, ont eu leur signification propre, de nature cosmique ( § 1.8).
Pensée, parole, action
: trois notions fréquemment associées dans l’Avesta, dans l’Indeclassique, en Grèce, et dans plusieurs autres domaines ; l’expression de ces trois notions esten partie fixée, comme celle des formules. Cette triade est liée à la société héroïque.Le rôle de ces groupes de notions est analogue à celui du formulaire : elles servent à la fois àexprimer des
préoccupations majeures
(la hiérarchie des fonctions) et à fournir une
tramenarrative
(les portraits de héros fondés sur la triade pensée, parole, action). Certains groupesde notions se présentent à l’occasion comme des formules : ainsi
traverser l’eau de la ténèbrehivernale,
dont les attestations consistent soit en récits fondés sur ces quatre notions (latraversée d’une étendue d’eau, la nuit, en hiver) soit en expressions à caractère formulaire
.

Activity (5)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
Mathieu Victor liked this
sindramajy9444 liked this
vogliazzo liked this

You're Reading a Free Preview

Download
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->