Welcome to Scribd, the world's digital library. Read, publish, and share books and documents. See more
Download
Standard view
Full view
of .
Look up keyword
Like this
4Activity
0 of .
Results for:
No results containing your search query
P. 1
RAYMOND RUYER - LE SOURIRE DE L’ORACLE 1977

RAYMOND RUYER - LE SOURIRE DE L’ORACLE 1977

Ratings: (0)|Views: 103|Likes:
Published by helabz
Consultation (très onéreuse !) de l'oracle électronique. Les nations civilisées se
suicideront et seront remplacées par des nations sous-civilisées qui se suicideront à
leur tour quand elles seront civilisées. C'est ça l'éternel retour. L'avenir est à
l'inégalité. Pas de changement de l'homme. Mais tout de même des progrès de
l'intelligence. C'est l'essentiel. Les trois ou quatre siècles à venir : un mauvais moment
à passer.
Consultation (très onéreuse !) de l'oracle électronique. Les nations civilisées se
suicideront et seront remplacées par des nations sous-civilisées qui se suicideront à
leur tour quand elles seront civilisées. C'est ça l'éternel retour. L'avenir est à
l'inégalité. Pas de changement de l'homme. Mais tout de même des progrès de
l'intelligence. C'est l'essentiel. Les trois ou quatre siècles à venir : un mauvais moment
à passer.

More info:

Categories:Types, Research
Published by: helabz on Oct 21, 2010
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/18/2015

pdf

text

original

 
LE SOURIRE DE L’ORACLE par RAYMOND RUYER 
(Revue Question De. N
o
16 :
 La fin du monde
. Janvier-Février 1977)
Consultation (très onéreuse !) de l'oracle électronique. Les nations civilisées sesuicideront et seront remplacées par des nations sous-civilisées qui se suicideront àleur tour quand elles seront civilisées. C'est ça l'éternel retour. L'avenir est àl'inégalité. Pas de changement de l'homme. Mais tout de même des progrès del'intelligence. C'est l'essentiel. Les trois ou quatre siècles à venir : un mauvais moment à passer.
Je me suis transporté à grands frais, non pas, comme Irène, inquiète de sa santé, enÉpidaure, mais à Delphes, ou plutôt à Delphes II, où les frères Y..., les célèbres armateursmilliardaires, plus qu'à demi ruinés par la crise du pétrole, ont fait construire un casino etune sorte de supermarché oraculaire. L'établissement ressemble à une cathédralemoderniste, avec des centaines de chapelles latérales, ou de confessionnaux,communiquant tous avec une grande salle centrale. Les consultants prennent place dansces confessionnaux grillagés. Mais le public n'est pas admis dans la grande salle, que lesemployés appellent la « salle des ordinateurs ». Des sons étranges en sortent. Jesoupçonne qu'elle renferme aussi des distributeurs automatiques de boissons alcoolisées.Les préposés, ou interprètes, y vont pour s'inspirer, comme autrefois la sibylle allaitrespirer les émanations volcaniques. Tout l'établissement a la même odeur que les grandscafés d'Athènes. Les préposés n'ont peut-être pas de dons surnaturels ni de grandsmoyens scientifiques, mais, comme les garçons des cafés d'Athènes, ils ne manquent pasde psychologie et sont de remarquables polyglottes.Le consultant, devant le grillage de son « confessionnal », ne voit pas le préposé, qui estcensé lui traduire les réponses des ordinateurs.Les consultations sont coûteuses. Deux dollars le mot de réponse. Les consultationsd'ordre privé : « Comment décider Hélène à divorcer ? », et les consultations politiques :« Faut-il m'allier aux communistes pour les élections de septembre ? », sont beaucoup plus chères : respectivement vingt et deux cents dollars le mot.On m'avait prévenu : « Attention ! Les consultations générales sont finalement encore plus ruineuses que les autres ! L'oracle bavarde et disserte sans fin. Vous allez dépenser  beaucoup d'argent pour vous entendre dire, par la voix blanche de l'oracle, que deux etdeux font quatre. Abrégez les réponses en disant : "Compris." Parfois, l'oracle consent às'arrêter. »Moi. — Quel est l'avenir de l'homme ?L'oracle. — A la fin, nous serons tous morts.Cela commençait mal : quatorze dollars perdus !
 
Moi. — Qui, « nous » ? Les individus, évidemment, mais les cultures ? les peuples ? lescivilisations ? l'humanité ?L'oracle. — Toutes les cultures sont mortelles. Voyez la Grèce du V
e
siècle, Rome du 1
er 
 siècle...Moi. — Compris !L'oracle. — La chevalerie du XII
e
siècle, la Renaissance italienne, le romantismeallemand, l'Amérique des pionniers...Moi. — Oui, compris ! Mais les peuples ?L'oracle. — Mortels aussi. Les Italiens ne sont pas les descendants des Romains. Nous nesommes pas les descendants des Grecs antiques...Moi. — Compris !Mais l'oracle visiblement faisait la sourde oreille à mes « Compris ! » Je vais doncrésumer pour le lecteur, pour économiser son temps mieux que je n'ai économisé monargent, des réponses bavardes.Moi. — Mais les civilisations ? Avec leurs techniques scientifiques, leurs industries, leursorganisations bureaucratiques ?L'oracle me fit entendre que les civilisations sont mortelles comme les cultures et commeles peuples. Elles durent plus longtemps, à condition d'être portées successivement, à dosd'homme, par des peuples neufs. A mesure que les premiers porteurs perdent la disciplinesociale sans laquelle il n'y a pas de discipline scientifique, industrielle et bureaucratique,la civilisation doit trouver de nouveaux porteurs. Sinon, elle périt elle-même.Moi. — La civilisation est-elle donc une si lourde charge ?L'oracle. — Non. Mais l'artificiel est éphémère, le calcul dérape sur l'incalculable, leraisonnement bannit la raison...Moi. — Compris !L'oracle. — Les systèmes se détraquent, les idéologies déraillent, l'utilitarisme bannitl'utile, le libéralisme la liberté, la bureaucratie étouffe la vie, les poumons d'acier empêchent de respirer. Les peuples finissent par s'asseoir sur leur fardeau, épuisés.Moi. — Quels peuples, après les Occidentaux, seront les porteurs de civilisation ?L'oracle. — Les Chinois, puis les Sibéro-Mongols, puis les Bantous, puis les... (Je n'ai pas bien compris des noms totalement inconnus, mais il s'agissait, je crois, de peuples
 
sortis de la Nouvelle-Guinée.) ... Notre civilisation industrielle périra très prochainement,non faute de porteurs, mais par manque de combustible et d'esclaves mécaniques.Moi. — De combustible ? La science ne trouvera-t-elle donc pas de quoi remplacer le pétrole et le charbon ?L'oracle. — Non.L'oracle m'exposa longuement que l'on ne peut avoir deux fois de suite la chance detrouver un combustible tout stocké comme le pétrole, le gaz, le charbon, ou le mineraid'uranium, que le soleil, le vent, les marées, l'alcool de betteraves ou d'algues neremplaceront jamais valablement le pétrole épuisé, et que la fusion de l'hydrogènedonnera d'affreux mécomptes dans une organisation technique défaillante, bref, que noussommes à un âge d'or énergétique très précaire.L'oracle. — Les hommes vont bientôt perdre leurs esclaves mécaniques. Comme la fin del'âge d'or coïncidera avec la plus haute pointe de l'inflation momentanée de la populationmondiale, vers l'an 2050, la chute de niveau, aux XXI
e
et XXII
e
siècles, sera sans précédent pour les civilisés. Toutes les civilisations industrielles périront. Les grandesvilles seront abandonnées...Moi. — Les peuples reviendront-ils donc à une vie plus naturelle ?L'oracle. — Oui, par nécessité.Moi. — En combien de temps ?L'oracle. — En trois siècles.Moi. — Comment se passeront ces trois siècles ?L'oracle. — Très mal. Les peuples civilisés ou demi-civilisés ne se résigneront pas aux premiers moments. Ils accuseront « les autres » (les Blancs, les Jaunes, les capitalistes,les fascistes, les communistes, les chrétiens, les musulmans, les bouddhistes). Ilss'arracheront les derniers combustibles par des guerres destinées à préparer d'autres plusgrandes guerres.Moi. — Y aura-t-il donc toujours de grandes guerres ?L'oracle. — Évidemment !Moi. — Emploiera-t-on les bombes atomiques ?L'oracle. — Évidemment ! Les derniers barils de pétrole seront réservés à l'aviationmilitaire, et serviront surtout à transporter les bombes destinées à incendier les derniers puits de pétrole de l'adversaire.

Activity (4)

You've already reviewed this. Edit your review.
1 thousand reads
1 hundred reads
Malone Muore liked this

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->